R comme railleries

Enquête sur l’Académie française / Revue Europe - Idées - France Culture

Railler l’Académie française est un sport auquel la France s’adonne depuis la création de cette immortelle institution et si vous voulez en lire un bel exemple, cliquez donc sur celui-ci, publié dans l’Express en 2012.

En littérature aussi on en trouve de nombreux exemples – rappelez-vous ce passage de Cyrano de Bergerac – et cela donne toujours une une petite note humoristique.

Comme dans Le Testament français d’Andreï Makine, à la page 49, quand il évoque la visite à Paris du Tsar Nicolas II et de son épouse Alexandra:

Et même entre les murs de l’Académie française où l’odeur des vieux meubles et des gros volumes poussiéreux nous étouffa, ce « je ne sais quoi » lui [à Alexandra] permit de rester femme. Oui, elle l’était même au milieu de ces vieillards que nous devinions grincheux, pédants et un peu sourds à cause des poils dans leurs oreilles. L’un d’eux, le directeur, se leva et, avec une mine maussade, déclara la séance ouverte. Puis il se tut comme pour rassembler ses idées qui, nous en étions sûrs, feraient vite ressentir à tous les auditeurs la dureté de leurs sièges en bois.

Ça, c’était en 1995.

En 2016, Andreï Makine a été élu au fauteuil numéro 5 dont on veut bien croire qu’il est confortablement capitonné 🙂

Mais ce qui a le plus fait rire l’Adrienne, c’est sur cette même page la description de son épée d’académicien.

***

Source de l’illustration ici.

J comme Jeannot

9e489-1727241520

– Vous comprenez, dit-elle, c’est à cause de mon lapin!

Son animal de compagnie est un lapin nain. En principe, il vit dans sa cage. Mais elle l’a habitué à l’en sortir. Alors maintenant il l’exige.

– Vous comprenez, dit-elle, si je ne lui ouvre pas, il me fait une vie!

Donc elle met une alèse sur son fauteuil et le lapin regarde la télé avec elle. Ou bouquine. Ou fait la sieste.

Et fait ses crottes sur l’alèse.

A ses voisines, à ses copines, régulièrement elle offre des carottes.
De belles jeunes carottes bien fraîches.

– Vous comprenez, dit-elle, il ne veut manger que ça, des fanes de carottes.
Mais moi parfois j’en ai marre de manger des carottes!

***

l’illustration a servi à un devoir de Lakévio 🙂

R comme rire

On ne le croirait pas en regardant les adaptations pour le cinéma ou la télévision, mais il y a de l’humour chez Simenon et ses Maigret.

Par exemple, dans Maigret au Picratt’s (1951) qu’on peut voir dans la vidéo ci-dessus – qui diffère trop de l’original, soit dit en passant – on peut lire ceci: 

C’était une de ces journées mornes par lesquelles on se demande ce qu’on est venu faire sur la terre et pourquoi on se donne tant de mal pour y rester.

Georges Simenon, Maigret au Picratt’s, in Tout Simenon volume 5, Presses de la Cité 1988, p. 240

Elle commençait à trouver que la police n’est pas aussi curieuse qu’on le prétend, car Maigret ne l’aidait pas du tout, ne la poussait pas à parler, l’écoutait avec l’indifférence d’un vieux confesseur assoupi derrière son grillage.

Georges Simenon, Maigret au Picratt’s, in Tout Simenon volume 5, Presses de la Cité 1988, p. 299

K comme krapoverie

Jacques et Hubert Froidevaux, et leur ami Miguel Morales, ont inventé un humour suisse, dont les cibles sont l’armée, le Cervin et les nains de jardin. Rencontre avec Plonk et Replonk à La Chaux-de-Fonds. Plonk Et Replonk, Costume Traditionnel, Girafes, Insolite, Belles Images, Humour, Photographie, Rien, Trucs

– Tu as déjà une idée de ce que tu veux faire quand tu seras grande? demande Madame – jamais en panne de questions idiotes – à Hourya, 7 ans.

– Je ne suis pas encore sûre, fait Hourya avec le plus grand sérieux, mais je pense maîtresse d’école.

– Ah! fait Madame. Et tu t’entraînes avec ta petite sœur?

Regard de commisération chez Hourya:

– Non, fait-elle en haussant les épaules. Avec mes poupées!

***

inspiration : consigne 1920-32 chez Joe Krapov –  source de l’illustration ici la peigneuse de girafe – merci à Joe Krapov pour toutes ces krapoveries 🙂

B comme bonne blague

HOSTIE

C’est jeudi matin, après un moment de stupeur et d’incrédulité, que l’Adrienne a eu son grand, grand premier fou rire de la journée en lisant ce titre de journal: En Flandre occidentale, à la messe, il faudra ‘attraper’ son hostie si on veut communier.

Attraper l’hostie?
Va-t-on la lancer de loin?
La catapulter?
C’est quoi cette blague?

Et bien non, ce n’est pas une blague, même si elle fait bien rire: « bij de communie zullen kerkgangers hun hostie moeten ‘vangen’ » Lors de la communion il faudra attraper l’hostie.

Plus loin dans l’article on explique que le prêtre ne pourra pas déposer l’hostie dans la main du communiant, il devra « la laisser tomber respectueusement »

« Die moeten eerbiedig vallen in de handen van de kerkganger. »

***

je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, une semaine plus tard, j’en ris encore 🙂

***

source de l’image ici où on répond à la question que faire si l’hostie tombe à terre.

A comme Auroy

dicorona

Si vous avez un compte twitter, vous pouvez aller voir ce qu’y fait Olivier Auroy et recevoir chaque jour votre tranche de rigolade sous forme de mots-valises inspirés par des phénomènes actuels, comme le mot ‘fouting’ fabriqué avec ‘je m’en f…’ et ‘footing’. Faire son fouting, c’est ce que fait le joggeur qui se fiche pas mal des interdits.

Extrait d’un article de l’ADN:

La situation est inédite, et les mots nous manquent parfois pour décrire les phénomènes nouveaux que nous vivons. Alors Olivier Auroy les invente, avec humour.

Coronavirer, fouting, calameeting… ces mots ne nous disent rien et pourtant, ils décrivent des situations que nous connaissons bien. Le verbe « coronavirer » désigne le fait d’imposer le chômage partiel – une situation qui concerne désormais 8,7 millions de Français. Le « fouting » est pratiqué par les sportifs qui se moquent des règles. Et le « calameeting » est ce qui arrive à ceux qui tentent une visioconférence avec une mauvaise connexion Internet.

Ces mots ne sont pas encore dans le Larousse mais proviennent du « Dicorona » d’Olivier Auroy. Fondateur de l’agence Onomaturge – littéralement « celui qui fabrique les mots » – et auteur, c’est un spécialiste de la création de mots. Et pendant le confinement, il s’en donne à cœur joie. « Quand ce virus s’est manifesté, je me suis rendu compte qu’il pointait des phénomènes, des situations qu’on n’avait jamais connues. Il fallait donc les nommer », explique Olivier Auroy au Parisien.

Sur Twitter et sur LinkedIn, il publie chaque jour ses créations assorties de leur définition. C’est drôle mais aussi très juste. Ainsi, après un mois de confinement, l’allergîte nous semble être une vraie pathologie. Petite sélection de ces nouveaux mots du confinement.

Pour ceux qui ne plaisantent pas au supermarché

Olivier Auroy@olivierauroy

définition 30.
PÉNURIXE n. f. -2020
Pugilat ayant pour objet la conquête du dernier rouleau de PQ.

Pour ceux qui ont dû annuler leurs vacances

Olivier Auroy@olivierauroy

définition 32.
PÂQUEDUC n. m. – 2020
Vacances de printemps suspendues au confinement.

Pour ceux qui n’ont pas prévu de se mettre au yoga

Olivier Auroy@olivierauroy

Le en mode sport, ou pas.
Définition 48.
IMMOBÉSITÉ n. f. – 2020
Surpoids causé par l’inactivité forcée.

Pour ceux qui sont là tous les soirs à 20h

Olivier Auroy@olivierauroy

Définition 24 du pour préparer le rituel de 20h.
MÉDICÂLINER v. tr. -2020
Applaudir le personnel soignant.

Pour ceux qui rêvent du monde d’après

Olivier Auroy@olivierauroy

Dimanche, c’est Définition 31
MUTOPIE n. f. – 2020
Illusion d’un après Covid.

***

source de l’illustration, autres exemples et interview de l’auteur ici.

Dernière fois!

Boutique Plonk & Replonk Suisse

Panneau indiquant le léger virage à effectuer vers la gauche pour porter la cuillère dans l’assiette de soupe. 

Pour cela il faut évidemment tenir la cuillère à soupe dans la main droite.

D’où l’utilité d’un policeman.

CQFD 

***

Consigne 1920-32 de Joe Krapov, que je remercie: Carnet de route avec Plonk et Replonk

Consigne empruntée à Faly Stachak (« Ecrire, un plaisir à la portée de tous » p.210-214 – Editions Eyrolles, 2004) Chacun des quarante mots énumérés ci-dessous est une proposition, évocatrice de moments généralement forts, liés à votre enfance. C’est votre carnet de route, là où vous notez votre découverte du monde. Ecrivez un ou plusieurs textes, le thème choisi servant de titre, et, si possible, illustrez chacun d’eux avec une image-collage de Plonk et Replonk. Ou prenez la consigne à l’envers : choisissez une carte de Plonk et Replonk et essayez de la tirer (histoire ou description) vers le thème proposé par Faly Stachak https://www.google.com/search?q=plonk+et+replonk&rlz=1C1AVSA_enFR440FR440&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjO2sKWndLpAhVMyxoKHTHNCXAQ_AUoAXoECBMQAw&cshid=1590520254261851&biw=1280&bih=543#imgrc=wYx3pXj0NHn7pM
La soupe – Dans le noir – Le retard – La maison vide – Le monstre – Nu·e – Du sang – Les gros mots – Mon frère (ou ma sœur) – L’ennui – La cachette – La triche – La cour de récréation – Le voisin (ou la voisine) – La honte – Ma poupée – L’école – Insectes – La punition – Ma maîtresse (mon maître) – Mon prof – Les hauts talons – Le revolver – Dieu – Le loup – La mer – Mon animal – Injustice – Jeux interdits – Un cadeau – La combine – La cave – Mon ami – Voyage – Ma collection – Odeurs – Le mensonge – La mort – L’Univers, Les étoiles – Mon héros

M comme De Moor

De toute la série « Le confinement vu par Johan De Moor« , il ne fallait pas rater cet exemplaire-ci 🙂

Pour bien le comprendre, il faut savoir qu’en Belgique les salons de coiffure n’ouvriront que le lundi 18 mai.

Ce qui fait que l’Adrienne a eu le temps de passer de la coupe courte à la coiffure au carré… et que chacun se débrouille comme il peut, y compris Tintin 🙂

A sa vitrine, la coiffeuse de l’Adrienne a placardé un texte dans lequel elle déclare qu’elle n’est pas du tout d’accord avec les décisions du gouvernement concernant les coiffeurs. Mais il est difficile d’en conclure si elle trouve les mesures trop sévères ou pas assez.

Probablement les deux à la fois 🙂

Pour voir les autres dessins de la série, c’est . Ils sont très réussis!

La source de l’image est ici.

Johan De Moor a réalisé la fresque ci-dessous qu’on peut voir à Bruxelles (Saint-Gilles, place Horta) et ici.

lombard 02