7 autrefois

On voit ces jours-ci refleurir des passe-temps d’autrefois.
Pour se préserver de la giboulée coronavirienne, on reste chez soi.
Mais qu’y fait-on, quand tous les jours de la semaine sont des dimanches?

On se remet à la broderie des feuilles de cognassier, comme Albertine?
A l’aquarelle ou à l’herbier?

On joue au jardin avec les enfants et on leur montre ce bon vieux jeu du zébu, comme Adalbert?

On bichonne son potager et on redécouvre les légumes oubliés, par exemple ces merveilleuses feuilles de riboulaine, que ce soir on servira en crêpes, comme Arnolphe?

On accouche à domicile, parce que l’hôpital fait peur, comme Adolphine?

Une seule chose est sûre: « en de boer, hij ploegde voort« , exactement comme dans le tableau de Bruegel qui représente soi-disant la chute d’Icare: le paysan poursuit le labour, quoi qu’il arrive.

Icarus Van Buuren.jpg

source de l’image ici – participation à l’agenda ironique d’avril, suivant les consignes de Carnets paresseux, que je remercie:

voilà une poignée d’images, empruntées au Spécimen des caractères d’affiches, vignettes et fleurons des fonderies et stéréotypie de François-Nicolas Gromort. Ce qu’on en fait ? on en choisit au moins trois, au plus tant qu’on veut, on les range dans un sens ou dans un autre et on raconte l’histoire qu’elles racontent, en suivant l’ordre des images. Poème, rébus, conte, chanson, feuilleton en X épisodes, on peut faire tout ce qu’on veut tant qu’on ne perd pas le fil et qu’on s’arrête bien le dimanche 26 avril. Agenda ironique oblige, une goutte de calendrier, un soupçon de temps qui passe et une pointe d’ironie seront bienvenues. Et puis quelques mots imposés – qu’on pourra oublier ou contourner – giboulée, zébu, cognassier et riboulaine (ce qu’il veut dire, celui-là ? ça sera l’occasion de l’inventer).

 

 

 

 

 

 

E comme Escono!

devoir de lakevio du gout_33.jpg

Dans un billet du 2 avril, Alessandro Gilioli répond à la question posée dans son titre: Perché i vecchi escono? Pourquoi les vieux sortent-ils?

A lui ainsi qu’à ses amis et connaissances, il semble qu’il y ait surtout « des vieux » dans les rues italiennes. « Des vieux » sans but précis, sans l’excuse d’un chien ou d’une course à faire.

Pourquoi?

A cause de la solitude ou du (trop) petit espace de vie? Par manque de connexions et autres joies d’internet? Parce qu’ils tiennent à leur journal papier quotidien et ont ainsi l’excuse de se rendre au kiosque?

Selon lui, ce serait parce qu’ils sont vieux, précisément, et ne se verraient plus aucun avenir dans lequel se projeter. Ils n’ont que le passé et le présent, dit l’auteur, alors ils ne veulent pas qu’on le leur vole, ce présent.

Et c’est là que l’Adrienne n’est pas du tout d’accord!

Tous les « vieux » qu’elle connaît – non, pas seulement sa mère 😉 – n’estiment pas leur vie terminée et prennent toutes les précautions nécessaires.

Même s’ils aiment sortir pour une petite balade quotidienne: c’est précisément parce qu’ils misent sur le futur et veulent garder la forme.

Pas parce qu’ils s’ennuient faute de N*tfl*x.

***

Merci à Monsieur le Goût pour ce 33e devoir de Lakévio du Goût: Peu de monde, très peu de monde dans cette rue qui descend du Sacré-Cœur vers la place Saint-Pierre. Je peux vous le dire, lectrices chéries, cette rue faite d’escaliers est la rue Paul Albert. Mais où va cette femme qui les descend sous la pluie ? Quel devoir ou quelle aventure la mène ? Qu’est-ce qui la pousse à sortir alors que, dans tout le pays, chacun est appelé à rester chez soi ? Si vous avez une idée, nous la lirons tous avec plaisir, intérêt ou le cœur serré, c’est selon. Mais nous la lirons lundi puisque désormais, c’est « l’école à la maison »…

Adrienne parle aux objets

Vous l’aurez remarqué, ce qui fleurit le mieux, c’est l’humour au temps du corona et c’est très bien. 

Une des petites phrases rencontrées au tout début du confinement disait que parler aux objets, quand on est seul à être confiné, c’est tout à fait normal.

Que ça ne devient inquiétant que si les objets vous répondent.

L’Adrienne parle aux objets depuis toujours. Ça commence même dès le matin, comme dans ce poème de Paul Van Ostaijen, Marc groet ‘s morgens de dingen (Le matin, Marc dit bonjour aux choses) que tous les petits enfants apprennent par cœur à l’école.

En tout cas les petits enfants du temps où l’Adrienne l’était 😉

Dag ventje met de fiets op de vaas met de bloem

ploem ploem
dag stoel naast de tafel
dag brood op de tafel
dag visserke-vis met de pijp
en
dag visserke-vis met de pet
pet en pijp
van het visserke-vis
goeiendag
Daa-ag vis
dag lieve vis
dag klein visselijn mijn
Par bonheur, jusqu’à présent, aucun objet ne lui a répondu 🙂
***

source de l’image ici et des vidéos d’humour belge au temps du corona à voir ici:

https://www.rtbf.be/embed/m?id=2617291&autoplay=0

merci à Joe Krapov pour sa consigne: Les objets confinés se confient

C’est entendu, vous êtes confiné·e chez vous. Mais vous n’êtes pas seul·e. Tous les objets qui vous entourent le sont eux aussi et depuis plus longtemps que vous. Faites-les parler ! Que peuvent nous raconter votre réfrigérateur, le fétiche arumbaya à l’oreille cassée offert par votre oncle Augustin, le miroir magique, le canapé ou la pendule du salon, l’étagère à rouleaux de papier hygiénique (non, quand même pas !) à propos de votre maison, de leur propre vie et de votre tournage en rond « sous leurs yeux » ? Objets inanimés, avez vous donc une âme ? La réponse, cette semaine, sera définitivement « oui »!

 

A comme Albert

marquet.jpg

Joue-t-il au cerceau ou pousse-t-il une charrette à bras? se demande l’Adrienne en découvrant ce dessin proposé par Monsieur le Goût.

C’est une vieille photo de son père en pantalon de golf, poussant son cerceau dans la rue des Jardins, juste avant la guerre de 40, qui lui est revenue en mémoire pour sa ressemblance avec le vif mouvement des jambes et le corps penché derrière ce cercle.

Guerre, emprisonnement, évasion et liberté, le vocabulaire aussi rappelle cette époque de couvre-feu et de disette.

Et puis le prénom de l’artiste, Albert Marquet.

L’Adrienne, qui travaille en dilettante à la généalogie familiale, est justement occupée avec un autre Albert, né le 21 janvier 1706. Ce qui lui avait fait s’exclamer « encore un Albert! » ou « déjà un Albert! » ou même les deux à la fois.

Parce que les mêmes prénoms reviennent à chaque génération sur plus de deux siècles. Surtout des Albert et des Jean-Baptiste.

C’est la petite Ivonne qui a mis fin à la tradition, profitant de son statut de jeune épouse très aimée, pour ne pas appeler son premier né Albert – comme il aurait fallu – mais André.

Vive la liberté 🙂

***

Merci au Goût pour ce 32e devoir de Lakevio du Goût:

Vous ne trouvez pas que ce dessin d’Albert Marquet, est un beau symbole d’évasion ? En ces temps d’emprisonnement généralisé racontez nous une histoire de liberté recouvrée.
Si c’était fait lundi, ce serait bien.

Y comme y a qu’à

DSCI8249 (2)

Comment peut-on avoir « le cœur à marée basse » quand le printemps est si lumineux? Pas de brouillards matinaux, un petit vent bien vif, la légère oscillation des branches encore nues? Des nuits étoilées avec un mince croissant de lune?

Comment peut-on se plaindre, quand les tulipes offrent leurs variations de rouge, de rose et de jaune? Qu’il y a le calme plat dans les rues, pas de va-et-vient de poids lourds, pas de bruit des travaux?

Comment peut-on stresser, quand il n’y a pas d’horaire à respecter? que c’est tous les jours dimanche?

Tu as des envies de plage, de haute mer, du remous des vagues?
Alors il n’y a qu’à regarder tes photos!
Tu en profiteras sans avoir de grains de sable entre les orteils 🙂

***

écrit pour les Plumes d’Emilie – merci Emilie! – avec les mots imposés suivants:
HORAIRE – VARIATION – REMOUS – HAUTE – LUNE – OSCILLATION – VA-ET-VIENT – VENT – MASCARET – PLAGE – BROUILLARD – GRAIN – SYZYGIE – BASSE

Stupeur et tremblements

devoir de Lakevio du Goût_31.jpg

Jeudi dernier, en revenant de chez le marchand de légumes, l’Adrienne a pu admirer un tableau de rue que jusqu’à ce jour elle n’avait pu observer que dans le sud de l’Italie.

Une femme était à sa fenêtre ouverte, au premier étage de sa maison, et faisait la causette avec un homme sur le trottoir.
Ne manquait que le panier attaché à une corde pour descendre le porte-monnaie et remonter quelques courses, à la mode napolitaine.

Nous sommes donc – au moment de la rédaction de ce billet – dans une sorte de confinement un brin moins strict qu’en France (on ne doit pas rédiger et signer notre propre Ausweis) mais beaucoup plus strict que chez nos voisins du nord, qui préfèrent une autre tactique, celle de l' »immunité collective ».

D’où la place de ce billet dans la rubrique stupeur et tremblements, vu que l’immunité collective ne peut être atteinte qu’à condition d’infecter plus de 60% de la population.

Avec les « dommages collatéraux » qu’on imagine pour les hôpitaux, les soignants… et le chiffre des décès.

Sans compter que les spécialistes ne sont même pas sûrs que cette immunité s’installe.

Bref, ça ressemble à l’histoire de l’apprenti sorcier.
Version cynique.
Vu que ceux qui ont décidé de cette stratégie feront certainement tout ce qu’il faut pour mettre leurs bien-aimés à l’abri.
En confinement.

Voir un article (parmi beaucoup d’autres) sur cette controverse ici.

***

Merci à Monsieur Le Goût pour ce 31e devoir de Lakevio du Goût.

Elle est comme nous. Elle est à sa fenêtre. Que souhaite-t-elle ? Que pense-t-elle ? Comme nous est-elle confinée, prisonnière, recluse ? Dites lundi ce que vous pensez à partir de cette toile de Salvador Dali.

Défi du 20

132 - Copie

L’Adrienne avait un grand jardin, des arbres et des fleurs de toute beauté et un tas de matériel, comme la brouette de la photo.

Quand elle est venue habiter en ville, elle a trouvé le jardin si petit en comparaison de celui d’avant qu’elle n’a pas jugé utile de déménager tout son matériel de jardinage.
La fidèle brouette est restée là-bas.

Ce qui fait qu’aujourd’hui elle trimbale son tas de terre à l’aide de deux seaux…

***

pour le défi du 20 mars, il fallait utiliser beauté + brouette

photo dans le jardin d’avant, prise 28 mars 2011, après une première tonte de gazon qui était surtout un ramassage de feuilles mortes – le magnolia soulangeana commence à montrer un peu de couleur 🙂