P comme pilier

 » […] le plus magique, le plus touchant, le plus juste car il rassemble ce que j’ai déjà dit considérer comme les trois piliers de la littérature : l’enfance, la géographie et le dialogue avec les morts. » écrit Philippe Didion dans ses Notules dominicales du 13 janvier dernier. 

Ce « il », ce n’est pas le blog de l’Adrienne 😉 et peut-être aimerez-vous deviner ou compléter pour vous-même de quel roman il s’agit… 

K comme kirkjugarður

cimetière borgarnes

Je me suis demandé ce que ma grand-mère Adrienne en aurait pensé, elle qui disait à chaque fois qu’en voyage on rencontrait un cimetière: « Dat moeten we niet hebben! » (1)

La nipotina et moi, en tout cas, la première fois qu’on a vu un cimetière islandais, on a été fort étonnées de voir les croix tout illuminées comme des sapins de Noël.

Comme on ne voyageait qu’en bus, il m’était impossible de m’arrêter pour prendre une photo, mais je peux vous assurer qu’il y en avait de très jolis le long de la route.

Il paraît qu’on met parfois les lumignons dès que les jours sont plus courts que les nuits, en tout cas on les met pour Noël, et qu’on les y laisse jusqu’en février. Que la tradition est très ancienne, qu’autrefois on le faisait avec des bougies.

Rendre visibles les invisibles… Je me suis dit que ça devait coûter une fortune en bougies, à l’époque, et qu’il est fort heureux que le pays produise tant d’électricité ‘verte’ (ou faut-il dire ‘blanche’ dans le cas d’ l’Islande :-))

Kirkjugarður: c’est là qu’on remarque que l’islandais est une langue germanique qui ressemble parfois étonnamment au néerlandais, où pour ‘le cimetière’ on forme le même mot composé, kerkhof / kirkjugarður, littéralement le jardin (autour) de l’église.

La photo n’est pas de moi, source de l’image ici.

(1) par quoi elle voulait dire: on ne veut pas de ça, on n’a pas besoin de ça!

N comme nondidjou!

55d6e-3357694032-4

C’était mercredi soir. Le téléphone sonne. L’Adrienne décroche, se disant que c’est probablement sa mère.

– Bonsoir, c’est Iris, pour un travail de fin d’année j’aimerais vous poser quelques questions.

A ce moment-là, bien sûr, l’Adrienne redevient Madame et coopère avec la gentille étudiante.

– J’aimerais savoir dans quoi vous trouvez la consolation en cas de deuil…  

Voilà un bien curieux hasard, se dit l’Adrienne, qui se trouve précisément à la veille d’un enterrement. Qui pense tout de suite à F***, dont depuis dix ans rien ne la console. A ses grands-parents. A son père. 

Bref, la fine mouche à l’autre bout du fil a tôt fait de mener la conversation sur les chemins du Seigneur…

– Ce n’est pas pour un travail de fin d’études, lui dit l’Adrienne un peu fâchée de s’être fait avoir pendant cinq bonnes minutes, c’est pour me convertir que vous m’appelez!

– Oui, répond la prénommée Iris, qui ne peut tout de même pas mentir jusqu’au bout.

Sa religion devrait en tout cas le lui interdire.

L comme [elle]

déc 14 (6)

C’est la dernière photo que j’ai prise d’elle. Un peu traficotée façon Joe Krapov amateur 😉

Je la connais depuis que je suis née. Façon de parler. C’est plutôt elle qui me connaît depuis que je suis née.

Meilleure amie de ma mère. Ces dernières années, leur amitié s’est effilochée. Mais pas la mienne. Je ne suis pas ma mère 😉

J’admire comme dans sa chambre de malade, elle continuait à s’intéresser à tout. J’admirais sa mémoire prodigieuse, que je n’ai pas. Et ses belles mains aux ongles soigneusement laqués.

J’apprécie que jamais, jamais elle ne disait du mal des autres. Pas même de ma mère, de ses humeurs, de sa défection.

De ta maman, dis-je à son fils le jour de son décès, dimanche dernier, je n’ai que de bons souvenirs.

De ta maman, ai-je dit à son fils hier soir, je peux faire une longue liste de « je me souviens… »: il n’y aura que de jolies choses.

Y comme y être

ed654-2211784836

Y être.

Y être comme tous ces autres qui ont également estimé devoir être là et qui sont pour la plupart beaucoup plus âgés qu’elle: dix ans, vingt ans de plus.

Y être, et reconnaître des gens d’autrefois. De cette première école où on a fait ses premières armes et où elle était aussi.

Y être en manteau rouge entre tous ces autres qui ont choisi le noir, le gris foncé, le bleu marine.

Y être et écouter les textes et la musique que la famille a choisis pour elle.

Y être et être émue.

On a son petit-fils en classe.

H comme hier soir

66f5c-3505340

Première fois que je retournais dans la maison où son mari et ses enfants doivent désormais vivre sans elle. Nous avons parlé d’elle, de lui, des enfants. Nous avons regardé des photos. D’elle, de lui, des enfants.

C’était bien.

C’était indispensable.

***

photo prise avec elle un beau soir d’automne

V comme vie

WhatsApp Image 2018-04-13 at 18.06.52 (2)

Grâce à une amie devenue grand-mère, l’Adrienne a pu tenir un bébé dans ses bras. Peu de choses – y en a-t-il d’autres, d’ailleurs? – sont aussi merveilleuses que cette sensation-là. 

DSCI6182 (2)

De jeunes vies aussi dans l’étang du parc, où maman cane veille avec vigilance sur ses dix remuants canetons. Bonheur de voir, une semaine plus tard, qu’ils sont toujours dix. 

DSCI6180 (2)

Enfin, intense activité coassante dans le ruisseau à côté de l’académie de musique, où les amours grenouillères sont aussi bruyantes que productives. 

C’est un beau cadeau, la vie, se dit l’Adrienne, le cœur lourd pour une amie morte. 

 

G comme Gotlib

Dimanche dernier, j’étais tranquillement chez moi à tapoter l’ordi quand la nouvelle est arrivée sur le blog de Pierre Maury. Il titrait: « Gotlib, fini de rire. » 

Ça a tout de suite jeté un froid et j’aurais bien aimé me réchauffer aux vieux albums Pilote, avec sa Rubrique-à-brac, sa coccinelle, ce bon vieux Newton, et tous les autres délirants personnages. 

Malheureusement, mon frère habite à 850 kilomètres.

gotlib.jpg

source Télérama 13-03-2014

site officiel

Stupeur et tremblements

Ce ne sont pas les causes de « stupeur et tremblements » qui manquent, même pour quelqu’un qui suit l’actualité de très très loin. Le triste soap-opera Hillary Trump à lui seul pourrait remplir la rubrique pendant de nombreux mois. 

Mais il y a aussi les faits divers, comme cette nouvelle qui m’est parvenue le 11 octobre. 

Une femme « de chez nous », âgée de 90 ans a déboursé environ 50 000 € pour être « cryogénée« . 

Le premier moment de stupeur passé, les questions se bousculent…  

Ne pouvait-elle rien faire de mieux avec ces 50 000 €?
Quelle sorte de foi (en l’homme, en la science, en l’avenir…) faut-il avoir pour être tenté(e) par ce genre de procédé de conservation du corps?
Quelle sorte de résurrection attend-elle, dans son corps de femme de 90 ans?
Quelle sorte de vie espère-t-elle pouvoir mener, quand, où, avec qui, dans quelle sorte de monde? 

En allant voir à gauche et à droite quelques articles sur le sujet, je me dis que vraiment, les Anciens avaient raison: Mundus vult decipi, le monde veut être trompé. 

Il y a toujours quelqu’un qui en tirera profit, comme cet entrepreneur de pompes funèbres qui a eu l’honneur de préparer le corps et l’explique avec sérieux devant les caméras de la télévision flamande: rinçages, vitrification, six cents kilos de neige carbonique pour amener le corps à -80°, transport spécial jusqu’à Michigan, refroidissement supplémentaire et conservation à -196°, étonnez-vous après ça qu’on ait besoin de quatre planètes et demie pour subvenir à nos insensés besoins… 

dhondt.jpg

source


//
http://nieuws.vtm.be/vmmaplayer/embed.js

 


//
http://nieuws.vtm.be/vmmaplayer/embed.js