T comme Tyler

Il paraît que tous les livres d’Anne Tyler se déroulent au sein de familles au sens large – de celles où il y a une pièce rapportée ou comme dans celui-ci, trois enfants d’un précédent mariage du mari.

Au centre se trouve une femme, bien évidemment, ici elle s’appelle Rebecca, a cinquante-trois ans et n’est subitement pas trop contente de ce qu’elle est devenue.

Elle a abandonné ses études pour épouser un homme qui avait déjà trois petites filles et six ans plus tard elle était veuve avec quatre enfants. Maintenant que les quatre filles sont mariées et qu’elle est plusieurs fois grand-mère, elle se demande si elle a fait les bons choix.

Que serait-elle devenue si elle avait épousé son amoureux, Will, qu’elle a laissé tomber du jour au lendemain sans explications, pour épouser en quinze jours un divorcé avec trois enfants?

Elle qui aimait le calme, la lecture, les études, n’a plus ouvert un livre ni même lu un article un peu sérieux et vit entourée de gens, sans avoir une minute à elle.

Rebecca décide donc de se donner une seconde chance de « faire le bon choix » et recontacte Will, l’amoureux éconduit trente-cinq ans plus tôt…

Le livre a fait l’objet du téléfilm visible ci-dessus (2004) avec Blythe Danner, Peter Fonda, Faye Dunaway, Jack Palance… Il est extrêmement fidèle au texte, sauf sur un point: Rebecca, dans le livre, est une femme qui a un grave problème de surpoids. Mais l’actrice est mince comme un fil.

anne tylerLire le premier chapitre ici.

 

14 commentaires sur « T comme Tyler »

  1. D’Anne Tyler, je n’ai lu que « Une autre femme », un personnage plutôt solitaire dans mon souvenir (lointain), qui a quitté sa vie d’avant.
    Un amincissement dans l’air du temps ? C’est fou pour une adaptation « fidèle ».

    J'aime

    1. je vais en tester un troisième, pour vérifier… j’aime aller au fond des choses 😉
      (oui très littéral, des dialogues entiers avec les mots exacts du bouquin, le découpage, tout!)

      J'aime

    1. Le temps de lecture est augmenté et la quantité mémorisée est moindre … surtout lorsque j’utilise la liseuse. Je me suis régalée cette semaine en relisant Bartleby le scribe en édition bilingue papier.

      J'aime

  2. Comment ça ? On pouvait choisir ?
    Notre destin ne tient pas dans les mains de trois vieilles femmes qui nous parquent dans un coin où on s’en prend plein la tronche si on n’est pas sage ?
    On m’a encore menti à l’insu de mon plein gré ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s