P comme Ptyx

Bruxelles, Albertine, photo de l’Adrienne

Place à la librairie Ptyx pour ce chouette texte faisant référence à vous savez quoi:

« Rarement le mot « poésie » et ses dérivés auront été autant à la mode. Une vocifération prétendument émancipatrice, un discours suintant l’emphase et le nationalisme, l’extatique récitation de lieux communs face caméra : la moindre revendication, la moindre supplique à vocation idéologique, sous prétexte qu’elle est médiée par le langage, est maintenant vendue comme ressortant du poétique. Rarement telle surenchère sémantique aura été si peu en rapport avec l’objet qu’il prétend nommer. La « poésie » est partout, la poésie nulle part. En « armant » leurs « luttes » des pâles ersatz d’une poésie réduite à ses clichés et aux seuls principes de la communication actuellement en vogue – format court, visuel, sonore, ludique, punchline – ces « combattants » du poétique parviennent à ridiculiser leurs combats (ça on s’en tamponne gentiment) et à donner de la poésie, pour ceux qui n’en connaissent rien, l’image d’un outil niais et inféodable à peu de frais à quelque « cause » que ce soit (ça c’est chez nous plus sensible). Tout entier dévolu à « étreindre par le langage » l’opprimé, le racisé, le féminin, le lombric ou le coquelicot, le poète guérillero en oublie que la poésie est avant tout chose esthétique (et non pas « belle », ni « jolie », ni « subjective »). Las de cette dilution de l’αίσθησιs (le grec, c’est toujours classe) dans tout ce à quoi on cherche bêtement à la forcer, nous avons décidé de ne plus consacrer ce blog, ces prochaines semaines, qu’à l’expression sans apprêt de textes poétiques qui comptent. Fi des étendards. Place à la poésie. »

La librairie Ptyx se trouve rue Lesbroussart, 39 à 1050 Bruxelles (Ixelles)

20 commentaires sur « P comme Ptyx »

  1. Attention, j’ai tout vu : l’image de Marcel dans le bandeau du site de la librairie et une Albertine sournoisement glissée dans la légende de ta photo…
    Attention ! 🙂

    J'aime

  2. Je ne connais absolument pas la librairie Ptyx, qui est pourtant à deux pas de chez moi. Il est vrai que je parcours rarement la rue Lesbroussart. Je reste fidèle à ma librairie favorite, Tropismes (près des galeries St-Hubert) et j’achète aussi beaucoup en ligne, d’occasion notamment.

    Quant à la poésie, je l’avoue : je suis littéralement incapable d’en lire. Mon regard glisse, il part ailleurs, et mon esprit aussi.

    J'aime

    1. ce que je vois dans ton lien semble dater de janvier 2020 et ça ne me dit rien du tout, j’ai dû rater cette controverse 😉
      dans ce que je cite, je vois une allusion au discours d’Amanda Gorman, et à l’hystérie qui s’en est suivi

      J'aime

      1. Oui, j’avais bien compris l’allusion. Mais j’ai rajouté une couche d’autre chose parce que suis tombée dessus sur internet en cherchant Ptyx. 😉

        J'aime

      2. ah oui! mais cette histoire-là (de janvier 2020) m’est totalement inconnue…
        sur la photo en effet c’est de Bruegel, à l’occasion d’une expo sur ses gravures/estampes!

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s