20 miracles de la nature (3 bis)

DSCI7149

Bien sûr, il y a ce petit miracle annuel des premiers chants d’oiseaux, des premières fleurs, des bulbeuses qui sortent de terre ou des bourgeons qui grossissent.

Mais dans ce qui était – il y a quatre ans – le potager de l’Adrienne, des légumes continuent de germer et de pousser sans qu’une main humaine ne s’en soit occupée.

Il a suffi de laisser monter en graines quelques oignons, plants de mâche ou de roquette, et ils reviennent fidèlement pendant les trois années suivantes. 

Ce qui n’empêche pas vos voisins de croire que vous avez un jardin « de mauvaises herbes » 😉

 

Publicités

20 miracles de la nature (19)

DSCI6854 (2)

Pour ceux qui ont suivi la saga du plant de tomates germé spontanément dans ce qui était autrefois le jardinet côté rue… Voici la chose, après un nouveau passage des gars du gaz et de l’électricité…

Comme il continue de faire beau, que cette plante semble supporter les pires avanies, en plus de la sécheresse persistante, piétinements, passage des chenilles d’une excavatrice, l’Adrienne continue de récolter des tomates cerises… et quelques figues 🙂

K comme Kill

5f27f-4085325203

Dans son jardin au gazon millimétré, aux buis parfaitement taillés, aux allées impeccablement entretenues, il a accroché un grand abri à insectes payé très cher dans sa jardinerie préférée. Il ne sera pas dit qu’il restera insensible aux cris d’alarme: les abeilles et autres insectes butineurs auront de quoi se loger.

Ce sont ces petites choses-là qui le font s’endormir satisfait de lui, chaque soir, après un dernier tour d’inspection. Aucune mauvaise herbe n’échappe à sa vigilance.

Des mois passent… le bel abri à insectes reste inoccupé.

– C’est tout de même bizarre, me dit-il, tout en pulvérisant ses bégonias.

***

texte de 100 mots pour kaléidoplumes sur le thème ‘moustique’ – la photo a été prise dans le grand jardin d’autrefois où rien n’était ni millimétré ni pulvérisé 🙂 et la carissima nipotina pouvait y avoir ses moments de zénitude totale.

20 miracles de la nature (17)

2018-06 (17)

Surprise de l’Adrienne un matin de juin en découvrant que dans le « bac à sable » (qu’est devenu son jardinet côté rue) venait de germer une graine de tomate.

Et sans recevoir une seule goutte d’eau, ni de l’Adrienne ni du ciel, pendant des semaines et des semaines de chaleur et de sécheresse tout l’été, la plantule est devenue une belle grande plante couverte de tomates cerises.

C’est jeudi dernier, quand la première d’entre elles a commencé à rougir, que les gars du gaz et de l’électricité sont passés.

Dessus. 

G comme goutte

2018-07 (2)

En ces mois de disette, on est si heureux de voir tomber trois gouttes qu’on sort vite l’appareil pour immortaliser ce moment magique.

Mais il n’en tombe pas une de plus. L’herbe, les plantes et l’Adrienne restent sur leur soif 😉

En visite jeudi dernier chez l’amie V*, on sourit en regardant les enfants patauger dans une grande piscine gonflable.

– On l’avait déjà installée et remplie en juin, dit l’amie d’un air d’excuse, c’était avant qu’il y ait des réglementations à cause du danger de pénurie…

Les enfants rient, s’ébrouent, sortent de l’eau sans même prendre la peine de se sécher.

– Elle est froide! disent-ils.

Elle est généralement entre 24 et 27°, ça dépend si on l’a recouverte pour la nuit ou pas.

– Vous ne connaissez pas votre bonheur, pense l’Adrienne.

X c’est l’inconnu

18-07-19 (9)

A Potsdam, au palais de Sans Souci, on trouve encore un peu d’herbe verte près des statues. Parce qu’elles sont longuement passées au karcher.

Plus loin, dans le jardin botanique, on voit ce pauvre arbuste victime de ce que monsieur Neveu appelle « la rigueur allemande » 🙂

18-07-19 (10)

Sur l’étiquette rouge il est marqué qu’il est interdit de l’arroser.

On se demande ce qu’il a fait de mal pour mériter cette mort lente.