D comme daft

Si tout se passe comme prévu, hier l’Adrienne a posé le pied – de préférence les deux pieds – sur le sol britannique. Ou plus exactement anglais, le nord de l’Angleterre. Le pays du Brexit et des stiff upper lips.

Pour se préparer au choc culturel, l’Adrienne a lu le bouquin ci-dessous, rédigé et publié en 2017 par deux spécialistes de la Grande-Bretagne, l’un journaliste, l’autre historien. Au chapitre 1, il s’agit de l’importance (bien connue) des traditions.

Mais il commence par le mot ‘daft’:

‘Daft’. Het is geen wasproduct, maar het is het Engelse woord voor ‘gek’. De Engelsen houden wel van dingen die een beetje ‘daft’ zijn. Zoals het feit dat de Lord Chancellor bij de jaarlijkse officiële opening van het parlement zijden kousen draagt en een goud geborduurde ‘robe’. Vaak zie je op zijn of haar hoofd nog een lange grijze pruik. De minister biedt al knielend een stoffen handtas aan de koningin aan, die op een gouden troon zit en een blinkende kroon draagt. Zij haalt daaruit de toespraak van haar premier. Die levert deze op een geitenvel. In juni 2017 werd dat moment verschillende dagen uitgesteld, omdat de inkt immers enkele dagen de tijd nodig heeft om te drogen. Een deel van de pers vond dat het land zich belachelijk maakte. ‘Daft’. Maar de perkamentenmaker – ja, dat is een officiële functie – verweerde zich. ‘Het ligt niet aan het geitenvel. De regering gebruikte de foute inkt!’ Met andere woorden, de traditie maakt zich niet belachelijk, het is de regering die er geen verstand van heeft.

‘Daft’. Ce n’est pas une lessive, c’est le mot anglais pour ‘fou’. Les Anglais aiment les choses un peu folles. Comme le fait que le Lord Chancellor, à l’ouverture officielle du Parlement, chaque année, porte des bas de soie et une robe brodée d’or. Souvent aussi une longue perruque grise. C’est à genoux que le ministre offre un sac en tissu à la reine, assise sur un trône en or et portant une couronne scintillante. De ce sac, elle sort le discours de son Premier ministre. Qui lui est livré sur du chevreau. En juin 2017, cet instant a été remis de plusieurs jours, parce que l’encre a besoin de quelques jours pour sécher. Une partie de la presse a trouvé que le pays se ridiculisait. ‘Daft’. Mais le préparateur du parchemin – oui, c’est une fonction officielle – s’est défendu en disant: ‘Ce n’était pas à cause du chevreau. Le gouvernement a utilisé la mauvaise encre!’ En d’autres mots, la tradition ne se rend pas ridicule, c’est le gouvernement qui n’y connaît rien.

(traduction de l’Adrienne)

Afficher l’image source

lire les premières pages ici.

les auteurs en podcast ici.

la définition du dictionnaire Cambridge ici.

D comme délation

Carré noir (MNAM).jpg

Celui-là même, qui depuis cinq ans est à la tête du parti d’extrême droite ayant fait son meilleur score aux dernières élections, celui-là même est cet ancien président d’un groupement d’étudiants ayant appelé les écoliers à dénoncer leurs professeurs tenant en classe des propos « de gauche ».

A l’époque il y a eu un tollé général et il a dû mettre une sourdine.

Mais comme toujours, c’est à force de répéter des atrocités qu’elles finissent par passer.
Son prédécesseur avait déjà lancé l’idée en 1989 et on peut lire ici que nos voisins du nord viennent de la reprendre en ce joli printemps de 2019. 

Carré noir, de Kasimir Malevitch

 

D comme déjanté

L’Adrienne roulait allègrement un vendredi soir en direction de la maison quand elle a senti comme un cahot inhabituel. Un pneu crevé, a-t-elle fini par deviner.

C’était la première fois que ça lui arrivait mais il faut dire aussi qu’elle ne conduisait que depuis quelques mois.

Le temps de trouver un endroit où se garer – elle était quelque part au milieu des champs, à deux kilomètres de son vert paradis, sur une route de campagne où il était impossible même de se croiser – l’Adrienne roulait sur la jante.

***

Consigne du défi 557: J’ai pensé un instant- écrit Walrus – vous proposer Doudou, mais je me suis rappelé avoir écrit quelque chose là-dessus à l’occasion du défi #115 (une époque où, vous le constaterez, les défis étaient un rien plus compliqués que ceux d’aujourd’hui). Alors, je vous file un truc où même le CNRTL ne vous sera d’aucun secours : Déjanté 

5571

D comme drôle de drame

sliced tuna with green leaf vegetables

– Tu sais bien que je ne mange plus d’animaux morts, dit-elle en repoussant le plat de poisson que lui tend sa mère.

– Tu les mangerais peut-être vivants? raille le grand frère.

Depuis qu’elle est partie en croisade vegan, rien n’ébranle ses convictions. Malheureusement, les blagues de son frère ne la font plus rire non plus.

– Ils ont plus d’instinct, d’intelligence et de sensibilité que toi, grogne-t-elle.

La mère soupire. La réalité quotidienne, à table, ce sont ces prises de bec à un rythme incessant, fatigant. Lassant.

– Dis m’man, tu nous ferais un steak tartare, un de ces quatre? Ça fait longtemps! J’en ai drôlement envie, ajoute-t-il en lorgnant vers sa sœur, qui se lève de table, excédée.

– Tu n’es qu’un gros porc!

– Venant de toi, c’est plutôt un compliment, non?

***

écrit pour Des mots, une histoire avec les mots imposés suivants: croisade – instinct – almanach – réalité – rythme – poisson –  convictions

Photo de Pixabay sur Pexels.com

D comme Défi du samedi

two prosthetic legs on wooden surface

C’est l’ami Walrus qui tient la boutique tout seul depuis déjà un bon bout de temps. Chaque semaine il propose un mot, en suivant l’ordre alphabétique.

Pour le défi 548, il était arrivé à la lettre U et a proposé unijambiste.

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter avec un mot pareil, s’est demandé l’Adrienne, comme à peu près chaque semaine 🙂 puis elle a vu le commentaire de Walrus qui expliquait que dans sa région, « pour vous convaincre de prendre un deuxième verre, on vous dira : On ne va pas sur une jambe ! »

Alors l’Adrienne évidemment a tout de suite répondu que dans sa région aussi, et c’est ainsi que lui est revenue en mémoire l’anecdote suivante:

« Op één been kan je niet staan! » (1) disait le père de l’ami Luc.

Or, il avait une jambe de bois.
Adolescent à l’arrivée des Allemands en mai 1940, il avait eu une jambe arrachée par une des rares bombes tombées sur notre petite ville.
Comme on voit, c’était un homme qui avait de l’humour.
Sa femme aussi, d’ailleurs, sans le vouloir.
Quand on sonnait à sa porte trop tard à son goût, elle disait, en parlant de son mari:
 » Désolée, il est déjà démonté » (2)
 
(1) l’équivalent flamand de ce qu’explique Walrus, en Belgique « pour vous convaincre de prendre un deuxième verre, on vous dira : On ne va pas sur une jambe !« 
(2) « Hij ligt gedemonteerd »
Alors si ça vous dit, samedi prochain c’est V vomme vernaculaire 🙂
Photo de Pete Johnson sur Pexels.com

D comme decolletéportemonnee

decolletéportemonnee

Il est toujours amusant de constater comme nos voisins hollandais aiment les mots français, voyez ce « decolletéportemonnee » que le journal flamand a appelé « boezembeugel », ce qui veut dire à peu près la même chose 🙂

On y apprend que cette mini-pochette à mettre à l’intérieur d’un bonnet de soutien-gorge a obtenu le prix du public fin 2012 mais apparemment il n’est que pleinement commercialisé depuis peu.

Le mot a intégré le dictionnaire après avoir remporté 15 % des voix pour désigner le néologisme de l’année. La pochette est juste assez grande pour contenir une carte bancaire ou quelques billets, permettant de sortir en boîte et de danser sans avoir à se soucier d’un sac à main.

Bien, bien, me dis-je, mais je doute que ce soit vraiment invisible sous un léger vêtement, et certainement au moment de sortir discrètement mes sous de mon décolleté 🙂 

Et surtout, comme je fais sans sac à main, pour les clés de la maison? le carnet? le stylo? le mouchoir? le téléphone? 

info article et source de la photo © Hemaontwerpwedstrijd.nl    ici.

D comme drakkar

2019-01-02 (3)

Cette sculpture face à la mer, le long de la Saebraut à Reykjavik, ne s’appelle pas drakkar mais Sólfar, ce qui veut dire – explique le Routard 2018/19 – Voyageur du soleil.

Cette oeuvre en acier inoxydable a été créée par Jón Gunnar Árnason et inaugurée en 1990, plus d’un an après la mort de l’artiste. Il est décédé en avril 89 des suites d’une leucémie. Il était le gagnant du concours, lancé en 1986 à l’occasion du bicentenaire de la ville (1), mais n’a donc pas pu voir son oeuvre in situ.

Et pour donner raison au guide, qui écrit que « c’est le monument le plus photographié de la capitale » (p.95), je l’ai pris en photo sous trois angles différents 🙂

Parce qu’il est bien joli, je trouve.

***

Photo prise le 2 janvier entre onze heures et midi, contrairement à ce qu’on pourrait croire en voyant la faible luminosité 😉

(1) on estime que les premiers colons norvégiens sont arrivés dans la zone en 874 mais des découvertes archéologiques ont permis de conclure que des Celtes y étaient déjà installés au siècle précédent. Cependant, la date retenue comme fondatrice de la ville est celle de la charte accordée par la couronne danoise en 1786.
L’histoire du pays est retracée au Musée national d’Islande.