M comme Magritte

DSCI7128 (2)

Chère petite Georgette, écrit René Magritte à sa fiancée en mars 1922, aujourd’hui nous avons essayé nos masques dans une chambre remplie de gaz, très amusant!

Cette carte postale envoyée par la poste militaire m’a beaucoup émue, et aussi fait sourire. Elle ressemble à celles qu’envoyait mon grand-père paternel à sa petite Yvonne à la même époque, sauf qu’il la remplissait de son écriture fine, de milliers de baisers, et qu’il n’y avait plus de place pour un dessin 😉

René Magritte et Georgette Berger se sont mariés quelques mois plus tard, le 28 juin.

Après s’être perdus de vue pendant de nombreuses années, à cause de la guerre de 14-18, ils se retrouvent par hasard au printemps de 1920, à Bruxelles, au Jardin Botanique, et ne se quitteront plus 🙂

Photo prise à la Brafa le 2 février.
Je n’ai pas pensé à demander le prix de cette carte postale 😉

Publicités

R comme résolution

lakévio124

On comprendra que Sofie, qui revient au travail en ce début de janvier après un long congé de maternité et d’allaitement, a pris un tas de bonnes résolutions à titre privé et professionnel.

Comme elle est persuadée que c’est la même chose pour ses élèves – vu ses deux bébés, elle n’a sans doute pas eu le temps de lire la presse ‘spécialisée’, où il est clairement expliqué comment et pourquoi nous prenons mais n’arrivons pas à tenir nos bonnes résolutions – bref vu son nouvel élan et la nouvelle année, elle attend des élèves qu’ils lui fassent part des leurs.

Sujet de son premier devoir: Mes bonnes résolutions pour 2019.

– Toi, dit Madame, dubitative, à K, son latiniste préféré, en voyant chez lui cette consigne, toi tu en as pris, des bonnes résolutions?

Il secoue la tête négativement:

– Je n’en prends jamais.

– Alors qu’est-ce que tu vas faire? Répondre honnêtement que tu n’en prends pas et expliquer pourquoi?

Il fait encore non de la tête.

– Horreur! dit Madame, tu vas t’en INVENTER?

Sourires de K et du copain qui a entendu la conversation. Lui aussi s’en inventera.

– Ne me fais jamais ce coup-là! rigole Madame.

C’est ainsi que le soir même, K a tapoté un merveilleux devoir dans lequel il explique qu’au lieu donc de se laisser aller au désespoir, il a pris le parti de mélancolie active pour autant qu’il ait la puissance d’activité, ou en d’autres termes qu’il a préféré la mélancolie qui espère et qui aspire et qui cherche à celle qui, morne et stagnante, désespère.

Et il est fier de lui 🙂

***

Tableau et consignes chez Lakévio, que je remercie, et qui propose le devoir d’étoffe, intégrer cet Extrait d’une lettre de Vincent Van Gogh. (Lettres à son frère Théo de Vincent Van Gogh)

« Au lieu donc de me laisser aller au désespoir, j’ai pris le parti de mélancolie active pour autant que j’avais la puissance d’activité, ou en d’autres termes j’ai préféré la mélancolie qui espère et qui aspire et qui cherche à celle qui, morne et stagnante, désespère. »

22 rencontres (13 bis)

d2128-4073319178-3

Il a tourné le coin de la rue et a marché vers Madame. Il avait ce même sourire qu’autrefois, la même coupe de cheveux qu’à ses 16 ans, courtes bouclettes blondes, allure sportive, bien dans ses baskets.

Il tenait à la main une jeune fille aux longs cheveux bruns. Une de celles dont Madame a eu en classe le père, une tante, un oncle et qu’elle a en classe cette année.

Ils avaient l’air si heureux, tous les deux.

C’est là que Madame s’est réveillée, d’un seul coup, le cœur battant. Et qu’elle a tout de suite décidé de prendre sa plus jolie plume:

Chère Madame B

Cette nuit j’ai rêvé de François…

Je l’ai vu, parfaitement vu dans mon rêve, à l’âge qu’il avait quand il est devenu mon élève. 

Peut-être que ce rêve est dû à l’approche du 18 septembre.
Peut-être est-ce parce qu’au bout de seulement deux semaines de classe, j’ai déjà parlé de lui à deux élèves.
Peut-être est-ce parce que l’agencement du local 215 est de nouveau comme « en son temps ».

Quoi qu’il en soit, il est dans ma tête et dans mon cœur pour toujours, comme vous tous.

Je vous embrasse et j’espère que vous allez bien.

François, 19 ans depuis douze ans…

L comme lettre 6

2017-02-04 eetfestijn (3).JPG

Mademoiselle S 

Votre réputation vous précédait: nous avions peur de vous des mois à l’avance. On nous disait que vous étiez sévère, exigeante, difficile. 

Et c’était vrai. Non seulement pour les dictées, les analyses de la phrase, les problèmes de robinets qui coulent dans des baignoires qui se vident, de trains qui se croisent, de prix de revient et de bénéfices réalisés sur la vente de pommes de terre. 

Justement, dans la classe il y avait deux filles d’agriculteurs. L’une n’avait plus de maman et était élevée par sa grand-mère. L’autre avait une très nombreuse fratrie et un frère aîné prénommé Emile qui était le véritable chef de la famille: c’est lui qui décidait que la petite sœur n’avait pas le temps de faire ses devoirs. Elle devait aider à trier les pommes de terre. A rentrer le foin. A soigner les vaches. A nourrir les cochons. Il y avait toujours des choses plus urgentes que les leçons. 

Mais ce n’était pas de sa faute: ce n’est pas cette pauvre petite qu’il fallait sermonner, elle était la première victime. 

Et cette autre petite malheureuse sans maman, qu’y pouvait-elle si elle avait les ongles noirs et si ses vêtements usés sentaient la ferme? 

Je vous ai détestée pour ces choses-là: c’étaient des injustices flagrantes. 

*** 

écrit pour le Marathon d’écriture 2018

Dernier devoir de Lakévio

lakévio109

Cher Albert

(je mets cher Albert… il ne m’est pas cher… certainement pas maintenant que je sais… bref…)

Je viens d’arriver à la villa. Tu sais, je pense, dans quel état elle est, vu que tu viens de la quitter. Mais ne t’inquiète pas, j’ai l’habitude. C’est pareil chaque année, je ne suis pas surprise. Ce n’est pas de ça que je veux te parler.

(détails, détails, je ne devrais même pas le signaler, c’est tellement banal et j’ai l’air de me plaindre…)

C’est en faisant le ménage que ça m’est venu entre les mains. Un paquet de lettres, de vieilles paperasses, que j’ai d’ailleurs failli jeter. Tu l’as échappé belle 😉

(là, je n’en dis pas plus, ça m’amuse de le laisser deviner et se casser la tête…)

J’ai vu maître Levasseur, celui qui traitait les affaires de papa. Il a fait au mieux – et particulièrement vite, avant de partir lui-même en vacances aux Seychelles – ce qu’il fallait faire et que tu verras dès septembre, quand il sera rentré.

D’ici là, ne t’inquiète pas.

(tu verras bien assez vite, passe quatre semaines tranquillement, si tu le peux…)

Je t’embrasse, ainsi que Marie et les enfants

Ariane

***

Tableau et consignes chez Lakévio: consigne 1 : Une lettre en moins… Sans les O ! 

Consigne 2 : Vous écrivez une lettre à votre frère dès votre arrivée en villégiature dans la villa héritée de vos parents. Villa que vous partagez avec lui chaque été, lui en juillet, vous en août…

L comme lettre 4

2017-02-04 eetfestijn (5).JPG

Très chère sœur P. 

Quand j’ai appris que vous étiez en dépression et que vous disiez ne plus rien attendre que la mort, j’ai absolument voulu vous rendre visite. Je ne sais pas si j’ai bien fait. Je ne sais pas si ça vous a remonté le moral. Mais il fallait absolument que je vous dise tout le bien que je pensais de vous depuis de si nombreuses années. 

Vous étiez une institutrice hors pair. Une pédagogue née. Vous aviez l’enthousiasme, la conviction, l’amour. Vous incarniez vos valeurs, alors nous voulions les faire nôtres. Moi, en tout cas, j’y aspirais. 

Cette année-là, nous avons accueilli en classe les premiers enfants « immigrés ». Vous nous avez annoncé la venue d’une petite Italienne. Pour vous y préparer, vous aviez acquis un dictionnaire traducteur. Qui était toujours posé bien en évidence sur le coin de votre bureau mais que vous n’avez jamais ouvert. Simplement, il était là. 

Dès l’arrivée de la petite, vous avez fait en sorte que nous comprenions bien toutes, que ne pas connaître notre langue n’était pas synonyme de bêtise: vous l’avez invitée au tableau pour qu’elle nous y démontre ses prouesses en calcul. Vous nous avez appris à chanter Fra Martino, le Frère Jacques italien, que vous nous faisiez chanter à peu près tous les jours, peut-être à chaque fois que vous voyiez passer une ombre sur la petite figure d’Antonia, qui sait? 

Vous avez réussi à la faire passer dans la classe supérieure avec nous toutes, bel exploit que la collègue qui avait la sœur d’Antonia sous son aile n’a pas pu réaliser. 

Je vous aime et je vous admire. 

*** 

écrit pour le Marathon d’écriture 2018 

Fra Martino, campanaro,
Dormi tu? Dormi tu?
Suona le campane!
Suona le campane!
Din don dan, din don dan. 

U comme Uzanne

lali578

« Il est sage de brûler les lettres d’amour, mais il est doux de les conserver, de les classer, de les reprendre et de les relire souvent dans la niche de soie parfumée où l’on s’est plu à les encercueiller. La sensation qu’elles nous donnent à leur arrivée ne saurait être perpétuée ; toutefois, il est bon de songer à la curiosité rétrospective qu’il nous viendra avec les frimas de la vie, et nous nous décidons tous plutôt malaisément et à contre-cœur à anéantir les chères expressions vivantes qui souvent survivent aux ardents sentiments qui les ont dictées. »

Octave Uzanne, La Correspondance d’amour : ses subtilités et ses maléfices, texte complet ici et photo chez Lali ici.

L’Adrienne a donc trouvé une raison de plus de ne pas brûler les siennes: en vue des frimas de sa vie 😉

Peut-être même faudrait-il leur trouver une « niche de soie parfumée », au lieu du vulgaire sac plastique dans lequel elles ont été déménagées 😉

Merci Octave!