N comme No Man’s Land

devoir de lakevio du gout No8.jpg

Que voulez-vous la grille était ouverte
Que voulez-vous la cour était déserte
Que voulez-vous la place était offerte
Que voulez-vous il est resté inerte
Que voulez-vous c’était une triste découverte

Pourtant tout était là rien n’avait changé les murs les fenêtres les classes la salle des fêtes la salle de gym la salle d’étude le secrétariat tout était là

Sauf les trois grands platanes de la cour.

Que voulez-vous autrefois elle était verte.

***

Devoir de Lakevio du Goût N° 8 – merci à lui!

Cet homme est-il désolé par la vision de cette usine vidée de son âme ? À moins qu’il ne se demande déjà comment il va aménager le lieu pour lui redonner vie… D’après vous ? Racontez-nous ce que vous dit cette image.

Inspiré du poème de Paul Eluard, Couvre-feu (in Poésie et Vérité, 1942)

G comme Goût des autres

devoir de Lakevio du Gout.jpg

Elle a mis la boule à thé
Dans la théière
Elle y a versé
L’eau chaude
Elle a regardé
L’horloge
Trois minutes
Pour le thé
Pas une de plus
Elle a posé la théière
Sur un plateau
Avec un œuf mollet
Tout chaud
Elle a choisi
Deux belles mandarines
Elle a sorti
Le lait du frigo
Puis s’est assise
Prise d’un doute

Et tout en surveillant
Les aiguilles de la montre
Le menton appuyé sur la paume
Et le coude appuyé sur le genou
Elle s’est mise à rire
Doucement

Il ne boit pas de thé!

***

Pour ce devoir n°7 de Lakévio, le Goût propose: Comme Ron Hicks, qui l’a surprise, je me demande ce qui a attiré de façon si vive l’attention de cette jeune femme.
D’ici lundi j’aurai regardé autour d’elle et je vous dirai ce qu’elle a vu.
Et pensé…

Vous aurez vu les similitudes avec le Déjeuner du matin de Prévert, en version moins triste 🙂

A comme Antoinette

Alors que l’autre dimanche l’Adrienne raccompagne une amie jusqu’à sa voiture qu’elle a dû laisser sur l’avenue, vu que la rue est en travaux, elles passent devant toute la rangée de maisons ouvrières qui la bordent.

– Tiens! fait Antoinette en en désignant une particulièrement basse et étroite, il y a donc des maisons qui sont encore plus petites que la tienne!

Que voulez-vous que l’Adrienne réponde à ça?

Elle a ri, bien sûr, et elle a dit oui, en effet, il en existe d’encore plus petites.

***

Puis samedi en rentrant de Bruxelles en train, elle a le sourire aux lèvres en repensant à une question posée la veille par Tania: « Tu n’as jamais pensé à t’installer à Bruxelles? »

Et au « standing » qu’aurait eu cette habitation-là, si elle en avait cherché une dans la capitale 🙂

compartiment_c_voiture_293_Hopper.jpg

Retour de vacances ? demandait le Goût-des-autres pour son devoir du lundi.

C’est la rentrée. Même pour Hopper qui dans ce tableau a l’air de nous poser des questions étranges et indiscrètes. À quoi peut-elle penser qui lui donne cet air ?
Je n’en sais rien mais je compte sur vous pour le dire lundi.
Après tout, c’est aussi la rentrée pour vous et moi…

 

***

les photos en tête du billet sont celles de la maison d’avant, son jardin et son environnement – la dernière est celle de la fenêtre-sur-rue de la maison d’aujourd’hui.

D comme décision

le gout 1

Il y a de ces décisions que vous n’avez pas envie de prendre.

D’abord, parce que vous aimez énormément l’endroit où vous vivez et que vous ne voulez pas en changer. Ne pas partir, rester là « pour toujours » comme l’Homme l’avait promis en vous quittant.

Ensuite, parce que vous devez la prendre seule et que ce n’est pas simple. Parce que vous n’y connaissez rien. Parce que vous ne savez pas quels critères il faut privilégier.

Alors vous visitez des maisons à vendre à vous en fatiguer les jambes et la tête. Elles sont toujours trop sombres. Trop confinées. Trop mal situées. Trop inconfortables.

Puis vous en voyez une dont vous vous dites: ici, peut-être? Et vous vous demandez si c’est par lassitude ou si c’est vraiment celle que vous attendiez.

Vous y emmenez des amis plus avisés pour qu’ils donnent leur opinion objective. Mais ils essaient de se mettre un peu trop à votre place et d’aimer ce qu’ils croient que vous aimez.

Après vous y emmenez Monsieur l’Entrepreneur. Qui vous conseille un « strip » complet. Vous ne savez même pas de quoi il parle, alors il vous le montre sur un de ses chantiers: ne restent de la maison que les murs extérieurs.

Vous refusez poliment.

Parce que ce que vous aimiez le plus à cette maison que vous avez finalement achetée – il fallait bien finir par prendre une décision – c’est ce carrelage ancien qui vous rappelait celui de votre grand-mère…

***

tableau et consignes chez le Goût que je remercie!

Premier

Ainsi, après bien des années, je me retrouvais chez moi. Enfin, chez moi, ça veut dire dans mon quartier d’autrefois. Avec mon pote Simon, à prendre des bières et des anisettes en regardant les serveuses, comme autrefois. Ce ne sont plus les mêmes, bien sûr. Celles d’aujourd’hui ne nous connaissent pas. 

Et nous n’avons plus ni l’âge ni l’envie de les draguer gentiment, juste pour rire, comme autrefois. D’ailleurs, Simon est entièrement pris par son portable et moi par ce faire-part bordé de noir qu’il m’a mis entre les mains.

Ce serait donc lui, qui partirait le premier. Jean-François. Je me souviens de ces conversations que nous avions autrefois, ici même, après les cours. De ce que nous appelions alors ‘nos galères’ et qui n’étaient que des rien du tout. De nos plans sur la comète. De ce que nous ferions, le jour où…

Et je me dis que la vie, ce n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit.

***

Tableau et consignes chez Lakévio, que je remercie: Vous commencerez impérativement votre texte par la phrase suivante : « Ainsi, après bien des années, je me retrouvais chez moi. » Propos tenu par Milan K., qui plaisante.

Vous terminerez par la phrase suivante : « La vie, voyez-vous, ce n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit. » Ainsi philosophe la bonne Rosalie, personnage de Guy de M., quand il raconte Une Vie.

Entre les deux, casez ce que vous voulez !

T comme terrasse

Recroquevillée sur la terrasse, derrière les grandes plantes en pot, elle se cache pour fumer.

Elle sait quelles remarques cinglantes elle aurait à digérer si sa patronne la surprenait, avachie sur le pouf en skaï, à tirer sur sa clope. Ou si une voisine d’un appartement limitrophe la voyait.

Mais là, elle est tranquille jusqu’à la fin de l’après-midi, sa patronne est chez sa pédicure-manucure-visagiste. Comme si cela pouvait arrêter l’outrage des ans et autres stigmates du grand âge.

« Je me respecte et je me soigne, alors que d’autres se laissent aller », siffle-t-elle au moins une fois par semaine en direction de son aide-ménagère, qui a toujours la queue de cheval qui se défait.

« C’est vrai que j’ai d’autres soucis que mes ongles ou mes futures rides », se dit Paméla en oubliant de tirer sur sa cigarette, tellement son attention est prise par les caravanes de forains qui s’installent sur la place pour la kermesse d’été.

Et comme chaque année à la même époque, elle décide qu’elle repartira avec eux.

***

Aquarelle de Marcos Beccari et consignes chez lakévio, que je remercie: La toile du jour et les dix mots choisis à introduire dans votre histoire :

cheval – cinglant – stigmate – outrage – porcelet – caravane – pouf – parfum – digérer – limitrophe

B comme belle au bois

Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J’étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ;
Je parlais des fleurs, des arbres
Son œil semblait dire: « Après ? »

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J’allais ; j’écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l’air morose ;
Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient.

Rose, droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d’un air ingénu,
Son petit pied dans l’eau pure
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans le bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu’elle était belle
Qu’en sortant des grands bois sourds.
« Soit ; n’y pensons plus ! » dit-elle.
Depuis, j’y pense toujours. 

Victor Hugo – Vieille chanson du jeune temps, in Les Contemplations

Peinture de Peder Monsted et consignes chez Lakévio, que je remercie: Romance. Fraîche ou rance. Frais ombrages, amers ou doux secrets. On se découvre, on se frôle, les baisers se donnent ou se volent. En route pour l’été. Ou pour l’éternité… A vous de composer.

PS : Phrase à inclure dans votre récit : « Une absence totale d’humour rend la vie impossible. » (tirée de Chambre d’hôtel de Gabrielle Sidonie Colette.)

Le poème de Victor Hugo se suffit à lui-même: tout y est, même l’absence de cette pointe d’humour qui rend la vie plus légère… 🙂