M comme mills

Ce qu’on remarque surtout dans le paysage urbain, ce sont ces massives anciennes usines, installées le long du canal qui va de Leeds à Liverpool, de grands bâtiments aujourd’hui recyclés en habitations, pour la plupart.

Il reste peu de cheminées. Il y en a une, bien conservée, de forme octogonale.

Ces usines, mills en anglais, datent du 19e siècle, quand la révolution industrielle a fait passer la région – exactement comme ma ville – de la filature ou du tissage à domicile, artisanal, aux filatures, teintureries et tissages à grande échelle.

DSCI7459

photo prise le long du canal, le vendredi 12 juillet, par 20°C sans pluie.

– S’il ne pleut pas pendant 3 jours, dit le marié, il faudra arroser le jardin.
– Ah bon? fait l’Adrienne, incrédule. Vraiment?
– Ah oui! sinon ça ne pousse pas.

L’Adrienne regarde autour d’elle: une petite pelouse bien verte et bien drue, quelques arbustes, quelques fleurs, une terre humide… qui ont dû se passer toute une semaine des soins de leurs propriétaires et de l’eau du ciel. Car – étonnamment, peut-être – il n’a pas plu ces derniers jours.

– Et arroser quoi, exactement? demande-t-elle.
– Tout!
– Tout?
– Oui, tout.

Ils sont vraiment daft, ces Anglais.

J comme j’y crois pas!

DSCI7418

On peut faire confiance à Luke quand il note que la température de l’air est à 13°C et celle de l’eau à 12.

Pourtant la première chose qu’on voit en descendant vers la plage, ce sont des enfants en maillot de bain, des vieilles dames qui se promènent en bikini dans l’eau jusqu’à la taille, des baigneurs de tout âge.

Puis on entend arriver un tracteur, on demande à l’amie à quoi il sert, quelle sorte de travail il doit effectuer.

– Travail? rit-elle. Pas du tout! C’est ‘just for fun’. « They are playing »

Et quand le tracteur est tout près on remarque qu’au volant se trouve le marié, et assis près de lui, le cousin Tom.

Alors on décide de ne plus poser de questions 😉

 

 

I comme incroyable

DSCI7374

Quand la maman du marié a proposé de faire le gâteau pour la noce, l’amie a dit oui, bien sûr. Elles se sont mises d’accord pour des génoises fourrées de lemon curd, sous un glaçage blanc garni de fleurettes en sucre, des jaunes pâles et des blanches, assorties au décor floral prévu pour la salle.

Quand  elle les apporte le vendredi, veille du mariage, elle est bien contente:

– Quel soulagement! dit-elle. Ils n’ont pas souffert du voyage!

C’est là que vous, lecteurs, pensez comme l’Adrienne: ville ou village d’à côté, trajet en voiture plus ou moins long… et vous vous trompez.

Ces génoises ont pris l’avion.

Toutes les quatre. 

Voyagé dans les valises, bien calées entre les slips, les chemises, les chaussettes.

Parce que les parents du marié vivent dans les Pyrénées Atlantiques et que c’est là, en début de semaine, que  la maman a préféré cuire ses gâteaux.

Daft? Vous avez dit daft?

🙂

 

E comme émouvoir

 

Zeebrugge port gets ready for Brexit

Si Horace et Boileau avaient raison, qu’une véritable œuvre d’art doit plaire et émouvoir, alors la cérémonie du mariage est une œuvre d’art.

Croyez-en l’Adrienne, experte en émotions et débutante douée en stiff upper lips. Pour les journées d’adieux à ses élèves, à ses collègues, au comité directeur, elle avait prévu un mouchoir supplémentaire… et bien, elle n’en a pas eu besoin 😉

Bref, la canicule s’est terminée juste à temps pour qu’on puisse s’attifer et respirer quand même, on a emmené le chien des futurs époux – un grand clébard beige dont on aura la garde pendant que leurs maîtres seront en voyage de noces – et c’est dans un décor de conte de fées qu’on va pouvoir goûter la gastronomie britannique (ne riez pas, amis belges, canadiens, suisses et français qui pensez que votre cuisine est la meilleure au monde ;-)) dès qu’ils se seront dit ‘I DO!’

***

écrit pour Olivia Billington avec les mots imposés suivants: canicule – expert – clébard – cuisine – conte – émouvoir

La photo a déjà servi: October 23, 2018 – Zeebrugge, Belgium: View of the port of Zeebrugge, the world’s largest car terminal, which is now preparing itself for a hard Brexit. The banner about the port of Zeebrugge being « Brexit proof » has been put there by Port Authorities. Une banderole affirmant que le port de Bruges-Zeebruges etait pret pour le Brexit a ete installee a proximite du terminal ou auront lieu les futurs controles douaniers.

D comme daft

Si tout se passe comme prévu, hier l’Adrienne a posé le pied – de préférence les deux pieds – sur le sol britannique. Ou plus exactement anglais, le nord de l’Angleterre. Le pays du Brexit et des stiff upper lips.

Pour se préparer au choc culturel, l’Adrienne a lu le bouquin ci-dessous, rédigé et publié en 2017 par deux spécialistes de la Grande-Bretagne, l’un journaliste, l’autre historien. Au chapitre 1, il s’agit de l’importance (bien connue) des traditions.

Mais il commence par le mot ‘daft’:

‘Daft’. Het is geen wasproduct, maar het is het Engelse woord voor ‘gek’. De Engelsen houden wel van dingen die een beetje ‘daft’ zijn. Zoals het feit dat de Lord Chancellor bij de jaarlijkse officiële opening van het parlement zijden kousen draagt en een goud geborduurde ‘robe’. Vaak zie je op zijn of haar hoofd nog een lange grijze pruik. De minister biedt al knielend een stoffen handtas aan de koningin aan, die op een gouden troon zit en een blinkende kroon draagt. Zij haalt daaruit de toespraak van haar premier. Die levert deze op een geitenvel. In juni 2017 werd dat moment verschillende dagen uitgesteld, omdat de inkt immers enkele dagen de tijd nodig heeft om te drogen. Een deel van de pers vond dat het land zich belachelijk maakte. ‘Daft’. Maar de perkamentenmaker – ja, dat is een officiële functie – verweerde zich. ‘Het ligt niet aan het geitenvel. De regering gebruikte de foute inkt!’ Met andere woorden, de traditie maakt zich niet belachelijk, het is de regering die er geen verstand van heeft.

‘Daft’. Ce n’est pas une lessive, c’est le mot anglais pour ‘fou’. Les Anglais aiment les choses un peu folles. Comme le fait que le Lord Chancellor, à l’ouverture officielle du Parlement, chaque année, porte des bas de soie et une robe brodée d’or. Souvent aussi une longue perruque grise. C’est à genoux que le ministre offre un sac en tissu à la reine, assise sur un trône en or et portant une couronne scintillante. De ce sac, elle sort le discours de son Premier ministre. Qui lui est livré sur du chevreau. En juin 2017, cet instant a été remis de plusieurs jours, parce que l’encre a besoin de quelques jours pour sécher. Une partie de la presse a trouvé que le pays se ridiculisait. ‘Daft’. Mais le préparateur du parchemin – oui, c’est une fonction officielle – s’est défendu en disant: ‘Ce n’était pas à cause du chevreau. Le gouvernement a utilisé la mauvaise encre!’ En d’autres mots, la tradition ne se rend pas ridicule, c’est le gouvernement qui n’y connaît rien.

(traduction de l’Adrienne)

Afficher l’image source

lire les premières pages ici.

les auteurs en podcast ici.

la définition du dictionnaire Cambridge ici.

C comme coquelicot

DSCI7302

C’est aujourd’hui, si tout se passe comme prévu, que l’Adrienne passe du coquelicot de sa rue aux poppies du Yorkshire.

Ce qui veut dire que si vous n’avez plus de réponse à vos commentaires, c’est qu’elle sera privée d’Internet.

Sur le bateau entre Zeebrugge et Hull – une douzaine d’heures de traversée, principalement de nuit – seulement 30 minutes de wifi sont comprises dans le prix.

Que peut-on faire en trente minutes sinon marcher tout doucement vers une fontaine 😉

Chez l’amie, à peine sera-t-on installée qu’il faudra repartir: le mariage et les fêtes ont lieu sur la côte est, dans un endroit très beau et très sauvage où paraît-il l’internet n’a jamais mis les pieds.

(paraphrase d’une expression paternelle, il faisait toujours sourire l’Adrienne quand il disait « un endroit où la main du bon dieu n’a jamais mis les pieds » 😉 )

Bref, quelques billets sont prévus et pour le reste, on verra!

Portez-vous bien 🙂