U comme ukase

– Voilà, lui dit-elle, ma lettre de démission.

Et elle sortit fièrement du bureau.

Dommage pour la classe de 4e Latine, de véritables élèves friandises, pourtant logés dans un cagibi sans fenêtres où deux lampes donnaient une clarté funèbre sur les boiseries sombres, et où chacun avait le nez collé au dos de l’autre, ou au tableau, par manque d’espace.

Oui, dommage pour eux. Elle les aimait.

Mais elle ne regretterait aucun des collègues et toute la gamme de leurs hypocrisies, sur au moins trois ou quatre octaves: du premier au dernier, tous des quiches et des chiffes molles dont la principale habileté consistait à ramper devant le directeur, à gober aveuglément chaque ukase, chaque exigence, chaque notice sortie de son esprit pervers et manipulateur.

Car c’était un pervers, même s’il était oint des saintes huiles de la prêtrise.

Ah! quel bonheur de l’avoir bravé et d’avoir quitté ce zoo (in)humain!

U heeft heel wat noten op uw zang, juffrouw! lui avait-il dit en guise d’adieu.

Et elle avait souri pour répondre un simple « Ja« .

Ah! quel bonheur de marcher dans la lumière mordorée du soir qui tombe et de se dire: Plus jamais!

***

écrit pour 13 à la douzaine avec les mots imposés suivants: habileté – démission – lampe – notice – quiche – dommage – nez – durable – mordoré – gober – octave – huile – zoo.

L’expression « veel noten op zijn zang hebben » veut dire ‘exiger beaucoup’ mais ici il l’employait probablement avec le sens ‘avoir la grosse tête’.

Merci à Annick SB d’avoir permis grâce à ses mots de raconter une des pires expériences de ma (merveilleuse) vie de prof 🙂

22 rencontres (16 ter)

69ème devoir de Lakevio du Goût

Devoir de Lakevio du Gout_69.jpg

A seize ans, Simon était le plus grand casse-cou de toute l’école. Ce qui n’est pas peu dire: si vous rassemblez une centaine de garçons de cet âge, il y a de la concurrence.

Son truc, c’était le BMX. Un vélo spécialement conçu pour faire toutes sortes d’acrobaties, comme de se projeter d’un coup sur une balustrade ou n’importe quel autre ‘obstacle’ en ville.

Vous comprenez que le FLE ne l’intéressait pas.
Pas le temps.
Dans le garage de ses parents, il avait installé son propre skatepark et s’entraînait, s’entraînait, s’entraînait.

Alors évidemment, les rues en pente, les murets, les parapets, les marches d’escalier, quel formidable terrain de jeu pour le free style!

– Tu ne devrais pas porter un casque? te protéger les genoux? les coudes? s’inquiétait Madame, à qui il avait envoyé un petit film pour démontrer son savoir-faire.

Mais Simon riait.

Bref, depuis que Madame s’intéressait à ses acrobaties, il condescendait à faire un petit effort en FLE.

– Mais franchement, Madame, à quoi ça va me servir?

Elle l’a revu, des années plus tard, dans un train.

Devinez quoi?

Il avait son BMX 🙂

***

Je ne sais pas si vous aimez les toiles de Maurice Utrillo. Quant à moi, je les aime. Elles m’inspirent toujours quelque chose. Et vous ? Aurez vous quelque histoire à raconter lundi, ayant cette toile pour support à votre imagination ?

22 rencontres (15 ter)

Quand elle est arrivée dans l’école de Madame, elle avait 16 ans, avait des lacunes dans certaines matières et une réelle incapacité ‘sociale’.

Elle était venue pour faire des maths et des sciences et était tellement appliquée qu’elle énervait toute la classe, les meilleurs ne voulaient pas perdre leur place de meilleurs et les moins bons n’ont jamais apprécié une ‘boule’ de plus qui ferait encore monter la moyenne.

Pourtant elle aussi voulait avoir des ami(e)s et il a d’abord fallu qu’elle accepte qu’on parle ouvertement en classe de sa forme d’autisme pour que ses condisciples aient ‘un mode d’emploi’ avec elle et comprennent qu’elle soit traitée différemment.

Bref, ses débuts ont été très durs.

Mais en deux ans elle a fait des progrès énormes dans toutes les matières – oui, même en FLE, sa bête noire 😉 et quelques amitiés.

Elle est allée à l’université pour étudier les sciences.
A fait un doctorat.

On est bien des années plus tard et Madame a été toute surprise et heureuse de recevoir une lettre d’elle.
Toujours la même écriture 🙂

Elle travaille à l’université où elle partage son temps entre des cours qu’elle donne en biologie/biochimie et la recherche dans le domaine de la biotechnologie.

L’imaginer dans ce job d’enseignante fait sourire Madame qui se souvient comment elle a dû être ‘coachée’ pour apprendre à parler devant un groupe 😉

L’imaginer dans son laboratoire fait aussi sourire Madame qui se souvient qu’elle était toujours tellement concentrée sur sa feuille, qu’il fallait aller jusqu’à son banc pour lui signaler « stop! écoute! je vais dire un truc qu’il faut que tu entendes! ».
Probablement que dans son labo il faut que quelqu’un éteigne les lumières pour lui signaler qu’il est l’heure d’aller dormir 😉

Bref, Madame avec cette lettre est tout sourire.

H comme homothétie

L'homothétie | Alloprof
source ici

Est-ce que ça vous arrive aussi de vous réveiller le matin avec un mot en tête qui vous vient vous-ne-savez-d’où-ni-pourquoi?

L’Adrienne, elle a ça très souvent.

Ainsi l’autre jour au réveil, elle avait en tête le mot ‘homothétie’.

Elle l’a tourné et retourné plusieurs fois en bouche comme s’il s’agissait d’un chocolat.
Elle aime les mots.

Elle ne savait plus du tout ce que ça voulait dire.
Croyait vaguement que ce devait être une figure de style…

Et bien non.

Comme vous le savez sûrement.

C’est un truc qu’elle a dû voir au cours de maths quand elle avait à peu près quatorze ans.

Et plus jamais, jamais rencontré depuis.

Jusqu’à ce matin-là, au réveil.

Quelqu’un a dit bizarre?

22 rencontres (14 ter)

Madame avait une procuration pour la vente de l’appartement maternel, pour éviter à celle-ci tout souci ou déplacement.

C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée à la signature finale, un lundi soir de la mi-décembre, dans une situation un peu bizarre: signer pour une autre et avoir face à soi la nouvelle propriétaire, une toute jeune ancienne élève (22 ans), son notaire, une autre ancienne élève et deux autres intervenants, l’un papa de deux anciens élèves et l’autre époux d’une ancienne élève.

Bref, une réunion d’anciens qui ne savaient pas les uns des autres que ce lien les unissait 😉

Mais le plus drôle dans cette histoire c’est que Madame, pour la première fois dans sa vie, est arrivée en retard.

Elle avait lu dans les messages du notariat que la signature aurait lieu par visioconférence et attendait donc devant son ordi – une heure à l’avance! – qu’on lui envoie le lien et le mot de passe.

N comme Nancy

Photo de Expect Best sur Pexels.com

Nancy avait voulu savoir comment on disait ‘un bel homme’ en arabe.

Bien sûr, ça avait mis la puce à l’oreille des autres participants, surtout que juste avant, elle s’était fait répéter deux ou trois fois comment bien prononcer ‘un pain gris’.

– Nancy a clairement un projet! a déclaré Frank.
– Mais non, mais non, a dit Nancy sans grande conviction. Je vais juste tester mon arabe chez mon boulanger!

Au cours suivant, Frank a évidemment voulu savoir si le test avait été concluant.
Le ‘bel homme’ avait-il compris?

– Je n’ai pas de chance, a répondu Nancy. Il ne parle pas l’arabe.

Elle n’avait pas remarqué qu’il était Turc 🙂

G comme Gothic

devoir de Lakevio du Goût_56 .jpg

Comme les piercings étaient interdits par le règlement – ce qu’elle trouvait d’ailleurs tout à fait injuste – elle enlevait le petit anneau qu’elle portait à la narine droite, chaque matin en arrivant à l’école, et le remettait avant de rentrer chez elle.

Dans toute la cour de récré, elle était la seule à avoir du rouge à lèvres noir, des ongles vernis de noir.

Elle faisait même un peu peur aux plus jeunes.
Et probablement aussi à certains de ses profs 😉

En classe, elle était présente-absente.
Chez Madame, elle avait choisi le premier banc, à côté de la porte. Elle s’y trouvait seule.

Naïve Madame qui se demandait souvent où elle trouvait le genre de fringues qu’elle portait – uniquement de longues robes noires – ce qui faisait chuchoter certains des petites classes qu’elle était « une sorcière ».

Avec elle, c’était Halloween toute l’année.

Un jour qu’elle portait une autre de ses longues robes noires, tout en dentelle cette fois, Madame lui a dit spontanément:

– C’est vraiment joli, ce que tu portes aujourd’hui!

Se rappelant trop tard que ne c’est pas bien de complimenter les filles sur leur tenue.

Mais voilà que le visage fardé de noir et les yeux charbonneux s’éclairent:

– Vous trouvez vraiment?
– Mais oui! dit Madame. Sinon je ne te le dirais pas!

Et depuis ce jour-là, elles ont été très copines.

Ce qui est évidemment une bonne chose pour son niveau en FLE même si aujourd’hui elle parle et écrit plutôt en portugais 🙂

***

Photo et consigne de ce 56e devoir de Lakevio du Goût:

Vous connaissez, je pense, Monsieur Edward Burne-Jones, ce peintre « préraphaélite »  contemporain de Lawrence Alma-Tadema. Il n’a pas peint que ces délicieuses rousses romantiques à la peau qui attire le baiser. Il a aussi engendré un fils qui a dessiné pour inciter le lecteur à s’intéresser à l’œuvre de son oncle Rudyard Kipling. Qu’a-t-il donc pu susciter dans l’esprit de celui qui regarde ce dessin ? Quant à moi il m’inspire quelque histoire…

Quant à moi, je n’ai pas pu me résoudre à écrire une histoire de vampire, de femme fatale ou autre élucubration de cerveau masculin 😉

B comme belle saison

C’est la belle saison où les lutins en veste jaune fluo viennent au parc ramasser des marrons.

En classe ils y piqueront des bâtonnets pour en faire des petits chiens, des bonshommes et même tous les animaux de la terre.

Avec un peu d’imagination, bien sûr 😉

Comme l’ont fait avant eux leurs parents, leurs grands-parents, leurs arrière-grands-parents.

Le bonheur de faire crisser les feuilles mortes.
De s’en mettre plein les poches.

Faut bien que les mamans, ce soir, aient leur part de ce bonheur 🙂

Z comme zoom

Au printemps, l’Adrienne avait fait de la résistance, préférant annuler ses cours d’histoire de la musique plutôt que de les suivre en ligne avec l’application zoom, qui ne lui semblait pas fiable.

Or nous y revoilà à l’automne – d’accord, on s’y attendait – et cette fois pour le cours d’arabe.

Ce sera zoom ou zut.