V comme visionner

Voilà, vous voyez l’époque.

On ne disait pas encore qu’on allait « visionner » un film.
On disait voir.
Ou regarder.

On ne disait pas non plus qu’il fallait « solutionner » les problèmes.
On disait: résoudre.

Par contre on était fous d’Amérique.
Les libérateurs!
Leur musique.
Leurs cigarettes.
Leur coca cola.
Leur cinéma.

Oui, c’est comme ça que ça a commencé.

Qu’on s’est tous mis à l’anglais.

I love you baby yeah yeah yeah 🙂

Merci à Bricabook pour la photo de la consigne 428 qui m’a permis ce clin d’œil à la jeunesse de mon père!

50 commentaires sur « V comme visionner »

  1. Mon premier film : d’ARTAGNAN avec Bourvil dans le rôle de Planchet . Mon seul souvenir, Bourvil, caché derrière une porte qui assommait les ennemis de son maître avec une poële .
    J’avais + OU – 7 ans. Ce cinéma longtemps inoccupé est aujourd’hui un magasin de Téléviseurs ( entre autres ). Bonne journée.

    J’aime

      1. Je ne me rappelle plus le premier film que j’ai vu, c’était peut-être au cinéma du quartier de la Neuville à Charleroi, mais tout ce dont je me souviens de celui-là, c’est que j’y ai entendu en musique d’ambiance dans le hall d’entrée une chanson qui disait « J’aime le clap clap des semelles en bois ». Avec l’école, j’ai aussi un doute sur le premier soit « Blanche-neige », soit « Jeanne d’Arc » (celui de 48 avec Ingrid Bergman).

        Aimé par 1 personne

      2. La sensibilité des petits enfants ! Va falloir réécrire les contes de frères Grimm ! J’avais un grand album avec une sélection des plus horribles, mais je crains de l’avoir bazardé aussi. mais bon, je n’ai plus de petits enfants… 🙂

        J’aime

    1. en fait pour mon père la grande révélation a été la musique, les grands orchestres de jazz, les trompettistes, les chanteurs et chanteuses… et bien sûr le cinéma!
      il n’était fan ni du coca ni du chewing-gum et n’a fumé que du tabac belge 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Dans ma campagne
    Oui j’allais au cinéma
    C’était à la salle paroissiale
    J’entends encore dans la tête
    Le bruit de ma bobine en action
    Le son et tout et tout ….
    C’était un moment merveilleux
    Depuis
    Je n’y vais plus
    La dérive des mots
    Et tout ce qui gravite autour m’insupporte
    Bonne journée dominicale Adrienne

    J’aime

  3. Mon premier film : « Le Jour le plus long », j’avais 14 ans parce que le collège nous avait demandé d’y assister le jeudi après-midi. Cinéma, jazz et chewing-gum étaient interdits car synonymes de vie depravée.
    Bon dimanche !

    J’aime

    1. pour mes parents et mes grands-parents, pas de chewing gum (trop vulgaire), pas de coca (trop mauvais), donc il n’y avait pas ça chez eux, mais mon père, ado à l’issue de la guerre, est tombé amoureux de l’Amérique, sa musique et son cinéma.
      Merci, bonne journée!

      J’aime

  4. Une très jolie évocation d’une époque déjà lointaine!
    Cette année, j’ai pris un abonnement au cinéma de la petite ville toute proche de chez moi. Il a 100 ans cette année et pour fêter ça, l’abonnement ne coûte presque rien.
    Et bien c’est très motivant, j’y ai déjà vu dix films depuis début janvier!

    J’aime

    1. Dix films depuis janvier! je crois que je n’en ai pas vu dix en dix ans 😉
      (ou peut-être dix, mais ce sera juste 😉 je ne vais au cinéma qu’à Bruxelles donc déjà la première condition c’est d’y loger une paire de jours)
      bises!

      J’aime

      1. Ah oui je comprends, j’en ai vu plus en deux mois que lors des 3 ou 4 dernières années! Faut dire que le Nini, qui a aussi pris un abonnement, est plus que motivé et une ou deux fois j’y suis allé pour l’accompagner. De plus le cinéma est à moins de 10 minutes de voiture de la maison.
        😉

        Aimé par 1 personne

  5. J’ai connu dans les Ardennes ce genre de cinéma où on était presqu’assis sur des chaises dans une grande salle. J’y ai vu « Autant en emporte le vent » en deux soirées! Les ainés m’ont raconté que, dans leur jeunesse, la tenancière n’hésitait pas à taper le sol avec sa canne en menaçant d’arrêter le film si les spectateurs n’étaient pas suffisament silencieux 😂.
    Quand je vois le confort qu’on a maintenant! Nous aussi, retraités, avons pris un abonnement et retournons volontiers au cinéma, en heures creuses, sans pop-corn ni boissons autorisés dans le groupe des Grignoux.

    J’aime

  6. Et puis sont venus les Beatles ! On apprend plein de choses sur la chanson de Cher chez Bide et musique ! A commencer par son nom complet : Cherilyn Sarkisian La Pierre !

    https://www.bide-et-musique.com/song/23870.html

    Indépendamment de la Grande histoire il faut reconnaître que le cinéma américain du XXe siècle n’est pas rien : Billy Wilder, Frank Capra, Tex Avery, Robert Altman… et saluer ces acteurs et actrices gigantesques : Marilyn Monroe, Audrey Hepburn, Buster Keaton, Charlie Chaplin, les Marx Brothers, Jerry Lewis, Bogart et Bacall, Fred Astaire et Ginger Rogers…

    Mais… dictionnaires ou pas, logiciels de traduction ou pas, hier encore je n’ai pas pu m’empêcher de trahir-adapter en la traduisant une chanson irlandaise connue. On est toujours obligé d’ajouter des nuances et du style et du second degré à cette langue qui semble plus faite pour le direct au foie que pour la poésie ou la dérision ! 😉

    J’aime

  7. Fleurissaient aussi sur les murs des villes : Americans Go Home !

    Le cinéma américain, le meilleur : Ford, Hawks, Kubrick, Mankievitch, Huston, Minelli, Capra, Stanley Donen, Wilder, Tarentino , Scorcese, les Frères Cohen, Woody Allen etc..
    et le pire, les films actuels, violents, sans intérêt, avec abus d’effets spéciaux, que je fuis, la télé réalité, le pop corn et le soda qui rendent pénibles les séances au cinéma.
    Je lis le message qui précède : Affreux ! j’ai oublié Altmann ! Que j’ai aimé ce réalisateur ! ET Charlie Chaplin, les Max Brothers, Keaton etc … bref! Il faut s’arrêter !

    Aimé par 1 personne

  8. Le pire truc que l’on a importé d’Amérique, c’est la manie procédurière, les avocats, les assurances, les clauses de 70 pages et tout le toutim…
    On ne peut plus bouger une oreille, depuis…
    Pour le pop corn je plussoie : c’est un fléau au cinéma. Mais c’est délicieux aussi…
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    J’aime

    1. Cette mode est pernicieuse, oui, il y a déjà des avocats spécialisés pour réfuter les décisions prises par les conseils de classe et ils gagnent uniquement pour des questions de procédure.

      J’aime

  9. Ici on dit encore voir un film, aller voir un film.
    Pour ma part le cinéma m’incommode le volume du film trop fort et on dirait qu’il sort de partout et les machouillages de pop-corn c’est trop.
    Pourtant il fût un temps j’aimais beaucoup.

    J’aime

  10. À l’époque au Québec, il y avait de ces petites salles dans plusieurs villes et village. On y présentait toujours un programme double avec entracte entre les deux projections pour (évidemment) aller acheter popcorn et coca. Ces salles étaient peu inclinées et on espérait toujours ne pas avoir un grand gaillard devant soi qui masquerait une partie du grand écran. Aujourd’hui, ce sont de grandes salles modernes, mais je m’ennuie un peu de ces vieilles salles intimistes. Ton texte m’y a ramené. Je t’en remercie. 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s