Z comme zwemmen

2019-01-01 (3)

Ne demandez pas à l’Adrienne comment il se fait qu’elle n’aille plus jamais nager, alors qu’elle aime tant ça. Elle ne le sait pas elle-même.

Oui, elle aime énormément l’eau et l’autre jour, en lisant ce poème, elle a tout à fait reconnu la plupart des sentiments évoqués: 

Een zwemmer is een ruiter

Zwemmen is losbandig slapen in spartelend water,
is liefhebben met elke nog bruikbare porie,
is eindeloos vrij zijn en inwendig zegevieren.

En zwemmen is de eenzaamheid betasten met vingers,
is met armen en benen aloude geheimen vertellen
aan het altijd allesbegrijpende water.

Ik moet bekennen dat ik gek ben van water.
Want in het water adem ik water
word ik een schepper die zijn schepping omhelst,
en in het water kan men nooit geheel alleen zijn
en toch nog eenzaam blijven.

Zwemmen is een beetje bijna heilig zijn.

Paul Snoek, Hercules. Gedichten, Brussel, Manteau (1960)

Le nageur est un cavalier

La natation est un sommeil libertin dans l’eau qui barbote,
c’est aimer par chaque pore encore actif,
c’est être infiniment libre et triompher à l’intérieur de soi.

Nager c’est tâter la solitude avec les doigts,
c’est raconter avec les bras et les jambes des secrets d’autrefois
à l’eau qui comprend toujours tout.

Je dois avouer que j’adore l’eau.
Dans l’eau je respire eau
je deviens un créateur qui embrasse sa création,
dans l’eau on n’est jamais tout à fait seul
tout en étant solitaire.

Nager a presque une petite odeur de sainteté.

Paul Snoek (traduction de l’Adrienne)

***

photo prise en Islande, hiver 18-19, au Blue Lagoon, fermé aussi en ce moment pour les raisons que l’on sait 😉

J comme j’aime, je n’aime pas

J’aime le soleil qui rend l’eau plus bleue et plus scintillante
J’aime le soleil dans les yeux quand je nage

Je n’aime pas cette radio qui hurle et fait résonner de la mauvaise musique
mais j’ai aimé cette-fois-là où elle passait http://www.youtube.com/watch?v=bNNfAuMq-M0
et la fois où c’était http://www.youtube.com/watch?v=jGqrvn3q1oo

J’aime voir les enfants sages ranger les accessoires avec lesquels ils se sont amusés
J’aime les voir s’amuser avec un papa qui les soulève, les attrape, les porte sur son épaule

Je n’aime pas les voir courir sans que personne ne les prévienne du risque de chute

J’aime admirer le plongeon parfait et le crawl impeccable
J’aime admirer les torses apolliniens Cool

Je n’aime pas ceux qui bousculent les autres nageurs

J’aime quand la piscine est encore déserte et la surface de l’eau toute lisse
J’aime ces moments de sérénité dans l’eau

Je n’aime pas ceux qui me touchent au passage

J’aime nager plus vite que les autres
J’aime voir de très vieilles dames, elles me rassurent sur l’avenir Sourire

Je n’aime pas que les maîtres nageurs respirent l’ennui dans leur coin

J’aime voir la patience et l’enthousiasme de ceux qui apprennent à nager aux petits
J’aime les mamans qui pataugent dans le petit bassin avec leur bébé

Je n’aime pas ce premier contact froid avec l’eau

J’aime la douche chaude après la piscine
J’aime le sèche-cheveux quand le vent souffle froid dehors

Je n’aime pas quand la caissière nous fait attendre

J’aime compter mes longueurs en surveillant le chrono
J’aime trouver de l’inspiration pour un billet tout en nageant

Je n’aime pas sentir monter la crampe dans le pied

J’aime quand au bout de 40 minutes je ne sens toujours aucune fatigue
J’aime améliorer mes chronos Rigolant

Je n’aime pas me cogner l’orteil contre l’échelle métallique

Je n’ai pas aimé être privée de piscine pendant une vingtaine de jours