N comme n’en jetez plus

N’en jetez plus, la cour est pleine, disait le père de l’Adrienne chaque fois qu’il y avait le moindre compliment dans l’air.
Qu’aurait-il dit, pense l’Adrienne en nettoyant sa boite à SPAM, comme chaque jour à la façon du petit Prince débarrassant sa planète des envahissantes pousses de baobabs, qu’aurait-il dit en lisant ce commentaire signé Ignited Labs G Force Review:

My wife and i felt so thankful Chris could conclude his preliminary research while using the ideas he acquired from your very own web page. It is now and again perplexing just to always be giving for free guidelines which usually some other people may have been making money from.
And we also recognize we now have the writer to give thanks too for that.
The main explanations you have made, the simple blog menu, the relationships your site make it easier to Promote – it is mostly extraordinary, and it’s really leading our son in addition to the family reckon that the situation is thrilling, which is very serious. Thanks for all the pieces!

Heureusement, l’Adrienne a lu la Fontaine et sait que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute 🙂

Mais que ne vont pas inventer, de nos jours, les démarcheurs pour casinos en ligne ou les vendeurs de pilules pour la soif… de virilité!

N comme nuit blanche à l’hôtel de la courte paille

L'univers Courtepaille

– Comment! Malheureux! tu ne sais donc pas que c’est absolument interdit! Es-tu bête à ce point? C’est complètement interdit! Il faut vraiment être débile ou extrêmement faible d’esprit pour ne pas être au courant que ça nuit gravement. C’est honteux, irrémédiablement honteux! Etre jeune n’excuse pas d’être un kéké. Loin de là!

L’index majestueusement accusateur, le doigt noueux obstinément pointé vers moi, il poursuivait sa diatribe.

– Quelques-unes ne feront pas la différence, dis-tu? Et tu trouves raisonnable de proférer un truc aussi stupide? un argument tellement usé, vieux comme le monde? Va donc te rincer la bouche dans les waters et reviens quand tu auras les idées claires!

Alors je l’ai planté là, hésitant un moment entre une rasade de xérès ou un quart d’heure de yoga pour retrouver un peu de zénitude.

Je n’avais vraiment pas envie de passer une autre nuit blanche pour délit d’usage de pailles…

***

consignes chez Joe Krapov, que je remercie: Voici quarante titres proposés par Hubert Haddad à la page 245 de son « Nouveau magasin d’écriture » :

Le corbeau sentimental – Ultimes confidences d’un Dom Juan de basse-cour – Le chat qui se promenait dans un rêve – La transparence des loups – Le marionnettiste ficelé – Le manège noir – Et voilà les parents de Dieu – Le chirurgien des ombres – Le paysan photographe – Paysage à la pointe de diamant – Meurtre sous une ombrelle – Les trois vies de l’apprenti vieil homme – Le charbonnier, le nègre et la pleine lune – Le sculpteur de larmes – L’énigme du somnambule ou les rendez-vous de la bohémienne – L’inconnu de chaque instant – L’abîme derrière la porte – Narcisse et le crâne – Déjeuner de Newton avec un pendu – Le bourreau amoureux – Crime en deux nuits et une messe – Monsieur chez les femmes – D’Œdipe à Daisy – La statue de pluie – Le pêcheur de corail qui plongeait au fond des mers pour raconter sa vie à la sirène aux yeux d’oubli – Le roseau funèbre – Des rats dans les Dolomites – Flânerie de l’apocalypse – Le voleur sans nom poursuivi par son ombre – L’infini quelquefois – L’industriel et ses amulettes – L’assassin et son double – Nuit blanche à l’hôtel de la Courte paille – Le grenier de l’amnésique – Chronique de la canicule – Un hiver à Pékin – Tancrède ou l’Art d’aimer – Le singe et la prisonnière – L’accordeur de cigales – La véritable histoire de Dieu 

 Vous choisissez un titre dans cette liste. Puis vous listez 26 mots qui vous serviront à écrire votre histoire : chaque mot commence par une lettre différente de l’alphabet (anacoluthe – bachi-bouzouk – cornichon – dinosaure etc.)

26 mots choisis à l’aide de mon petit Robert et de Cobra le Cynique, en privilégiant les adjectifs et adverbes, autant que possible: absolument – bête- complètement – débile – extrêmement – faible – gravement – honteux – irrémédiablement – jeune – kéké – loin – majestueusement – noueux – obstinément – pointé – raisonnable – stupide – tellement – usé – vieux – water – xérès – yoga – zénitude – les photos viennent du site de Courte Paille

Si possible, vous insérez les 26 mots dans l’ordre alphabétique au sein de votre texte.

N comme Nestor

Deux mille six cent vingt-quatre ans. C’est l’âge d’un cyprès qui pousse avec quelques frères et cousins dans un parc naturel de Caroline du Nord. 

N’est-ce pas magnifique, se dit l’Adrienne en sirotant son café du matin.

Mais le titre de son journal l’a d’abord induite en erreur: « één van de oudste bomen ter wereld », lit-elle, un des arbres les plus anciens. Pas le plus ancien. Pas Mathusalem. Un Nestor, donc.

La palme, si l’on peut employer ici cette expression, revient à un épicéa suédois d’environ huit mille ans.

Pourvu que les tronçonneuses leur prêtent vie… Et que les scientifiques arrêtent de prélever jusqu’au cœur de l’arbre ces baguettes leur permettant de s’amuser à des datations et autres frivolités.

Un peu de respect, que diable!

article en français ici.

N comme Ne te raconte pas d’histoires!

close up of heart shape

« Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants« , voilà comment elle voyait sa vie de femme, dès ce jour merveilleux où son mariage serait célébré.

Elle le savait bien, pourtant, que la vie n’était pas comme dans les contes. Elle n’avait pas cette illusion: il lui suffisait d’observer la famille, la fratrie, les mères harassées, les soucis divers des uns et des autres et la mésentente conjugale légendaire de deux ou trois mégères du voisinage.

Pourquoi alors espérait-elle que son propre chemin serait tapissé de fleurs? Que sa propre histoire serait plus fertile en événements heureux que malheureux?

« On ne sait jamais si on a misé sur le bon cheval », disait sa grand-mère. « On ne le sait que quand tout est consommé. »

Mais au lieu d’écouter la sage grand-mère, elle a préféré croire son utopie.

***

écrit pour les Petits cahiers d’Emilie avec les mots imposés suivants: MERVEILLEUX  – CONSOMMER – MARIAGE – SOUCI – FLEUR – MÉGÈRE – FRATRIE – UTOPIE – HARASSÉ – HISTOIRE – FERTILE – ILLUSION – CÉLÉBRER – CONTE – CENSURE

Comme on pouvait laisser tomber un mot, je n’ai pas utilisé CENSURE.

Photo de freestocks.org sur Pexels.com

N comme non

27171-801010199

Comment avaient-ils fait pour se retrouver, Marie n’en a pas la moindre idée. Un jour Atuahene a réapparu dans la vie de Muanza, comme le génie du livre. Atuahene et son grand corps fait pour lézarder sur une plage africaine ensoleillée en grattant une guitare. Atuahene et la merveilleuse élasticité de tous ses mouvements, son grand rire apaisant, son extrême maigreur et ses larges chemises d’un blanc éblouissant.

Marie ne comprend pas pourquoi ça a été tellement moins dur pour lui, d’acquérir le statut de réfugié. Quel est le problème pour Muanza? quel argument manque dans son dossier, pourtant déjà si volumineux qu’on pourrait en remplir une malle? à qui s’adresser quand on a déjà tout essayé et pris sa plus belle plume pour écrire jusqu’au ministre en personne?

Oh oui, il a répondu, le ministre: une feuille tout imprégnée de regrets de comédie et de considérations distinguées: Muanza doit quitter la Belgique.

***

Merci à Emilie pour la reprise des Plumes d’Asphodèle. Les mots imposés étaient LÉZARDER – DUR – LIVRE – S’IMPRÉGNER – CORPS – ÉLASTICITÉ – ENSOLEILLÉ – APAISER – PLUME – GUITARE – MANQUE – MOINS – MALLE

La photo n’a aucun rapport avec Muanza ni avec Atuahene qui ne parlent ni l’arabe ni le français et juste un peu de néerlandais. Mais qui sont excellents en twi et en anglais 🙂

N comme nature

 

2019-01-03 (12)

C’est la nature qui a le dernier mot, disent tous les Islandais à qui on parle, qu’il s’agisse d’éruptions volcaniques ou d’aurores boréales.

Bien sûr, c’est évident.

Mais il est dans la nature de l’homme de suivre la sienne 😉

Ainsi, après avoir été maintes fois avertis du danger de la puissance des vagues de l’Atlantique à Reynisfjara, certains tiennent quand même à se faire peur ou à défier les éléments, et reviennent mouillés de leur promenade en bord de mer. Encore heureux qu’ils en reviennent, riant et s’ébrouant. D’autres ont été emportés.

Ainsi, nombreux sont ceux qui, où que l’on soit, ne voient le pays qu’au travers de leur smartphone. Leur temps se passe à prendre des photos, les regarder, les trier, en jeter, en envoyer sur les réseaux sociaux. La jeune fille à côté de moi dans le bus y a passé toute sa journée.

Ainsi, deux petits enfants sur cette plage de sable noir, font ce que font tous les enfants en vacances à la plage, ils construisent un château et tracent des fossés, des routes. En n’utilisant que leurs deux mains qu’ils finissent par sortir de leurs moufles – blanches, à l’origine 😉  – malgré le froid.