Stupeur et tremblements

5dd16-dyn009_original_600_399_pjpeg_2634699_c5b3ccab88db2a222d21dd234cfc740b

Mercredi au réveil, l’Adrienne trouve un message inquiet venu du Chili.

Là-bas, Ethel a vu d’une façon ou d’une autre les ravages causés par les inondations dans une grande partie de la Belgique.

Ethel, l’Adrienne ne l’a vue que deux fois, il y a trois ans.
Mais elle n’a pas oublié.
Oui, c’est beau.

C’est beau aussi de voir cette immense vague de solidarité à travers tout le pays.
Ces gens qui s’organisent pour aller porter des vêtements, des vivres, aller aider à nettoyer, offrir un toit aux sinistrés, une étable ou une prairie pour les animaux, verser des sous à la Croix-Rouge.

L’Adrienne est heureuse de voir que tous les jours la liste des initiatives s’allonge et que tout le pays y participe.

Chacun s’accorde à dire que ça fait du bien d’apporter sa petite pierre à l’édifice.
Qu’on le ressent comme une nécessité.

***

De politieke context van ons land maakt ook de golf van solidariteit met voornamelijk Waalse regio’s op dit moment zo opmerkelijk. Verbazend veel Vlamingen sprongen de voorbije dagen in de bres voor hun Waalse landgenoten. ‘Het is niet omdat rechts-nationalistische partijen aan de macht zijn, dat Vlamingen over het algemeen separatistisch zijn. Bevragingen tonen elke keer weer aan dat maar een heel kleine minderheid daarvan wakker ligt. Dat idee dat Vlamingen anti-Waals zijn, is een politieke constructie. Dat blijkt nu weer heel duidelijk.’

source De Standaard, jeudi 22 juillet 2021.

Le contexte politique de notre pays rend la vague de solidarité avec des régions principalement wallonnes tout à fait remarquable. Un nombre étonnamment élevé de Flamands ont sauté à la rescousse de leurs compatriotes wallons. « Ce n’est pas parce que des partis de la droite nationaliste sont au pouvoir que les Flamands sont séparatistes. Les sondages montrent chaque fois que ça ne préoccupe qu’une faible minorité d’entre eux. L’idée que les Flamands sont anti-wallons est une construction politique. C’est ce qui apparaît ici une fois de plus. » (dit Paul Verhaeghe, professeur de psycho-analyse à l’université de Gand, traduction de l’Adrienne)

***

En illustration, la même vache qui avait orné le billet pour Ethel.

N comme nom de famille

C’est un lien qui a amusé l’Adrienne pendant plusieurs minutes, hier matin: il permet de voir combien de personnes portent tel ou tel nom de famille en Belgique.

Tout au moins, si ce nom figure parmi les 10 000 les plus courants.

Si vous voulez y chercher le vôtre ou n’importe lequel à votre choix, c’est ici.

***

sur la photo des années 1950, les deux (futurs) grands-pères de l’Adrienne, un grand-oncle et un ami du grand-père maternel, sur la digue à Knokke-le-Zoute.

W comme Wilma

Les joies du wilfing ont mené l’Adrienne de plus en plus loin de son exercice d’écoute sur les Jeux olympiques de Rome en 1960, où il était question de l’athlète italien Livio Berruti qu’on voyait amoureusement main dans la main avec la vedette américaine du 100 mètres, 200 mètres et 4 X 100 mètres: Wilma Rudolph.

C’est ainsi que l’Adrienne est tout naturellement arrivée chez les Flintstones, comme vous pouviez vous y attendre, vu que c’était la seule Wilma qu’elle connaissait à ce jour 🙂

Mais entre-temps, elle a beaucoup appris sur Livio, sur Wilma, et ne peut s’empêcher de rêver à ce qu’aurait donné la suite de l’histoire si ces deux-là étaient restés ensemble après les Jeux.

source ici

X c’est l’inconnu

C’est un « inconnu » qui fait peur et qui s’appelle « deepfake ».

Cet excellent article suisse emploie le mot « flippant ».

C’est une forme de trucage qui utilise l’intelligence artificielle et qui pour le moment est encore réservée à des pro, comme le belge Chris Umé, une sorte de pionnier/spécialiste en la matière, avec ses vidéos montrant un vrai/faux Tom Cruise.

ça lui a pris des mois de travail avec un matériel sophistiqué et un excellent sosie de la star mais c’est une technologie qui sera bientôt à la portée d’un plus grand nombre, avec toutes les dérives possibles.

On ne fera pas que s’amuser à de petites imitations sur Tik Tok, c’est évident.

Et oui, la rubrique « les joies d’internet » devient de plus en plus… flippante, c’est exactement ça!

Stupeur et tremblements

Il y en a qui ne savent pas quoi faire pour créer le ‘buzz’ sur internet et il y en a qui ne savent pas comment ça se fait qu’ils l’ont créé.

Comme Sander Bauwens et ses plus de 180 millions de vues pour une vidéo de 2017.

Une vidéo où il ne se passe rien d’autre, pendant sept minutes et septante-quatre secondes (oui ici c’est la Belgique :-)) que faire passer des poussins, un à un, d’une cage à l’autre.

Et un titre tout aussi peu racoleur, big clean up of the cages

Bref, son auteur, dont le hobby est d’élever des poules, en est le premier étonné.

Surtout, dit-il, que la qualité de l’image est mauvaise, il a simplement filmé d’une main avec un vieux gsm 😉

Question existentielle

Vous broyez du noir, vous avez le cœur tout cabossé et une folle envie de câlins et de douceur?
Vous ne voulez pas vous jeter sur le rayon pâtisserie ni vous faire plaisir en dégustant un chocolat chaud bien crémeux?
Tout cela vous semble trop suranné?
Vous préférez vous jeter sur votre tablette ou votre téléphone « intelligent »?

Enfants! Prenez garde aux baobabs!

Prenez garde à ce qui se cache sous ce bel emballage!
Car bientôt ce seront les algorithmes qui prescriront vos comportements.

***

écrit pour les Plumes d’Émilie – merci Émilie! – avec les mots imposés:

broyer – douceur – cabosse – tablette – noir – emballage – suranné – fou/folle – déguster – câlin – chaud – prescrire – pâtisserie – plaisir.

Adrienne chante

Il n’y a pas de raison, s’est dit l’Adrienne, d’arrêter de s’exercer, quand on est privé de prof et de chorale.

Le chant est en effet considéré comme étant hautement propagateur de virus, même en plein air.
Alors depuis quelques mois l’Adrienne s’amuse avec Iris et Vahn.

Et comme dit le copain Montaigne, « s’en servira qui voudra » 🙂

X c’est l’inconnu

Par Korido — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=36728382

Sur Couchsurfing, parmi les requêtes et propositions convenues, on en trouve parfois d’étranges.

Comme celle d’un certain Massimo, quinquagénaire florentin, qui est à la recherche d’un jeune homme de 25 ans, originaire du Maine, du Connecticut ou de Cape Cod, dans le but d’écrire un livre sur lui.

N’est-ce pas, qu’il y en aurait des choses à dire, à supputer et à imaginer 🙂

Z comme zoom alors!

Qui était-ce, parmi les commentateurs, à avoir signalé dernièrement l’importance et la présence des bibliothèques en fond visuel chez tous ceux qui sont obligés de montrer un peu de leur intérieur dans une de ces nombreuses visioconférences et autres sessions zoom?

Et bien, il/elle avait raison de le signaler.

L’Adrienne, qui avait surtout vu et écouté des musiciens jouer chez eux devant un mur blanc et une plante verte, vient de découvrir qu’aux Etats-Unis il y a même une firme spécialisée dans le prêt d’une bibliothèque en vue de faire de l’effet quand on est filmé chez soi et qu’on veut donner une certaine image de soi, soigneusement étudiée: Booksbythefoot!

Et du soin, il en faut, parce que d’autres sont spécialisés dans le ‘scrutinising‘ de ces vrais faux décors de livres: les spécialistes du Bookcase credibility.

Bref, le petit reportage ci-dessus résume tout ça en disant que ce décor de livres donne l’impression que vous savez de quoi vous parlez et même que ces livres sont plus importants que ce que vous dites.

Ils montrent votre appartenance à une classe sociale, votre niveau d’éducation, l’état de vos finances et à quoi vous vous intéressez.

Ils sont « étrangement rassurants ».

Et surtout, parfaitement instagrammables 🙂

E comme Etc-iste

 photo (c) Marc Chatelain

Connaissez-vous Thomas Vinau?

L’Adrienne est fan depuis des années, fan de ses poèmes et visiteuse assidue de son blog, Etc-iste.

Et c’est ce texte publié le 3 novembre qui l’a définitivement incitée à vous parler de lui:

Je tiens la main à nos terreurs 
le temps coule sur nos joues
que devrais-je faire aujourd’hui
la fatigue nous tient debout

La suite à lire ici vu que je n’ai pas eu le temps de demander à l’auteur la permission de copier-coller 🙂