T comme Tintin

Pour ceux que ça intéresse, les livres de Serge Tisseron sont ici.

– M’enfin! s’énerve tante Alicia, ce n’est tout de même pas si compliqué!

Pourtant oui, ça l’était. Je continuais à confondre les oncles et les cousins, les tantes et les cousines. Tout le monde me semblait avoir le même âge, sur ces photos.

– Bon, je te le répète une dernière fois, après c’est à toi.

Observe bien la photo de mariage des grands-parents: ils ont déjà la trentaine et à peu près l’air qu’ils ont gardé, cette face réjouie de gens bien nourris et contents de leur sort. Tu ne peux pas te tromper, il me semble! Après tu as leurs enfants: Dimitri, le militaire, Alexis, le banquier – il a bien une tête de banquier, ne me dis pas le contraire! – et Georges, l’érudit, avec ses petites lunettes rondes et son air ahuri. Bon.

Leurs épouses, je te l’accorde, on pourrait les confondre, retiens bien un signe distinctif: Sonia a le nez pointu, Eva les joues rondes et Margarita est cette opulente qui aime bien montrer sa jolie voix.

Avec ça, tu en sais assez pour te présenter à eux et tu verras, si tu dis que tu es la fille d’Anastasia, les quelques anecdotes que je t’ai racontées suffiront à semer le doute dans leur esprit… et si tu te montres assez fine, ta fortune est faite!

Consigne: Généalogie fictive et Tintinesque chez Joe Krapov

L’animateur a lu dans le « Nouveau nouveau magasin d’écriture » de Hubert Haddad l’entresort n° 8 dans lequel il est dit : » S’inventer une généalogie extravagante à partir de la lecture d’une vieille liste de mariage d’un de vos ascendants. »

Il suggère que chacun.e s’invente une généalogie fictive à partir des pages de garde des albums de Tintin de Hergé. Autrement dit : tous ces personnages sont des membres de votre famille d’un jour. Racontez-nous qui ils sont.

 Page 1 G réduite  Page 2 réduite
 Page 3 G réduite  Page 4 D réduite

J comme journaliste

DSCI7130

L’Adrienne ne sait pas si c’est dû à sa dégaine chaussures plates et col roulé, mais le responsable du stand l’a prise pour une journaliste et invitée à faire des photos et demander tout renseignement qu’il lui fallait.

C’était pourtant l’avant-dernier jour de la BRAFA et on peut supposer que les journalistes étaient passés depuis longtemps, laissant la place, ce dernier samedi midi, aux ultimes badauds.

Dont l’Adrienne. Qui bien sûr l’a détrompé – non, elle n’était pas journaliste pour une revue culturelle ou artistique – mais elle a trouvé la méprise d’autant plus comique que c’était le stand de Tintin et Hergé 🙂

Avec, il est vrai, de magnifiques planches originales. Comme celle ci-dessus, du Crabe aux pinces d’or.

– Si vous achetez les trois, dit l’homme, ce n’est que 2 millions.

Elle se demande encore si elle a bien entendu 😉

E comme ectoplasme

Bien sûr, quand vous avez vu ce titre, vous avez pensé au bougre d’ectoplasme du Capitaine Haddock.

C’est normal, c’est aussi la première chose à laquelle l’Adrienne a pensé en voyant cette consigne de Walrus au Défi du samedi.

Mais le soir, en cherchant dans le programme télé s’il y avait quelque chose d’intéressant, elle est tombée sur ceci:

Chasseur de fantômes«Silent Jill», l’animatrice et youtubeuse, se rend en région Liégeoise en compagnie d’un chasseur de fantômes. Ensemble, ils explorent un sanatorium abandonné dans l’espoir d’assister à des phénomènes paranormaux.

Rien que ça.

En 2018.

On pourrait croire que les gens sont tous allés à l’école.

Qu’ils ont reçu un minimum de cours de sciences.

Qu’on leur a un peu ouvert l’esprit critique.

Mais au lieu de l’esprit critique, c’est esprit es-tu là

Bougres d’ectoplasmes!

ectoplasme

ectoplasme: émanation visible du corps du médium (Petit Robert, p.539)

Merci à Walrus et au Défi du samedi, où j’ai pris l’illustration.

K comme Knocke ou Knokke

D’abord, il y a eu ce tableau, au Petit Palais: 

2017-01-04 (28).JPG

Il est de la main de Camille Pissarro et s’intitule Le village de Knocke. 

– Tiens, se dit l’Adrienne, Pissarro est allé à Knokke en 1894? Et sur quelle hauteur s’est-il perché pour avoir ce point de vue sur le village? Écrivait-on réellement « Knocke » avec un c à l’époque ou est-ce une erreur? 

Bref, un tas d’interrogations devant ce joli tableau qui sent si peu la mer et les mondanités d’aujourd’hui. 

La réponse à la première question est oui: en juillet 1894, Théo Van Rysselberghe est à Knokke et Pissarro vient l’y rejoindre. On peut lire dans sa biographie qu’une maladie des yeux l’empêchait de peindre en extérieur: c’est pourquoi, il le faisait de la fenêtre de sa chambre. 

La troisième question a trouvé sa réponse dès le lendemain, à l’expo Hergé: 

2017-01-04 (56).JPG

Sur cette affiche publicitaire réalisée par Georges Remi entre les deux guerres on remarque la même graphie avec le c au lieu du k actuel. 

C’est l’époque où le père de l’Adrienne, d’abord dans le ventre de sa mère, puis tout bébé et petit enfant, découvrait les plaisirs de la plage. 

Il y a même dans les archives familiales une photo unique de la petite Ivonne dans ce genre de maillot de bain tongue-out

De la grand-mère Adrienne aussi, d’ailleurs… 

002.jpg

Sur la plage de Knokke, entre la petite Ivonne et son mari, leur premier-né; 
le père de l’Adrienne est encore au stade préparatif… 

H comme Hergé

L’expo Hergé au Grand Palais était une des trois raisons qui ont poussé l’Adrienne à réserver une place dans le TGV pour Paris en ce début de janvier. 

2017-01-04 (84).JPG

Et franchement, elle valait le déplacement. 

D’abord, parce qu’on y découvre un aspect peu connu de Georges Remi: sa carrière de graphiste et de concepteur d’affiches ou de logos publicitaires. 

2017-01-04 (60).JPG

voyage,paris,belge,belgique,bd,peinture,art

Ensuite, parce que de nombreuses esquisses permettent d’admirer ses talents de dessinateur. C’est tout à fait impressionnant! 

2017-01-04 (53).JPG

esquisses pour le « mauvais » de Tintin au pays de l’or noir

voyage,paris,belge,belgique,bd,peinture,art

mauvaise photo d’un crayonné où Milou résiste à la tentation 

Bien sûr, elle permet aussi de retracer toute sa carrière, la naissance et l’évolution de tous ses personnages de bandes dessinées, sa rencontre décisive avec Tchang et son souci croissant de perfectionnisme jusque dans les moindres détails. 

2017-01-04 (65).JPG

Hergé et Tchang à Bruxelles en 1931

voyage,paris,belge,belgique,bd,peinture,art

Enfin, parce qu’on y découvre encore un autre aspect méconnu de Georges Remi: son intérêt pour l’art moderne et sa pratique de la peinture à l’huile. Sa modestie seule faisait qu’il se considérait comme « un peintre du dimanche ». 

2017-01-04 (35).JPG

Bref, vous avez encore jusqu’au 15 janvier pour y courir, si vous êtes dans le coin cool

J comme j’aime

J’aime le printemps

005 - kopie.JPG

Isidore Verheyden, Verger au printemps, 1878
année de naissance de mon arrière-grand-père Edmond
(photo prise au Musée Fin de Siècle, à Bruxelles)

J’aime l’été

007 - kopie.JPG

 Edouard Vuillard, Les deux écoliers, 1894
Ils me font penser aux albums de Quick et Flupke que possédait mon père
(photo prise au musée Fin de Siècle à Bruxelles)

J’aime l’automne

006 - kopie.JPG

Adrien-Joseph Heymans (1839-1921), Paysage en Campine
Je ne suis jamais allée en Campine

on y parle une langue que je ne comprends pas 
Langue tirée
(photo prise au musée Fin de Siècle à Bruxelles)

J’aime l’hiver

004 - kopie.JPG

Guillaume Vogels, La neige, soir, 1883
Même si nous n’en avons pas eu, cet hiver
et même si Nipotina trouve qu’on aurait besoin de vraies gelées
(photo prise au musée Fin de Siècle à Bruxelles)

J’aime Emile Claus, en toute saison

009 - kopie.JPG

Emile Claus, Arbres le long de la Lys, 1892
(photo prise au musée Fin de Siècle à Bruxelles)