L comme limousine

– Tu as une nouvelle voiture? demande l’amie à qui l’Adrienne ouvre sa porte.

Elle montre le bel exemplaire long et sombre et rutilant garé juste devant et oui, elle est sérieuse: comme chaque fois qu’elle vient et qu’une bagnole est garée devant chez l’Adrienne, elle lui pose cette question:

– Tu as une nouvelle voiture?

C’est ainsi que tous ceux qui passent devant sa maison pensent que les poubelles ou autres choses qui traînent devant chez elle lui appartiennent 😉

Comme le jour où quelqu’un avait déposé (ou perdu?) un matelas sur son bout de trottoir et que sa directrice s’était étonnée, en route pour l’école, de voir ça là, alors que l’Adrienne est tellement « écolo » 😉

K comme krapoverie

Il me vient une idée!

– Monsieur l’ogre, pourriez-vous vous occuper de la maison des voisins? Merci.

Et c’est ainsi que la musique s’est arrêtée 🙂

***

écrit pour la consigne de Joe Krapov – mille fois merci – qui demandait d’utiliser deux des formules suivantes et une illustration au choix:

– Pour ne pas perdre le Nord
– Moi je t’offrirai la Belgique
Il me vient une idée
– C’est ici qu’on cherche fortune
– Un amour de Mouloudji
– Meilleurs vœux
– Rêver
– Bercer
– Le marché de Cherbourg
La musique s’est arrêtée

Z comme zèle

L’Adrienne le savait depuis longtemps, depuis 2017, l’année d’avant les travaux à la rue (voir photo): les travaux préliminaires à (faire) réaliser soi-même – la récolte séparée des eaux de pluie et des eaux usées – seraient contrôlés un jour.

Monsieur l’Entrepreneur a fait ces ouvrages ainsi qu’un petit plan qui les résume, tout ça a été fort compliqué et fort coûteux, plus de 5000 euros. Il a par exemple fallu creuser une tranchée sur toute la longueur du jardin à cause de la situation en coin de rue.

Ce mois-ci était venu le moment du contrôle par les instances officielles, c’est-à-dire un jeune homme fort zélé délégué par la société de distribution d’eau potable.

Alors que chez tous les voisins la chose avait eu lieu depuis longtemps – l’Adrienne s’était même inquiétée : les contrôleurs l’avaient-ils oubliée ? Un courrier avait-il été perdu ? – bref chez tous les autres ça avait été une petite formalité de cinq à dix minutes, OK, on a vu, c’est bon, signez ici, au revoir !

Mais, vous l’avez deviné, chez elle rien de tout cela : pendant deux heures et demie, il a cherché, cherché la faille, cherché la faute, cherché l’erreur.

L’Adrienne a dû faire couler des litres d’eau de chaque robinet, tirer les chasses d’eau en haut, en bas. Zélé contrôleur a même voulu aller sur le toit plat – donc passer par la chambre de l’Adrienne, par-dessus son lit, par la fenêtre… – pour voir si cette conduite d’eau allait bien là où on lui disait qu’elle allait, dans la petite citerne d’eau de pluie, sous la cuisine.

Imaginez ce tableau d’un matin d’hiver : portes ouvertes devant et derrière, fenêtres ouvertes, robinets qui coulent, machine bruyante qui fait de la fumée… et l’Adrienne, qu’il fait courir en haut, en bas, dehors à la rue pour vérifier si la fumée qu’il envoie par les tuyauteries sort d’un côté ou de l’autre sur le trottoir.

Bref, la voilà de plus en plus démoralisée.

Et bien sûr, il l’a trouvée, « l’erreur » : dehors sur la mini-terrasse il y a un « putje » d’autrefois, un petit trou d’évacuation qui ne sert plus parce que Monsieur l’Entrepreneur l’a remplacé par un autre, en dénivelé, de sorte que maintenant s’il pleut fort la cuisine ne se transforme pas en piscine. Mais ce « putje », explique le zélé contrôleur, soit il fallait le fermer, soit le raccorder à la conduite d’eau de pluie.

Résultat : rapport négatif et nouveau contrôle dans les 60 jours.

N comme nienek!

C’était un grand type dans le genre Omar Sy qui parlait bien fort à cause des deux ou trois mètres de distance qu’il respectait envers le vieux petit monsieur à longue barbe grise.

Il parlait français, au grand étonnement de l’Adrienne.

Dès qu’il s’est éloigné, elle s’est tournée vers le bonhomme et lui a demandé:

Versta je Frans? (1)
Bah nienek! a-t-il répondu dans son néerlandais patoisant, démontrant que même s’il n’était pas originaire de cette ville, il était de pas trop loin, vu qu’il accole un pronom à ses réponses en oui ou non (2).

Non, il ne comprend pas le français:

– Je fais semblant, ajoute-t-il, rigolard.

Et l’Adrienne ne sait pas qui il trompe le plus avec cette blague, elle ou Omar Sy.

Quelques maisons plus loin, Omar Sy attend qu’on lui ouvre une porte où il a sonné.
– Alors? fait-il, il comprend le français?
– Il me dit que non…
– Moi je suis sûr qu’il comprend!

Bref, il a de l’humour, le bonhomme 😉

***

(1) Tu comprends le français?

(2) on accole le pronom sujet par élision (ik, het) ou apocope (tous les autres) à « ja » (oui) et « neen » (non) – le phénomène est illustré dans la vidéo ci-dessous pour le « ja » en ouest-flamand.

F comme fou chantant

DSCI6153 (2)

Il pleuvait des cordes samedi matin au retour du marché mais ça n’empêchait pas le vieux petit monsieur à longue barbe grise de chanter sur le pas de sa porte.

Ce qui est tout de même une nouveauté remarquable, vu que d’habitude, tout en fumant un cigarillo, il fait des blagues à l’Adrienne.
Et une causette 🙂

– Nous ne sommes donc pas deux, mais trois, se dit-elle en rentrant chez elle toute trempée de pluie.

Trois fous chantants.

Le troisième étant Joe Krapov, bien sûr, mais ça, vous l’aviez deviné 🙂

V comme venin

Sur sa page fb, la police de la ville annonçait fièrement la bonne nouvelle: un gigantesque sapin de Noël, offert comme chaque année par des particuliers dont le jardin est devenu trop petit pour l’arbre, avait été transporté jusqu’à la grand-place pour y être installé en vue des fêtes.

Les braves flics avaient intitulé leur billet avec photos du transport – le sapin est aussi large que les avenues par lesquelles il devait passer – « le petit bonheur du jour » (het gelukje van de dag) mais c’était compter sans les utilisateurs de ce genre d’endroit qu’est fb: les commentateurs rivalisaient tellement en négativité que ça en devenait (presque) comique.

Petit florilège:

Quoi? déjà le sapin? alors que la Saint-Nicolas n’est pas encore passée?
Mais où sont les écolos?
Tu sais bien que les écolos s’occupent juste d’emm… les motards qui veulent rouler dans les bois!
C’est honteux d’abattre un si bel arbre!
Ah bravo, et le CO²?
Pourquoi un grand comme ça? un petit, c’est mieux!

On comprend que certains décident de désactiver les commentaires 🙂

O comme onze

Ce n’est sans doute pas tout à fait un hasard si l’Adrienne se trouvait pile poil au monument aux morts de 14-18 à l’instant où on y déposait des gerbes.

Puis on a sonné le glas au clocher et observé une minute de silence.

Un ancien élève devenu instituteur était là avec sa classe. Des enfants de sept ans.

Un onze novembre, jour de congé.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, tout est différent et tout est pareil.

***

photo prise dans ma ville, en route vers le parc et son monument aux morts de 14-18.

K comme kiosque

Il existe quelques cartes postales un peu déteintes et floues, sur lesquelles on peut voir l’ancien kiosque à musique, avec ses ferronneries tarabiscotées qui sentaient bon l’an dix-neuf cents.

Où bourgeois et ouvriers emmenaient leur famille le dimanche, après la messe, l’estaminet et le rôti, pour écouter une des fanfares locales ou l’harmonie des pompiers. On y entendait flonflons ou conversations et les unes ne nuisaient pas aux autres.

Puis sont venues les années soixante, celles qui détiennent le record du maniement de la bétonneuse: les édiles estimaient le vieux kiosque trop fragile et l’ont instamment remplacé par du « neuf » et du « solide ».

Seulement voilà, depuis qu’il est en briques et béton, on n’y joue plus de musique. Cet espace rond, surélevé, chapeauté, est devenu le lieu d’amusement de la jeunesse qui s’y adonne – sainement et intensément – au panna, street free style ou street soccer.

***

Merci à Joe Krapov pour cette krapoverie plus folle encore que d’habitude 🙂

2021-10-23 - Nikon 65

Cette photo représente la façade du cinéma « Ciné Manivel » à Redon (Ille-et-Vilaine).

L’animateur ignore quel sens ont ces lettres colorées. Pour chercher à le comprendre il a soumis ce groupe MUEITDASMNEENTIN à un générateur d’anagrammes.

Moyennnant quoi il vous demande d’écrire  un texte qui parle

– soit de cinéma
– soit de bateaux dans un port
– soit d’une usine désaffectée
– soit de la ville de votre enfance

en y insérant au moins dix mots de cette liste :

amendement – amenuisée – amenuisent – amnistiée – amusement – antenniste – antiémeute – antiennes – antimites – antisémite – asinienne – attendîmes – attendues – atténuées – attiédies – démenaient – démenâmes – démenâtes – démentaient – démentais – démentait – démentant – démentent – démenties – démentîmes – démentîtes – démettais – demi-teinte – demi-teintes – déminaient – déminâmes – déminâtes – démunîmes – démunîtes – dénattées – déniaient – déniaisée – déniaisement – déniaisent – densément – dénuement – destinaient – destinait – destinant – destinent – destituai – destituée – déteintes – détenaient – détenante – détenantes – détenants – détiennent – détiennes – diminuâmes – diminuant – diminuâtes – diminuées – diminuent – édentaient – édentâmes – édentâtes – éditaient – émiettais – émiettâmes – éminentes – emmenaient – emmenâtes – endémisme – endettais – endettâmes – enduisaient – enduisait – enduisant – enduisent – entendaient – entendais – entendait – entendant – entendante – entendent – entendîmes – entendîtes – entendues – entêtâmes – estaminetestimaient – estudiantin – estudiantine – étasunien – étasunienne – étendaient – étendîmes – étendîtes – étudiaient – étudiâmes – étudiante – étudiantes – étudiants – étudiâtes – identités – immanente – immanentes – immanents – immédiate – immédiates – immédiateté – immédiatetés – immédiats – immensité – imminente – imminentes – imminents – immunisant – immunisante – immunisât – immunisée – immunisent – immunités – inanimées – inattendu – inattendue – inattendues – inattendus – indemnisa – indemnisant – indemnisât – indemnise – indemnisé – indemnisée – indemnisent – indemnité – indemnités – indiennes – induisant – induisent – inséminant – inséminât – inséminée – inséminent – insinuant – insinuante – insinuent – instamment – instituée – intendant – intendante – intendantes – intendants – intensément – intensité – intentais – intentâmes – intentées – intestine – intimâmes – intimâtes – intimement – maintenue – maintenues – maintenus – maintienne – maintiennes – maintiens – maintient – maintînmes – maintîntes – mandement – mandements – maniement – maniements – médiatise – médiatisé – médiatisée – médiatisent – médisaient – médisante – méditaient – méditâmes – méditante – méditantes – méditants – méditâtes – médiumnité – médiumnités – médusaient – médusante – mendiaient – mendiâmes – mendiante – mendiantes – mendiants – mendiâtes – mentaient – midinette – midinettes – minaudent – minutaient – minutâmes – minutâtes – mutinaient – mutinâmes – mutinâtes – néantisée – niaisement – nuisaient – nuitamment – numismate – sainement – saintement – sédimenta – sédimentai – sédimentait – sédimentant – sédimentât – sédimente – sédimenté – sédimentent – sentaient – sentiment – situaient – suintaient – suintante – suintement – teintâmes – tendaient – tendineuse – tendinite – tendinites – tennisman – tennismen – tétanisée – tièdement – timidement – tunisienne – unanimement – unanimisme – unanimiste – unanimité – usinaient

R comme répertoire

C’est demain que les voisins de l’Adrienne organisent chez eux leur fête de mariage et comme ils l’en avaient prévenue, « de temps en temps » la musique allait « un peu fort » ces dernières semaines, parce qu’ils préparaient le programme des festivités.

Ce qui fait que l’Adrienne en connaît déjà tout le répertoire et qu’elle a pu constater qu’aujourd’hui encore, un mariage de Flandre se doit de comporter UNE chanson en français, l’indéboulonnable Connemara.

Personne n’en comprend les paroles et tout le monde s’en f…, il s’agit de faire lalala en agitant sa serviette de table 🙂

Bref, demain l’Adrienne va à Ostende.

La mer y est moins mythique mais ses oreilles s’y porteront mieux 🙂

M comme maison

– Vous avez vraiment tout ce qui vous faut, fait petit Léon en sortant des toilettes.

Et il le répète encore une fois ou deux, l’air sérieux:

– Elle est bien votre maison. Il y a tout ce qu’il faut.

Des toilettes qu’il a trouvées très belles.
L’ami qui y a contribué se reconnaîtra 🙂

L’Adrienne bien sûr a souri.
Sa maison est fort modeste mais il est vrai que les toilettes sont neuves.

Puis elle s’est souvenue que le grand frère avait raconté une anecdote similaire, au printemps dernier.

Comme stagiaire avec son maître de stage, ils avaient lors d’un travail dans le jardin d’une dame été invités par celle-ci à se joindre à elle pour le repas de midi.

Grand frère avait été fort impressionné par le riche décor et les proportions de la maison, et par la table bien mise, « comme pour une fête », avec nappe et serviettes…

Tellement impressionné qu’il avait été très mal à l’aise et avait à peine osé bouger de peur de commettre un impair.