I comme inspiration chez Lali

lali608

Je ne suis pas dupe. Elle fait semblant de lire. Elle ne tourne pas les pages. Elle a ce sourire niais comme chaque fois que cet autre est là. Je l’ai à l’œil, celui-là.

Je ne l’aime pas. Je n’aime pas ce machin qu’il installe au milieu de la pièce, à gauche de la fenêtre. Ma place préférée, quand il y a du soleil.

Je n’aime pas tous ces trucs qu’il sort de son sac, ces tubes, ces pinceaux. Ça pue.

Je n’aime pas qu’il reste là des heures à la regarder faire semblant de lire avec ce sourire bête vissé sur son visage. Ça va mal finir, cette histoire.

Je darde sur lui le feu jaune de mon œil unique. Je sais qu’il a peur de moi.

***

tableau et consignes chez Lali, que je remercie.

Publicités

H comme horreur du vide

lakévio122

Dans le silence très relatif de la nuit chilienne, elle a senti avec terreur la terre gronder et trembler pendant de longues minutes, ne parvenant à se décider s’il valait mieux sortir de la chambre ou attendre tranquillement que ça passe.

Dans le silence très relatif de la nature finlandaise, en fond sonore parmi d’autres bruits et cris divers, le ‘zonzon’ de milliers de moustiques l’a finalement décidée à retourner se coucher à l’abri d’une maison et de sa moustiquaire.

Et là, devant le spectacle grandiose de l’infinité de l’océan, elle se demande quel idiot a été effrayé par « le silence éternel des espaces infinis ».

Le fracas assourdissant des vagues sur les rochers, les grondements de l’orage, voilà ce qui l’effraie et l’attire en même temps.

Bien campée sur ses deux jambes, les mains dans les poches de sa grosse vareuse au col relevé, elle admire le spectacle et se dit qu’il n’y a pas de meilleur endroit que cette bonne vieille terre.

Pour le silence éternel des espaces infinis, elle préfère passer son tour…

***

Tableau et consignes chez Lakévio, que je remercie. Il fallait utiliser cette citation de Blaise Pascal: « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie »

Pour ceux qui veulent tout savoir sur Pascal et sur la nature qui n’a pas du tout horreur du vide…

Et pour ce qui est du silence sur Mars, voir ici 🙂

//fave.api.cnn.io/v1/fav/?video=us/2018/12/08/mars-sounds-win-orig-st.cnn&customer=cnn&edition=international&env=prod

 

B comme bête

lakévio121

L’adolescence, c’est l’âge bête, déclare la mère. 

Alors, comme pour le prouver, l’enfant se referme complètement, les épaules tombantes, le dos rond, le regard absent.

L’adolescence, c’est l’âge bougon. Regardez-la, ajoute la mère. Et têtue, avec ça! têtue comme une mule! exactement comme son père!

L’enfant retourne dans son monde, ses rêves, ses pensées. Là où personne ne peut la blesser. Là où elle s’échafaude des romans et est entourée d’amour.

Jo m’a donné cette rose blanche, pense l’enfant. Dans sept ans, je l’épouse et nous partons à l’autre bout de la terre, tous les deux. Pour toujours.

***

Tableau et consignes chez Lakévio, que je remercie. La lettre i était interdite.

V comme vacarme

lakévio120

C’est quand le vacarme a cessé depuis trop longtemps que Romane s’inquiète.

Pourquoi n’entend-on plus rien, derrière la porte? Devrait-elle ouvrir et aller voir?

Elle reste là un long moment, la main sur la hanche, à essayer d’entendre ce qui se passe de l’autre côté.

Va-t-elle prendre la clé? Attendre encore? Appeler?

Elle colle son oreille à la porte. Rien. Absolument rien. C’est tout à fait étrange. Tout à fait inhabituel.

Que s’est-il passé, cette fois?

D’habitude, la petite crie et pleure un peu, puis se résigne et mange sa soupe.

***

source du tableau et consignes chez Lakévio, que je remercie.

Le mot ‘vacarme’ a une étymologie assez surprenante, il vient du moyen néerlandais – « wacharme », correspondant à l' »ocharme » encore employé en Flandre aujourd’hui – qui exprime apitoiement et compassion.

P comme prétentieux

Ça ne rate jamais: vous lisez ou entendez ‘prétentieux’ et vous pensez ‘ne me parle pas de Grenoble’.

Zézette m’apporte des oranges, les poulets c’est moi qui les surveille et ma Viva Sport 37 améliorée 39 fait du 210 pour rentrer à Marseille…

Si vous poursuivez le jeu d’association d’idées, ‘assiette’ mène à Prévert (parce qu’ils ont leur assiette derrière la tête), ‘buvard’ à Bouvard, ‘apostrophe’ à Pivot et ‘opéra’ à la Castafiore.

Quand en classe vous utilisez le mot ‘multiplication’, vous ne manquez jamais d’ajouter mentalement ‘des pains et des poissons’, à tel point que vous craignez qu’un jour vous le direz à voix haute.

‘Trier’ c’est pour les lentilles, la chose la plus fastidieuse que vous ayez faite de votre vie – sans compter la lourde responsabilité si quelqu’un se cassait une dent sur un minuscule caillou qui vous aurait échappé – pensum auquel vous avez dû vous soumettre lors d’un séjour dans la zone d’origine contrôlée de la lentille verte du Puy.

Et puis, vu que c’est la saison, ‘renifler’ vous fait penser au petit cousin qui avait tout le temps des rhumes mais qui, à cinq ans, ne savait pas encore se moucher le nez: on lui disait ‘souffle!’ et il soufflait par la bouche, évidemment. Il souffle comme une forge, disait le père. Au fait, ‘pression’ est pour le père, ce n’est pas un mot qui fait penser au travail ni au stress, mais à la bière, que le père refusait si elle sortait d’une bouteille.

‘Écharpe’, bien sûr, c’est pour grand-mère Adrienne. Sa grande étole de laine, on l’a portée si longtemps qu’on a fini par l’user et la trouer, ce qui a bien fait plaisir à la mère:

« Tu vas enfin pouvoir jeter cette horreur! »

***

écrit pour 13 à la douzaine avec les mots imposés suivants: 1 assiette 2 buvard 3 apostrophe 4 écharpe 5 trier 6 renifler 7 opéra 8 multiplication 9 prétentieux 10 pression 11 option 12 forge et le 13e pour le thème : saison

K comme krapoverie

1b19a-dyn002_original_1600_1200_pjpeg_2634699_58dab848977399e248df97f93d1b55ca

Pierre de Ronsard (1524-1585) – Ode à Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

source: https://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/pierre_de_ronsard/mignonne_allons_voir_si_la_rose

Consignes chez Joe Krapov

C’est le titre d’un livre très intéressant de Bernard Friot, joliment illustré par Hervé Tullet, publié aux Editions de La Martinière. On y est incité à écrire un poème par jour à partir d’une petite consigne. L’animateur en propose sept. A chacune et à chacun d’écrire le nombre de poèmes qu’il souhaite dans le temps d’écriture imparti (une heure)

Poème impératif : toutes les phrases de ton poème seront au mode impératif ;

Mignonne, viens vite voir!
Viens au jardin, là, tout de suite.
Regarde cette rose!
Rappelle-toi, ce matin, comme elle était belle…
Et regarde-la maintenant.
Constate les dégâts du temps.
Tires-en tes conclusions.
Aime-moi tout de suite!

Poème négatif : écris un poème utilisant diverses formes de négation ;

Mignonne, ne ferme pas les yeux sur la réalité.
Tu ne seras pas toujours belle.
Il n’est pas loin, le moment où je ne te désirerai plus.
Tout comme plus personne ne s’intéresse à une rose sans pétales.
Alors ne perds pas de temps et ne me dis plus non.

Poème futuriste : tous les verbes conjugués seront au futur ;

Mignonne, tu verras, on ira au jardin, on admirera les jolies fleurs, je te baratinerai juste un peu, je te ferai des compliments sur ton joli teint et je t’intimerai à me laisser bientôt, très bientôt, admirer ta carnation nacrée de tout près jusque dans tes plis les plus intimes…

Ajoute de nouveaux verbes au dictionnaire. C’est facile : choisis des noms ou des adjectifs et conjugue-les ; 

Allons mignonner,
Toi et moi vespréer.
Allons naturer,
Toi et moi fleuronner
Avant de décrépiter.

Écris un poème qui répond à la question « Quel temps fait-il aujourd’hui ?

Mignonne, ce matin il y avait un beau soleil pour la saison. Cependant pour la soirée on annonce de gros nuages et des températures en forte baisse. Les dernières roses du jardin en souffriront mais nous deux pourrions nous réfugier sous l’édredon.
Ensemble.

 

J comme j’étais bignole

lakévio119

Sur ma porte, j’ai vissé la plaque ‘PORTINAIA’ comme ça c’est bien clair pour tout le monde: ici est la concierge, c’est ici qu’il faut s’adresser si on veut un renseignement ou faire monter le courrier.

C’est aussi chez moi qu’on vient frapper quand une ampoule est grillée dans un couloir ou quand les enfants du 403 jouent avec l’ascenseur.

Mais généralement, je n’ai pas besoin qu’on vienne me le dire: c’est moi la première qui remarque que la dame du 702 n’est pas sortie pour la promenade du chien ou que les volets de monsieur Cordaro n’ont pas été ouverts. Alors je vais voir s’il y a un problème.

Je connais mon métier et on me respecte. Je surveille les poubelles, je réprimande les contrevenants, je porte les médicaments à la vieille dame qui ne se déplace plus, je préviens les familles en cas de besoin…

La plaque, je sais bien qu’elle ne devrait pas être là.

Soi-disant qu’on n’a pas besoin de concierge, dans ces blocs d’appartements.

***

Mon vieux petit Robert ne connaît pas le mot bignole, qui aurait dû se trouver à la page 165 entre bigleux et bignone mais je fais confiance à Lakévio que je remercie pour le tableau et les consignes:

Quand j’étais bignole: à l’image de l’extraordinaire Renée du roman L’élégance du hérisson, faites le portrait, à la première personne, d’une concierge étonnante.