Z comme ZEN

Heureusement que Madame, après deux mois de cours de tai chi, a plus ou moins appris comment se tenir longuement debout sans avoir le dos en compote en moins d’un quart d’heure, parce que dans la grande salle où les « gamins » qu’elle a eus en classe – enfin, pas tous, mais deux ou trois quand même – tapaient sur des marimbas et d’autres trucs qui font un boucan d’enfer, il n’y avait pas de chaises.

Bref, Madame est restée debout une heure et demie pour applaudir Simon – lui, elle savait qu’il serait là – mais à sa grande joie aussi L***, celui dont personne ne croyait qu’il était capable d’un effort soutenu, à commencer par ses propres parents…

Et là elle peut voir que oui: un effort soutenu et une concentration intense, non seulement pendant le concert d’hier mais certainement pendant de longues années pour arriver à ce résultat 😉

– Est-ce que vous pourriez lui parler, disaient ses parents alors qu’il avait seize ans, il veut changer de filière mais nous on pense que c’est par paresse, alors on n’est pas d’accord.

Donc le gamin avait dû convaincre Madame de sa motivation pour qu’à son tour Madame puisse convaincre les parents…

Qui étaient là aussi, bien sûr, pour applaudir leur fils au concert d’hier.

– Je suis vraiment contente de voir et d’entendre jouer L***! leur dit Madame.

Et elle ne peut s’empêcher d’ajouter:

– Et vraiment contente de savoir qu’il avait la bonne motivation pour changer de filière, puisqu’il poursuit dans ce domaine, comme il l’avait dit!

Il fait des études de Business Management, donc oui, passer en filière économique était une bonne idée.

***

photo prise hier au concert et L*** est dans le flou à l’avant-plan mais ne vous étonnez pas, c’est voulu 😉

17 commentaires sur « Z comme ZEN »

  1. La hiérarchie des filières est un vrai problème.
    Dans votre exemple, le gamin ne voulait devenir ni plombier, ni boulanger. Convaincre les parents devant ce genre de vocation aurait probablement été encore plus difficile.

    J’aime

  2. Mais où va-t-on si nos enfants n’ont même plus le droit de faire intermittent du spectacle ou cantonnier comme papa ? Est-ce que ça rend Heu-reux, ça, businessmanagementier ?

    😉

    J’aime

  3. C’est bien quand un gamin apprend enfin le métier qu’il aime !
    C’est terrible de voir des jeunes gens abandoonner une voie pour laquelle ils sont doués.
    Soit pour satisfaire les parents soit pour gagner plus d’argent tout de suite.

    J’aime

    1. je comprenais leur point de vue, ils avaient peur que leur fils choisisse une « solution de facilité » parce qu’il était en pleine puberté et plus occupé par d’autres choses que ses études 😉
      mais quand on parle avec le jeune, vraiment parler, mettre toutes les cartes sur table, on arrive toujours à trouver ce qui lui convient le mieux 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s