F comme Folon

Demain, dès l’aube, à l’heure où bleuit la campagne, je partirai. 
Je prendrai le chemin des trois collines.
Je garderai l’œil bien ouvert sur cette terre bleue comme une orange.

Je marcherai vers toi, qui as toutes les joies solaires, tout le soleil sur la terre, sur les chemins de ta beauté.

Et quand j’arriverai, je mettrai dans la cage mon chapeau fatigué, pour que l’oiseau puisse vivre libre et chanter.

***

écrit pour Mil et Une qui propose ce tableau et ces consignes: Jean-Michel Folonclic Sujet 35/2019 – du 05 au 12/10 Le mot à insérer facultativement est : AUBE Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse :

 les40voleurs(at)laposte.net

U comme une, deux, trois…

DSCI7132

– Le temps ne fait rien à l’affaire, se dit-elle. 

Sur la table, elle a étalé des lettres d’amour vieilles de plus de trente ans, qu’elle essaye de reclasser dans l’ordre chronologique. Elle a tout de suite mis la main sur la plus ancienne, la toute première, qu’elle connaît encore par cœur. 

– Le temps ne fait rien à l’affaire… 

Trois fois déjà au cours des années précédentes, elle a tout fourré dans un sac en plastique. Noir. Opaque. Elle a pensé les brûler, un soir d’automne, au fond de son jardin. Les déposer dans un parc à conteneurs, très loin de son domicile, dans un pays étranger. Les passer à la déchiqueteuse, tôt le matin, sur son lieu de travail. 

Chaque fois, au moment ultime, celle qui avait été la première, celle qu’elle connaissait par cœur, lui était tombée entre les mains. Jamais elle n’avait réussi à la brûler, la déchiqueter, la jeter. 

Non, le temps ne fait rien à l’affaire.  

*** 

12 ans que ces lettres lui brûlent les doigts 

il serait temps qu’elle s’en débarrasse 

tongue-out 

Et la valise de Folon, photographiée à la Brafa, est ici bien à sa place 🙂

 

F comme Folon

DSCI7132

La valise invite au voyage. Elle est ouverte et des oiseaux la traversent.

Liberté. Evasion. 

Juste l’esquisse d’un paysage: dunes de sable? montagnes couvertes de neige? rochers? 

Qu’importe! Ce qui compte, c’est la liberté, l’évasion.

Et voyager léger 🙂

***

photo prise à la Brafa – il y a deux ans je vous montrais un autre Folon.

J’aime Folon 🙂

F comme fière

0a559-3340619787

Une collègue amie organise aujourd’hui une fête sur le thème « Hats and boots ».

L’Adrienne est bien contente de pouvoir porter fièrement un des chapeaux de son père.

Il a été difficile de décider lequel 🙂 mais le choix s’est finalement arrêté sur un Sylph gris foncé ou un John Howarth & Co noir.

Ha! si papa il savait ça, tralala 🙂

photo prise à Bruxelles, foire des antiquaires, oeuvre de Folon.

B comme BRAFA

Quatre possibilités s’offraient à l’Adrienne: 

1.ne pas y aller (semaine fatigante, besoin du week-end pour se reposer et faire tout ce qui reste en rade) 

2.y aller seule (viva la libertà, on va et on vient comme on veut, on mange où et quand on veut, on rentre à l’heure qu’on veut) 

3.y aller avec une amie (c’est toujours agréable d’avoir quelqu’un avec qui échanger ses impressions) 

4.y aller avec sa mère (en espérant lui faire plaisir) 

***

vous avez deviné? 

***

– Tu es libre, samedi prochain? lui demande-t-elle au téléphone.

– Mais oui!

– Alors je t’emmène à Bruxelles, à la foire aux antiquaires, à Tour et Taxis.

– D’accord! mais je dois être rentrée pour sept heures!

– Pas de problème! On rentrera par le train de cinq heures, ça nous laisse largement le temps.

***

Finalement, on a dû quitter la foire vers deux heures, parce qu’il fallait attraper le train de trois heures, parce qu’elle voulait être à la maison à six heures et demie, et qu’il n’y a qu’un train toutes les deux heures, et qu’au lieu de pouvoir visiter la foire à l’aise jusqu’à cinq heures… – sans compter le temps passé au restaurant à déguster du canard, et à boire un café, et la queue au vestiaire (deux fois) et les quatre passages aux toilettes – vous suivez toujours?

Bref, la visite à la BRAFA a été une véritable course contre la montre.

01-31 (2) - kopie.JPG

pas question de se poser un instant sur un banc, comme le monsieur de Folon 

cool

merci aux responsables de m’avoir permis de prendre cette photo

 

T comme touriste

Touriste à Bruxelles, le temps d’un week-end.

Première étape en sortant de la gare Centrale: la petite rue au Beurre, quatre macarons de chez Darcis. Moment historique: ce sont les premiers-macarons-de-ma-vie. Un euro la pièce mais il y en a qui ont des folies plus coûteuses, n’est-ce pas…

Deuxième étape, l’expo Jean-Michel Folon à l’Espace Wallonie-Bruxelles, rue du Marché-aux-Herbes. Gratuite.

Je note ces quelques phrases parce que je les trouve si justes pour tout ce qui concerne l’art en général et l’iconographie en particulier:

« Je n’ai rien inventé, puisque je dois tout à tout le monde. Je ne comprends pas mes images, et chacun est libre de les comprendre comme il veut. J’ai seulement essayé de fixer mes propres rêves, avec l’espoir que les autres y accrochent les leurs.« 

Troisième étape, mon hôtel, pour y déguster un premier macaron (nougat-amandes). La décence m’interdit de m’étendre sur le sujet.

Après quoi les plaisirs s’enchaînent, un bon bain chaud, une séance de shopping (moi, ce sont les livres; et une barquette de framboises), un cappuccino au bar de la Monnaie, une salade, deux autres macarons en dessert (framboise et coquelicot), Verdi et La Forza del Destino, magnifique et brûlant d’actualité… 

Dimanche matin, viennoiserie au chocolat, le dernier macaron (cassis-violette) et visite de l’expo The British Royal Collection que je vous recommande vivement aussi, de même que le museum café Clin d'oeil

Ah! j’aime Bruxelles!

B comme Bruxelles

Bruxelles est une ville que j’aime. Je réussis à ne pas trop m’y perdre, j’aime arpenter ses rues, mon petit plan à la main. La journée que j’y passe est toujours trop courte. Même pas le temps de faire du shopping Moqueur il y a trop de choses à voir et à faire…

En ce moment par exemple ceci: une belle rétrospective Jean-Michel Folon: http://www.fondationfolon.be/folon2008/parcours_bruxelles_7_fr.html 

et quelques balades à faire dans la ville pour découvrir ses sculptures, comme l’Oiseau, place du Grand Sablon, ou le Messager qui se trouve au Parc de Bruxelles: http://www.fondationfolon.be/folon2008/parcours_bruxelles_2_fr.html

Allez, on y va!