L’année du X

Si on le traduit littéralement, ‘stokstaartje‘ veut dire ‘petite queue en forme de bâtonnet’, mais en français on l’appelle suricate, comme en anglais.

Surprise au zoo d’Anvers ce mois-ci: quatre petits suricates sont nés.
Comme l’explique la jeune femme de la vidéo, les petits naissent chauves et aveugles et restent sous terre les premières semaines de leur vie.
D’où l’effet de surprise.

Il faut à présent leur trouver un nom.
Or c’est l’année des noms en X 😉

Et voilà que la semaine dernière, deux petites hyènes tachetées naissent à Planckendael – tous les détails et les photos ici, en français – qui devront aussi recevoir un nom en X.

L’Adrienne a comme l’impression que ça pourrait devenir amusant 😉

W comme Welkom!

Après la présence du loup – un billet de janvier 2018 annonçait son arrivée en Belgique – présence qui est loin d’être digérée, les louveteaux qui sont nés entre-temps ont besoin d’être protégés des chasseurs – après le loup donc, la presse annonce l’arrivée imminente d’un autre prédateur du même genre, le chacal doré.

Voilà une bébête dont l’Adrienne n’avait encore jamais entendu parler! Le chacal, oui, dans les westerns ou les histoire de Lucky Luke, mais un chacal doré? et en Belgique?

Vérification faite, c’est normal qu’il soit inconnu ici, puisque l’animal n’a jamais vécu dans nos régions. Certains seraient en route depuis le sud-est de l’Europe vers la Scandinavie. Cet animal est protégé en Europe depuis 1992.

Alors comme il y a le site welkom wolf (bienvenue au loup) il y a désormais welkom jakhals, d’où vient la photo d’illustration.
Article en français ici.

L comme Love

Photo de Magda Ehlers sur Pexels.com

Déjà en 2018 le même trio de chercheurs avait publié « Why we love bees and hate wasps« , ‘pourquoi nous aimons les abeilles et haïssons les guêpes‘ et c’est en voyant des guêpes déguster une de ses figues que l’Adrienne a de nouveau voulu se renseigner sur ces petites bêtes qui font peur – oui, à elle aussi! – et dont autrefois, dans le jardin d’avant, elle a fait détruire des nids.

A tort, probablement, même si sa principale motivation était le fils numéro deux des voisins, allergique aux piqûres de guêpes.

Pour convaincre les gens de leur utilité, de leur valeur pour l’écologie et donc pour l’homme, les trois chercheurs ont poursuivi leurs travaux et publié une étude qui prouve leur rôle positif, important, dans l’écosystème.

Car si on est conscient aujourd’hui qu’il faut sauver les abeilles, c’est surtout grâce aux chiffres qui doivent prouver leur valeur ‘marchande’: il paraît que pour les abeilles, elle s’élève à 250 milliards de dollars par an, aucune idée comment on arrive à ce calcul, mais soit 😉

Alors qu’en est-il pour les guêpes?

Pourquoi faudrait-il aussi aimer les guêpes?

En gros, parce qu’elles pollinisent 798 sortes de plantes de 106 familles différentes, se nourrissent d’insectes nuisibles à nos cultures et ont un grand potentiel pharmacologique et médicinal.

Conclusion: l’Adrienne leur laissera quelques figues.

Ce serait bien si elles choisissaient celles qui lui sont inatteignables, au lieu de prendre celle qui est sous son nez, près de la porte de la cuisine 😉

F comme Filigrane

Il n’est pas bon que l’homme reste seul, avait décrété Miranda, qui connaissait sa bible par cœur.

Alors elle a cherché et elle a trouvé.

Théodore s’est à peine débattu, comme s’il avait pris la voiture toute sa vie, ou comme s’il savait qu’une Dorothée – oui, un vrai cadeau du ciel – l’attendait là où Miranda l’emmenait.

N’est-ce pas, avait-elle dit, qu’avec ces noms-là ils étaient prédestinés!

***

Photo proposée par Filigranes pour le mois de juillet.

E comme expression

Pourquoi y a-t-il tant d’expressions animalières en français? demande le titre de l’article dont vient l’illustration ci-dessus et dans laquelle vous aurez sûrement reconnu ce qu’on dit pour quelqu’un qui n’est pas venu à un rendez-vous.

En français? rétorque l’Adrienne – qui aime se parler à elle-même – pourquoi « en français »?
C’est dans toutes les langues!

C’était un jeu amusant, en classe, de faire des comparaisons. Ainsi par exemple en néerlandais on « envoie son chat » 🙂

Hij heeft zijn kat gestuurd, il a envoyé son chat (il n’est pas venu au rendez-vous)

Stupeur et tremblements

Ce que l’homme n’est pas capable de faire – jeter ses mégots dans une poubelle, par exemple – on le fera faire par l’animal.

C’est ce qu’a réalisé le Suédois Christian Günther-Hanssen avec sa start-up « Corvid cleaning« .

Il a conçu une machine dans laquelle l’intelligent corvidé vient déposer des mégots en échange de cacahuètes.

N’est-ce pas mauvais pour la santé de l’oiseau? se sont demandé certains visiteurs de son site.

A quoi il répond deux choses: l’oiseau ne va ni inhaler ni ingurgiter les mégots et en ville il se nourrit généralement de ‘malbouffe’ préjudiciable à sa santé. Mieux vaut la cacahuète.

Ne vous étonnez donc pas si bientôt il vient vous arracher le mégot des mains ou de la bouche, comme le font les mouettes des côtes anglaises avec vos ‘fish and chips‘ 😉

P comme Palaeoloxodon

L’éléphant, c’est l’animal préféré de l’Adrienne, pour un tas de très bonnes raisons 😉

Alors évidemment elle va lire tout ce qui se publie à son propos, comme cet article-ci, qui relate une découverte fortuite en mer du Nord, au large de Zeebrugge, d’une défense d’éléphant vieille de… 115 000 à 130 000 ans!

Il s’agit, dit l’article d' »une espèce d’éléphants qui existait dans nos régions à l’époque interglaciaire: Palaeoloxodon antiquus. »
Il avait des défenses droites et il a disparu avant le mammouth. 

On sait aujourd’hui qu’il est le cousin de l’éléphant d’Afrique et qu’il était plus grand encore que lui.

Cet endroit non loin de Zeebrugge était donc, entre deux périodes glaciaires, il y a plus de cent mille ans, une immense forêt 🙂

Y comme yaka

Experts twijfelen aan nut van VR-bril voor koeien: geen wetenschappelijk bewijs voor hogere melkproductie

Yaka leur mettre des lunettes de réalité virtuelle, avait dit il y a quelques semaines un éleveur turc, qui avait testé sur deux de ses vaches la vue (virtuelle) de vertes prairies pour recevoir d’elles en retour une meilleure production de lait.

L’Adrienne – comme des millions d’autres gens sûrement – avait regardé la vidéo réalisée dans son étable.

Vaches contentes, éleveur content?
Attendons la suite, s’était-elle dit.

La suite, c’est dans cet article de mardi dernier qu’on peut la lire, et comme c’est en néerlandais, voici l’essentiel de la chose: les experts ont comme un doute 😉

D’abord, dit un expert allemand, il semble impossible que la réalité virtuelle pendant seulement 20 minutes par jour suffise à augmenter la production de 22 à 27 litres par jour.

Ensuite, il y a les lunettes: elles sont conçues pour le regard humain. Or, les vaches ont une vision différentes, disent-ils, ce qui fait que pour elles la vue de ces vertes prairies doit plutôt ressembler à des effets clignotants, des images tremblotantes.

Bref, rien de concluant, même si la Russie expérimente avec ces lunettes depuis 2019, pour compenser le manque d’espace et de lumière, vu les conditions de détention des vaches à lait.

Oui, détention.

***

source de la photo ici et la vidéo ci-dessous au cas où vous l’auriez ratée 😉

P comme paon

Debout sur la clôture, un paon rêvassait.
Pesait le pour et le contre.
J’y vais? j’y vais pas?

Dans l’enclos, des poules blanches picoraient.
Le coq surveillait.

Et le paon? que faisait le paon?
Il rêvassait.
J’y vais? j’y vais pas?

Il finit par se décider à ne rien décider:

– J’irai demain. Aujourd’hui, il y a trop de brouillard.

C’est très surfait, la liberté 😉

***

photo prise dans le brouillard épais du 13 janvier dernier

E comme élevage

– Vous savez quoi? fit Cindy ce matin-là, avant même d’avoir enlevé son casque de motarde.

Comme elle affichait un sourire jusqu’aux oreilles, Mme de B***, la main encore sur la porte, lui répondit:

– Une excellente nouvelle, à ce que je vois?
– Oui! J’ai adopté un chien!
– Ah? Je croyais que vous en aviez déjà un?
– Oui, j’ai ma petite chihuahua. Mais là c’est un grand. Un border.

Elle avait l’air si heureuse que Mme de B*** réprima ses envies de commentaires. D’ailleurs, elle savait bien que Cindy finirait par lui raconter tous les tenants et aboutissants de cette nouvelle adoption.

– C’est un chien qui a été maltraité, expliquait-elle en rassemblant les seaux et les brosses. Une crème de chien, pourtant! Vous voulez le voir?

Et avant que Mme de B*** ait eu l’occasion de réagir, Cindy avait déjà sorti son portable et lui mettait sous le nez les photos de son chien.

– Il est beau, hein?

D’un doigt habile, elle balayait la surface de son portable pour faire défiler une bonne douzaine de photos que Mme de B*** distinguait à peine.

– Il me semble que ça doit vous faire beaucoup de travail, tout ça…, soupira Mme de B***, qui de sa vie n’avait eu un animal domestique.

« Tout ça », ce sont les deux chiens, le hamster, l’aquarium avec les poissons exotiques et quelques poules dans son mini-jardin de ville. Avec leur coq.

– Que voulez-vous, fit Cindy en haussant les épaules, j’aime les bêtes, moi!

***

écrit en réponse à la question 16: Avez-vous vu sa photo?

Source de l’illustration: Cécile Hudrisier, à qui j’ai demandé la permission, à l’époque 😉