B comme balançoire

DSCI7751

A l’époque où l’Adrienne avait quelques poules pondeuses, elle a toujours veillé à ce qu’elles soient les plus heureuses possibles.

Mais là, aux Pilifs, elles disposent même d’une balançoire.

Et d’un bloc pour leur permettre d’y accéder et surtout d’en redescendre sans se fouler une patte 🙂

Quel endroit merveilleux – et pas seulement pour les poules! – quel bonheur de l’avoir enfin vu!

Merci!

H comme heureux évènement (bis)

Il y avait déjà eu une naissance dans la famille des éléphants en février et ce 8 juin un deuxième bébé est arrivé.

La maman s’est débrouillée toute seule, dit le soignant, le bébé a très vite réussi à se mettre sur ses quatre pattes et les autres femelles forment un solide cercle de famille. Tout va donc très bien.

Faudra que l’Adrienne finisse par aller faire un tout à Pairi Daiza 🙂

Longue vie à cette jolie – et touchante – petite bête!

article ici.

 

I comme Isère, misère!

Béline a gardé la doudoune et le duvet. Elle a horreur d’avoir froid et ce matin, avec le temps qu’il fait, elle aurait préféré rester près du feu.

Et elle a dû quitter la maison si tôt qu’elle a à peine eu le temps de déjeuner, alors évidemment elle a des vertiges et en route elle a dix fois frôlé la catastrophe. Elle espère qu’elle ne devra pas prendre ces risques chaque matin, dorénavant!

Mais voilà son copain Panurge qui arrive dans la cour! Elle s’empresse d’aller froufrouter de son côté, du sirop plein la voix en s’adressant à lui, comme dans un film d’amour qu’elle a vu l’autre soir.

Et lui, le pauvre, dans un vieux réflexe machiste, se dit « J’emballe, j’emballe sec! Cette nana, elle est à moi, je le sens, ça va marcher comme sur des roulettes! »

***

Ecrit pour Les Plumes d’Asphodèle chez Emilie avec les mots imposés suivants: DUVETHORREUR – AIMER – TEMPS – FEU – FROUFROUTER – VERTIGE – SIROP – FROID – FRÔLER – FILM – ROULETTE – RISQUE – RÉFLEXE

Emilie a rajouté six mots à la collecte.  On pouvait laisser de côté les trois derniers (ci-dessus en italiques). Mais j’ai fait la totale 🙂 

***

On a parlé de l’Isère dans nos quotidiens de Flandre, pour cette affaire du plus haut comique…

Voir les articles en français ici et ici, deux exemples parmi des tas d’autres.

J’ai surtout aimé les prénoms des élèves à quatre pattes, j’espère qu’il y avait parmi eux une Béline, en hommage à Molière 🙂

20 miracles de la nature (1 bis)

WWF2018

© Gino Symus, WWF

Un vrai miracle de la nature, au lieu de ce que j’avais pensé écrire à propos des trous et des terrils qui ont remplacé nos jardinets expropriés 😉

Cette photo du photographe belge Gino Symus a gagné le prix Frans Lanting de la WWF.

Je trouve qu’elle est de toute beauté! Non seulement pour sa composition, ses couleurs, sa lumière, mais aussi pour ce qu’elle nous raconte. 

On peut y voir une crevette femelle (Palaemon serratus) – on voit ses œufs dans son ventre – porteuse de vie, porteuse d’espoir. 

Stupeur et tremblements

abeille

Stupéfaction de l’Adrienne en lisant un jeudi matin de novembre que 150 000 abeilles volées en juin dernier ont été retrouvées.

Mais qui donc, se dit-elle, vole des abeilles?

Et pourquoi?

Nos butineuses sont-elles devenues à ce point rares et précieuses qu’on se mette à les voler?

Et comment les enquêteurs s’y sont-ils pris pour les retrouver?

Bref, les trois ruches volées ont été retrouvées chez un apiculteur amateur peu scrupuleux et restituées à leurs propriétaires – un père et son fils – qui réagissent comme s’il s’agissait de membres de leur famille qui auraient fugué ou fait un long et périlleux voyage:

– On est vraiment très heureux qu’elles soient de retour à la maison.

– J’avais presque perdu l’espoir de les revoir un jour…

source de la photo et article ici 

N comme nooit

DSCI6783

On était le lundi 10 septembre et déjà l’Adrienne avait été tellement débordée – week-end de cat-sitting ostendais compris – qu’elle n’avait pas eu une minute pour s’exercer au piano.

C’est alors qu’elle a vu ce poster dans une des classes de l’académie de musique, avec un poème du Belge Max Temmerman, né en 1975 à Brasschaat:

Ce qui
nous distingue
des animaux
c’est que très vite
nous abandonnons.

Un rien
et en suppliant
nous demandons
une interruption.

Ou nous
jetons
l’éponge.

C’est que
toujours
nous voyons
un retour possible,

rouges de honte
et dépités.

Alors
je préfère
n’importe quel
animal.

Un oiseau qui s’est arrêté de voler,
même dans une cage,
jamais encore
ce n’est arrivé.

L’Adrienne a donc décidé de persévérer. Nooit opgeven. Ne pas jeter l’éponge 🙂

PS: Ce poème, Beesten (Animaux) a eu le prix du public en 2014.