Le défi du 20

Ce que l’Adrienne préfère à Ostende, c’est la quiétude d’endroits comme celui-ci, het Bosje.

Où les seuls bruits qu’on entend sont les ahanements d’un joggeur qui viennent troubler les chants d’oiseaux et le bruissement du vent dans les feuilles.

C’est pourquoi elle espère que cette année les activités tonitruantes organisées par une chaîne de radio auront de nouveau lieu sur la plage et pas dans la paix du Bosje: qu’ils aient planté leur tente là en 2020 sous prétexte de pandémie, c’est pire que le chien dans le jeu de quille, c’est une aberration.

***

Et si vous passez par Ostende, ne manquez pas non plus le jardin japonais 🙂

***

participation au défi du 20 organisé ce mois-ci par Lisamax qui proposait quiétude et quille. Merci à elle!

Photo prise à Ostende (Bosje) le 8 juin dernier.

Défi du 20

Photo de Andre William sur Pexels.com

Assis aux pieds de son grand-père, sous l’ombre légère du papayer, Pedro lit Asterix el Galo, quand soudain une question pressante lui vient:

– Mais toi, abuelito, tu n’as peur de rien?

Grand-père n’a pas besoin de réfléchir longuement:

– Je n’ai peur que d’une chose: qu’une papaye me tombe sur la tête.

C’est bien ce que je pensais, se dit Pedro. Abuelito a lu mes Astérix en cachette!

Écrit pour le Défi du 20 où Patricia imposait peur et papaye. Merci à elle!

Le défi du 20

Orange Ocean View
photo libre de droits source ici

Elle était aquarelliste mais souvent elle hésitait à peindre ce qu’elle voyait vraiment: les couleurs du ciel ou de l’océan étaient d’une audace folle.

Violentes.

Rarement mièvres.

Ce n’est pas donné à tout le monde, la peinture réaliste!

idem

***

pour le défi du 20 chez Mamylor qui demandait d’illustrer océan et orange.

Défi du 20

coltura nocciole italia
source de la photo ici

La publicité italienne garantissait que la pâte à tartiner avait été faite avec des noisettes italiennes.

Et pas – horreur! – avec des turques.

ça a fait sourire l’Adrienne, tant de nationalisme mal placé.
Ou tant de naïveté.

Elle a aussi souri quand la maman de Mohamed et Maryam lui a assuré que pour le Ramadan, son mari sélectionnait lui-même les dattes.
Et bien sûr elles devaient être en provenance directe du Maroc.
Aucun autre pays n’avait de dattes aussi savoureuses que les marocaines.
Il n’y a tout simplement pas de comparaison possible, assurait-elle.

– D’ailleurs, goûtez! Qu’est-ce que vous en dites?

L’Adrienne ne pouvait rien en dire: c’étaient les premières dattes qu’elle mangeait de sa vie.

Lors de courses au Super U dans le fin fond de la France, elle a été frappée par de nombreuses affiches certifiant que la viande était française.
Les œufs français.
Les poulets français.

L’Adrienne a haussé les épaules.

Puis elle s’est rendu compte qu’elle-même vérifiait bien que ses chicons, ses raisins noirs, son chocolat, ses pommes, ses poires, ses pommes de terre, ses asperges… étaient bien belges 🙂

***

écrit pour le Défi du 20 avec les deux mots imposés par Lydia: noisette et naïveté.

Ci-dessous, la journaliste fait passer le test à des politiciens italiens: laquelle des deux noisettes est l’italienne? laquelle est la turque? Et bien sûr tous les nationalistes se sont plantés 😉

Le défi du 20

Il y avait ces picotements.

Dans les mains, les doigts surtout.
Toute la peau des dix doigts.

Voilà, se dit l’Adrienne, j’ai attrapé une allergie!
Mais à quoi?

Comme elle avait justement mangé quelques mandarines, alors qu’elle n’en avait plus mangé depuis des mois, depuis l’hiver dernier, en fait, elle s’est dit que ça devait être ça.

Surtout qu’elle les avait achetées bio et en mangeait même la peau. C’est excellent, mixé et ajouté aux céréales du matin.

Bref, elle a décidé que ce ne pouvait être que ça: la malédiction des mandarines!

Impensable d’imaginer que le fauteur de trouble pourrait être le morceau de chocolat noir quotidien 🙂

***

écrit pour le Défi du 20 février, avec deux mots en M proposés par Soène: mandarine et malédiction

Le défi du 20

Quelle coïncidence, s’exclame l’Adrienne – oui, elle se parle à elle-même, et encore plus qu’avant, histoire de vérifier si sa voix est encore là, et puis quelle merveilleuse liberté d’expression, nul n’est là pour la contredire – bref ‘Quelle coïncidence‘ s’exclame l’Adrienne, en voyant la carte postale que Tania a envoyée à une amie blogueuse canadienne.

– J’ai failli t’envoyer exactement la même, lui écrit l’Adrienne.

Mais jusqu’à aujourd’hui, personne n’a répondu sur le blog canadien non plus 😉

***

La libellule (1903) est une œuvre de l’orfèvre et sculpteur belge Philippe Wolfers (1858-1929) – plus d’info ici – texte écrit pour le Défi du 20 – Lettre L – Passiflore demandait d’utiliser libellule et liberté.

Le défi du 20

Il crie, il hurle, il gueule… mais l’impitoyable fleuriste l’a solidement collé-scellé dans son kot de verre.

Avec cinq lumignons et de la fausse neige.

Qu’as-tu fait, petit bonhomme, dans tes vies antérieures, pour mériter ce mauvais karma?

***

la lettre K pour le défi du 20 décembre me revenait…
et ceci explique cela 🙂

à qui le tour, en janvier prochain?

Et voici la liste des cokotteuses:

Soène (et le nouveau logo) – PassifloreMamylorPatriciaLydia BVonnetteCatichouungraindesableoudeselFlorence

Le Défi du 20

@ Nsey Benajah

Nous deux nous tenant par les pieds
Nous nous savons partout chez nous
Sur la rampe, sur l’ascenseur
Dans notre jean et nos baskets
Dans notre centre commercial
Dans les yeux vagues de la foule
Les petits et grands magasins
Toi en Ad*d*s et moi N*ke
L’amour n’a rien de mystérieux
Nous sommes l’évidence même
Les amoureux se voient en nous.

***

la photo vient du jeu de Leiloona, la consigne du défi du 20 vient de chez Catichou, qui demandait de combiner le jeu et le janotisme, et le poème est un pastiche de Nous deux, de Paul Eluard.

Merci à tous les organisateurs!

***

Pour le défi du 20 décembre, c’est la lettre K et je propose kot et karma 🙂

Le bilan du 20

Quelle est la part immergée de l’iceberg?

Est-elle formée de la majorité des gens, qui font attention, respectent les consignes sanitaires, se montrent solidaires?

Est-ce vraiment à cause de l’insouciance de quelques-uns, inconscients ou égoïstes, qu’il faut à nouveau fermer les cafés, les restaurants, les hôtels et s’enfermer chez soi?

***

Pour le Défi du 20, Vonnette a proposé les mots iceberg et insouciance.

L’illustration que j’ai choisie est un tableau de Constantin Meunier (1831-1905) qui se trouve au musée des Beaux-Arts de Tournai: Cabaret au Borinage.

Pour ceux qui comprennent le néerlandais, un bon article bien illustré sur une expo consacrée à l’artiste aux Pays-Bas (Helmond Museum) en 2017.

Le défi du 20

On a mis tant de hargne à détruire leur habitat et leur nourriture que les seules hirondelles que l’on voit encore sur les fils téléphoniques de septembre sont en papier. D’ailleurs il n’y a plus non plus de fil téléphonique 😉

***

Pour le Défi du 20 chez Antiblues qui imposait hargne et hirondelle. Photo prise à l’école primaire pas loin de chez moi 🙂