H comme Henao

Vous le savez, quand on va à une expo, c’est pour découvrir des choses, les voir de près, les voir en « vrai », les scruter, se documenter.

Le plus souvent, on apprend aussi des choses auxquelles on ne s’attendait pas.

Par exemple à l’expo à la KBR on apprend que notre province de Hainaut, en espagnol, se dit Henao.

– Mais que diable… vous demandez-vous.

Et bien c’est simple: l’Adrienne aime avoir un fascicule explicatif sur papier.
Il y en avait en deux langues.
Allemand ou espagnol?
Vous avez compris 🙂

***

Tout savoir sur les Chroniques de Hainaut? C’est ici.

Vous y trouverez également l’illustration ci-dessus, le document entier est numérisé et consultable ici.

Pour la « véritable histoire » de la succession du Hainaut, c’est ici.

25 commentaires sur « H comme Henao »

  1. J’ai suivi un de vos lien, j’ai appris que je devais me méfier des lapins car ce sont des bêtes licencieuses et voluptueuses puis on a voulu m’expliquer que les dragons n’existaient pas. Alors, j’ai pris la fuite.

    J’aime

  2. Pas seulement regarder mais des expériences « visuelles, sonores, tactiles. Des personnages sortent des manuscrits pour danser au-dessus de vos têtes ou vous chuchoter une histoire à l’oreille.  » Ce doit être unique !

    J’aime

  3. Tu sais quoi …lorsque je voyageais autrefois avec mon espagnol acquit de mes parents je me suis toujours débrouillée
    L’anglais oui aussi mais j’aime ma langue espagnole n’en déplaise à certains et qui est de plus en plus est la langue choisie par les étudiants
    Merci pour tes liens
    Bonne journée

    J’aime

    1. j’ai appris l’espagnol mais je n’en ai jamais eu « besoin » ce qui fait que je n’en ai plus qu’une connaissance passive, quand je veux le parler, c’est de l’italien qui s’y mêle rapidement 😉
      Merci, bonne journée!

      J’aime

  4. Le tissu historico-linguistique de la Belgique (pas seulement de la Belgique, d’ailleurs) est passablement embrouillé, et le contempler de temps en temps nous rappelle à quel point nous ne sommes qu’une étape fugitive d’un parcours bien sinueux.

    J’aime

    1. certainement! la notion de « racines » me fait bien rire, ceux qui l’emploient oublient qu’à chaque génération il faut multiplier par deux et qu’ils sont donc plus oignon que carotte 😉

      J’aime

  5. On pourrait faire un atelier d’écriture à partir de chacun de tes billets, à partir des assonances des mots qu’il contient ou met en valeur. Bien que je n’aie pas moi non plus beaucoup de temps, je m’y colle :

    Les dames du Hainaut
    Hè oui
    Avaient de beaux hennins
    Et de jolis ânons.

    Ah ! Leurs belles tuniques !
    Ah ! Leurs jolis chignons !

    S’appelait-elle Annie,
    Virginie ou Ninon,
    Celle qui m’a dit non ?

    Mangeait-elle des kiwis
    Celle qui m’a dit oui ?

    Ses cheveux étaient blonds
    Mais je ne retrouve pas
    Son image au tableau

    Pourquoi n’y a -t-il que des vieux beaux
    Sur la photo

    Les peintres du Hainaut
    Sont-ils tous des machos ?

    A quoi font-ils écho ?
    Pourquoi peindre des vieux tromblons
    Plutôt que les dames du Hainaut ?

    En Espagne ou là-haut
    Le monde est parfois con !

    (Le titre de ce poème improvisé : Ah si Van Gogh avait possédé un van Gogh !)

    Bonne journée à toutes et à tous !

    J’aime

  6. Quand je pense aux cours d’Histoire à propos des bagarres successives et incessantes des Bourguignons, des Espagnols et des autres pour s’approprier ce qui était la province du Hainaut.
    Je me suis demandé à l’époque si l’orgine du nom ne venait pas de « haine »… 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s