W comme WC

Tongres, novembre 2019

Nous avons le droit de nous balader, à pied, à vélo, en auto… sans véritable restriction en temps ni en nombre de kilomètres, mais il y a un hic: comme tout est fermé (cafés, restos, musées…) on n’a nulle part où aller aux toilettes.

A Ostende par exemple, même les toilettes publiques (avec une véritable Madame Pipi comme autrefois) sont fermées et aller « dans la nature » est interdit par la loi.

Alors en lisant cet article, l’Adrienne a beaucoup ri grâce à ce bon conseil du ministre du tourisme néo-zélandais: Faites comme moi, allez au WC avant de partir!

De minister adviseerde toeristen om in de toekomst zijn voorbeeld te volgen voordat ze het natuurschoon in zijn land gaan bewonderen. ‘Ik ga altijd voor ik thuis vertrek.’

V comme voyage, voyage

Cette année, écrit Monsieur Filleul, nous ne sommes pas partis, nous passons nos trois semaines de vacances à la maison.

On en a profité pour réorganiser le garage, ajoute-t-il.

C’est ainsi que Monsieur Filleul, cet été, a fait de nombreux voyages…

A la déchetterie 🙂

***

photo d’il y a deux ans, Monsieur Neveu et Monsieur Filleul, le jour de son mariage.

Dernières nouvelles belges

Les 10 plus beaux châteaux de Wallonie

© Sven Ehmer

Le saviez-vous? La Belgique compte le plus grand nombre de châteaux au kilomètre carré. En Wallonie, des dizaines de châteaux sont donc recensés, allant de la forteresse médiévale à la demeure de plaisance. (source F.A.)

LES 10 PLUS BEAUX CHÂTEAUX DE WALLONIE

1. LE CHÂTEAU DE REINHARDSTEIN

Situé dans les Hautes Fagnes et surplombant la vallée de la Warche, le château de Reinhardstein fut laissé à l’abandon pendant près de 150 ans. En 1965, la forteresse fut entièrement rénovée au cours d’un chantier de 18 mois pour devenir le lieu que l’on peut visiter aujourd’hui. Le château est ouvert au public pour des visites, des initiations au tir à l’arc et des expositions. Des événements sont également organisés en ses murs, notamment la fête médiévale annuelle.

  • Ouvert tous les jours en juillet et août. Visites guidées toutes les heures, de 11h à 16h.
  • Prix: 9 euros/adulte, 7 euros/enfant, étudiant ou senior. Gratuit pour les enfants de moins de 5 ans.
  • Chemin du Cheneux, 50 – 4950 Ovifat.
  • Site web.

2. LE CHÂTEAU DE WALZIN

Dans le Condroz namurois, au sommet d’un pic rocheux, se dresse le château de Walzin. Ce dernier appartient à des propriétaires privés et n’est donc pas ouvert au public. Mais la vue du site vaut à elle seule le détour! Vous pouvez admirer la forteresse lors d’une descente en kayak de la Lesse ou au détour d’une promenade qui relie le château de Vêves à celui de Walzin.

3. LE CHÂTEAU DE VÊVES

C’est à Celles, en province de Namur, que se trouve le château de Vêves. Classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie, il fut entièrement restauré entre 1969 et 1979. Il est composé de cinq admirables tours ainsi que d’une remarquable galerie à colombage, lui donnant cet air de château sorti d’un conte de fées. D’ailleurs, les enfants peuvent se déguiser en princesse ou chevalier pour la visite.

  • Ouvert tous les jours de 10h à 17h pendant les vacances scolaires. Uniquement les week-ends et jours fériés pendant l’année.
  • Prix: 8 euros/adulte, 5 euros/enfant.
  • Route de Furfooz, 3 – 5561 Celles.
  • Site web.

4. LE CHÂTEAU DE BELOEIL

Surnommé « le Versailles belge », le château de Beloeil est entouré de douves et de splendides jardins. Reconnu comme Patrimoine exceptionnel Parcs & Jardins de Wallonie, le jardin à la française s’étend sur 25 hectares et est entretenu selon les plans originaux de 1664.

  • Exceptionnellement fermé jusqu’à nouvel ordre.
  • Prix: 10 euros/adulte, 5 euros/enfant, gratuit pour les enfants de moins de 6 ans.
  • Rue du Château, 11 – 7970 Beloeil.
  • Site web.

View this post on Instagram

Another day, another view… #Belgium 🎼🎬

A post shared by Romain (@romaingns) on

5. LE CHÂTEAU DE SENEFFE

Ce château à l’architecture néoclassique est aujourd’hui le Musée de l’Orfèvrerie de la Fédération Wallonie-Bruxelles et un lieu d’exposition. Le domaine s’étend sur pas moins de 22 hectares, qui abritent une orangerie, un théâtre néoclassique, une volière et des jardins. Ces derniers sont reconnus au Patrimoine exceptionnel Parcs & Jardins en Wallonie.

  • Musée ouvert tous les jours, de 10 à 18h. Sauf les lundis non fériés.
  • Le parc et les jardins sont ouverts tous les jours de l’année, sauf en cas d’intempéries, de 8 à 20h d’avril à septembre et de 8 à 18h d’octobre à mars.
  • Prix du musée: 6 euros/adulte, 8 euros/étudiant, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. Accès gratuit au parc et aux jardins.
  • Rue Lucien Plasman, 7-9 – 7180 Seneffe.
  • Site web.

6. LE CHÂTEAU D’HÉLÉCINE

Situé dans le Brabant wallon, ce château néoclassique du 18ème siècle est désormais un espace de réception, un centre de séminaires et abrite le MiaBw (musée d’interprétation archéologique du Brabant wallon). Les 30 hectares du parc du château sont quant à eux ouverts au public pour se balader et flâner. En été, des activités familiales y sont organisées.

  • Parc ouvert tous les jours de 8h à 21h30. Accès gratuit.
  • Rue Armand Dewolf, 2 – 1357 Hélécine.
  • Site web.

7. LE CHÂTEAU DE LA HULPE

Ancienne propriété du comte Solvay, le château de La Hulpe est situé au cœur d’un domaine classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Il est désormais un lieu de réception, tandis que ses jardins sont ouverts au public. Trois promenades d’environ 5 km sont en effet disponibles toute l’année gratuitement afin de découvrir le domaine.

View this post on Instagram

Castelinho

A post shared by Gabriel Siqueira (@gabrielsiqueira07) on

8. LE CHÂTEAU DE FREŸR

C’est à Hastière, dans la province de Namur, que le château de Freÿr vous ouvre ses portes. Classée au Patrimoine exceptionnel de Wallonie, la demeure est ouverte au public afin qu’il découvre son intérieur raffiné et cosmopolite. Ses jardins, classés au Patrimoine exceptionnel Parcs & Jardins en Wallonie, ont été inspirés par le travail du jardinier Le Nôtre.

  • Ouvert du mardi au dimanche et jours fériés, de 11h à 17h (juillet et août). Ouvert uniquement les week-ends et jours fériés en avril, mai, juin, septembre et octobre. Fermé de novembre à mars.
  • Prix; 8,5 euros/adulte, 7 euros/étudiant et senior. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.
  • Freÿr, 12 – 5540 Hastière.
  • Site web.

9. LE CHÂTEAU D’ATTRE

Construit en 1752, le château d’Attre séduit avec ses façades en grès local, pierre calcaire et briques enduites, typiques du néoclassicisme. Son parc, classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie, abrite une grotte artificielle de goût pré-romantique nommée « le Rocher ».

  • Ouvert les samedis, dimanches et jours fériés de 13h à 18h en juillet et août. Ouvert les dimanches et jours fériés de 14h à 18h d’avril à octobre.
  • Prix pour le parc et le château: 7,50 euros/adulte, 6,50 euros/étudiant et senior, 5 euros/enfant de 6 à 12 ans.
  • Prix pour le parc: 4,50 euros/adulte et 3,50 euros/enfant de 6 à 12 ans.
  • Avenue du Château, 8 – 7941 Attre.
  • Site web.

10. LE CHÂTEAU DE MODAVE

C’est dans le Condroz que se trouve le château de Modave, classé au Patrimoine Majeur de Wallonie. La forteresse fut détruite au milieu du 17ème siècle et entièrement restaurée. Seul son donjon date du Moyen Âge. La visite se fait avec un audioguide, compris dans le prix de la visite. Les jardins sont quant à eux en accès libre, mais vous pouvez télécharger sur le site web des commentaires audio pour réaliser une balade guidée.

  • Ouvert tous les jours de 10h à 18h, du 1er avril au 15 novembre. Fermé le lundi (sauf jour férié, ou en juillet et août).
  • Prix: 9 euros/adulte, 7 euros/senior, 4 euros/étudiant. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.
  • Accès gratuit aux jardins. Commentaires de la promenade disponibles ici.
  • Rue du Parc, 4 – 4577 Modave.
  • Site web.

 

Et de tous ces beaux châteaux, l’Adrienne n’en a vu qu’un seul, c’est celui de Beloeil 🙂

H comme Hoshi Ryokan

hôtel

Puisqu’il est dit que nous ne voyagerons que dans notre tête, cet été, rêvons grand et loin, allons au Japon.

Allons dans cette « auberge traditionnelle » fondée paraît-il en l’an 717 ou 718 et tenue par la même famille qui lui a donné son nom: 47 générations de Hoshi en 1300 ans à peu près.

Vous connaissez l’Adrienne, elle s’est demandé comment une telle chose est possible. A commencer par cette question-ci: chaque génération avait donc un fils et successeur à disposition?

Une petite recherche montre que ce problème s’est posé pour la génération actuelle, quand le fils qui devait prendre la relève est décédé à 46 ans des suites d’une crise cardiaque et que par conséquent la fille a été moralement obligée de reprendre le flambeau… pour le passer à ses neveux après elle: 

« Elle, elle aspirait plutôt à d’autres avenirs professionnels et sentimentaux. Encore en apprentissage, celle qui n’a pas osé tourner le dos à sa famille a dû tout abandonner, dont son fiancé et ses rêves. « Maintenant, je sais que je n’aurai jamais d’enfant, jamais de mari. Je vais donc dédier mon existence à notre auberge, et préparer les deux enfants de mon frère décédé à prendre ma succession. L’un d’eux sera la 48e génération », dit-elle à contre-cœur. Le poids sur ses épaules est assez lourd. Sans héritier, Zengoro aurait décidé de fermer les portes de l’hôtel. Pas question de le vendre. »

Ils sont fous ces Japonais 😉

***

source de la photo Booking.com (où l’on peut lire que les enfants ne sont pas autorisés) et source de l’extrait ici

V comme vacances à la maison

– Cet été, dit la carissima nipotina, j’organise une staycation.
– Excellente idée! fait l’Adrienne.
– Une staycation en Italie, précise-t-elle.
– Magnifique! Je ferais bien la même chose, tiens!

La nipotina a plein d’idées pour ses vacances italiennes à la maison: il y aura uniquement de la musique italienne, des plats italiens, de la lecture italienne, de la télé italienne… et elle parlera italien à ses chats.

Depuis ce vendredi où elles en ont discuté, assises chacune à un bout du couloir pour avoir au moins deux mètres entre elles – il ne s’agirait pas que la nipotina attrape un virus de plus – elles en reparlent régulièrement sur whatsapp.

Elles ont même convenu de dates pour ce séjour italien, en juillet, pendant le congé du bâtiment 😉

– La seule chose que je ne sais pas encore, dit l’Adrienne, c’est si je vais y aller en train ou en voiture.

***

à voir les photos ci-dessus à la frontière entre l’Italie et la Suisse, et le souvenir de l’expérience du giro d’Italia, la dernière fois, l’été 2017, le train serait préférable, même si le voyage n’aura lieu qu’en rêve 😉

***

Pour ceux qui seraient intéressés par la formule ‘staycation’, voici les conseils du HuffPost: How to Perfect Your Family’s Fun Filled Staycation

Stupeur et tremblements

Plazanterikken - Home | Facebook

En quelques endroits du pays, une école primaire ou maternelle à peine rouverte depuis le 8 juin a déjà dû renvoyer tous les enfants dans leur foyer.

Après détection d’un élève présentant l’un ou l’autre symptôme.

Mais il ne faut pas s’inquiéter, c’est une simple mesure de précaution et de toute façon, la contamination est venue de l’extérieur, pas de l’école.

Rassurant, en effet!

Chaque soir de la semaine, une émission consacrée à l’actualité débrouille pour nous l’écheveau des destinations de vacances possibles. Avec l’expert pour rassurer le consommateur et le remettre dans l’avion à destination de la Grèce: on y sera au coude à coude mais l’air est renouvelé en permanence et les filtres sont si performants qu’ils ne laissent passer aucun virus.

C’est formidable!

Si le coude à coude dans l’avion pendant une paire d’heures ne pose aucun problème, demandent quelques anciens élèves actifs dans le secteur culturel, pourquoi n’a-t-on pas pu rouvrir les salles de spectacle, alors qu’elles ont tout adapté en fonction d’une distanciation garantie d’un mètre et demi?

Il est trop tôt pour prendre l’avion, dit une autre experte.

Ik ben ongerust dat dit alles tot doel heeft om zo snel mogelijk terug te keren naar een maatschappij die als ‘normaal‘ beschouwd wordt. Ik maakte me namelijk, eerlijk gezegd, vóór de coronacrisis al wat zorgen over deze maatschappij.

Je m’inquiète (écrit une psychiatre dans une lettre ouverte du 12 juin) que tout soit mis en oeuvre pour un retour rapide ‘à la normale’. En réalité, je m’inquiétais déjà avant la crise du corona, de ce qu’était l’état ‘normal’ de notre société.

Et c’est ainsi que les jours se succèdent avec leur lot infini de stupeurs et de tremblements…

***

sur les réseaux sociaux fleurissent des dessins comme celui en illustration, où on se demande pourquoi les salles de concert ne sont pas accessibles alors que les avions peuvent voler avec chaque siège occupé.

Première expérience

photo of teepee on a starry sky

– Il y a juste un truc qui me turlupine, fit-il en regardant la canadienne, comment je vais réussir à dormir dans ce genre de tipi.

Le pauvre n’était pas tranquille du tout à l’idée de faire du camping pour la première fois…

Par bonheur, sa première expérience a été une véritable révélation – oui, on peut caser un mètre quatre-vingt-dix dans un sac de couchage, non les voisins ne viennent pas regarder dans l’assiette, oui les sanitaires sont propres… etc.

Mais heureusement qu’ils n’étaient que deux – plus le chien – parce que la bagnole, pourtant d’un grand modèle, était pleine à craquer pour assurer à Monsieur le même confort au camping qu’à l’hôtel 🙂

***

écrit pour la récolte 47 d’Olivia Billington – merci, Olivia! – avec les mots imposés suivants: tipi – révélation – turlupiner – tranquille – dormir.

Photo de Chait Goli sur Pexels.com

7 comme 1907

Le 19 novembre 1907, l’écrivain préféré de Walrus a l’honneur de trois colonnes en première page du Figaro pour y donner ses Impressions de route en automobile.

Style et contenu sont fort différents – évidemment – du même genre d’exercice réalisé par René Boylesve (voir ici). Il faut dire qu’entre 1894 et 1907, ces drôles de machines ont eu le temps de faire quelques progrès, non seulement au niveau de la mécanique mais aussi en ce qui concerne le confort des voyageurs.

Et le voyage de Proust est un peu moins téméraire que les 600 km prévus par Boylesve et ses amis: son chauffeur, Alfred Agostinelli, doit le conduire de la côte normande – probablement Cabourg – jusqu’aux environs de Lisieux. Même pas 40 km.

Ce qui leur prend tout de même de nombreuses heures 😉

Ceux qui voudraient lire le texte entier plus facilement que sur cette page du Figaro le trouveront ici.

P comme pétrole

Panhard,_Lavassor_et_Mayade_en_1892
– Mes amis, nous dit M. d’Éprouesse, nous faisons, si vous voulez bien, nos cent kilomètres par petite journée. C’est peu, trouvez-vous. Une bicyclette en rougirait. Mais nous en serons mieux pour faire escale à notre guise, bonne chère à notre appétit et dodo tout notre content : nous faisons un voyage d’agrément.
Car, M. d’Éprouesse voyage en voiture à pétrole.
Pendant l’été de 1894, l’écrivain René Boylesve fait un premier voyage en automobile avec deux amis et un mécanicien.
Ils partent de Paris pour se rendre au lac du Bourget.
Le voyage – environ 600 kilomètres – leur prendra neuf jours, vu que leur machine ne fait que du 17 km/h. Ce que l’auteur appelle « une allure vive ».
Si vive, dit-il, que lorsqu’on roule, on ne ressent pas la chaleur du jour.
La machine, qu’ils ont baptisée Azurine, tombe régulièrement en panne. On répare sur place et on redémarre: vers treize heures, on est à Barbizon, pour y déjeuner.
Enfin nous revoici lancés ; l’aiguille du compteur enregistre des kilomètres vierges d’incidents nous faisons dix-sept ou dix-huit à l’heure; nous voyons pointer les clochers de Melun; nous opérons dans la ville une descente à tous freins.
A une heure, nous atteignons Barbizon. Tout le monde sait ce qu’est un déjeuner à l’hôtel de la Forêt, qui ne diffère pas sensiblement pour les voyageurs en voiture à pétrole, sinon par la condescendance que nous obtenons du personnel et l’inquiétude mal dissimulée qu’inspirent à d’élégantes jeunes femmes notre tenue et nos barbes saupoudrées de poussière, Une halte de deux grandes heures ne nous paraît pas exagérée. Puis nous faisons une délicieuse traversée en forêt, en vitesse moyenne, nous brûlons Fontainebleau, et, par la charmante vallée du Loing, parmi des prairies et un continuel et reposant voisinage d’eau, nous gagnons à sept heures précises la pittoresque petite ville de Moret aux portes fortifiées, à l’antique ceinture de murailles, où la rencontre fortuite de l’admirable artiste S… et de sa gracieuse femme nous vaut un dîner et une soirée inopinés durant lesquels la conversation, qui ne peut s’écarter du pétrole, nous amène à jeter les bases d’une idéale voiture dont je vous épargne le plan fantastique et que nous souhaitons à la postérité.
La postérité, on connaît, tout au moins jusqu’à 125 ans plus tard 😉
Si ça vous a donné envie, le texte complet est iciAzurine, ou le nouveau voyage (publié en 1895)
Source de la photo ici – Panhard, Levassor et Mayade en 1892.

Stupeur et tremblements

slow

Le bol de Ted ressemble à un de ces jeux de patience et de dextérité où il faut réussir à faire traverser tout un labyrinthe à une bille pour lui faire atteindre le centre.

Dès le premier matin, l’Adrienne observe ça avec stupéfaction.

– C’est pour qu’il mange moins vite? demande-t-elle au maître du chien.

En effet.

Pendant les deux ou trois jours qui restent aux maîtres avant leur départ, ils expliquent à l’Adrienne tout ce qu’elle aura à faire pour la maison, le jardin et les bêtes.

Il devient vite évident que la seule éclaircie dans la vie de Ted, le seul moment de vrai bonheur, ce sont ses trois promenades quotidiennes.

– Il faut, dit le maître, qu’il sache qu’il est tout en bas dans la hiérarchie!

Pauvre bête, se dit l’Adrienne, qui s’attache extrêmement vite à l’animal, on ne sait vraiment pas quoi inventer dans cette maison pour le contrarier.

***

source de la photo (et autres articles du même genre) ici.

Texte écrit pour Olivia Billington – que je remercie – avec les mots imposés suivants: matin, bonheur, départ, reprise, éclaircie, contrarier, s’attacher. Je n’ai pas réussi à y intégrer ‘reprise’ mais je la souhaite excellente à tous ceux qui retournent au travail ces jours-ci!