K comme kanariepietje

Le prof, c’est celui qui est tellement accro au café qu’il a pris sa tasse sur le trottoir. Il le regrette à présent: la maman de la petite Marie le trouve visiblement si à son goût qu’il est obligé de tourner légèrement la tête pour ne pas prendre ses postillons en pleine figure.

Repérez la maman trop contente de se débarrasser de ses enfants après deux longs mois de vacances: d’une main elle pousse sa fille, qui ne fait plus un pas, de l’autre elle tire son fils, qui garde la tête baissée. Mais elle, même de dos on devine qu’elle fait un grand sourire à la maîtresse.

La petite fille modèle, c’est Camille, évidemment: son sac est parfaitement rangé et équilibré, sur le bras sa veste bien pliée, assortie à sa tenue sobre… elle a hâte de passer la porte et dépasse Olivia et Emma, qui ont engagé dès la rentrée un véritable concours de fashionistas: sandalettes argentées et robe en soierie fleurie pour l’une, veste blanche et pantalon large en plissé soleil de couleur bouton d’or pour l’autre.

Et puis voyez le petit Léon: son T-shirt, son jogging informe et son sac à dos trop grand, trop lourd, aux bretelles mal ajustées, qui lui démolit la colonne vertébrale. Il attend. Il rentrera le dernier, il ne connaît personne.

***

source de l’illustration ici – Toi aussi, dit un prof à son collègue, tu es passé à une méthode ancienne et fiable pour mesurer la qualité de l’air?
Et sur le dessin on voit un canari dans sa cage, comme autrefois au fond de la mine…

96ème devoir de Lakevio du Goût

rentrée des classes.jpeg

Ce matin, j’ai été distrait par les piaillements des enfants qui entraient au collège en face de chez nous. Je les ai regardés. Des souvenirs sont revenus. Et vous?
Une rentrée des classes vous a-t-elle particulièrement marqué? J’espère qu’on en saura plus lundi.

J comme Juliet

89ème devoir de Lakevio du Goût

devoir de Lakevio du Goût_89.jpg

En se rendant au marché samedi matin, allez savoir pourquoi, Madame fredonnait Aux pays des merveilles de Juliet, lalalalalalalalala, en boucle, parce qu’elle ne connaît que le refrain.

Elle s’est dit que ça devait être à cause de la visite d’un ancien élève, quelques jours avant, comme ils avaient parlé du futur, du présent et du passé, et que dans ce passé il y avait eu une Juliette, que Madame un lundi matin n’avait pas reconnue tout de suite: Juliette était allée chez un coiffeur se faire lisser sa merveilleuse crinière blonde.

Sous le passage voûté menant au supermarché, elle était passée à un autre répertoire, cette fois à cause de l’aquarelle proposée par Monsieur le Goût pour le surlendemain: dans la discussion qui oppose le parti d’Apollinaire à celui de Maupassant, à propos de la Tour Eiffel, Madame a toujours été du côté de Maupassant, ce qui fait qu’elle chantait Sttellla, « La tour Eiffel, elle est pas belle » et que malheureusement le reste était aussi des lalalala parce que ça fait trop longtemps que cette chanson est introuvable sur internet et qu’il ne lui reste plus que des bribes de paroles en mémoire.

Les élèves n’appréciaient pas qu’on dise du mal de Paris avant même qu’ils y aient mis les pieds, donc Madame a cessé de leur faire écouter Sttellla avant le voyage et les accompagnait jusqu’au-dessous de la tour où elle entendait proférer les poncifs habituels: que c’est grand! que c’est impressionnant, vu comme ça!

Mais jamais jamais jamais elle n’a voulu y monter 🙂

***

Merci à monsieur le Goût pour l’aquarelle et les consignes:

Vous n’habitez pas forcément Paris, pas plus que vous n’en êtes autochtones. Néanmoins, je suis sûr que vous savez ce qu’est la Tour Eiffel. Peut-être même l’avez-vous gravie. À moins que l’ascenseur, plus dispendieux mais plus reposant, ne vous ait fait découvrir sans effort Paris vu d’en haut. J’en déduis que vous avez probablement quelque souvenir à raconter ou quelque opinion à nous faire partager. Votre imagination sera sûrement sollicitée par cette aquarelle de John Salminen…

B comme belle saison

C’est la belle saison où les lutins en veste jaune fluo viennent au parc ramasser des marrons.

En classe ils y piqueront des bâtonnets pour en faire des petits chiens, des bonshommes et même tous les animaux de la terre.

Avec un peu d’imagination, bien sûr 😉

Comme l’ont fait avant eux leurs parents, leurs grands-parents, leurs arrière-grands-parents.

Le bonheur de faire crisser les feuilles mortes.
De s’en mettre plein les poches.

Faut bien que les mamans, ce soir, aient leur part de ce bonheur 🙂

7 questions

d2875-37348224

Est-ce qu’on doit connaître par cœur le nom de ceux qui ont écrit les textes? et l’époque? Est-ce qu’on doit venir en costume? Est-ce qu’on peut choisir sur quel texte on sera interrogé? Est-ce que je peux passer vers dix heures, c’est plus facile pour mon bus. Est-ce que je peux passer vers deux heures et demie, comme ça j’ai le temps de manger à l’aise. Est-ce qu’il faut connaître tout le vocabulaire? Sur combien de points sera la grammaire?

Aujourd’hui, les élèves de Madame ont leur examen de français langue étrangère.

L’écrit et l’oral.

L’avant-veille, ils avaient un tas de questions dont certaines sont tout à fait inédites 🙂