E comme émouvoir

 

Zeebrugge port gets ready for Brexit

Si Horace et Boileau avaient raison, qu’une véritable œuvre d’art doit plaire et émouvoir, alors la cérémonie du mariage est une œuvre d’art.

Croyez-en l’Adrienne, experte en émotions et débutante douée en stiff upper lips. Pour les journées d’adieux à ses élèves, à ses collègues, au comité directeur, elle avait prévu un mouchoir supplémentaire… et bien, elle n’en a pas eu besoin 😉

Bref, la canicule s’est terminée juste à temps pour qu’on puisse s’attifer et respirer quand même, on a emmené le chien des futurs époux – un grand clébard beige dont on aura la garde pendant que leurs maîtres seront en voyage de noces – et c’est dans un décor de conte de fées qu’on va pouvoir goûter la gastronomie britannique (ne riez pas, amis belges, canadiens, suisses et français qui pensez que votre cuisine est la meilleure au monde ;-)) dès qu’ils se seront dit ‘I DO!’

***

écrit pour Olivia Billington avec les mots imposés suivants: canicule – expert – clébard – cuisine – conte – émouvoir

La photo a déjà servi: October 23, 2018 – Zeebrugge, Belgium: View of the port of Zeebrugge, the world’s largest car terminal, which is now preparing itself for a hard Brexit. The banner about the port of Zeebrugge being « Brexit proof » has been put there by Port Authorities. Une banderole affirmant que le port de Bruges-Zeebruges etait pret pour le Brexit a ete installee a proximite du terminal ou auront lieu les futurs controles douaniers.

E comme eau

Pas besoin de longues enquêtes sur le net cette fois-ci, pour retrouver d’anciennes publicités pour notre Spa Reine national.  De celles qui sont restées dans les mémoires, parce qu’elles contiennent une anecdote et ont fait sourire. Du sérieux montré avec légèreté.

On y voit des gens attablés, un couple, un père et son fils, deux sœurs… L’un des deux se montre odieux, sans scrupules, jusqu’au moment où l’autre, excédé, lui envoie son verre d’eau de Spa à la figure. Pour l’amener à des pensées plus justes.

écrit pour Olivia Billington avec les mots imposés suivants: spa – s’attabler – pensées – enquête – légèreté – scrupule – anecdote

E comme espérance

DSCI7279

Depuis que le papier de refus est arrivé, chaque cahot sur la route les fait sursauter: ils s’attendent à recevoir un contrôle de police d’un jour à l’autre.

– C’est tout de même trop fort! grogne Marie en remuant à grands coups de fourche bêche la terre encore froide du potager. Qu’est-ce qu’il leur faut de plus, c’est une évidence que sa vie était en danger! Un œil amoché, un traumatisme crânien, ça ne leur suffit pas? Et les cicatrices dans le dos, on voit bien que ce sont de petites brûlures!

L’argile gras et luisant se décompacte difficilement. C’est une terre excellente, fertile, mais qui demande de l’huile de bras, comme disait son grand-père. Les jours fériés de mai y sont consacrés en priorité.

Le potager, Muanza, ce n’est pas son truc. La fois où il avait voulu aider, il avait laissé les ‘mauvaises herbes’ et arraché les futurs légumes.  Depuis, sa présence au jardin est purement affaire de solidarité masculine. Pierre et lui causent gentiment pendant que Marie s’échine sur les mottes récalcitrantes.

– Qu’est-ce qu’il leur faut? recommence-t-elle avec hargne. Des phlegmons purulents? Il faut sans doute mourir d’abord, pour prouver qu’on est véritablement en danger?

– Tiens, dit Pierre, je t’ai cueilli un peu de muguet, va le mettre dans un vase, tu es en train de te casser le dos, va te reposer…

Ecrit pour Olivia Billington avec les mots récoltés: excellent – férié – présence – solidarité – argile – muguet – cahot – espérance – phlegmon – évidence

E comme experte

lakévio117L’Adrienne, vous savez bien, celle qui est téléphonophobique, celle qui ne jure que par son vieux nokia – toujours éteint – oui celle-là même, a depuis mercredi soir un téléphone intelligent. Plus intelligent qu’elle. Un qui connaît la route et qui sait prendre des photos. 

Voilà, voilà.

Parce que sa mère l’a reçu en « cadeau gratuit » avec un de ses abonnements. C’est vous dire si le machin vaut son pesant de gigabytes.

Avant de pouvoir le configurer, il a fallu courir à un magasin Proximus avant l’heure de fermeture, parce que la carte sim du vieux nokia est trop grande pour le machin intelligent. Qui est pourtant trois fois plus grand que le vieux nokia. Si vous suivez toujours…

Puis il a fallu réintroduire les coordonnées des uns et des autres. Provisoirement, le seul numéro introduit est celui de la nipotina, qui a poussé des cris de joie en apprenant la nouvelle. Allez savoir pourquoi! Et qui lui a immédiatement refilé whatsapp.

– C’est quelle marque? a-t-elle voulu savoir.
– Euh… c’est sans marque. C’est un « cadeau gratuit ».
– …           (on la sent perplexe et légèrement incrédule)

Bref.

L’Adrienne a éteint son téléphone jusqu’au lendemain après l’école. Quand elle a voulu le rallumer, il a demandé son code pin. Vous devinez la suite? On a droit à trois tentatives… D’abord elle a introduit le code pin de la carte sim du vieux nokia – elle avait déjà oublié ce remplacement – puis elle a introduit son code personnel de sécurité – ce n’était pas ce que le machin voulait – puis le bon code pin. Enfin, celui qu’elle croyait être le bon, mais qui a été refusé par l’intelligente machine.

Bref.

Bref tout ça est tout sauf bref.

Mais l’Adrienne est entrée dans le 21e siècle.

Finalement.

Oui, oui.

***

en illustration, un autre tableau qui a servi de consigne chez Lakévio 🙂

E comme excédé!

person holding octopus

Excédé et écœuré, voilà ce qu’il était.

Exaspéré de voir de malheureux crustacés systématiquement surcuits.
Effaré par l’odeur de ces poulpes alors qu’on était en bord de mer.
Énervé par ce fromage râpé qu’on retrouvait sur tant de plats qui n’en demandaient pas. Ces sauces lourdes et cette rondelle de tomate incongrue, superflue, fadasse, qui garnissait toutes les assiettes, accompagnée de sa demi-feuille de salade.
Et ce parfum entêtant des lys que la patronne mettait partout, empêchant de humer correctement les vins, les mets…

Alors sous le coup de l’émotion, après une nuit d’insomnie, il a rendu son tablier.

– Désolé, a-t-il dit au chef et à son épouse, je m’appelle Etchebest, pas Dieu-le-Père.

Photo de Elle Hughes sur Pexels.com
écrit pour Désir d’histoires (Olivia Billington, que je remercie) avec les mots imposés suivants: lys – insomnie – fromage – superflu – désolé – crustacé – poulpe – émotion.

E comme épée

https://www.rtc.be/playerjs/embed.php?id=1498123

L’épée de Rubens, ou faut-il dire la rapière de Rubens, était exposée au stand de la Fondation roi Baudouin.

« Charles Ier d’Angleterre [l’] offrit en 1630 à Pierre Paul Rubens ‘en remerciement pour services rendus’. Le peintre n’a certes pas été inactif en tant que diplomate et est entre autres intervenu comme médiateur dans le conflit entre l’Espagne et l’Angleterre durant la Guerre de Trente Ans, ce qui lui a aussi valu d’être adoubé par Charles Ier.

Pendant des générations entières, cette rapière a été conservée, avec son fourreau et les documents attenants, par les descendants de Rubens. L’an dernier, grâce à l’intervention du Comte Joseph van der Stegen de Schrieck, les enfants du Comte Jean-Marie van der Stegen de Schrieck ont confié ces pièces à la Fondation Roi Baudouin afin de rendre cette arme d’apparat accessible à tous. Désormais restaurée, cette épée, qui a une valeur non seulement historique mais aussi artistique, peut aujourd’hui être présentée.

L’épée est classée dans le cadre de la Politique de protection du Patrimoine de la Fédération Wallonie-Bruxelles. À l’issue de la BRAFA, elle sera confiée en prêt de longue durée au Grand Curtius à Liège, qui contient la plus vaste collection d’armes d’apparat du pays. »

- Provenance :
Derek Biront
derek.biront@metafose.be

Citation et photo prises ici où vous pourrez lire toute l’info qui vous intéresse.

E comme experte

2018-12-30 (4)

Tous les Islandais rencontrés en ont fièrement parlé: leur langue est unique par plusieurs aspects.

Tout d’abord, elle est restée quasiment inchangée au fil des siècles, ce qui fait que l’écolier de 2019 n’a pas besoin d’un dictionnaire du moyen âge pour lire les textes du 13e siècle.

Ensuite, malgré le très faible niveau de population, qui de plus se trouvait disséminée sur un grand territoire, la langue est restée unique: aucune variante dialectale, aucun ‘accent’ selon le lieu où on habite. C’est tout à fait unique et remarquable.

Enfin, le gros défi face auquel se trouvent toutes nos langues non anglo-saxonnes ces dernières décennies: l’apport de mots anglais, surtout avec l’arrivée de nouvelles technologies. Les Islandais font comme les Québécois, ils se trouvent un mot dans leur langue. Généralement ils reprennent un mot tombé en désuétude, recyclent un mot existant ou en reforgent un nouveau en collant deux mots ensemble. Leur langue a cette faculté propre aux langues germaniques comme l’allemand et le néerlandais.

Ils ne disent donc pas camping, c’est tjaldsvæði (mot composé, tjald veut dire tente), ni WCc’est snyrting (mot recyclé, se refaire une beauté, toilettage d’un animal etc.), pluriel snyrtingar 🙂 Pour le téléphone ils ont repris un mot ancien, síminn, qui signifie ‘lien’.

Bref, tout ça pour vous dire que votre experte Adrienne, croyant s’acheter un produit laitier genre fromage frais, étant donné que la chose (voir photo) se trouvait entre le skyr et les yaourts, a été bien surprise de découvrir, en ouvrant ce petit pot, une sorte de riz au lait non sucré.

Parce que le mot pour dire ‘riz’ (rice, rijst, Reis, arroz, riso…) même si on peut encore le deviner – surtout après coup – dans ‘hrísgrjón‘, comment le retrouver dans ‘grjónagrautur‘ ?