Qu’est-ce que c’est que ça?

Ça ne fait que quelques centimètres, c’est en ivoire, et la photo a été prise au musée des Beaux-Arts de Tournai.

Si vous savez ce que c’est ou si vous avez envie de proposer la solution du schmilblick, allez-y!

Vous n’aurez la réponse que lundi parce que l’Adrienne est partie complètement à l’est du pays avec sac au dos et sans PC 😉

Bon week-end à vous tous!

H comme Horta

Colloque_FR_01.jpg

C’était le plein été quand l’Adrienne a reçu un mail du musée Horta pour annoncer qu’il était à nouveau accessible au public et même qu’il y aurait une expo et un colloque.

Ah! ce n’était pas l’envie qui manquait, mais allez donc faire des projets pour le 18 septembre, quand on est en juillet et que tous les experts vous prédisent que ce sera le grand moment de la deuxième vague…

Alors vous tergiversez, vous pesez le pour et le contre, et vous finissez par vous dire que vous seriez plus sage de rester chez vous.

Et puis un beau dimanche vous décidez que non, y en a marre, vous voulez retourner au musée.
Aller à Bruxelles.
Et même prendre des trains 😉

C’est fou comme on peut vivre dangereusement dès qu’on décide d’aller voir une expo 😉

***

Info et photo sur le site du musée Horta.

X c’est l’inconnu

L’Adrienne s’était inscrite pour une visite guidée dans une de ces nombreuses demeures disséminées sur les hauteurs de sa ville, que les habitants comme sa grand-mère appelaient des « châteaux » et qui étaient les secondes résidences des industriels du textile – ou comme dans ce cas-ci, d’un notable. Il était juge de paix. Eux-mêmes appelaient ça leur « villa ».

La plupart datent de l’époque charnière entre le 19e et le 20e siècle – celle-ci a été achevée en 1906 – et sont d’un style qu’on appelle ‘éclectique’, souvent un mélange au goût personnel de l’architecte et de son client, souvent néo-gothique, parfois art-nouveau.

Le visage grimaçant sur la photo d’illustration accueille le visiteur de part de d’autre de la porte d’entrée. Il sort de la mythologie germanique et est supposé protéger la maison des visiteurs mal intentionnés.

Il porte un nom, bien sûr, que l’Adrienne n’a pas jugé nécessaire de noter – j’arriverai bien à retenir ce mot-là, s’est-elle dit – mais voilà, à peine rentrée chez elle, elle l’avait déjà oublié 😉

Stupeur et tremblements

Il y a plus fort encore que la banane scotchée au mur et vendue à 120 000 dollars: c’est le musée des œuvres invisibles, le MONA, à New York (précision sans doute inutile ;-)).

Les visiteurs sont priés de lire le carton avec le nom ou la description de l’oeuvre, par exemple Red Square (2011), puis de regarder un mur nu, tout blanc, et de faire travailler leur imagination.

Comme pour cette autre oeuvre qui s’appelait « Fresh Air » et qui a été vendue (?) 10 000 dollars en 2011, l’année du lancement du « musée ».

Ce qui revient à dire que vous achetez l’air que vous respirez – qu’il soit frais ou non – et qu’un petit carton en est la preuve.

Bref, on dirait bien qu’avec l’oeuvre invisible, on a atteint le dernier stade d’une démarche artistique de l’immatérialité, entamée dans les années 1960.

***

Si le but est de faire travailler l’imagination, se dit l’Adrienne, je préfère lire un livre 😉

K comme Kaap

De campagne van de Oostendse cultuurhuizen.

A Ostende, dans les lieux de culture, on peut voir une série d’affiches qui posent la question de l’utilité de l’art.

Et si la musique, le théâtre, si toutes les formes d’art étaient le vaccin? nous demande-t-on, au moment où de plus en plus de gens s’insurgent contre le fait qu’on peut passer deux ou trois heures en avion, mais pas dans une salle de spectacle, où le gouverneur d’Anvers a fermé les théâtres, mais pas les cinémas et où les musiciens sont juste bons à jouer gratuitement sur les pelouses devant les maisons de retraite.

D’annulation en annulation, le monde artistique s’inquiète de n’avoir à ce jour encore aucune perspective en ce qui concerne la saison 2020-2021.

La culture, dit-on à KAAP, nous apporte réconfort, espoir, délassement et nous aide à vivre au quotidien.

Ce qui est vrai, bien sûr, comment survivre au confinement sans musique, sans livres…

Mais aujourd’hui le secteur culturel fait appel aussi au public: à lui de se manifester, par exemple en écrivant aux responsables politiques, pour faire bouger enfin quelque chose de positif.

photo de l’affiche ©rv De campagne van de Oostendse cultuurhuizen

C comme Cambyse

Voici Bruges et sa Poortersloge (explications ici) au 15e siècle, sur le diptyque peint par le primitif flamand Gerard David en 1498. On y voit le juge Sisamnès recevant des pots-de-vin.

C’est pourquoi, le roi Cambyse II le fait arrêter. Cambyse II, c’est le 5e siècle avant notre ère, mais le peintre a choisi de représenter la scène de manière tout à fait contemporaine à l’année de la création de l’oeuvre, 1498: architecture, vêtements, décor avec des putti qui sentent déjà la Renaissance.

La punition du juge véreux est terrible: il est condamné à être écorché vif.

C’est en faisant visiter le musée Groeninge à un client asiatique que l’Adrienne s’est pleinement rendu compte que notre art ancien est un véritable cabinet des horreurs: vierges martyrisées, dont on apporte les seins ou les yeux sur un plateau, saints percés de flèches ou rôtis sur le grill, Christ crucifié agonisant…

Enfin, dans la dernière partie du diptyque, qui se lit comme une BD sans bulles, le fils du juge Sisamnès lui succède et pour se souvenir de la leçon, on lui a drapé la peau de son père défunt sur le dossier de son siège.

Oufti! comme ils disent à Liège.

Dernières nouvelles belges

Les 10 plus beaux châteaux de Wallonie

© Sven Ehmer

Le saviez-vous? La Belgique compte le plus grand nombre de châteaux au kilomètre carré. En Wallonie, des dizaines de châteaux sont donc recensés, allant de la forteresse médiévale à la demeure de plaisance. (source F.A.)

LES 10 PLUS BEAUX CHÂTEAUX DE WALLONIE

1. LE CHÂTEAU DE REINHARDSTEIN

Situé dans les Hautes Fagnes et surplombant la vallée de la Warche, le château de Reinhardstein fut laissé à l’abandon pendant près de 150 ans. En 1965, la forteresse fut entièrement rénovée au cours d’un chantier de 18 mois pour devenir le lieu que l’on peut visiter aujourd’hui. Le château est ouvert au public pour des visites, des initiations au tir à l’arc et des expositions. Des événements sont également organisés en ses murs, notamment la fête médiévale annuelle.

  • Ouvert tous les jours en juillet et août. Visites guidées toutes les heures, de 11h à 16h.
  • Prix: 9 euros/adulte, 7 euros/enfant, étudiant ou senior. Gratuit pour les enfants de moins de 5 ans.
  • Chemin du Cheneux, 50 – 4950 Ovifat.
  • Site web.

2. LE CHÂTEAU DE WALZIN

Dans le Condroz namurois, au sommet d’un pic rocheux, se dresse le château de Walzin. Ce dernier appartient à des propriétaires privés et n’est donc pas ouvert au public. Mais la vue du site vaut à elle seule le détour! Vous pouvez admirer la forteresse lors d’une descente en kayak de la Lesse ou au détour d’une promenade qui relie le château de Vêves à celui de Walzin.

3. LE CHÂTEAU DE VÊVES

C’est à Celles, en province de Namur, que se trouve le château de Vêves. Classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie, il fut entièrement restauré entre 1969 et 1979. Il est composé de cinq admirables tours ainsi que d’une remarquable galerie à colombage, lui donnant cet air de château sorti d’un conte de fées. D’ailleurs, les enfants peuvent se déguiser en princesse ou chevalier pour la visite.

  • Ouvert tous les jours de 10h à 17h pendant les vacances scolaires. Uniquement les week-ends et jours fériés pendant l’année.
  • Prix: 8 euros/adulte, 5 euros/enfant.
  • Route de Furfooz, 3 – 5561 Celles.
  • Site web.

4. LE CHÂTEAU DE BELOEIL

Surnommé « le Versailles belge », le château de Beloeil est entouré de douves et de splendides jardins. Reconnu comme Patrimoine exceptionnel Parcs & Jardins de Wallonie, le jardin à la française s’étend sur 25 hectares et est entretenu selon les plans originaux de 1664.

  • Exceptionnellement fermé jusqu’à nouvel ordre.
  • Prix: 10 euros/adulte, 5 euros/enfant, gratuit pour les enfants de moins de 6 ans.
  • Rue du Château, 11 – 7970 Beloeil.
  • Site web.

View this post on Instagram

Another day, another view… #Belgium 🎼🎬

A post shared by Romain (@romaingns) on

5. LE CHÂTEAU DE SENEFFE

Ce château à l’architecture néoclassique est aujourd’hui le Musée de l’Orfèvrerie de la Fédération Wallonie-Bruxelles et un lieu d’exposition. Le domaine s’étend sur pas moins de 22 hectares, qui abritent une orangerie, un théâtre néoclassique, une volière et des jardins. Ces derniers sont reconnus au Patrimoine exceptionnel Parcs & Jardins en Wallonie.

  • Musée ouvert tous les jours, de 10 à 18h. Sauf les lundis non fériés.
  • Le parc et les jardins sont ouverts tous les jours de l’année, sauf en cas d’intempéries, de 8 à 20h d’avril à septembre et de 8 à 18h d’octobre à mars.
  • Prix du musée: 6 euros/adulte, 8 euros/étudiant, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. Accès gratuit au parc et aux jardins.
  • Rue Lucien Plasman, 7-9 – 7180 Seneffe.
  • Site web.

6. LE CHÂTEAU D’HÉLÉCINE

Situé dans le Brabant wallon, ce château néoclassique du 18ème siècle est désormais un espace de réception, un centre de séminaires et abrite le MiaBw (musée d’interprétation archéologique du Brabant wallon). Les 30 hectares du parc du château sont quant à eux ouverts au public pour se balader et flâner. En été, des activités familiales y sont organisées.

  • Parc ouvert tous les jours de 8h à 21h30. Accès gratuit.
  • Rue Armand Dewolf, 2 – 1357 Hélécine.
  • Site web.

View this post on Instagram

Yeah! Le soleil était au rendez-vous cet après-midi ☀️😎 Aujourd'hui, Jour 2 de congés, on a été se balader en famille au @chateaudhelecine 1h de route de chez nous mais sincèrement, ça vallait la peine. Un grand lac, des châteaux gonflables gratuits, des structures de jeux extérieurs, etc. (les photos suivront aussi en story et prochainement sur mon blog). Et vous, belle journée ? . #tourisme #belgique #visitwallonia #wallonie #visitbelgium #mamanblogueuse #family #famille #holiday #vacances #fun #congé #mumlife #viedemaman #parents #enfants #blogbelge #kidsactivity #kidsmodel #love #rodzina #mojecorki #polishgirl #activitepourenfant #summer #vivelete #chateaudhelecine

A post shared by Maman veut tout savoir (@maman.veut.tout.savoir) on

7. LE CHÂTEAU DE LA HULPE

Ancienne propriété du comte Solvay, le château de La Hulpe est situé au cœur d’un domaine classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Il est désormais un lieu de réception, tandis que ses jardins sont ouverts au public. Trois promenades d’environ 5 km sont en effet disponibles toute l’année gratuitement afin de découvrir le domaine.

View this post on Instagram

Castelinho

A post shared by Gabriel Siqueira (@gabrielsiqueira07) on

8. LE CHÂTEAU DE FREŸR

C’est à Hastière, dans la province de Namur, que le château de Freÿr vous ouvre ses portes. Classée au Patrimoine exceptionnel de Wallonie, la demeure est ouverte au public afin qu’il découvre son intérieur raffiné et cosmopolite. Ses jardins, classés au Patrimoine exceptionnel Parcs & Jardins en Wallonie, ont été inspirés par le travail du jardinier Le Nôtre.

  • Ouvert du mardi au dimanche et jours fériés, de 11h à 17h (juillet et août). Ouvert uniquement les week-ends et jours fériés en avril, mai, juin, septembre et octobre. Fermé de novembre à mars.
  • Prix; 8,5 euros/adulte, 7 euros/étudiant et senior. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.
  • Freÿr, 12 – 5540 Hastière.
  • Site web.

View this post on Instagram

Suite de mon voyage au «Pays des vallées ». Le château de Freyr se refait une beauté au bord de la Meuse. Également classé au patrimoine majeur de Wallonie. . Namur/Dinant Belgique 🇧🇪 . . . #belphenomenal #ig_belgium #travel_belgium #houses_phototrip #alluring_villages #divine_villages #travel_drops #kings_villages #ig_europa #mybestcityshots #travellingthroughtheworld #living_europe #divine_worldplaces #alluring_journey #hello_worldpics #travelworld_addiction #living_destinations #living_europeofficial #infinity_hdr #europeanarchitecture #hello_rooftops #castles_oftheworld #castellidelmondo #castlemypassion #castellinelmondo #NamurMaBelle #mtnamurdinant #dinanttourisme #lavieestbelge

A post shared by Cécile🇫🇷 (@cecile_ici_et_la) on

9. LE CHÂTEAU D’ATTRE

Construit en 1752, le château d’Attre séduit avec ses façades en grès local, pierre calcaire et briques enduites, typiques du néoclassicisme. Son parc, classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie, abrite une grotte artificielle de goût pré-romantique nommée « le Rocher ».

  • Ouvert les samedis, dimanches et jours fériés de 13h à 18h en juillet et août. Ouvert les dimanches et jours fériés de 14h à 18h d’avril à octobre.
  • Prix pour le parc et le château: 7,50 euros/adulte, 6,50 euros/étudiant et senior, 5 euros/enfant de 6 à 12 ans.
  • Prix pour le parc: 4,50 euros/adulte et 3,50 euros/enfant de 6 à 12 ans.
  • Avenue du Château, 8 – 7941 Attre.
  • Site web.

10. LE CHÂTEAU DE MODAVE

C’est dans le Condroz que se trouve le château de Modave, classé au Patrimoine Majeur de Wallonie. La forteresse fut détruite au milieu du 17ème siècle et entièrement restaurée. Seul son donjon date du Moyen Âge. La visite se fait avec un audioguide, compris dans le prix de la visite. Les jardins sont quant à eux en accès libre, mais vous pouvez télécharger sur le site web des commentaires audio pour réaliser une balade guidée.

  • Ouvert tous les jours de 10h à 18h, du 1er avril au 15 novembre. Fermé le lundi (sauf jour férié, ou en juillet et août).
  • Prix: 9 euros/adulte, 7 euros/senior, 4 euros/étudiant. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.
  • Accès gratuit aux jardins. Commentaires de la promenade disponibles ici.
  • Rue du Parc, 4 – 4577 Modave.
  • Site web.

 

Et de tous ces beaux châteaux, l’Adrienne n’en a vu qu’un seul, c’est celui de Beloeil 🙂

R comme retour au musée

 

 

Deux jours à Ostende, c’est aussi l’occasion de remettre timidement les pieds dans une expo, comme celle organisée régulièrement à la maison Spilliaert.

L’occasion de voir chaque fois d’autres œuvres, dont la plupart proviennent de collections privées, offrant ainsi une occasion unique de les admirer. Comme celle-ci, des Baigneuses dans le parc, une aquarelle de 1920. Aux couleurs et au sujet infiniment plus frivoles que ce qu’on a l’habitude de voir chez l’ami Léon 😉

L’expo en cours devait normalement ouvrir le 15 mars dernier, pile au moment où toute la vie sociale et culturelle a pris fin pour trois mois, et se terminer le 7 juin, pile au moment où les activités reprennent tout doucement.

Elle a heureusement pu être reportée et l’Adrienne était là, à l’ouverture de la porte, à onze heures du matin… avec seulement deux autres personnes, masques et gel y compris 😉

***

Toute l’info sur l’expo ici et un beau catalogue avec info et quelques autres œuvres peu connues ici.

C comme c…

devoir de Lakevio du Goût_37.jpg

Connaît-on jamais vraiment la personne qu’on aime? celle qu’on décide ou qu’on accepte d’épouser?

Non, certainement pas.

Avec ou sans voile, ou masque, ou quoi que ce soit.

Ce tableau en ce moment ne me fait pas penser à notre ‘crise’, comme le suggère Monsieur Le Goût, mais à un passage de La Mare au Diable, où George Sand raconte en détail la noce paysanne traditionnelle de Germain et de la petite Marie: pour pouvoir danser avec sa fraîche épousée, Germain doit être capable de la reconnaître alors qu’elle est entièrement cachée sous un drap, avec trois autres jeunes filles de la même taille qu’elle:

« Germain, se voyant en présence de ces fantômes enveloppés sous le même suaire, craignait fort de se tromper ; et, de fait, cela était arrivé à bien d’autres car les précautions étaient toujours prises avec un soin consciencieux. Le cœur lui battait. La petite Marie essayait bien de respirer fort et d’agiter un peu le drap, mais ses malignes rivales en faisaient autant, poussaient le drap avec leurs doigts, et il y avait autant de signes mystérieux que de jeunes filles sous le voile. Les cornettes carrées maintenaient ce voile si également qu’il était impossible de voir la forme d’un front dessiné par ses plis.

Germain, après dix minutes d’hésitation, ferma les yeux, recommanda son âme à Dieu, et tendit la baguette au hasard. Il toucha le front de la petite Marie, qui jeta le drap loin d’elle en criant victoire. Il eut alors la permission de l’embrasser, et, l’enlevant dans ses bras robustes, il la porta au milieu de la chambre, et ouvrit avec elle le bal, qui dura jusqu’à deux heures du matin. »

***

Ecrit pour le 37e devoir de Lakevio du Goût, que je remercie: Bien que nous soyons le 1er mai, jour chômé par excellence, je vous propose ce devoir pour lundi. Magritte avait eu vent du « Covid-19 » j’en suis sûr. Les amants qu’il a peints en sont la preuve. Quelle sensation peut laisser un baiser quand on respecte les « gestes barrière » ? Imaginez donc la chose. Tentez-la. Puis supputez ou racontez l’effet du coronavirus sur ce baiser. Surtout un baiser « protégé » de cette façon… À lundi…