Première fois

La première fois que l’Adrienne a entendu parler de chiens tirant des charrettes, dans sa Flandre jusqu’aux années de l’entre-deux-guerres, c’était dans un article sur le Japon.

Pourquoi les touristes japonais sont-ils pris d’une si grande émotion devant le tableau de Rubens exposé à la cathédrale d’Anvers, La Descente de croix?
Pourquoi, quand ils savent que tu es Flamand(e), commencent-ils à te parler d’un chien qui s’appelle Patrasche?
Et pourquoi s’étonnent-ils que tu ne le connaisses pas?

Et bien, parce qu’il s’agit du personnage d’une histoire écrite au 19e siècle, en anglais, qui a apparemment un succès énorme auprès des écoliers japonais et américains mais qui n’a été traduite en néerlandais qu’en 1987.
Même les nombreuses versions filmées n’étaient pas parvenues jusqu’ici.
Une histoire larmoyante d’un petit orphelin et son chien dans une Flandre anversoise imaginaire.

En 2007, deux réalisateurs de documentaires se posaient encore la question: comment se fait-il qu’une histoire si connue dans de nombreux pays n’intéresse personne chez nous?

Bref, en visitant l’expo consacrée aux photographes ostendais, Maurice et Robert Antony, l’Adrienne n’a pas manqué de remarquer les charrettes tirées par des chiens, comme sur l’illustration ci-dessus, une photo du 4 juillet 1924.

Généralement un ou deux chiens, toujours avec muselière, tirant la charrette du laitier, du charbonnier, du poissonnier, du chiffonnier…

***

Expo photos de Maurice et Robert Antony à Ostende jusqu’au 5 novembre 2022, info ici.

24 commentaires sur « Première fois »

  1. Quand j’étais enfant, dans les années 50, notre laitier qui était fermier livrait son lait avec une charrette tirée par un cheval, puis il l’a livré avec jeep.
    Mais notre voisine achetait son lait à une dame qui utilisait une charrette tirée par un chien.

    J’aime

  2. Oui, j’en ai encore connu des charrettes à chien(s) dont une de marchande de glaces. D’ailleurs, dans ma région d’origine, une injure disait « Tchin d’tcharrette ! », ça m’étonne qu’elle ne fasse pas partie de celles du capitaine Haddock chères à mon neveu Joe…

    J’aime

    1. L’expression souvent utilisée par mon père n’était pas une injure mais une sorte de lamentation ”Pôv nos-ôt e lè tchins d’charète ».
      Enfant, j’accompagnais mon grand-père maternel dans sa tournée de maraîcher ambulant, mais c’était un poney qui tirait la charrette.

      Aimé par 1 personne

  3. En Suisse aussi, les grands chiens étaient utilisés pour tirer les charrettes du lait. C’était ce qu’on appelait le ‘cheval du pauvre’!
    Et l’histoire de ‘Heidi’ est aussi très populaire au Japon, il en existe plusieurs versions animées là-bas. A croire que les japonais sont friands des folklores européens, ou des histoires d’enfants!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s