J comme jardin

Journées de l’archéologie le week-end dernier (https://www.archeologiedagen.be/home-0)

Ici une partie du jardin d’une abbaye du moyen âge (datant de 1063 pour les parties les plus anciennes).
Abbaye détruite en 1795 par les « révolutionnaires » français.

B comme belle saison

C’est la belle saison où les lutins en veste jaune fluo viennent au parc ramasser des marrons.

En classe ils y piqueront des bâtonnets pour en faire des petits chiens, des bonshommes et même tous les animaux de la terre.

Avec un peu d’imagination, bien sûr 😉

Comme l’ont fait avant eux leurs parents, leurs grands-parents, leurs arrière-grands-parents.

Le bonheur de faire crisser les feuilles mortes.
De s’en mettre plein les poches.

Faut bien que les mamans, ce soir, aient leur part de ce bonheur 🙂

C comme couleur(s)

DSCI6877

En passant devant un petit magasin de vêtements, l’Adrienne, la célèbre reine du shopping, est tombée en arrêt devant une robe en tricot torsadé et col roulé.

Bleu nuit.

Était-ce l’effet du soleil ou de la brise marine, nul ne le sait, mais un élan de folle témérité l’a poussée à entrer. Et à poser la question:

– Vous avez ce modèle-là en d’autres couleurs?

Hélas non, mais pas de souci, il faut l’essayer, a dit la dame, et vous verrez…

C’est généralement à ce moment-là que l’Adrienne prend ses jambes à son cou: l’essayer, ça veut dire tout un travail inutile dans une cabine surchauffée et une vendeuse qui va s’acharner à vous complimenter outrageusement, vous apporter trois autres modèles qui vous iront très bien aussi, si, si, vous verrez… de sorte qu’au bout d’un quart d’heure d’efforts de part et d’autre, il devient complètement malséant de sortir sans avoir rien déboursé. 

– Non, dit l’Adrienne, ce n’est pas la peine, le bleu marine me donne le teint blafard et maladif…

– Vous auriez peut-être voulu du rouge, dit la fine mouche.

– Du rouge? s’étonne l’Adrienne, qui avait complètement oublié qu’elle portait ce jour-là – comme tous les autres – son manteau rouge, son sac rouge et son écharpe rouge.

On pouvait même voir le col de son pull, rouge aussi.

***

photo prise à Ostende le vendredi 2 novembre, en fin de journée

B comme brumes matinales

DSCI5662.JPG

Quand on se lève, la lune veille et le cheval dort. 

DSCI5664.JPG

Le talus, la prairie, tout est bleu au petit matin. 

DSCI5665.JPG

La photographe a dérangé le sommeil du petit cheval. 

DSCI5667.JPG

Puis le soleil s’est levé derrière un rideau de brume 

DSCI5673.JPG

et l’attirance des arbres et des sentiers est devenue de plus en plus forte 

DSCI5669.JPG

l’automne a commencé à mettre des couleurs

DSCI5668.JPG

le temps s’est éclairci

DSCI5672.JPG

et l’Adrienne a vu des arbres 

DSCI5676.JPG

autant qu’elle en voulait cool

DSCI5690.JPG

C’était bien. 

C’était allokataplictique tongue-out

Adrienne aime les arbres

C’est tout de même incroyable, se dit l’Adrienne, 

DSCI4012.JPG

de se promener en plein Bruxelles 

DSCI4013.JPG

et de ne voir que des arbres! 

DSCI4014.JPG

Bien verts encore, fin octobre 

DSCI4018.JPG

et sur tout ce long parcours, du centre ville jusqu’au Cinquantenaire,  

DSCI4022.JPG

épuiser sa batterie à ne photographier que des arbres 

DSCI4023.JPG

avec des jets d’eau 

DSCI4024.JPG

et avec quelques « vieilles pierres » 

DSCI4025.JPG

et pour terminer, un clin d’œil à Walrus: 
le promeneur-du-petit-matin-avec-son-chien 
(le chien est petit, on ne le voit pas sur la photo)

cool

L comme Lali

Les arbres timides et forts
La nuit parlent à voix haute
Mais si simple est leur langage
Qu’il n’effraie pas les oiseaux

Marcel Béalu, Voix des arbres, in Poèmes 1936-1980, éd. Le Pont traversé, 1981

lali491.jpg

image trouvée chez Lali mais la source et l’artiste sont ici:  

http://shihonakaza.blogspot.be/2010/10/illustration-friday-beneath.html 

L’écureuil et la feuille

Un écureuil, sur la bruyère,
Se lave avec de la lumière.
Une feuille morte descend,
Doucement portée par le vent.
Et le vent balance la feuille
Juste au-dessus de l’écureuil ;
Le vent attend, pour la poser
Légèrement sur la bruyère,
Que l’écureuil soit remonté
Sur le chêne de la clairière
Où il aime à se balancer
Comme une feuille de lumière.

Maurice Carême (1899-1978)La Lanterne magique, 1947 

2016-10-05 (4).JPG

octobre 2016

I comme Ivo

Ivo Pogorelich joue Mozart 

Sonate pour piano n°11 en fa majeur, KV 331 

Morceau choisi pour illustrer le thème de la semaine 41 chez le Hibou 

légèreté 

jeu,hibou,musique,mozart,photo

légèreté des graminées et de la lumière automnale 

jeu,hibou,musique,mozart,photo

légèreté de la promenade et des nuages 
légèreté au cœur pour l’amie sur la photo
qui ces dernières semaines 
a subi de derniers tests 
et termine sa cure de chimio