L comme limousine

– Tu as une nouvelle voiture? demande l’amie à qui l’Adrienne ouvre sa porte.

Elle montre le bel exemplaire long et sombre et rutilant garé juste devant et oui, elle est sérieuse: comme chaque fois qu’elle vient et qu’une bagnole est garée devant chez l’Adrienne, elle lui pose cette question:

– Tu as une nouvelle voiture?

C’est ainsi que tous ceux qui passent devant sa maison pensent que les poubelles ou autres choses qui traînent devant chez elle lui appartiennent 😉

Comme le jour où quelqu’un avait déposé (ou perdu?) un matelas sur son bout de trottoir et que sa directrice s’était étonnée, en route pour l’école, de voir ça là, alors que l’Adrienne est tellement « écolo » 😉

L comme loi du talion

Les salutations préliminaires sont cette fois légèrement écourtées, il y a visiblement urgence.

– Je voudrais discuter de quelque chose avec vous, dit-il, son gros classeur d’écolier sous le bras.

Mais ce n’était pas une discussion, c’était une suite continue de la même affirmation: en ressortant une heure et demie plus tard, il répète encore que pour lui c’est bien simple, œil pour œil, dent pour dent.

Le pardon, la mansuétude, c’est de la faiblesse 😉

L comme Le duBus du jour

Peut être un dessin animé
source ici

Il semblerait qu’on soit nombreux à se poser des questions du même genre, ces temps-ci.

Pour l’Adrienne hier c’était: « Qu’est-ce qui coûterait le plus cher en énergie, le petit radiateur électrique dans la salle de bains, soir et matin, ou carrément faire marcher le chauffage? »

Le bricolage imaginé par le caricaturiste duBus apporterait une réponse 🙂

L comme LOL

– C’est quoi, ça? demande petit Léon.
– Ah!ça! ce sont les voisins.

Comme vous le savez, les nouveaux voisins sont très inventifs en nuisances sonores, ils aiment faire des trous dans les murs, collectionner les chiens qui aboient – pour pouvoir gueuler dessus, probablement – et mettre leur radio ou télé sur le volume réservé aux sourds et aux malentendants, ou à ceux qui veulent le devenir.

Justement ce jour-là, l’Adrienne avait reçu d’eux l’annonce que leur fête de mariage aurait lieu chez eux le 22 octobre.

Et, précisaient-ils, il se pourrait que ce jour-là il y ait un peu de bruit.

L comme letzte Bratwurst

Défi #676

cabo de São Vicente

L’Adrienne a toujours entendu son père vitupérer contre ces touristes qui, alors qu’ils ont choisi une destination étrangère, parfois même exotique, désirent y boire et y manger exactement ce qu’ils mangent et boivent chez eux.

– Autant rester chez soi, alors! disait-il.

C’est donc à lui qu’elle a pensé en voyant la photo proposée par Walrus et en lisant ce passage chez Jonathan Coe, où Billy Wilder et ses invités sont attablés dans le meilleur restaurant bavarois et qu’Al Pacino veut une chose qui n’est pas au menu: un cheeseburger avec des frites et du coleslaw.

Ce qui fait bondir Billy Wilder exactement comme l’aurait fait le père de l’Adrienne:

« Un cheeseburger, vraiment? Vous vous croyez au McDonald’s?

– Non, je sais qu’on n’est pas au McDonald’s, répondit Pacino, mais j’ai envie d’un cheeseburger, c’est tout. Où est le problème? N’importe quel resto du monde peut vous servir un cheeseburger, non?

– Certes, mais ce restaurant n’est pas n’importe quel restaurant. Nous sommes dans la salle de restaurant du Bayerischer Hof. Le chef est le meilleur d’Allemagne. Et sa spécialité, c’est le Schweinshaxe.

– Eh bien, je suis ravi de l’apprendre. Mais ma spécialité à moi, ce sont les cheeseburgers. Et je compte sur lui pour m’en préparer un du tonnerre.

– Vous devriez peut-être commander un milkshake au chocolat avec. Ou un diabolo fraise. Cela s’accordera sans doute mieux avec votre plat qu’un riesling millésimé. »

Bref, ça énerve tellement Billy Wilder qu’il conclut en disant au serveur :

« Dans ce cas, vous pourriez également apporter du ketchup et de la mayo, et enlever les couverts de monsieur Pacino pour qu’il puisse manger avec les doigts, et peut-être régler vos horloges sur l’heure d’été du Pacifique, pour qu’il ait toujours l’impression d’être chez lui, à Los Angeles. »

Jonathan Coe, Billy Wilder et moi, éd. Gallimard 2021, traduction de Marguerite Capelle, p.152-153.

L comme leuk!

– Bonjour! C’est toi, Yana?
– Non, c’est Tyana! Et vous, vous êtes la voisine?

C’est ainsi que les présentations ont été faites, sur le trottoir, entre l’Adrienne et une blondinette de neuf ans.

– Je suppose que nous allons au même endroit, fait la gamine avec l’assurance d’une grande.

Elle était chargée d’aller faire valider les bulletins du Lotto, alors que l’Adrienne et petit Léon se rendaient à la bibliothèque. Lui ne desserrait évidemment pas les dents: en plus de sa timidité, il avait l’excuse de la langue.

– Moi je connais déjà l’anglais, dit la petite. Je sais compter jusqu’à 99 parce que je ne sais pas comment on dit cent.

Bref, ils n’avaient pas deux cents mètres à faire ensemble, mais ça a suffi à Tyana pour exprimer son soulagement de pouvoir passer en quatrième primaire, raconter qu’elle a des devoirs de vacances à faire, qu’elle connaît déjà bien le coin, qu’elle sait dire ‘bonjour’ en espagnol et qu’elle se plaît bien dans la ville de l’Adrienne:

– Ik vind het leuk, hier!

Ce qui est tout à fait rassurant, bien sûr 🙂

L comme lundi

85ème tentative de soumettre le 85ème devoir de Lakevio du Goût

carte mère.jpg

– Pourquoi, demande petit Léon, tout n’est pas gratuit? Ce serait quand même beaucoup mieux!

Madame et lui étaient supposés réviser les sciences, jeudi soir, mais une chose le tracassait: le coût de la vie en général et le coût d’un week-end à la mer en particulier. En caravane louée.

– La dame elle demande 100 € rien que pour l’eau et l’électricité, vous vous rendez compte! C’est vraiment pour les gens riches! Alors ma maman a dit ‘ça va pas être possible’ mais je vois bien que ça la rend triste.

Dans son livre de sciences il y avait quelques pages consacrées à l’apparition de la vie sur la terre, donc Madame lui a fait remarquer à quel point l’homme était récent, finalement, et qu’en effet, à l’époque des chasseurs-cueilleurs de la préhistoire, on devait encore inventer l’argent.

Il soupire un peu à la façon du renard-rien-n’est-parfait et conclut que c’était peut-être mieux de vivre sans avoir besoin d’argent mais qu’il préfère quand même vivre aujourd’hui.

***

« Cette photo illustre le souci qui m’occupe ces temps-ci », écrit Monsieur le Goût, qui a des problèmes de PC et nous a donc donné un devoir un peu différent 😉 Mais ça tombe bien: justement les parents de petit Léon veulent faire de lui un informaticien 🙂

L comme leçon

Mais Madame! où aviez-vous la tête quand vous avez planté votre clématite! déclare E*** avec le sérieux du professionnel de l’horticulture.

Puis il explique:

– La clématite est une plante grimpante. Ce qui veut dire qu’elle a besoin d’un support.

Il poursuit son exposé avec de grands gestes:

– Ici, elle pend sur le trottoir… et elle va pendre de plus en plus!

Hélas Madame le sait bien.
Que la clématite est une plante grimpante à laquelle il faut un support assez haut.
Et qu’en effet elle n’a pas réfléchi quand elle l’a plantée là, à côté une clôture qui fait à peine un mètre.

– Tu as raison, dit-elle. Tu as entièrement raison.

Et elle rit aux éclats.

ça faisait bien longtemps qu’on ne lui avait plus fait la leçon 🙂

***

la photo de la clématite date de juin 2017.

L comme litanie

Saint Anatole
Ouvrez les écoles

Saint Lombard
Ouvrez les bars

Saint Laurent
Ouvrez les restaurants

Sainte Cléopâtre
Ouvrez les théâtres

Saint Corbières
Ouvrez les frontières

Saint Cochléaire
Organisez des concerts

Saint Plougastel
Offrez-nous des hôtels

Sainte Clémence
Donnez-nous des vacances

Sainte Marie
Faites qu’elles soient infinies

Litanie des confinés, d’après la Litanie des écoliers, de Maurice Carême.