A comme apostrophe

promenade dans les prés.jpg

Comme d’habitude, le cerf-volant de Jules et Colette se tenait déjà fièrement haut dans le ciel.

Ils préféraient désormais se tenir à bonne distance, pour que les fils ne s’emmêlent pas ainsi que c’était déjà arrivé précédemment.

Eux trois, par contre, n’en étaient encore nulle part.

Tous les trois aussi dépités les uns que les autres, les cadets ne pouvaient que regarder leur aîné qui se dépêtrait avec les fils, tout en maugréant sous sa casquette:

– C’est la dernière fois, tu m’entends? c’est la dernière fois que je te laisserai y mettre des vraies fleurs!

Alors la petite, qui se tenait debout avec le cerf-volant presque aussi grand qu’elle, n’a pu que baisser piteusement la tête.

C’était bien joli pourtant.

Mais elle s’est tue.

***

18ème devoir de Lakevio du Goût que je remercie: En regardant cette toile d’Harold Harvey je m’interroge. À quoi peuvent bien penser ces trois enfants ? J’ai bien une idée, mais vous ? Je vous dirai lundi ce qu’ils ont d’après moi à l’esprit…

Adrienne au cinéma

2019-10-31 (36)

En sortant de la gare de l’Est jeudi en fin d’après-midi, on pouvait voir des soldats britanniques avec un béret à pompon rouge sortir d’un camion bâché, des soldats allemands dûment casqués entrer dans ce même camion, quelques FFI portant nonchalamment le fusil à l’épaule et un G.I. discutant dans son GSM.
Des civils en casquette, des femmes en socquettes. Elles avaient visiblement froid, avec leurs jambes nues et les 10 à 11° C ambiants.
Beaucoup de véhicules divers, quelques conduites intérieures noires, avec la roue de secours sur le capot arrière, plusieurs camions, des jeep
made in the USA.

Tout le monde avait l’air de beaucoup s’ennuyer.

Pourtant au milieu de tout ça, un type manœuvrait une énorme caméra.

Une petite recherche ne m’a pas beaucoup avancée, il pourrait s’agir du film qu’Olivier Dahan est en train de réaliser, un ‘biopic’ sur Simone Veil, ‘Le voyage du siècle‘. 

Les gars de la sécurité du rail étaient à la fête: ils devaient dévier le flot des voyageurs vers une autre porte d’entrée… et personne ne rouspétait.

Ce que ça fait comme effet, tout de même, le cinéma 😉 

Voir ici la liste des tournages en cours à Paris en ce moment.

Adrienne et blogspot

8ad7b-801831147

C’est juste pour dire à mes amis blogueurs-de-chez-blogspot que tout va de travers, quand je veux mettre un commentaire chez eux.

Un peu comme sur la photo. (1)

Blogspot ne veut plus de moi.

Pourtant, après une rude période de chapcas tordus où il fallait cliquer des tas de fois sur des vélos, des feux rouges, des bus ou des automobiles – jamais d’images bucoliques 😉 – ça s’était calmé et on arrivait à mettre un commentaire après avoir cliqué seulement une douzaine de fois.

Mais ces derniers jours, c’est fini.

Quelle que soit la méthode que j’essaie.

Chez certains, le commentaire peut être récupéré dans les spam.

Chez d’autres, il est dans les limbes.

Donc amis blogspotteurs, si vous ne recevez plus mes petits mots, ce n’est pas par manque de persévérance de ma part.

Blogspot m’a tuer 😉

***

(1) photo prise à une expo à Ostende et qui a déjà illustré un autre billet, à l’époque.

A comme Antoinette

Alors que l’autre dimanche l’Adrienne raccompagne une amie jusqu’à sa voiture qu’elle a dû laisser sur l’avenue, vu que la rue est en travaux, elles passent devant toute la rangée de maisons ouvrières qui la bordent.

– Tiens! fait Antoinette en en désignant une particulièrement basse et étroite, il y a donc des maisons qui sont encore plus petites que la tienne!

Que voulez-vous que l’Adrienne réponde à ça?

Elle a ri, bien sûr, et elle a dit oui, en effet, il en existe d’encore plus petites.

***

Puis samedi en rentrant de Bruxelles en train, elle a le sourire aux lèvres en repensant à une question posée la veille par Tania: « Tu n’as jamais pensé à t’installer à Bruxelles? »

Et au « standing » qu’aurait eu cette habitation-là, si elle en avait cherché une dans la capitale 🙂

compartiment_c_voiture_293_Hopper.jpg

Retour de vacances ? demandait le Goût-des-autres pour son devoir du lundi.

C’est la rentrée. Même pour Hopper qui dans ce tableau a l’air de nous poser des questions étranges et indiscrètes. À quoi peut-elle penser qui lui donne cet air ?
Je n’en sais rien mais je compte sur vous pour le dire lundi.
Après tout, c’est aussi la rentrée pour vous et moi…

 

***

les photos en tête du billet sont celles de la maison d’avant, son jardin et son environnement – la dernière est celle de la fenêtre-sur-rue de la maison d’aujourd’hui.

Adrienne mémérise

C’est grâce à grand-mère Adrienne et à la chicorée De Lelie

 projet 52,photo,adrienne,souvenir d'enfance

que l’Adrienne dispose de toute une gamme de petits mouchoirs, rose tendre, jaune clair, parme, vert d’eau…

de sorte que l’Adrienne – depuis toujours – prend bien soin d’assortir le mouchoir aux chaussettes

comme elle assortit les chaussures au sac, le foulard à la robe, les gants à l’écharpe.

Or que vient-elle d’apprendre?

Assortir les couleurs, c’est mémériser.

mémé

Si vous ne connaissiez pas encore le mot, lisez l’article d’où vient cette photo. Où on reproche – en gros – à la star d’avoir le look de l’âge qu’elle a.

Alors qu’elle a poussé le souci du détail jusqu’à harmoniser les couleurs de sa tenue à celles du décor 🙂

Vous pouvez bien sûr, comme l’Adrienne, continuer à accorder soigneusement les couleurs, en vous disant que « La mode, c’est ce qui se démode » et que par conséquent d’ici peu votre manie de mémé sera du dernier chic.

Il suffit, disait le père de l’Adrienne, de laisser pendre un vêtement assez longtemps dans ta garde-robe. Un jour ou l’autre, tu pourras le ressortir.

Nulle ne met ce conseil mieux en pratique 😉

Adrienne se fait des cheveux

La fin de l’année scolaire, vous savez ce que c’est – ou vous ne le savez pas mais allez l’apprendre 🙂 – c’est avoir des journées si remplies de trucs divers, les prévus et les imprévus, que vous ne réussissez plus à gérer votre quotidien.

Le ménage ne se fait plus, le lave-linge est plein, le frigo est vide, vous vivez de pain et de tomates… et malgré tout ça, vos cheveux continuent de pousser.

Malheureusement, votre coiffeuse n’est ni philosophe, ni disponible. En tout cas pas les deux seules demi-journées où vous pourriez caser le quart d’heure nécessaire à une coupe de cheveux.

Ce qui fait que vous mettrez les pieds en Albionie avec une vraie tête de Beatles 🙂

C’est le nom que le grand-père de l’Adrienne aurait donné, soyez-en sûrs, à la coupe plus que négligée qui lui tombe sur les yeux en ce moment.

Croyez-vous  que ça se remarquera, à un mariage anglais, ce laisser-aller capillaire? Ou le trouvera-t-on continental? so sixties?

A comme archéologie

Des archéologues louvanistes reconstituent les visages d’anciens habitants de Sagalassos

Des archéologues de la KU Leuven ont, en collaboration avec l’université turque de Burdur, reconstitué les visages d’un homme et d’une femme de Sagalassos, cité antique située au sud-ouest de la Turquie. Ces deux humains ont vécu respectivement au début du 3e et entre les 11e et 13e siècles après Jésus-Christ. Sagalassos est l’un des sites antiques les mieux conservés de Turquie. Cette ville fut fondée au 5e siècle avant Jésus-Christ et complètement abandonnée au 11e siècle, à la suite de tremblements de terre, invasions et épidémies de peste. Depuis 1990, des fouilles archéologiques y sont menées sous la direction d’une équipe de la KU Leuven (université catholique de Louvain).

La reconstitution des deux visages a pour but de mieux mettre en images la vie quotidienne à Sagalassos au moment de son apogée, a expliqué le professeur Jeroen Poblome, actuellement à la tête du projet de recherche, lors de la présentation du résultat à la presse ce lundi.

L’homme romain, baptisé Rhodon, était vraisemblablement âgé de plus de 50 ans au moment de son décès et appartenait à la classe moyenne. Les fractures et troubles articulaires repérés sur son corps témoignent d’une vie rude. La femme byzantine, Eirènè, avait 30 à 50 ans lorsqu’elle est morte. Elle a moins souffert de troubles articulaires. Elle a été enterrée de manière plus austère que Rhodon, qui a été retrouvé entouré de cadeaux funéraires.

Pour leur redonner un visage, une équipe de l’université de Burdur a d’abord réalisé un “scan-3D” des crânes. Leurs traits ont ensuite pu être déduits avec une précision de 75%. Pour la couleur de la peau, des yeux et des cheveux, les chercheurs se sont basés sur les caractères dominants de la population actuelle de la région. Des sources historiques ont été mobilisées pour la coiffure et la coupe de la barbe.

Les deux visages sont à découvrir dans la bibliothèque de la KU Leuven jusqu’au 25 juin. Ils retourneront ensuite sur leur terre natale pour une grande exposition sur Sagalassos qui se tiendra à Istanbul cet automne puis au musée de Burdur.

 

source: ici – hier l’Adrienne a pris le train pour Louvain, c’est pourquoi elle confie au journal le soin de rédiger son billet de ce dimanche, surtout que l’ordi ne veut pas télécharger les photos qu’elle a prises elle-même 🙂

Tous les billets sur le voyage d’août 2016 à Sagalassos sont ici 🙂