Z comme zeevonk

Images de Bredene

Ce mois-ci l’Adrienne a encore appris un nouveau mot, zeevonk en néerlandais, et apparemment en français surtout connu sous son nom latin, noctiluca scintillans.

Des photos et des vidéos de merveilleuses vaguelettes d’un bleu fluorescent ont fait le tour de nos réseaux sociaux et journaux, après qu’elles avaient été observées sur la plage de Bredene, près d’Ostende

ib11-zeevonk01-1.jpg

Un phénomène relativement neuf dans notre mer du Nord, une autre conséquence – et une preuve, s’il en fallait encore – du réchauffement climatique.

Toute l’info en français ici, avec des explications sur le phénomène et d’autres photos – source des photos et article en néerlandais ici.

Y comme y a qu’à

DSCI8249 (2)

Comment peut-on avoir « le cœur à marée basse » quand le printemps est si lumineux? Pas de brouillards matinaux, un petit vent bien vif, la légère oscillation des branches encore nues? Des nuits étoilées avec un mince croissant de lune?

Comment peut-on se plaindre, quand les tulipes offrent leurs variations de rouge, de rose et de jaune? Qu’il y a le calme plat dans les rues, pas de va-et-vient de poids lourds, pas de bruit des travaux?

Comment peut-on stresser, quand il n’y a pas d’horaire à respecter? que c’est tous les jours dimanche?

Tu as des envies de plage, de haute mer, du remous des vagues?
Alors il n’y a qu’à regarder tes photos!
Tu en profiteras sans avoir de grains de sable entre les orteils 🙂

***

écrit pour les Plumes d’Emilie – merci Emilie! – avec les mots imposés suivants:
HORAIRE – VARIATION – REMOUS – HAUTE – LUNE – OSCILLATION – VA-ET-VIENT – VENT – MASCARET – PLAGE – BROUILLARD – GRAIN – SYZYGIE – BASSE

V comme vive le vent!

Kursaal 2018 (c) VRT

Puisque le Kursaal d’Ostende ouvre ses portes aux visiteurs du lundi 24 au jeudi 27 février, l’Adrienne y a emmené sa mère hier, pour visiter les lieux et y voir ou revoir les fresques de Delvaux et les autres œuvres d’art à l’intérieur du bâtiment.

Ce n’est pas la ‘zacht briesje‘ qui les en a empêchées 😉

Puis, quand elles étaient à mi-chemin du parcours de visite, sa mère se tourne vers elle et lui demande:

– Qu’est-ce qu’on est venues faire ici, au juste?

***

source de l’illustration et info sur le Kursaal ici.

la météo du jour à la côte belge ici.

I comme intense

DSCI8252 (2)

Personne, jamais, n’a réussi à raconter quelque chose à belle-maman qu’elle n’ait vécu elle-même, en plus fort, en plus intense, en plus grandiose. Avec une spécialité pour les cataclysmes, qu’ils soient causés par les humains – comme la guerre et le bombardement de sa ville – ou par les éléments – avec comme points forts le raz-de-marée en 1953 ou le froid si intense que la mer était gelée, l’hiver de 1962-63: elle avait tout vu, tout vécu, rien ne lui en imposait et Ostende sortait toujours gagnante.

La meilleure façon de vous ridiculiser, c’était de lui dire que là où vous étiez, il y avait beaucoup de vent.

– Du vent? s’écriait-elle, mais vous ne savez pas ce que c’est, vous, à l’intérieur du pays!

C’était un point d’honneur d’appeler « een zacht briesje« , ‘une douce petite brise’, tout ce qui ne dépassait pas les 7 Beaufort. Au moins.

– Le vent fort, disait-elle, on en reparlera quand avec ton vélo, tu feras du surplace.

Alors en voyant les gens marcher contre le vent, penchés à angle aigu, l’Adrienne ne pouvait que penser à belle-maman et se demander comment elle aurait qualifié cette « zacht briesje » qui a fait s’écraser des arbres et des pylônes, s’envoler des toits, des panneaux et du mobilier de jardin, même « à l’intérieur du pays ».

Mais le pire de tout, pour sa fierté d’Ostendaise, aurait sans doute été que le record de vitesse du vent a été enregistré à Blankenberge 😉

***

photo prise à Ostende ce samedi, avant la tempête: on voit que le sable et la mer commencent à s’agiter 🙂

G comme Goût-des-autres

devoir de Lakevio du Goût_19.jpg

Un à un, les voiliers rentraient au port avant que la lune soit tout à fait cachée. L’un d’eux semblait en mauvaise posture, coincé entre les rochers.

Assis face à la fenêtre, entre son fils et sa bru, devant la soupe du soir, le vieux Dietrich avait l’air soucieux:

– Va falloir tirer nos barques au sec. Tu vois ces voiles plates? C’est le calme avant la tempête.

Alors les deux hommes sont sortis dans la nuit.

– Finis au moins ton assiette! criait la mère.

Mais ils ne l’entendaient déjà plus.

***

19e devoir de Lakevio du Goût, que je remercie: Sur cette plage étrange, je pressens des évènements surprenants se déroulant sous la lumière de la Lune. (Et ne dites rien, le TLF dit que l’on peut mettre un accent grave à « évènement » comme le laisse entendre la prononciation). Dites-nous ce que vous inspire cette inquiétante lumière traversant avec difficulté ces nuages tempétueux. 

M comme Monsieur Météo

DSCI7639

Le week-end dernier, Belle-Maman d’Ostende aurait encore eu raison: il a fait un temps magnifique à la côte belge (1), alors que les météorologies nationale et webinesques ne parlaient que de pluie pour tout le pays.

– Les nuages de pluie, disait belle-maman, le vent de la mer les souffle jusqu’à Bruges. C’est là-bas qu’il pleut. Pas à Ostende. (2)

***

(1) comme le montre cette photo prise dimanche dans le kiosque à musique, dans le parc Léopold.

(2) où on aime tant les Brugeois qu’on dit « zie je van Brugge? zet je vanachter » (tu es de Bruges? va t’asseoir dans le fond)armand pien 1

Nous qui étions de « l’intérieur du pays » (3), nous avions plutôt l’impression contraire. Nous soupçonnions Armand Pien (4) d’avoir des accointances avec le secteur Horeca côtier chaque fois qu’il annonçait qu’il ferait beau à la mer.

Luigeniere! (Menteur!) criait mon grand-père, que ça n’empêchait pas d’écouter chaque jour fidèlement le bulletin météo d’Armand Pien et d’exiger un silence religieux pour ne pas en perdre une miette. 

***

(3) pour Belle-Maman, il y avait deux sortes de gens: ceux de la côte (van de kust) et ceux de l’intérieur du pays (van het binnenland), qui ne savent pas ce que c’est du poisson frais ni ce que c’est du vent.

(4) notre Monsieur Météo de la télévision flamande de 1953 à 1990, voir la photo ci-dessus en noir et blanc. Célèbre en Flandre pour y avoir introduit le mot ‘straalstroom‘, (jet-stream en bon franglais) et pour ses bulletins météo toujours présentés avec humour et pédagogie.

armand pien 2

I comme illusion

DSCI7612

S’il est de plus en plus admis que le niveau de la mer du Nord montera d’au moins 60 centimètres encore pendant ce siècle-ci, et si l’on sait que plusieurs de nos communes côtières ont déjà subi ce sort par le passé – disparaître en mer, comme Ostende à la fin du 14e siècle ou Wenduine en 1571 – comment peut-on alors espérer se prémunir contre ce qui va arriver?

Voilà ce que l’Adrienne se demandait à l’issue de la conférence donnée par Dries Tys, archéologue de la VUB.

***

photo prise à Ostende dimanche matin, à l’heure où le sable est encore à l’ombre de la rangée d’appartements…