Z comme zwemmen

2019-01-01 (3)

Ne demandez pas à l’Adrienne comment il se fait qu’elle n’aille plus jamais nager, alors qu’elle aime tant ça. Elle ne le sait pas elle-même.

Oui, elle aime énormément l’eau et l’autre jour, en lisant ce poème, elle a tout à fait reconnu la plupart des sentiments évoqués: 

Een zwemmer is een ruiter

Zwemmen is losbandig slapen in spartelend water,
is liefhebben met elke nog bruikbare porie,
is eindeloos vrij zijn en inwendig zegevieren.

En zwemmen is de eenzaamheid betasten met vingers,
is met armen en benen aloude geheimen vertellen
aan het altijd allesbegrijpende water.

Ik moet bekennen dat ik gek ben van water.
Want in het water adem ik water
word ik een schepper die zijn schepping omhelst,
en in het water kan men nooit geheel alleen zijn
en toch nog eenzaam blijven.

Zwemmen is een beetje bijna heilig zijn.

Paul Snoek, Hercules. Gedichten, Brussel, Manteau (1960)

Le nageur est un cavalier

La natation est un sommeil libertin dans l’eau qui barbote,
c’est aimer par chaque pore encore actif,
c’est être infiniment libre et triompher à l’intérieur de soi.

Nager c’est tâter la solitude avec les doigts,
c’est raconter avec les bras et les jambes des secrets d’autrefois
à l’eau qui comprend toujours tout.

Je dois avouer que j’adore l’eau.
Dans l’eau je respire eau
je deviens un créateur qui embrasse sa création,
dans l’eau on n’est jamais tout à fait seul
tout en étant solitaire.

Nager a presque une petite odeur de sainteté.

Paul Snoek (traduction de l’Adrienne)

***

photo prise en Islande, hiver 18-19, au Blue Lagoon, fermé aussi en ce moment pour les raisons que l’on sait 😉

P comme Poulidor

vélo.jpg

Dans la famille de l’Adrienne, chacun – sauf elle – aime le sport et surtout ces vedettes qui font gagner des médailles diverses et résonner la Brabançonne. Le sport, c’est la guerre.

Le père, qui ne veut pas de télé chez lui sous prétexte d’en protéger ses enfants, a l’oreille collée à sa radio pour suivre les matches de foot. Les courses cyclistes. Spa-Francorchamps. Il n’y a que la natation qui ne l’intéresse pas: il n’a jamais appris à nager.

En visite chez les autres, il y a toujours une télé.

Le premier janvier, à la chapellerie, les hommes sont rivés à l’écran devant le saut à ski de Garmisch-Partenkirchen. A l’appartement de Westende, ce sont les tournois de tennis ou les Jeux Olympiques. Toutes les disciplines, même la natation 😉

Mais les discussions les plus vives, les émotions les plus fortes, c’est le cyclisme qui les concentre. Là, même les femmes – sauf l’Adrienne – se jettent dans la mêlée. Le samedi soir, c’est séance télé chez les grands-parents.

– Eddy Merckx, dit grand-mère Adrienne, il pourrait de temps en temps laisser gagner quelqu’un d’autre.

***

Ecrit pour le devoir du Goût – que je remercie:

Avant-Hier, j’ai entendu un peu parler  de Bourganeuf et beaucoup de « Poupou » Alors je vais vous dire deux mots de Bourganeuf dont je ne sais pas grand’chose.
D’ailleurs lectrices chéries, je n’ai jamais mis les pieds à Bourganeuf.
J’aimerais néanmoins que vous me racontiez quelque chose qui parle de vélo.
J’espère que ce tableau de Miki de Goodaboom vous inspirera.

Stupeur et tremblements

black bazar

C’est suite au racisme dans le foot – sur les gradins principalement – que l’Adrienne a appris un nouveau mot concernant ce sport: Schwalbe.

Explication.

Début septembre, Romelu Lukaku, le footballeur belge de l’Inter Milan est victime de hurlements racistes au moment où il doit tirer un penalty contre Cagliari. 

Les supporters de Cagliari n’ont pas été condamnés pour ces faits. Pas assez graves, selon les juges. Rien que de très normal. Par contre, ils ont dû payer 5000 euro d’amende pour avoir jeté des bouteilles en plastique en direction des officiels. Ce qui est donc beaucoup plus grave.

Etape suivante: les supporters du club de Lukaku, Inter Milan, ont écrit une ‘lettre ouverte’ pour lui dire que des cris de jungle et autres imitations de singes ne sont pas du tout du racisme. Au contraire, il devrait plutôt y voir un compliment, puisqu’ils le font dans le but de le déstabiliser, pour lui faire rater son penalty.  

Après, un commentateur de la télé italienne y est allé de sa petite blague, qu’il faut sans doute aussi prendre comme un compliment, « Si vous allez en un contre un contre Lukaku, vous êtes mort. Il vous envoie au sol. Vous ne vous en sortirez qu’en lui lançant 10 bananes, sinon, c’est impossible ». Pas du tout raciste, c’est clair.

Enfin, on arrive à la touche (provisoirement) finale. De la part du président du comité olympique italien: « ancora più grave dei cori razzisti è la simulazione di un fallo da parte di un giocatore milionario » Plus grave encore que les chants racistes, dit ce grand homme, c’est qu’un joueur millionnaire se laisse tomber pour obtenir un penalty.

Schwalbe. Ce qui veut dire: se laisser tomber pour obtenir un penalty.

 

I comme incipit

C’est la première fois, j’avance vers un immeuble des quartiers interdits, je suis attendu, la première fois depuis trente ans, en riche logis, Wakami vit là depuis des mois, jamais ne m’a invité, il a déménagé, jamais ne m’a dit, maintenant qu’il sait il devient accueillant, il promet rhum toujours et acras en quantité sauf qu’il convoque entre les heures de collation, maintenant qu’il sait il ne lâche pas, il a téléphoné trois fois et laissé deux messages, décidé le jour et l’heure, et je marche vers là, j’avais autre chose à faire sauf que s’en fiche, il réalise qu’il est le dernier, vexé affreusement, métis sourcilleux, il demande réparation.

Philippe Bordas, Chant furieux, Gallimard, 2014, p.15 (incipit)

Ne demandez pas à l’Adrienne, elle qui déteste le foot, pourquoi elle a pris à la bibliothèque ce pavé de 480 pages où un narrateur photographe raconte les cent jours qu’il a passés à prendre Zidane en photo dans le but d’en faire un album.

Ou alors relisez cet incipit avec ses drôles d’ellipses de verbe, de déterminants, ellipses qui rendent la lecture plus lente, plus laborieuse, et vous aurez la réponse: c’est pour ces particularités de langage qu’elle a pris ce livre…

J’ai raconté Zidane à tout le monde, concierge, cousines, mes voisins supérieurs si taiseux et les inférieurs qui protestent contre James Brown de matin à nuit. A tous sauf à lui. Je me suis répandu aux étages et vanté dans les commerces du quartier, de Denfert jusqu’à Alésia. Ces jours où je suivais Zidane. Je n’allais pas en parler toute ma vie. J’ai dit cent fois et mille l’idylle brève, les cent jours d’amour, jusqu’à perdre souffle, ces mêmes phrases, mêmes mots, bègue à dire et redire. A entendre le nom de Zidane rares font les dédaigneux, les visages fléchissent, fans et raffinés, yeux en extase, bouches bées. Transi au bout du fil, Wakami n’est pas mieux, excité à l’idole, dévot comme un footeux en tunique publicitaire.

Philippe Bordas, Chant furieux, Gallimard, 2014, p.15-16 (suite de l’incipit)

Dès qu’on est « entré » dans le livre, on ne peut s’empêcher de penser que l’auteur fait dans l’épopée homérique, non seulement par le contenu, mais tout autant par la forme. Comme s’il était un aède d’aujourd’hui, un jongleur des cités,  un trouvère de la zone.

Alors on se souvient que le titre est précisément « Chant furieux ».

Je ne vais pas me mettre en louange auprès de Paris ravalée à neuf et donner des larmes pour ces débauches d’hygiène soutenues de chimie. La ville houille et suie est devenue blanche comme à son début haussmanien à coches et satins. La capitale sale où nous errions faisait abri pour les populations parlant le français acceptablement. Acceptable à ce point que Mouss y comprenait peu, Sidibé à demi. Notre cavale balle au pied s’accompagnait d’étranges syllabies (sic) et de sons heurtants. Nous étions bilingues et parlions à fol débit. La ville attrapait nos mots fautifs passés au rabot, elle engloutissait, magnanime, nos langues reptiliennes. Nous jetions aux passants des insultes sorties d’un pistolet à eau, des giclées sans grammaire, baves en suspension.

Philippe Bordas, Chant furieux, Gallimard, 2014, p.23

On pourrait très bien parodier le « Menin aeide, thea, Peleiadeo Achileos oulomenen… » 🙂

Info, résumé et premières pages sur le site de Gallimard.

D comme Daily Science

Test-effort-KULeuven-Dr-Guido-Claessen

Il était plus que temps que l’Adrienne et sa Tantine trouvent un moment pour prendre un cappuccino ensemble et se remettent au courant des nouvelles fraîches.

La Tantine a quatre enfants et son second fils est un grand sportif: il y a longtemps que le marathon ne lui suffit plus, il en est aux triathlons et autres excès du même genre.

– C’est sa drogue, dit-elle. On ne peut même plus dire que c’est un hobby, c’est beaucoup plus que ça.

Malheureusement, il s’est rendu compte qu’en plein effort, son muscle cardiaque fait parfois des siennes. 

Les spécialistes consultés ne lui interdisent pas le sport. Ils lui conseillent de s’y mettre… ‘mollo’. ‘Mollo’?

Vous avez dit mollo? 

A un Ironman?

3,8 km de natation, 178 km de vélo et un marathon (42,2 km), ça lui prend une dizaine d’heures et vous voulez qu’il y aille mollo?

Bref, l’Adrienne et sa Tantine s’inquiètent et espèrent qu’il pensera à sa femme et ses deux filles, qui ont plus besoin de lui que son vélo ou ses baskets.

info, article et source de la photo chez Daily Science.

U comme un sport pour tous…

… et tous pour le sport!

DSCI6788 (2)

Chaque année, l’école organise un cross au mois de septembre. 

Chaque année, Madame entend les mêmes plaintes de la part de beaucoup d’élèves. Surtout les filles. Oh Madame! c’est dur! Mais pourquoi on doit courir un cross! Oh Madame! J’ai-pas-enviiie!

Puis, quelques années plus tard, ces réfractaires à la course à pied « gazellent » sur un parcours de cinq ou même dix kilomètres, pour le cross organisé par la ville.

Le sourire aux lèvres.

Il a dû se passer quelque chose, entre-temps, qui les a drôlement fait changer d’avis 🙂

M comme Marocain

857bb-marien

C’est tout de même grave, se plaint ma Tantine, il n’y a presque aucun drapeau belge dans ma rue.

Je ris. Je pense à un texte d’Aldous Huxley, dans lequel il explique la différence entre ‘highbrow’ et ‘lowbrow’.

C’est parce que tu habites dans un quartier chic, lui dis-je. Viens donc voir par chez moi! Il y a même une maison qui a un drapeau aussi grand qu’elle.

Je n’exagère pas. Le drapeau rouge jaune noir se voit une dizaine de fois dans mon bout de rue. Même chez une famille d’origine arménienne. Même chez mes voisins marocains.

Qui ont accroché l’étoile verte sur fond rouge juste à côté du tricolore belge 🙂

***

La photo ci-dessus est celle d’une carte postale du surréaliste Marcel Mariën.

Pour ceux qui n’ont pas envie de lire Huxley dans Google Books, voici l’extrait auquel je fais allusion, et que j’ai lu avec mon prof d’anglais in illo tempore. Si je m’en souviens si bien, c’est sans doute parce qu’il y a sujet à controverse:

« I am a highbrow for the same reason as I am an eater of strawberries. I enjoy the processes and experiences which are commonly qualified by the name of « highbrow ». Conversely, I am not a lowbrow, because I do not enjoy lowbrow processes and experiences. Thus I derive a great deal less pleasure from jazz and thrillers than from music, let us say, of Beethoven and the novels, for example, of Dostoevsky; and the sex appeal of the girls on the covers of magazines seems to me less thrilling than the more complicated appeal to a great variety of feelings made by a Rubens, an El Greco, a Constable. Again, I find the watching of horse races or football matches less agreeable as an occupation than the acquisition and coordination of knowledge. Reading seems to me more enter­taining than bridge or cross-word puzzles. And the slaughtering of animals for fun is a pastime that leaves me either cold with disgust or hot with indignation. »

O comme oriflamme

Quand l’Adrienne quitte un couple d’amis vendredi soir, ils l’accompagnent jusqu’à la rue, la voiture, la boite aux lettres. 

L’ami attend un paquet, dit-il. Avec impatience.

L’Adrienne rigole, tu l’auras bien à temps, ton anniversaire n’est que le 20.

Ah mais c’est que justement, ce n’est pas pour son anniversaire, le paquet aurait dû arriver pour la fête des Pères, donc le 10. Or, il n’est toujours pas là et plusieurs fois par jour, l’ami va vérifier sa boite aux lettres, comme si ça faisait avancer plus vite son schmilblick.

L’Adrienne ne demande rien mais on finit par le lui dire: l’ami attend un drapeau.

Russe.

Parce que lui, à l’occasion du Mondial, ne va pas pavoiser aux couleurs belges, mais au blanc-bleu-rouge horizontal.

Il envisage même l’installation d’un mât.

Promis, vous aurez la photo 🙂

D comme douche

DSCI6263

Les deux chères collègues-amies de Madame sont parées à toutes les éventualités: la casquette ou le chapeau de soleil, la petite laine au cas où et l’imperméable au cas où. Mais comme il faisait 29° C, elles ont dû trimbaler tout ce barda pour rien.

DSCI6274

Vers midi, quand le ciel est devenu tout sombre de nuages d’orage, Madame et ses collègues-amies se trouvaient à point nommé sous un vieux pont de briques et n’ont pas pris une goutte. Sauf à le faire exprès, parce qu’une petite douche est rafraîchissante par ces températures et on sèche vite en marchant.

DSCI6273

Pour le reste de la journée, c’était bucolique et estival à souhait. Madame a pu faire la causette, en cours de route, avec quelques anciens élèves, qui comme Bram, fier de montrer son épouse et ses deux fillettes, sont aujourd’hui en couple et père ou mère de famille.

DSCI6270

Et les Américaines ? Elles ont fait tout le parcours aussi, bravo à elles 🙂

L comme Liberty

fiction,jeu

Quand il a poussé la porte du Liberty fitness club, il a tendu sa carte de membre à Nadir et s’est dirigé vers les vestiaires sans remarquer la jeune fille qui l’observait. 

– Et celui-là, demande-t-elle à Nadir, dans quelle catégorie tu le places? Half body? 

– Attends, tu jugeras par toi-même, il sera aux appareils dans moins de cinq minutes. 

Trois minutes plus tard, il était effectivement de retour, pectoraux moulés dans un maillot blanc, et s’est couché sur le banc aux haltères. 

– Ça va, j’ai compris, dit-elle. 

– Tu n’as encore rien vu, dit Nadir. 

*** 

suite de I comme inspiration chez les Plumes 

consigne 2 chez Les Plumes: Votre héros a des activités, il sort et travaille. 
Il est  dans un lieu public, au marché, chez le coiffeur, à la gare.
Vous créez deux personnages qui le regardent et parlent de lui. De parfaits inconnus ou des personnages secondaires qui seront utiles ensuite. 

L’illustration est une photo prise au musée d’Ostende, expo Het Vlot/The Raft – étude de Géricault pour le Radeau de la Méduse