U comme un sport pour tous…

… et tous pour le sport!

DSCI6788 (2)

Chaque année, l’école organise un cross au mois de septembre. 

Chaque année, Madame entend les mêmes plaintes de la part de beaucoup d’élèves. Surtout les filles. Oh Madame! c’est dur! Mais pourquoi on doit courir un cross! Oh Madame! J’ai-pas-enviiie!

Puis, quelques années plus tard, ces réfractaires à la course à pied « gazellent » sur un parcours de cinq ou même dix kilomètres, pour le cross organisé par la ville.

Le sourire aux lèvres.

Il a dû se passer quelque chose, entre-temps, qui les a drôlement fait changer d’avis 🙂

Publicités

20 miracles de la nature (17)

2018-06 (17)

Surprise de l’Adrienne un matin de juin en découvrant que dans le « bac à sable » (qu’est devenu son jardinet côté rue) venait de germer une graine de tomate.

Et sans recevoir une seule goutte d’eau, ni de l’Adrienne ni du ciel, pendant des semaines et des semaines de chaleur et de sécheresse tout l’été, la plantule est devenue une belle grande plante couverte de tomates cerises.

C’est jeudi dernier, quand la première d’entre elles a commencé à rougir, que les gars du gaz et de l’électricité sont passés.

Dessus. 

M comme Marocain

857bb-marien

C’est tout de même grave, se plaint ma Tantine, il n’y a presque aucun drapeau belge dans ma rue.

Je ris. Je pense à un texte d’Aldous Huxley, dans lequel il explique la différence entre ‘highbrow’ et ‘lowbrow’.

C’est parce que tu habites dans un quartier chic, lui dis-je. Viens donc voir par chez moi! Il y a même une maison qui a un drapeau aussi grand qu’elle.

Je n’exagère pas. Le drapeau rouge jaune noir se voit une dizaine de fois dans mon bout de rue. Même chez une famille d’origine arménienne. Même chez mes voisins marocains.

Qui ont accroché l’étoile verte sur fond rouge juste à côté du tricolore belge 🙂

***

La photo ci-dessus est celle d’une carte postale du surréaliste Marcel Mariën.

Pour ceux qui n’ont pas envie de lire Huxley dans Google Books, voici l’extrait auquel je fais allusion, et que j’ai lu avec mon prof d’anglais in illo tempore. Si je m’en souviens si bien, c’est sans doute parce qu’il y a sujet à controverse:

« I am a highbrow for the same reason as I am an eater of strawberries. I enjoy the processes and experiences which are commonly qualified by the name of « highbrow ». Conversely, I am not a lowbrow, because I do not enjoy lowbrow processes and experiences. Thus I derive a great deal less pleasure from jazz and thrillers than from music, let us say, of Beethoven and the novels, for example, of Dostoevsky; and the sex appeal of the girls on the covers of magazines seems to me less thrilling than the more complicated appeal to a great variety of feelings made by a Rubens, an El Greco, a Constable. Again, I find the watching of horse races or football matches less agreeable as an occupation than the acquisition and coordination of knowledge. Reading seems to me more enter­taining than bridge or cross-word puzzles. And the slaughtering of animals for fun is a pastime that leaves me either cold with disgust or hot with indignation. »

Z comme zandbak

DSCI6293

– Je retourne à mon bac à sable (1), dit l’Adrienne en quittant une maison amie, un vendredi soir.

Ça fait bien rigoler tout le monde, même l’Adrienne, que peut-on faire d’autre.

Du sable, il y en a partout, surtout entre les doigts de pieds.

Il ne manque que la mer…

(1) « Ik keer terug naar mijn zandbak », voilà ce qu’elle a dit, d’où le titre du billet 🙂

 

 

V comme village-en-ville

DSCI6153 (2)

Comme à l’époque d’Albert et Julia, ce village dans la ville que forment mes deux coins de rue abrite une dame dévote, un monsieur qui astique sa belle voiture, un autre son jardinet.

Mais aujourd’hui chacun a au minimum deux téléphones.

8c1a1-164239264

Comme à l’époque de la cousine Marguerite, il y a la dame qui entre « par derrière », le monsieur qui passe son temps sur le pas de sa porte, les enfants qui jouent.

Mais le facteur ne rentre plus chez personne.