N comme n’en jetez plus

N’en jetez plus, la cour est pleine, disait le père de l’Adrienne chaque fois qu’il y avait le moindre compliment dans l’air.
Qu’aurait-il dit, pense l’Adrienne en nettoyant sa boite à SPAM, comme chaque jour à la façon du petit Prince débarrassant sa planète des envahissantes pousses de baobabs, qu’aurait-il dit en lisant ce commentaire signé Ignited Labs G Force Review:

My wife and i felt so thankful Chris could conclude his preliminary research while using the ideas he acquired from your very own web page. It is now and again perplexing just to always be giving for free guidelines which usually some other people may have been making money from.
And we also recognize we now have the writer to give thanks too for that.
The main explanations you have made, the simple blog menu, the relationships your site make it easier to Promote – it is mostly extraordinary, and it’s really leading our son in addition to the family reckon that the situation is thrilling, which is very serious. Thanks for all the pieces!

Heureusement, l’Adrienne a lu la Fontaine et sait que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute 🙂

Mais que ne vont pas inventer, de nos jours, les démarcheurs pour casinos en ligne ou les vendeurs de pilules pour la soif… de virilité!

M comme mills

Ce qu’on remarque surtout dans le paysage urbain, ce sont ces massives anciennes usines, installées le long du canal qui va de Leeds à Liverpool, de grands bâtiments aujourd’hui recyclés en habitations, pour la plupart.

Il reste peu de cheminées. Il y en a une, bien conservée, de forme octogonale.

Ces usines, mills en anglais, datent du 19e siècle, quand la révolution industrielle a fait passer la région – exactement comme ma ville – de la filature ou du tissage à domicile, artisanal, aux filatures, teintureries et tissages à grande échelle.

DSCI7459

photo prise le long du canal, le vendredi 12 juillet, par 20°C sans pluie.

– S’il ne pleut pas pendant 3 jours, dit le marié, il faudra arroser le jardin.
– Ah bon? fait l’Adrienne, incrédule. Vraiment?
– Ah oui! sinon ça ne pousse pas.

L’Adrienne regarde autour d’elle: une petite pelouse bien verte et bien drue, quelques arbustes, quelques fleurs, une terre humide… qui ont dû se passer toute une semaine des soins de leurs propriétaires et de l’eau du ciel. Car – étonnamment, peut-être – il n’a pas plu ces derniers jours.

– Et arroser quoi, exactement? demande-t-elle.
– Tout!
– Tout?
– Oui, tout.

Ils sont vraiment daft, ces Anglais.

L comme Lola Lafon

« Vous écrivez les jeunes  filles qui disparaissent. Vous écrivez ces absentes qui prennent le large et l’embrassent sans en trier le contenu, élusives, leur esprit fermé aux adultes. Vous interrogez notre désir brutal de les ramener à notre raison. Vous écrivez la rage de celles qui, le soir, depuis leur chambre d’enfant, rêvent aux échappées victorieuses, elles monteront à bord d’autocars brinquebalants, de trains et de voitures d’inconnus, elles fuiront la route pour la rocaille. »

Lola Lafon, Mercy, Mary, Patty, Actes Sud, 2017, p.7 (incipit)

Mery, Mary et Patty (Patricia Hearst) sont trois jeunes filles enlevées à des époques très différentes mais qui ont fait le même choix: rester avec leurs ravisseurs, dont elles épousent la cause.

Mais que ce soit une tribu indienne au 17e siècle ou un groupuscule marxiste au 20e, la société n’accepte pas ce choix. « Que menacent-elles, ces converties, pour qu’on leur envoie polices, armées, prêtres et psychiatres, quelle contagion craint-on ? » écrit Lola Lafon sur le site de son éditeur, Actes Sud.

Une narratrice dont on ne découvre l’identité que vers la moitié du roman s’adresse d’un ‘vous’ parfois assez agressif à un personnage (Gene Neveva) et raconte ces quelques mois des années 1974-75: l’enlèvement de Patty Hearst, ses messages, la préparation de son procès, la photo ci-dessus, quand Patty Hearst a changé de camp et décidé de s’appeler Tania:

« Y a-t-il quelqu’un derrière cette image? Quelqu’un à qui Tania adresse ce demi-sourire figé. Quelqu’un qui lui aurait enseigné cette posture de flingueuse, jambes écartées, sur le qui-vive, prête. Quelqu’un qui a positionné ses doigts, un par un, ça s’apprend, tout s’apprend, main droite sur la crosse, un doigt sur la détente, la main gauche ramassée au-devant du chargeur. »

Lola Lafon, Mercy, Mary, Patty, Actes Sud, 2017, p.123

Tout en ayant l’air de parler de choses relativement anciennes, ce livre est brûlant d’actualité, aussi bien quand il s’agit de suivre ou pas les chemins tout tracés que quand il s’agit des Etats-Unis, de la presse, de la logique de guerre et autres joyeusetés.

Passionnant par son contenu et par les questionnements qu’il suggère!

Critique de Télérama ici et info chez l’éditeur ici.

 

K comme Krieg

DSCI7447 (2)

Il y a de tout, au musée de Whitby, des fossiles et des squelettes d’animaux préhistoriques, des jouets anciens, des maquettes de bateaux, des souvenirs de James Cook, enfant du pays, et de ses voyages d’exploration en Nouvelle-Zélande et dans le Pacifique, des animaux empaillés, des collections diverses (coquillages, monnaies, maisons de poupées, lunettes, tout ce qu’on peut imaginer).

Et puis il y a cette maquette illustrant le premier avion allemand abattu par la RAF: il s’est écrasé juste à côté d’une ferme, à Whitby.

Deux choses attirent l’attention sur la plaquette explicative: d’abord la date, le 3 février 1940 – l’Adrienne croyait naïvement que pour cette partie de l’Europe, la guerre avait commencé le 10 mai par l’invasion de la Belgique, des Pays-Bas et de la France – ensuite le nom du (futur) héros de la RAF, Peter Townsend, alors âgé de 25 ans.

La maquette représente l’avion écrasé à côté de la ferme, une clôture et un arbre endommagés, le tout sous une légère neige poudreuse.

Ici, the real thing 🙂

J comme j’y crois pas!

DSCI7418

On peut faire confiance à Luke quand il note que la température de l’air est à 13°C et celle de l’eau à 12.

Pourtant la première chose qu’on voit en descendant vers la plage, ce sont des enfants en maillot de bain, des vieilles dames qui se promènent en bikini dans l’eau jusqu’à la taille, des baigneurs de tout âge.

Puis on entend arriver un tracteur, on demande à l’amie à quoi il sert, quelle sorte de travail il doit effectuer.

– Travail? rit-elle. Pas du tout! C’est ‘just for fun’. « They are playing »

Et quand le tracteur est tout près on remarque qu’au volant se trouve le marié, et assis près de lui, le cousin Tom.

Alors on décide de ne plus poser de questions 😉

 

 

I comme incroyable

DSCI7374

Quand la maman du marié a proposé de faire le gâteau pour la noce, l’amie a dit oui, bien sûr. Elles se sont mises d’accord pour des génoises fourrées de lemon curd, sous un glaçage blanc garni de fleurettes en sucre, des jaunes pâles et des blanches, assorties au décor floral prévu pour la salle.

Quand  elle les apporte le vendredi, veille du mariage, elle est bien contente:

– Quel soulagement! dit-elle. Ils n’ont pas souffert du voyage!

C’est là que vous, lecteurs, pensez comme l’Adrienne: ville ou village d’à côté, trajet en voiture plus ou moins long… et vous vous trompez.

Ces génoises ont pris l’avion.

Toutes les quatre. 

Voyagé dans les valises, bien calées entre les slips, les chemises, les chaussettes.

Parce que les parents du marié vivent dans les Pyrénées Atlantiques et que c’est là, en début de semaine, que  la maman a préféré cuire ses gâteaux.

Daft? Vous avez dit daft?

🙂

 

H comme Hond

DSCI7363 (2)

Le voilà, l’animal dont il faut prendre soin pendant que ses maîtres sont en voyage de noces.

Il est grand et bien élevé. Il aime poser pour les photos.

Il s’appelle Ted.

– C’est grâce à moi qu’ils ont leur chien, m’a confié un homme à la fête, en guise de préambule et présentations.

Il semblait considérer que ça lui valait ses lettres de noblesse.

Ou que ça justifiait sa présence en ce lieu puisque le chien était là avant que le couple n’existe 🙂