U comme un jeudi

L’automne très clément permet d’organiser la table de lecture au jardin de l’association quart-monde.

Pour des raisons que nous ne nous expliquons pas, nous ne sommes plus que trois ou quatre à venir depuis que l’activité a repris, au bout de tant de mois de pandémie.

Annie est en dépression, Maxim en train de devenir une vedette de la télé ;-), Marleen prise ailleurs, etc.

Agnès propose l’histoire Kleine koning December, pour la simple raison que c’est à cette page-là que le livre s’ouvre.

ça ne fait que deux pages, dit Nadine, n’est-ce pas trop peu?

Mais nous décidons que nous en profiterons pour bavarder. Agnès a apporté des cookies aux pépites de chocolat et Nathalie une thermos de café.

Après la lecture, Agnès est déçue:

– C’est une histoire pour les petits enfants! fait-elle.

Pourtant, même s’il y a des éléments de conte, ça ne manque pas de sujets de réflexion sur la vie, son début et sa fin, et tout l’apprentissage nécessaire entre les deux.

Mais ça n’intéresse pas Agnès, qui a 78 ans et commence à se sentir physiquement moins forte qu’autrefois. Elle l’a senti le matin même, en étendant son linge, précise-t-elle 😉

– Lis le poème, ordonne-t-elle à Nadine.

Et celui-là, elle l’a bien aimé. L’Adrienne aussi.

ça me fait très fort penser à ma grand-mère, dit-elle.

Ce qui n’étonne sans doute personne autour de la table, vu qu’elle évoque sa grand-mère à peu près chaque fois 😉

Le poème, le voici, pour ceux qui comprennent le néerlandais 😉

Thuiskomst

Zo gaat het al jaren

Zij aan de tafel
met de armen gekruist
als wil ze iets wiegen
dat zich niet troosten laat

en een klein meisje op een stoel
dat lacht en limonade drinkt
maar benen heeft
tot aan de grond

Zij is nog steeds mijn oma
terwijl ik overal vrouw ben moeten worden
– behalve hier bedoel ik dus –

Dan verklapt ze
dat ze oud is geworden
vraagt wanneer dat was

of ik beter heb opgelet

Caroline Wuyts, in Ik heb jouw zee van tijd, éd. DiVers, 2000

Thuiskomst peut se traduire par ‘le retour à la maison, rentrer chez soi’.

C’est ainsi depuis des années

Elle, à table,
les bras croisés,
comme pour bercer quelque chose
qui ne se laisse pas consoler

et une petite fille sur une chaise
qui rit et boit de la limonade
mais a des jambes
jusqu’à terre

Elle est toujours ma grand-mère
alors que partout j’ai dû devenir femme
– sauf ici, je veux dire –

Puis elle confie
qu’elle a vieilli
demande quand c’est arrivé

et si j’ai fait plus attention

Caroline Wuyts, in Ik heb jouw zee van tijd, éd. DiVers, 2000 – traduction de l’Adrienne.

H comme heures exquises

Constater au réveil qu’on a bien dormi
Prendre le café avec une amie qui est à 1500 km
Rire
Recevoir un message, une carte, une lettre
Entendre des chants d’oiseaux, une belle musique
Rire
Voir des amis et fêter une amitié au restaurant
Rencontrer un(e) ancien(ne) élève
Rire
Marcher dans la nature
S’installer confortablement pour un bon livre, un bon film
Rire
Aimer les enfants des autres
être heureuse quand après de longues explications le petit s’écrie « ça a fait ding ding dans ma tête! J’ai compris! C’est facile, en fait! »
Et rire.

***

écrit d’après la consigne suivante de Joe Krapov, qu’on remercie vivement d’avoir repris les krapoveries!

Le Sel de la vie

Vous étiez en vacances ou vous êtes resté·e chez vous cet été. Vous avez vécu ces deux derniers mois des moments que vous n’avez pas volés.

A l’instar de Françoise Héritier, listez donc sous la forme d’une liste de verbes à l’infinitif suivis de leurs compléments ceux dont vous vous souvenez et qui pourraient constituer, selon vous, le sel de la vie.

D comme dernières paroles

Pour célébrer l’anniversaire de la libération de la ville, le 3 septembre 1944, des véhicules d’époque arrivaient sur la grand-place samedi après-midi, juste au moment où l’Adrienne et petit Léon la traversaient.

Alors vous la connaissez, elle a voulu donner un mini-cours d’histoire – 3 septembre 44, libération, soldats anglais… – mais petit Léon avait d’autres choses en tête.

Pour la cinquième fois au moins depuis qu’ils avaient quitté la maison, il dit:

– Je peux vous poser une question?

Car on peut être poli et très curieux à la fois 😉

Bien sûr, l’Adrienne répond toujours oui.

– Qu’est-ce qu’il a dit, avant de mourir, votre papa?
– Ben… tu sais, il était très malade, il n’a plus dit grand-chose…
– Oui mais il a dit quoi, avant de mourir?
– Rien, en fait… à quelles sortes de choses tu t’attendais?
– Et bien par exemple « je t’aime très fort » ou « tu vas beaucoup me manquer ».

Comme il était un peu difficile de lui expliquer que ce n’était pas vraiment le genre de la maison, elle lui a simplement dit:

– Tu sais, si tu as un papa qui te dit des choses comme ça, fais-lui un gros bisou dès que tu es rentré chez toi!

***

photo prise hier dans ma ville, avec un close-up sur l’insigne de la brigade Piron, en hommage à l’oncle André.

Première fois

Photo de suntorn somtong sur Pexels.com

En vue d’un spectacle donné par deux clowns acrobates, cinquante balançoires avaient été accrochées aux poutres sur le terrain derrière l’académie de musique.

Inviter petit Léon à aller les voir, c’était de l’ordre de l’impossible, il avait déjà clairement fait comprendre, lors de la visite d’un cirque dans la ville, cet été, ce qu’il en pensait: « Moi, je déteste les clowns! » et chaque fois qu’il passait à côté de l’affiche, il donnait un grand coup de poing au clown Auguste sur la photo.

« Ils me font trop peur, les clowns, je les déteste! »

Bref, l’Adrienne n’a pas posé de questions, elle s’est juste dit que cette hargne devait être une conséquence des nombreux films-qui-font-peur qu’il regarde tard le soir avec sa maman. Ou avec son grand frère.

Vendredi, après avoir déposé et repris un livre à la bibliothèque, tous les deux, l’Adrienne lui dit:

– Et maintenant, on va passer par l’académie, voir si les balançoires sont encore là!
– Des balançoires? Moi je ne vais pas sur les balançoires! ça me fait trop peur!
– J’adore les balançoires, répond l’Adrienne, et il y a si longtemps que je n’ai plus pu en faire!

C’est vrai, les terrains de jeux pour enfants sont devenus tellement sécurisés, que les balançoires ont souvent dû céder la place à des choses qu’on ne risque pas d’attraper contre la tête.

– Je ne vais pas aller sur une balançoire! répète petit Léon.
– Tu feras comme tu voudras, mais moi, si elles sont encore là, j’y vais, c’est sûr!

Ô joie! elles y étaient encore, l’Adrienne s’est précipitée sur la première de la rangée, avec bonheur.

Un bonheur si contagieux que petit Léon a daigné s’y essayer, lui aussi.

Timidement, mais c’est un premier pas, n’est-ce pas.

V comme vie

L’Adrienne paiera-t-elle sa folle témérité en reprenant une vie « normale » 😉

Elle retourne au restaurant avec des amis, les reçoit chez elle sans masque, reçoit des câlins de petit Léon.

En septembre, la chorale reprendra le jeudi soir, le yoga le lundi matin, les cours du soir ‘en présentiel’.

Elle ira au théâtre et au concert.

Par contre, le voyage en Grèce, qui devait avoir lieu en octobre, est annulé.
Remis à 2022, sine die.

***

Alles komt goed, ‘tout va s’arranger’, affichait cette ancienne élève au début de la pandémie.
Et non, elle n’est pas brocanteuse, elle fait de la pâtisserie 😉

L comme leuk!

– Bonjour! C’est toi, Yana?
– Non, c’est Tyana! Et vous, vous êtes la voisine?

C’est ainsi que les présentations ont été faites, sur le trottoir, entre l’Adrienne et une blondinette de neuf ans.

– Je suppose que nous allons au même endroit, fait la gamine avec l’assurance d’une grande.

Elle était chargée d’aller faire valider les bulletins du Lotto, alors que l’Adrienne et petit Léon se rendaient à la bibliothèque. Lui ne desserrait évidemment pas les dents: en plus de sa timidité, il avait l’excuse de la langue.

– Moi je connais déjà l’anglais, dit la petite. Je sais compter jusqu’à 99 parce que je ne sais pas comment on dit cent.

Bref, ils n’avaient pas deux cents mètres à faire ensemble, mais ça a suffi à Tyana pour exprimer son soulagement de pouvoir passer en quatrième primaire, raconter qu’elle a des devoirs de vacances à faire, qu’elle connaît déjà bien le coin, qu’elle sait dire ‘bonjour’ en espagnol et qu’elle se plaît bien dans la ville de l’Adrienne:

– Ik vind het leuk, hier!

Ce qui est tout à fait rassurant, bien sûr 🙂

J comme Juliet

89ème devoir de Lakevio du Goût

devoir de Lakevio du Goût_89.jpg

En se rendant au marché samedi matin, allez savoir pourquoi, Madame fredonnait Aux pays des merveilles de Juliet, lalalalalalalalala, en boucle, parce qu’elle ne connaît que le refrain.

Elle s’est dit que ça devait être à cause de la visite d’un ancien élève, quelques jours avant, comme ils avaient parlé du futur, du présent et du passé, et que dans ce passé il y avait eu une Juliette, que Madame un lundi matin n’avait pas reconnue tout de suite: Juliette était allée chez un coiffeur se faire lisser sa merveilleuse crinière blonde.

Sous le passage voûté menant au supermarché, elle était passée à un autre répertoire, cette fois à cause de l’aquarelle proposée par Monsieur le Goût pour le surlendemain: dans la discussion qui oppose le parti d’Apollinaire à celui de Maupassant, à propos de la Tour Eiffel, Madame a toujours été du côté de Maupassant, ce qui fait qu’elle chantait Sttellla, « La tour Eiffel, elle est pas belle » et que malheureusement le reste était aussi des lalalala parce que ça fait trop longtemps que cette chanson est introuvable sur internet et qu’il ne lui reste plus que des bribes de paroles en mémoire.

Les élèves n’appréciaient pas qu’on dise du mal de Paris avant même qu’ils y aient mis les pieds, donc Madame a cessé de leur faire écouter Sttellla avant le voyage et les accompagnait jusqu’au-dessous de la tour où elle entendait proférer les poncifs habituels: que c’est grand! que c’est impressionnant, vu comme ça!

Mais jamais jamais jamais elle n’a voulu y monter 🙂

***

Merci à monsieur le Goût pour l’aquarelle et les consignes:

Vous n’habitez pas forcément Paris, pas plus que vous n’en êtes autochtones. Néanmoins, je suis sûr que vous savez ce qu’est la Tour Eiffel. Peut-être même l’avez-vous gravie. À moins que l’ascenseur, plus dispendieux mais plus reposant, ne vous ait fait découvrir sans effort Paris vu d’en haut. J’en déduis que vous avez probablement quelque souvenir à raconter ou quelque opinion à nous faire partager. Votre imagination sera sûrement sollicitée par cette aquarelle de John Salminen…

I comme inventeur

– Plus tard, dit petit Léon, quand je serai grand, je vais inventer la machine à remonter le temps.

– C’est une très bonne idée, fait Madame.

– Comme ça, vous pourrez voir Mozart!

– Super! dit Madame.

Puis il ajoute:

– Et revoir votre papa.

***

Il commence à drôlement bien me connaître, cet enfant.

7 merveilles

Attendre le train et entendre quatre jeunes discuter des mérites, trucs et astuces de la vente en ligne en général et d’une application (V*nt*d) en particulier. Il y a donc vraiment un public pour ces choses-là, s’étonne l’Adrienne (qui, il est vrai, a l’étonnement facile)

Voir s’approcher une jeune fille sur le quai et la reconnaître à ses yeux, malgré le bob qui cache sa flamboyante chevelure et le masque devant son visage. Quel bonheur de faire une heure de route ensemble, quel grand bonheur!

Revoir une amie qu’on n’a plus vue depuis deux ans et rentrer pour la première fois depuis la pandémie dans une autre maison que la sienne.

Prendre un repas chez des gens au lieu de manger seule devant son ordi. Quel événement!

Voir que la ville a fait aménager un bel espace vert en tenant compte de tous les paramètres possibles, l’écologie, l’esthétique, le bien-être des habitants de tout âge, la sécurité…
Apprécier le guide enthousiaste, passionné, compétent.

Admirer la vue: ça existe donc vraiment, des gens qui de leur balcon voient à la fois l’Atomium et le Palais royal – photo ci-dessus – et peuvent constater d’un coup d’œil au drapeau si le Roi est là ou pas 🙂

Rentrer chez soi tout heureuse malgré une heure de trajet supplémentaire à cause de l’orage qui a fait tomber un arbre sur la ligne, obligeant le train à un grand détour.

***

Tu vois, explique Madame à E*** venu tenir une longue conversation philosophique lundi dernier, chaque matin il faudrait s’émerveiller de recevoir en cadeau une journée de plus.

Y comme y a de l’orage dans l’air

C’était le samedi 19 juin.

Grosse ambiance chez les voisins: quatre voix, la radio, les deux chiens et les glapissements d’un troisième.

Sapristi, se dit l’Adrienne « ik voel de bui al hangen« .
On dirait un chihuahua et j’ai la très forte impression qu’après le départ de ce couple d’amis, la bête glapissante va rester.

Ainsi soit-il.
Amen.

L’Adrienne n’a même pas besoin de boule de cristal: avec ses voisins, le pire est toujours à venir 🙂

***

l‘image illustre l’expression néerlandaise, ik voel de bui al hangen, « je sens déjà l’averse », expression utilisée quand on pressent ou devine un danger, un problème.