Question existentielle

Knack Weekend KW 2018 36

Que pensez-vous de cette photo et de ce titre? a demandé Madame. Est-ce que ce jeune vous représente?

Ce n’est pas mon style, a répondu un quart de la classe, il ne me représente pas, a dit un autre quart. Un seul garçon est enthousiaste et voudrait lui ressembler, vêtements, chaussures, coupe de cheveux, tout lui plaît.

Les trois quarts affirment qu’ils ne s’intéressent pas à la mode. Pourtant, plusieurs garçons n’ont aucun mal à reconnaître la marque et le modèle des chaussures: ce sont des Nike Air de Sean Wotherspoon, apprennent-ils à Madame. Une petite recherche lui permet de constater qu’elles coûtent plus cher que des chaussures italiennes faites sur mesure par un bon artisan… Pourtant un des garçons trouve que c’est un look « de pauvre »…

Chacun ses goûts, je respecte les choix de chacun, disent les trois quarts de la classe. D’autres insistent sur le droit à la différence ou préfèrent « qu’on ne se ressemblent pas tous ».  

Par contre, la photo n’obtient aucun suffrage: ils n’apprécient pas qu’on ait placé le garçon dans ce décor de rue, sur ces armoires de l’électricité, avec ce graffiti sur le mur. On veut le faire passer pour un « bad boy », disent-ils, et cette image ne leur plaît pas du tout.

Quelques-uns prennent le garçon en pitié et espèrent qu’à 15 ou 16 ans, il ne sera pas propulsé d’un coup dans le mannequinat.

C’est une erreur de la part du magazine, conclut une des filles, de l’appeler ‘une icône de la mode’, il faudrait au contraire encourager les jeunes « à trouver leur style unique » au lieu de les pousser à imiter des modèles.

Bref, ils ont dit plein de choses intelligentes et Madame est bien contente d’eux 🙂

L’article est ici et la photo vient du site du photographe Jef Boes.

Publicités

L comme loque

Knack Weekend KW 2018 36

Le thème du magazine, ce sont les hommes, « mannen« , mais la photo de couverture montre un garçon de 15 ans qui a soigneusement assorti toutes les couleurs de sa tenue. Le gris, le jaune, le bleu et le noir se retrouvent dans le pull, la chemise piquée dans l’armoire de papa (elle est griffée Martin Margiela), le pantalon, le sac (piqué à maman, c’est un Jack Wolfskin), les chaussettes et les baskets.

L’article qui lui est consacré, « tienerjongen en stijlicoon » (teenager et icône de la mode) est illustré de façon à nous le montrer l’air boudeur, le regard méfiant sous sa frange, les épaules affaissées, les bras ballants, trop fatigué pour se tenir debout sur ses deux jambes et garder le dos droit.

C’est en effet ce qu’on constate chez l’élève lambda, à partir du moment où on le sort de sa zone de confort pour l’emmener en visite d’une ville, d’un musée, d’un coin de nature. Il s’écroule sur le premier support venu.

Pourtant, cette photo énerve Madame. C’est un cliché dans les deux sens du terme. C’est réducteur.

Tiens, au prochain cours, elle va demander à ses élèves ce qu’ils en pensent. Elle a justement une classe constituée d’une majorité de « mannen« , reste à savoir s’ils se sentent « tienerjongen en stijlicoon » 🙂

L’article est ici et la photo vient du site du photographe Jef Boes.

loque: du moyen néerlandais lok (boucle, mèche). Morceau d’étoffe usé, déchiré. Vêtements qui tombent en loques. Fig. être effondré, sans énergie. (Petit Robert p.1007)

J comme jazz

DSCI6780 (2)

Non, le jazz n’est pas la musique préférée de Madame.

Oui, certaines formes la rendent nostalgique des soirées radio avec son père, grand amateur de cette musique qui pour lui était venue d’Amérique avec les libérateurs. Mais ce n’est pas ce qu’elle va écouter spontanément.

Sauf bien sûr quand il s’agit d’un ancien élève. Alors Madame est fan et présente parmi les premiers, le cœur battant comme si elle était sa mère 😉

Le jeune guitariste barbu est arrivé en Belgique tout petit, avec ses parents, qui voulaient offrir un avenir meilleur à leurs deux fils. Meilleur que dans leur Kosovo natal.

Ce jeune guitariste barbu était excellent élève, fort en tout, maths, sciences, langues. Ses parents exigeaient des résultats et le voyaient promis à une belle carrière de médecin ou d’ingénieur.

Il n’a pas été simple pour eux d’accepter qu’il se dirige vers le Conservatoire de musique.

I comme indécis

banksy parodie

Chez les parents de Souleyman, il y a une fenêtre de chaque côté de la porte d’entrée.

Sur celle de droite, une grande affiche est collée, vantant une candidate « verte ».

Sur celle de gauche est accrochée la souriante binette d’un candidat « rouge ».

Ils sont donc au diapason de beaucoup de gens que Madame rencontre ces temps-ci et qui lui disent:

– Cette fois, je ne sais vraiment pas pour qui voter!

Or, les élections communales et provinciales sont prévues pour dimanche prochain.

Par contre, ceux qui n’ont pas hésité un seul jour à trouver la réaction qui convenait au coup fumant de Banksy, ce sont nos amis surréalistes belges.

Je sais, c’est un pléonasme 🙂

La photo ci-dessus fleurissait sur les réseaux sociaux dès le lendemain.

Y comme Yeva

ae4fa-3409299392

Parfois Madame se demande si les parents voyageurs se rendent bien compte de ce qu’ils demandent de leur enfant. Qui, lui, ne voit sans doute aucun intérêt à un changement de pays, de langue, d’entourage. Quitter ses copains, quitter toute une vie.

Ainsi, Madame se demande pourquoi la maman de Yeva a décidé de quitter son Ukraine natale avec sa fille de 15 ans. 

Laquelle a dû abandonner ses études d’art pour apprendre le néerlandais pendant un an.

Puis intégrer une école d’art belge. Où elle n’a pas réussi.

Enfin, arriver cette année dans l’école de Madame…

Résumons: en Belgique néerlandophone depuis deux ans, Yeva, qui maîtrise déjà l’ukrainien, le russe et l’anglais, doit donc suivre un enseignement en néerlandais. 

Et maintenant apprendre en plus le français.

Commencer au niveau zéro quand les autres en sont à leur septième année.

Oui, parfois Madame se demande si les parents voyageurs se rendent bien compte de ce qu’ils demandent de leur enfant.

W comme Web pédagogique

look-shopping

Chaque matin, Madame va faire un tour chez les collègues du Web pédagogique où justement hier un de ses chroniqueurs préférés parlait du look des profs.

Madame y a reçu confirmation de ce qu’elle savait déjà, par exemple en ce qui concerne son choix de sandales plates en simili-plastique, « qui sont si pratiques sur les sentiers rupestres transalpins », dit l’article, mais qui n’auront droit qu’à des regards de commisération ou de dédain.

C’est vrai, Madame le sait depuis le premier jour où elle s’est trouvée face à une classe – et pourtant à l’époque il s’agissait d’une vingtaine de garçons pour seulement trois filles – le look est évalué et commenté. Définitivement. Pas de session de rattrapage.

D’ailleurs Madame elle-même et ses copines n’étaient pas différentes des ados d’aujourd’hui: le jeune prof venu faire un remplacement de latin et de grec a vite été surnommé « Floerie » à cause de son costume en velours côtelé et le prof d’allemand était « den Bruinen » parce qu’il ne portait que du brun. Celle au look terne et triste était jugée terne et triste. Celle qui portait chaque jour des tenues achetées bien cher en boutique de luxe était jugée superficielle et dépensière.

Voilà 🙂

Alors Madame met ce qui lui plaît, ce qui fait conclure à ses élèves que sa couleur, c’est le rouge 🙂

source de la photo et article ici

 

U comme un sport pour tous…

… et tous pour le sport!

DSCI6788 (2)

Chaque année, l’école organise un cross au mois de septembre. 

Chaque année, Madame entend les mêmes plaintes de la part de beaucoup d’élèves. Surtout les filles. Oh Madame! c’est dur! Mais pourquoi on doit courir un cross! Oh Madame! J’ai-pas-enviiie!

Puis, quelques années plus tard, ces réfractaires à la course à pied « gazellent » sur un parcours de cinq ou même dix kilomètres, pour le cross organisé par la ville.

Le sourire aux lèvres.

Il a dû se passer quelque chose, entre-temps, qui les a drôlement fait changer d’avis 🙂