I comme indécis

banksy parodie

Chez les parents de Souleyman, il y a une fenêtre de chaque côté de la porte d’entrée.

Sur celle de droite, une grande affiche est collée, vantant une candidate « verte ».

Sur celle de gauche est accrochée la souriante binette d’un candidat « rouge ».

Ils sont donc au diapason de beaucoup de gens que Madame rencontre ces temps-ci et qui lui disent:

– Cette fois, je ne sais vraiment pas pour qui voter!

Or, les élections communales et provinciales sont prévues pour dimanche prochain.

Par contre, ceux qui n’ont pas hésité un seul jour à trouver la réaction qui convenait au coup fumant de Banksy, ce sont nos amis surréalistes belges.

Je sais, c’est un pléonasme 🙂

La photo ci-dessus fleurissait sur les réseaux sociaux dès le lendemain.

Publicités

Z comme zèbres

Quand l’Adrienne est arrivée place Colignon, il était un peu plus de midi. Quelques hommes étaient à quatre pattes en train de s’affairer autour d’un passage zébré, aidés et encouragés par femmes et enfants.

Pendant ce temps-là, des voitures passaient, des gens s’arrêtaient, des mariés se faisaient photographier et congratuler sur les marches de l’hôtel de ville et le soleil brillait.

C’est en repassant par là trois quarts d’heure plus tard que l’Adrienne a pu entrevoir un début de résultat de ces étranges opérations:

DSCI6794

 L’Adrienne n’a pas osé demander à ces drôles de zèbres s’ils s’étaient enquis de l’opinion des autorités communales et policières sur leurs activités artistiques…

– C’est bien joli, leur a-t-elle dit, et elle a vu une grande fierté dans les yeux des enfants et de leurs parents.

– Ils ne sont pas tous exactement pareils, a dit la petite fille, mais c’est normal, dans la nature non plus ils ne sont pas tout à fait pareils!

B comme belge

– Ah! vous parlez le belge?

nous demandait-on de temps en temps, en France, en nous entendant parler le néerlandais entre nous, l’homme-de-ma-vie (1) et moi.

J’avais toujours sur moi papier et stylo pour dessiner rapidement une carte de la Belgique, y tracer la frontière linguistique, y situer Bruxelles ainsi que la région où nous habitions. En moins d’une minute au chrono, j’avais fini d’expliquer la situation linguistique, les lois du même nom et leurs conséquences. A la demande, je pouvais aussi en expliquer les origines. (2)

La routine, quoi.

– Alors, le belge, ça n’existe pas?

– Et bien non, ça n’existe pas.

Par contre, chaque région se fabrique un peu de lexique propre. Si on vit proche d’une frontière linguistique, on emprunte des mots à ceux d’à-côté. Blinquer, c’est briller (en néerlandais blinken) et la dringuelle, c’est l’argent de poche ou le pourboire (en néerlandais drinkgeld).

Le kot, je ne vous explique plus Langue tirée

On se fabrique quelques mots « utiles », soit qu’ils manquent à la langue qu’on parle, soit qu’on adopte une belle image, une expression… bien expressive. On va dire qu’il drache quand il tombe beaucoup d’eau d’un seul coup et on va appeler mêle-tout celui (ou celle) qui aime mettre le nez dans nos affaires. Avec le savon on fait une savonnée et avec le torchon (qui est une serpillière) on torchonne.

Parfois, on bat le beurre: si votre tradition culinaire est différente, vous direz pour la même chose que vous pédalez dans la choucroute, dans la semoule ou dans le yaourt.

 belg.jpg

en rouge, la frontière linguistique

 marien.jpg

la Belgique vue par Marcel Mariën
http://www.ferraton.be/fr/lot/archive/1645855/detail/58/

Alors j’ai essayé
de faire un joli petit texte

dans lequel grand-père Maurice et grand-oncle Emile
(deux noms masculins se terminant par -e)
échangeraient quelques vocables belges
avec grand-tante Elisa et madame Edith
(deux prénoms féminins ne se terminant pas par -e)

mais je n’y suis pas parvenue…
La fiction, ce n’est véritablement pas mon point fort…
(understatement)

Grand-oncle Emile ne parlait jamais le français
Grand-tante Elisa était Wallonne…

Merci à Joe Krapov
qui ne manque jamais d’imagination
ni de verve
et pardon d’avoir failli à la tâche

http://krapoveries.canalblog.com/archives/2015/09/27/32689787.html

***

(1) hahaha! ça faisait longtemps, hein?

(2) en toute partialité impartiale et neutre, bien entendu Langue tirée

I comme impressions ostendaises

Oostende 2015 037 - kopie.JPG

c’est l’aurore aux doigts de rose dont parlait Homère
(le plus beau moment de la journée)

Oostende 2015 038 - kopie.JPG

c’est avoir la salle du petit déjeuner pour soi seule à huit heures du matin
(alors que l’hôtel est complet)

 Oostende 2015 040 - kopie.JPG

 ce sont des commerçants qui ne savent plus en quelle langue s’adresser au touriste
(mais pas en français)

Oostende 2015 042 - kopie.JPG

ce sont les rares villas 1900 échappées aux promoteurs
(et qui maintenant valent des fortunes)

Oostende 2015 052 - kopie.JPG

ce sont des promoteurs jamais en peine d’investir de nouveaux terrains
(Visserijdok – quai de la pêche – Vuurtorenwijk – quartier du phare)

Oostende 2015 028 - kopie.JPG

c’est partout la preuve que nous sommes au pays d’Ensor et des surréalistes
(il suffit de lever les yeux)

Oostende 2015 066 - kopie.JPG

c’est le détail qui fait tout
(et qui fait que j’aime)

***

photos prises à Ostende du 5 au 7 août 

Que faire des enfants pendant les vacances?

Chère Maman, cher Papa

Au pays de Plonk et Replonk, on s’amuse bien, comme le dit notre chanson « Que l’été soit doux et ensoleillé, que l’on s’amuse bien ! »

On fait un tas d’activités!
On chasse sans chien (Sachons chasser, dit monsieur Plonk)

plonk4 - kopie (5).jpg

On joue à la statue (le gagnant est celui qui attire un pigeon)

 plonk4 - kopie (6).jpg

On construit des pyramides belges (c’est avec des pommes)

plonk4 - kopie (3).jpg

On résout des problèmes rigolos (Monsieur et Madame Plonk ont six filles et chaque fille a un frère : combien ont-ils d’enfants ? combien de kilos de frites belges peut-on faire avec ces pommes de terre hollandaises? )

plonk4 - kopie (4).jpg

On cherche des araignées au plafond (ça fait beaucoup rire madame Plonk)

 plonk3 - kopie.jpg

On fait des bulles

 plonk3 - kopie (3).jpg

On joue à vache-vache (c’est trop drôle!)

 plonk3 - kopie (2).jpg

On apprend le code de la route 

 plonk2 - kopie.jpg

Mais tout de même, je voudrais bien savoir pourquoi Monsieur Plonk a une serpilière rose sur la tête?

plonk4 - kopie (2).jpg

Pourquoi Madame Plonk arrose les nénuphars dans l’étang ?

plonk4 - kopie.jpg

Et pourquoi, en haut du phare, il y a un casque de viking avec des skis dedans?

krapoverie,jeu,fiction,les joies d'internet,lettre,amitié

Bisous

Adrien

P-S: à la pétanque, c’est moi qui lance les boules le plus haut! 

krapoverie,jeu,fiction,les joies d'internet,lettre,amitié