L comme Liszt

– Ce piano, explique-t-il en montrant le Carl Bechstein Konzertflügel de 1870, un des nombreux instruments de sa vaste collection, ce piano ne peut être comparé à aucun instrument moderne, qui ressemblent tous à des produits ikea.

Oui, il a dit ikea 😉

Pourquoi?

Par exemple, parce que tous les bois sont « séchés » en quelques minutes dans des machines qui ne les sèchent pas à cœur et que tous les fabricants de pianos ne trouvent la « matière première » que chez deux fournisseurs au monde, de sorte que tous ont à peu près la même qualité, le même son.

Voilà qui a fait plaisir à l’Adrienne, qui trouvait déjà fort excessif d’avoir à débourser mille euros pour son Roland 😉

– Celui-ci, poursuit-il, c’est une qualité comme on n’en fait plus. Un jour qu’on l’a transporté de Belgique au Portugal, par camion, en plein hiver, l’accordeur qui l’attendait à Lisbonne a cru qu’on avait voulu se moquer de lui. « Vous me faites venir pour accorder un piano mais il n’y a rien à accorder! Le son est parfait! Vous vouliez tester mes compétences, c’est ça? » Il a fallu lui expliquer qu’en effet, ce piano ne « bougeait » pas malgré le transport. Une perfection de son.

Bref, le concert était instructif, le lieu enchanteur et l’Adrienne fort heureuse que de grands musiciens veuillent se produire dans sa petite ville 🙂

C comme cadeau

Madame! fait-il en posant sur la table son sac troué d’où sort un coin de son épais classeur, je vous ai fait un dessin!
– Oho! fait Madame, en voilà un beau cadeau!
– Mais il n’est pas encore terminé, je dois encore le colorier.

En effet, il est encore en noir et blanc, et très géométrique: de grandes lettres tracées à la latte, avec le nom de la destinataire, deux cadres pour le texte de remerciement et un rectangle sur pattes qui s’appelle Roland.

Car petit Léon, qui vient depuis un peu plus d’un an, n’a que tout récemment découvert ce machin blanc dans le bureau de Madame:

– Oh! vous avez un piano?

Et depuis ce jour-là, après les triangles obtusangles et les trapèzes isocèles, petit Léon pianote.

– C’est beau? demande-t-il après avoir « improvisé ».

Et Madame, bien sûr, trouve tout magnifique.

H comme humeur

Quand dimanche dernier Monsieur Nouveau Voisin a repris dès le matin sa scie, sa perceuse et son marteau pour la huitième journée consécutive – à quoi peut-il bien les utiliser dans une maison qui vient d’être refaite à neuf de bas en haut, on se le demande – bref dimanche dernier donc, l’Adrienne a décidé d’être d’une bonne humeur INOXYDABLE.

Alors elle s’est coupé les ongles et a ouvert son piano.

Après presque un an, oui oui.

Ce qui fait qu’il a fallu recommencer par les toutes premières leçons, les toutes petites pièces d’il y a quatre ans.

Mais c’était chouette 🙂

***

Tania reconnaîtra le somptueux piano, qui ne ressemble en rien au petit Roland blanc de l’Adrienne 😉

I comme Il était temps!

48282-611059674

Il était temps que quelqu’un vienne en visite, se dit l’Adrienne en sortant l’échelle pour atteindre le haut des armoires.

Depuis le confinement, plus personne n’avait mis les pieds chez elle.
Sauf dehors, sur la mini-terrasse.
Sauf E***.
Ou le petit Léon.
Ou l’ami Philippe.
Mais avec eux on ne courait pas grand risque qu’ils voient la poussière sur les boîtes de rangement.

L’Adrienne, quand il s’agit de ménage, agit souvent comme ces élèves qui prétendent étudier plus efficacement dans la précipitation de l’urgence, en dernière minute. Qu’alors ils réussissent en un éclair à faire ce qui leur prend normalement des heures. Qu’alors rien ne vient ralentir leur rythme de travail.

Bref, jeudi l’Adrienne a fait le ménage à fond et avec diligence parce qu’une ancienne élève s’annonçait pour le lendemain.

Et tout comme à la lointaine époque où elle « faisait les poussières » dans la maison de son enfance et que sa mère contrôlait le travail d’un doigt avisé – le mal est sans remède – cette fois elle avait oublié de passer le chiffon sur les pédales du piano.

***

écrit pour Les Plumes d’Émilie – merci Émilie! – avec les douze mots imposés suivants: précipitation – pied – éclair – boîte – courir – pédale – temps – diligence – minute – risquer – ralentir – remède.

f4829-1376923032

Par contre dans sa classe Madame faisait le ménage matin et soir 😉

V comme valse viennoise

Pour terminer ce mois de janvier comme on l’a commencé – puisqu’il paraît que la retransmission du concert de nouvel an à Vienne est l’émission faisant partie des records mondiaux d’audience, près de cent millions de téléspectateurs, selon la presse – voici un cartoon sans dynamite 🙂

***

addendum: Wikisaitout, sur base d’un article de l’Express, nous fait savoir que le mariage du prince William et de Catherine Middleton, en 2011, a été suivi par 2 milliards de personnes dans le monde – selon le gouvernement britannique – et serait donc ainsi le record absolu d’audience jusqu’à aujourd’hui, dépassant largement les 700 millions de fans du Mondial de foot.

Panem et circenses, vous dites?

😉 

 

R comme Renoir

Mini-Adrienne passe huit jours à l’hôpital et reçoit des visites.
Chacun lui apporte une babiole pour laquelle elle remercie poliment.
Chaque fois elle espère en vain que ce sera un livre.

Le cadeau dont elle se souvient le mieux, c’est celui de Catherine, qui vivait avec sa grand-mère dans un magasin d’articles de décoration.
C’était un petit cadre d’à peine dix centimètres entourant un carré de soie sur laquelle étaient peintes les deux jeunes filles de Renoir au piano.

– Que c’est joli! que c’est fin! s’exclame sa mère.

Mais mini-Adrienne aurait préféré que la grand-mère de Catherine soit libraire 🙂

***

tableau de Renoir et consignes chez Lali, que je remercie!

Le bilan du 20

DSCI6806

L’idée de faire des billets ‘typologie de profs’ (1) semblait intéressante mais la chose n’a finalement pas vu le jour: chaque caractère a sa part de flou et le risque de tomber dans la caricature est trop grand.

De plus, une tendresse certaine unit l’Adrienne à ce corps de métier qui souffre déjà bien assez de burn-out sans qu’elle s’en mêle.

Mais que pensez-vous de celui qui a le don de vous faire sentir une pauvre cloche:

– Et comment tu t’y prends, pour étudier ce morceau? demande Kristof, prof d’accompagnement (piano classique)

Voilà la question piège, se dit l’Adrienne, fais gaffe de donner la bonne réponse.
Elle le connaît déjà un peu, le Kristof, il est du genre irascible 😉

– J’exerce d’abord la main droite, puis la gauche, puis les deux ensemble, répond-elle en serinant ce que ses deux profs de piano lui répètent depuis un peu plus de trois ans.

Mal lui en a pris, le prof a explosé en invectives et a assommé cette pauvre Adrienne, qui a fini par être au bord des larmes, essayant de tenir le coup jusqu’à ce qu’il lâche prise.

– C’est quoi, ça pour une méthode débile? Est-ce qu’on apprend à rouler en auto à une main? est-ce qu’on apprend à rouler à vélo avec un pied? est-ce qu’on apprend à lire avec un œil?

– Ce n’est pas moi qu’il faut enguirlander, a protesté faiblement l’Adrienne, parlez-en plutôt à vos collègues, c’est eux qui préconisent cette méthode.

Combien de fois, en effet, l’Adrienne s’est-elle entendu dire qu’elle était toujours trop pressée d’exercer les deux mains à la fois! Mais il était sur sa volée et a continué sans décolérer…

Bref, la semaine suivante elle a décommandé le cours et lundi dernier, après mûre réflexion, elle est allée trouver Nora, l’ancienne élève qui travaille au secrétariat:

– Est-il trop tard pour effectuer un changement dans mon programme?

Non, c’est toujours possible.

Dès le premier jeudi de 2020 l’Adrienne suivra des cours de chant chez Kato, une autre ancienne élève.

N’est-ce pas que la vie est belle, parfois 😉

***

(1) je n’en ai fait que deux, le prof prévoyant et la prof chichiteuse 😉

Tania reconnaîtra la photo du piano, puisque nous avons visité cette magnifique maison bruxelloise ensemble 🙂

Ecrit avec les mots récoltés par Olivia Billington, que je remercie: flou – caractère – tendresse – burn out – lâcher – cloche – enguirlander

Question musicale

De samedi matin à vendredi soir, ça fait sept jours pleins que l’Adrienne se demande ce qu’elle pourrait bien raconter sur les troubadours sans faire un cours d’histoire littéraire.

Alors il s’est passé exactement la même chose que dans la conversation qu’elle a eue, l’autre jeudi, avec son prof d’accompagnement musical:

– Qu’est-ce que tu aimes, comme chansons? demande-t-il, dans le but de trouver des musiques sur lesquelles s’exercer à faire des arrangements.

– Euh…, fait l’Adrienne, qui se met à réfléchir à toute vitesse sans réussir à rien sortir.

La ci darem la mano, est-ce que ça compte comme chanson?
Ou Voi che sapete che cosa è l’amor?
Non, bien sûr, ce n’était pas la question.

– Brel, peut-être? propose le prof, qui a visiblement fait l’effort de trouver un nom adapté au grand âge de l’Adrienne 😉

– Ah oui! fait-elle, soulagée, Brel, Brassens…

Là, c’est au tour du prof de sécher. On ne peut pas lui en vouloir. D’abord parce qu’il est jeune et ensuite parce que pour connaître Brassens, il faut avoir baigné dans la culture française. Ce n’est pas son cas.

– Vous savez, dit l’Adrienne pour s’excuser, déjà à seize ans je n’étais pas normale, je préférais Mozart aux vedettes du moment. Je ne connaissais aucun des groupes que mes copines aimaient…

Il n’a plus rien trouvé à dire, le pauvre.

***

écrit pour le Défi du samedi n° 581 – thème: troubadour – merci Walrus!

N comme nut van het nutteloze

DSCI7724

L’utilité de l’inutile, disait le titre d’un article du journal de samedi dernier.

Il s’agissait de notre propension à vouloir exceller dans tout ce que nous entreprenons, même dans nos activités de loisirs, alors que la nature du vrai ‘passe-temps’, du véritable ‘hobby’ devrait être simplement de passer un bon moment sans se soucier de briller ou d’être performant.

Ooit had ik een hobby zoals een hobby volgens mij op z’n best is. Niet te hard van moeten en een beetje nutteloos. Ik erfde een collectie postzegels van mijn opa en zat heel wat avonden zegels uit Hongarije van enveloppen af te weken.

« J’ai eu un passe-temps dans le vrai sens du mot, autrefois. Sans véritable obligation et avec une certaine dose d’inutilité. J’avais hérité une collection de timbres de mon grand-père et je passais de nombreuses soirées à faire tremper des enveloppes pour en décoller des timbres hongrois. »

L’Adrienne se reconnaît très bien là-dedans 🙂

Ainsi que dans l’anecdote racontée par le professeur Ignace Glorieux, président de l’International Association for Time Use Research, pour illustrer la différence entre aujourd’hui, où nous sommes si souvent incapables de rester « à ne rien faire », et autrefois, comme son grand-père – qui a un grand air de famille avec l’arrière-grand-père de l’Adrienne: 

‘Hij zat twee uur in de zetel pijp te roken. Dat was een bezigheid op zich. Wij kunnen amper een paar minuten naar een symfonie luisteren zonder het gevoel te hebben dat we ondertussen net zo goed aan het eten kunnen beginnen.’

« Il restait pendant deux heures dans le fauteuil, à fumer sa pipe. C’était une occupation à part entière. Alors que nous réussissons à peine à écouter quelques minutes d’une symphonie sans nous dire que nous pourrions tout aussi bien commencer à préparer le repas. »

We moeten we weer slecht of middelmatig durven te zijn in onze hobby’s, zegt Tim Wu, journalist bij The New York Times en auteur van het boek Aandacht is het nieuwe goud: hoe commercie en media vechten om in ons hoofd te komen. We moeten weer leren om een gitaar vast te nemen als we vijf minuten tijd hebben, hoe belabberd ons spel ook is. We moeten het weer aandurven om na onze 45ste verjaardag nog te leren windsurfen, ook al weten we dat we er nooit potten mee gaan breken. Dan liggen hobby’s niet langer in het verlengde van wat op het werk al moet: presteren, beter worden, alles als topsport zien.

« Nous devons oser être mauvais ou médiocres dans nos hobbys, dit Tim Wu, journaliste au New York Times et auteur du livre The Attention Merchants: The Epic Scramble to Get Inside Our Heads. Nous devons réapprendre à nous mettre à la guitare, même si notre jeu est mauvais. Nous devons oser apprendre à faire de la planche à voile après l’âge de 45 ans, même si nous savons que nous ne serons jamais champions. De sorte que nos passe-temps ne soient pas dans la ligne de ce qu’il faut déjà réaliser au travail: faire des prestations, s’améliorer sans cesse, tout voir comme un sport de haut niveau. »

Même si on éprouve plus de plaisir en devenant meilleur dans ce qu’on fait: l’Adrienne va essayer de voir de cette façon son apprentissage du piano 🙂

Probeer los te raken van rendementsdenken of prestatiedrang. Aanmodderen met verf en borstel zonder aan een vernissage te denken is niet strafbaar, net als tijd reserveren om bijzonder middelmatig maar fijn te zitten breien. Er hoeft zelfs geen trui van te komen.

« Essayez d’oublier le rendement ou la prestation. Barbouiller avec de la peinture et des pinceaux sans penser à un vernissage n’est pas un délit, passer du temps à faire très médiocrement du tricot non plus. Il n’est même pas besoin de réaliser un pull. »