7 sur 10

Le néerlandais va-t-il disparaître ? - VousNousIls

C’est depuis les années soixante qu’avec un zèle féroce on expurge du néerlandais tout ce qui « ne se dit pas ainsi aux Pays-Bas », alors que la langue se standardise depuis le 14e siècle principalement sur la base des parlers flamands et brabançons.

Un tas de mots parfaitement corrects et attestés depuis longtemps – on ne parle pas ici de « belgicismes » – ont été estampillés « Zuidnederlands« , ce qui se traduit par « néerlandais du sud ».

Hé oui, on est le sud des voisins du nord 😉

Recevoir l’étiquette « Zuidnederlands » équivaut à dire « folklorique ».
A éviter, donc, si on est traducteur ou écrivain.
Présentateur radio ou télé.
Journaliste.

Des chartes du bon langage sont éditées – la télé flamande a la sienne – et des comités de contrôle mis en place.

En parallèle, les dialectes disparaissent à la vitesse grand V et dans nos universités, les linguistes spécialisés en dialectologie ne peuvent que le constater depuis plus de vingt ans.

Les derniers « locuteurs natifs » à les avoir utilisés quotidiennement dans toutes les circonstances de la vie appartiennent à la génération des grands-parents de l’Adrienne, c’est-à-dire des gens nés dans le premier quart du 20e siècle.

Aujourd’hui on est donc arrivé au point où des comités, ici et là, essaient de faire revivre le parler local avec son vocabulaire particulier et ses expressions uniques.

L’Adrienne, élevée en patois par sa grand-mère jusqu’à l’âge de cinq ans, a fait dimanche dernier le test de ses connaissances patoisantes et a obtenu un 7/10.

Et bien vous savez quoi?

Elle est déçue 😉

***

pour ceux que ça intéresse et qui connaissent le néerlandais: dialectloket (université de Gand)

H comme halve panne

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Quand belle-maman affirmait « ik ben maar een halve panne« , c’est qu’elle avait besoin de tout notre soutien et de beaucoup de douceur, de beaucoup de patiente prévenance.

Belle-maman, infiniment plus maternelle et aimante que ma propre mère, héroïque manager du quotidien et de ses embrouilles domestiques ou familiales – cinq enfants, tous de couleur politique différente, cinq beaux-enfants, venus de toutes les provinces de la région flamande, quatorze petits-enfants – avait parfois besoin qu’on inverse les rôles.

Belle-maman, jamais calme, jamais « cool » – ce mot n’existait pas dans son vocabulaire – et affichant le plus grand mépris pour celles qui cherchaient l’évasion, la méditation et autres choses du même genre.
Femme de devoir.
Roc.
Pilier de sa famille.

C’est une grande leçon de vie, de voir qu’une femme aussi forte, sur qui chacun s’appuie sans modération depuis toujours, puisse laisser tomber sa carapace et accepter qu’on lui dise:

Là, mets-toi là, dans le fauteuil. Je m’occupe de tout.

***

« ik ben maar een halve panne« , en ouest-flamand, en tout cas à Ostende, signifie qu’on ne se sent pas dans son assiette – ce texte en hommage à ma belle-mère, écrit pour Les Plumes d’Émilie – merci Émilie! – avec les mots imposés suivants:

CALMER – SOUTIEN – DOUCEUR – HEROIQUE – PATIENT – COOL – GRRR – MEDITATION – MATERNEL – MODERER – Soit 10 mots avec ceux que j’ai ajoutés. Si vous le voulez, je vous en laisse 3 autres : EMBROUILLE – EVASION – EVEIL

O comme Ostende fait son cinéma

Regardez ce passage du filmAanrijding in Moscou(2008) – une collision, un accrochage à Moscou, un quartier populaire de Gand, Flandre Orientale – où on voit l’événement déclencheur de l’histoire. La traduction du dialogue se trouve sous le billet.

Matty, la quarantaine et presque autant de problèmes (en instance de divorce, trois enfants à élever, un boulot de m…, une bagnole qui tombe en ruine etc) heurte le camion de Johnny en quittant le parking du supermarché.

L’échange verbal entre les deux est, disons-le proprement, assez vif. Et en patois gantois.

A Ostende, où devait normal avoir lieu cet été le festival annuel dédié au cinéma, on a refait la même scène.

Mais avec des enfants dans les rôles de Matty et Johnny.

Et en patois ostendais.

Traduction de ce dialogue: 

– Godverdomme! (nom de dieu!)
– Maman, mais qu’est-ce que tu fais?
(à Johnny, descendu de son camion) Désolée, je faisais marche arrière… désolée!
– Désolée!?
– Oui…
– Désolée mon cul. Faudra payer, hein, Madame!
– Comment ça?
– Quoi ‘comment ça’? Une bosse dans mon camion… ça va vous coûter cher… il est assuré, au moins, votre landau? (‘kindervoiture’, jeu de mot sur voiture et landau, vu qu’elle a ses trois enfants sur la banquette arrière)
– Eh là! un peu de respect! et qui dit que c’est de ma faute?
– Eh là Madame! c’est vous qui sortez du parking, c’est vous qui faites une manœuvre! Vous n’avez pas regardé dans votre rétroviseur…
– Oui et vous, qu’est-ce que vous faites avec ce mastodonte sur le parking?
– Non, non, désolé, je le connais, ce truc-là.
– Ce truc!
– Oui, Madame, ce truc. Ce n’est pas vous qui allez me couillonner. Allez, prenez votre formulaire pour le constat.
– Oui? et où elle est, cette bosse? 
– Mais Madame! vous êtes en train de la regarder!
– Ça, ici? mais c’est une petite bosse de rien du tout! Par contre mon coffre…
– Commencez pas comme ça, hein! Je vous connais, les femmes de votre sorte! vous êtes toutes les mêmes!
(intervient un troisième personnage) Excusez-moi, madame, monsieur, je pense qu’il vaut mieux rester calme…
– Calme? Mais je suis calme! c’est monsieur le viking ici, avec son dix tonnes, qui n’est pas calme!
– Vous avez vos règles, sans doute?
– Et vous? vous vivez encore chez votre mère, je parie?
(nouvelle intervention du troisième) Madame… Monsieur…
– Maintenant je le sais!
– Quoi?
– Et bien, ce qu’on dit des types avec un camion!
Plus le camion est grand, plus la bougie est petite!

(traduction de l’Adrienne, qui s’est bien amusée :-))

W comme wafel

food lunch meal sugar

Dans la grande famille du grand-père maternel, celle où grand-mère Adrienne est entrée par son mariage – elle qui était fille unique – il n’y avait qu’une seule bonne recette de gaufres, détenue par une seule personne: la Mater Familias, Marie-Angélie.

Seules deux de ses belles-filles ont réussi à devenir les dépositaires de la fameuse recette – et vous imaginez avec quelles papilles critiques leurs gaufres étaient goûtées et évaluées à l’échelle de celles de la Mamma, jamais égalées, évidemment, toujours approchant, toujours manquant ce petit je ne sais quoi…

Gaufre, en néerlandais wafel, dans le dialecte de grand-mère Adrienne, woefo.

Mais quand elle disait « kgoe a ne woefo geiven! » (« je vais te donner une gaufre », c’est-à-dire une baffe) il fallait se tenir à carreaux.

Même si elle ne mettait jamais sa menace à exécution – elle était bonne comme le bon pain – le menacé savait qu’il ne devait pas lui courir sur le haricot, que la coupe était pleine.

74b0a-2077047833

Inspiré par la consigne de Joe Krapov – un grand merci! – Recette (24 mars 2020)
Que faire quand on est confiné chez soi, avec interdiction de sortir faire du sport, pour continuer à rester en forme ? Deux solutions : soit jeûner, soit bien manger !
Vous avez certainement par-devers vous une recette (de cuisine, de santé, de zénitude, etc.). Partagez-la avec nous et surtout dites-nous de qui vous la tenez et quels sont les souvenirs qui y sont attachés.
Plus quelques expressions « culinaires » 🙂 

Photo de famille de l’Adrienne et photo de gaufres d’Anastasia Zhenina sur Pexels.com

 

T comme tussentaal

standaardtaal

Samedi matin, l’Adrienne a failli s’étrangler dans son café en lisant cette question existentielle typiquement flamande: dois-je élever mon enfant dans la langue néerlandaise standardisée? Cette langue, argumente l’auteur de l’article, n’existe pas puisque personne ne la parle.

Toute sa vie déjà l’Adrienne – et avec elle tous les Flamands – ont été confrontés à cette question de la koinè: faut-il imiter la façon de parler hollandaise? faut-il bannir les mots typiquement flamands?

Depuis toujours, la réponse à ces questions a été: oui! Un oui virulent: il n’y a qu’une norme, c’est le néerlandais de la Hollande. Donc on est élevés à coups de ‘ne dites pas… mais dites’ et on se sent ‘mal dans sa langue’, infériorisés, à vie.

Pourtant, quand on rencontre des Hollandais, on se rend compte qu’eux non plus ne parlent pas la koinè… Chaque région a ses accents et ses typicités lexicales, pas seulement en Flandre. Mais le Hollandais le fait sans le moindre complexe, apparemment.

Des générations de profs ont enseigné à des générations de petits Flamands qu’il faut dire ‘jij bent’ et non ‘gij zijt’, ‘ham’ et pas ‘hesp’, ‘schooletui’ et pas ‘pennenzak’. La liste est longue, très longue, et donne surtout le sentiment que dès qu’on ouvre la bouche, on commet des impairs.

Ces mots imposés ‘d’en haut’ servent souvent à égayer les repas de famille, quand les enfants organisent un petit concours pour tester les adultes sur leur savoir fraîchement acquis avec leurs instituteurs. Mais dans la vie courante, personne ne les utilise. Si chez le boucher on disait ‘een plakje ham’, il n’est pas certain qu’il comprenne qu’on veut une tranche de jambon.

Bref, la question continue de donner des débats houleux, à forte charge émotionnelle, débats dans lesquels les arguments deviennent très vite ad hominem.

C’est pourtant une question essentielle, car si les Flamands maîtrisent la koinè tout en ne l’utilisant pas, que doivent faire les nouveaux arrivants, de plus en plus nombreux, à qui on apprend la langue standard mais qui se rendent très vite compte qu’elle ne leur est que peu utile dans la vie quotidienne?

***

source de l’illustration ici sous le titre ‘Le Flamand adore son dialecte mais ne le parle presque plus‘ la ‘tussentaal‘ a remplacé les dialectes, une sorte de koinè pour la Flandre – un autre article sur le sujet ici et une étude sur le cas des jeunes de Flandre Occidentale ici.

Les derniers patoisants

Depuis que grand-mère Adrienne n’est plus là, je n’ai plus beaucoup l’occasion d’exercer mes connaissances de notre patois. Et je ne suis pas la seule. Les derniers à avoir été élevés en patois appartiennent généralement à la génération de ma mère. 

La troupe de théâtre qui monte la revue traditionnelle, avec des personnages tirés du folklore de la ville, dans une action pimentée par l’actualité politique et économique du jour, a de plus en plus de mal à trouver des acteurs-chanteurs capables de pratiquer le « vrai » patois de façon plus ou moins convaincante. 

Même la connaissance passive se perd et parmi le public, de plus en plus de gens ont des difficultés à tout comprendre. Au point que pour les chansons, cette année on a mis des sous-titres tongue-out 

Aussi suis-je toujours un peu étonnée d’entendre Monsieur l’Entrepreneur s’adresser en patois à ses ouvriers, même à celui qui s’appelle Ahmed. 

2017-03-15 (1).JPG

 

Z comme Zichem

Il arrive que la blogueuse aille voir d’où viennent ses visiteurs. Depuis quelque temps, elle voit apparaître le nom de la ville de Zichem, très célèbre en Flandre pour son illustre rejeton Ernest Claes (1885-1968), écrivain que chacun par chez nous connaît pour son roman « De Witte« , dont il existe deux versions cinématographiques, « De Witte van Sichem« .

flandre,flamand,tele

source cinematek

De plus, ce roman a servi, ainsi que quelques autres de ses écrits, à réaliser une série télévisée culte des années 1969-1972, « Wij heren van Zichem« . 

Mon grand-père aimait beaucoup cette série, il avait lu Ernest Claes et connaissait certaines répliques par cœur. Les personnages et les situations le faisaient beaucoup rire. 

Les quelques fois où j’ai vu ça, enfant, je n’y ai rien compris: c’est dans un dialecte beaucoup trop éloigné du mien. Je ne me souviens pas qu’il y avait des sous-titres. 

D’ailleurs aujourd’hui encore notre télévision flamande, toujours férue de dialectes, ne met pas de sous-titres pour tout ce qui s’approche de l’anversois, qu’elle doit apparemment considérer comme étant notre koinè.

Je vois que cette série vient de sortir en DVD et je me demande qui cela peut encore intéresser… même si, il y a quarante ans, elle a été suivie avec ferveur par des millions de téléspectateurs – les trois quarts de la population flamande, selon les chiffres de l’époque. 

Un coup d’œil sur la vidéo ci-dessus vous fera comprendre que ça risque d’ennuyer le spectateur d’aujourd’hui, ne serait-ce qu’à cause de sa lenteur… 

*** 

Je vais juste en profiter pour saluer tous mes visiteurs 

d’Annecy à Zichem 

kiss

Merci à vous tous!

Sept choses que je sais d’elle

Hier après-midi, je suis montée au grenier pour y prendre du fil à tricoter. Des aiguilles numéro 2 et demi. Et j’ai fait un échantillon: trente mailles font 11 centimètres. Apprend-on encore la règle de trois aux enfants de l’école primaire? C’est le truc le plus utile que je connaisse tongue-out

souvenir d'enfance,flamand,flandre,vie quotidienne

J’ai d’abord cru que je ne saurais plus faire des mailles bien égales, après tout ce temps. La dernière fois que j’ai fait un tricot, c’était pour l’HDMV. Un pull à col roulé et à manches raglan, en jacquard. Il doit bien y avoir quinze ans de ça. 

Alors évidemment, en tricotant je ne pouvais que penser à celle qui me l’a appris. Celle qui a ramassé les premières mailles que je laissais filer. Qui m’a montré comment faire les rangs à l’endroit, les rangs à l’envers. Et tout le reste. 

souvenir d'enfance,flamand,flandre,vie quotidienne

De fil en aiguille – ça n’a jamais autant été le cas de le dire – j’ai repensé à toutes ces autres choses qu’elle m’a apprises. Comme la cuisine de grand-mère, dans le vrai sens du mot…

Au fil de mes réflexions, il m’est venu des envies de plats du terroir flamand, lapin à la bière, tarte à la semoule. 

Et des envies de parler patois cool 

souvenir d'enfance,flamand,flandre,vie quotidienne

 

W comme wagon de train

Ils regardaient vaguement par la fenêtre, lui installé dans le sens de la marche, comme moi, et elle lui faisant face, de sorte que je pouvais bien voir son visage encore fort juvénile dans ce miroir qu’est très souvent une vitre de train.

Elle avait les cheveux noirs bien lissés vers l’arrière et retenus en un solide petit chignon, une grosse écharpe beige enroulée au moins cinq fois autour du cou et les mains dans les poches de son manteau.

De temps en temps, ils échangeaient quelques paroles. Lui toujours d’un ton calme et posé et elle un peu nerveusement, ses petits sourcils froncés et le menton levé. Pas une seule fois je ne l’ai vue sourire. Puis chacun reprenait la contemplation du paysage, lui un peu affaissé sur sa banquette, les jambes étendues, et elle le dos bien droit.

Elle pouvait avoir tout au plus seize ou dix-sept ans et lui une ou deux années de plus. Elle serrait son gros sac contre elle et lui manipulait sans cesse son portable. Il me semblait qu’ils étaient frère et soeur.

Je ne comprenais rien à ce qu’ils se disaient. Alors j’ai supposé que c’était de l’arabe, ou du berbère.

En arrivant à Bruxelles, le garçon a pointé le palais de justice du doigt et a dit:

– Weuk izda? (1)

Ce que je croyais être de l’arabe ou du berbère, c’était tout simplement le patois de la région d’Ypres Langue tirée

***

(1) C’est quoi, ça?

K comme karikol

C’était en septembre sur le blog de Colo. On pouvait y lire:

Caracol; mínima cinta métrica con que mide el campo Dios.

Escargot; minime mètre ruban avec quoi Dieu mesure la campagne

José Carrera Andrade. Poète équatorien 1903-1978

http://espacesinstants.blogspot.be/2012/09/mesure-medida.html

Alors j’avais mis en commentaire:

Il faudra que je fasse une recherche étymologique qui me dira le lien entre l’espagnol « caracol » et le flamand « karikol » pour désigner le même animal, dès qu’il se trouve piqué d’une fourchette en plastique dans une barquette vendue à la kermesse 😉

Nous y sommes donc aujourd’hui. En fait, nos karikol sont plutôt des bigorneaux.

Il semblerait en effet que le mot vient de l’espagnol, comme quelques autres qui m’avaient déjà frappée (toiiiink) dans mon dialecte: ainsi par exemple, nous appelons un merle (mot dérivé du bas latin merulus) ‘ne mirlo’.

Mais là il s’agit de dialectes.

En néerlandais, il y a peu de mots d’origine espagnole, quelques-uns du domaine culinaire (barbecue, tomaat et patat par exemple) ou militaire (comme embargo ou commando). Les linguistes néerlandais imputent ce peu de succès au fait que l’occupation espagnole, principalement sous le règne de Philippe II, a surtout laissé de mauvais souvenirs Langue tirée

Pour les mots espagnols en néerlandais, voir l’intéressante étude (en néerlandais) Geleend en uitgeleend – Etymologiebank (à partir de la page 99 ww.etymologiebank.nl/pdf/1998_Sijs.pdf)