V comme von Stackelberg

C’est tout de même incroyable, se dit l’Adrienne, cette désinvolture, cette évidente facilité avec laquelle certains s’approprient les biens culturels d’autres, pour leurs propres musées et pour leur propre commerce, et ceci non seulement dans des régions lointaines auxquelles on se croit supérieur, mais aussi en Europe et jusque dans ce fameux « berceau » de notre civilisation qu’est la Grèce!

Stupéfaite, oui, une fois de plus 😉 de constater que chaque expédition archéologique en Grèce, jusqu’au 19e siècle, a agi de cette façon: on y va, on prend ce qui est transportable, on revend ce qui a de la valeur marchande.
Comme c’est « à la mode », on n’a aucun mal à trouver des musées et des particuliers prêts à y mettre le prix.

C’est donc aussi ce qui est arrivé à Bassae, avec une « expédition » – qui était une sorte de « Grand Tour » – organisée principalement par des Britanniques et à laquelle participait Otto von Stackelberg, qui a fait de merveilleux dessins qu’on peut voir ici, comme l’illustration ci-dessus.

Pour ceux que ça intéresse, la biographie de von Stackelberg et des infos sur l’expédition sont ici.

Détail frappant – mais est-ce un détail? – les Grecs vivant sur place aux alentours de Bassae, font à tous ces gens qui viennent les dépouiller de leurs « antiquités » et autres « vieilles pierres », le meilleur accueil.

Von Stackelberg raconte dans son journal comment le dimanche, bergers et bergères viennent chanter dans le temple d’Apollon – reconnu par l’Unesco depuis 1986 – accompagnés de la lyra et danser le syrto de la région: hommes et femmes dansent ensemble mais ne se touchent pas, ils forment une ligne en tenant à la main une longue bande de tissu qui, pour von Stackelberg, est un rappel du fil d’Ariane.

V comme Vivaldi

C’est tout à fait dans l’esprit de l’Ospedale della Pietà mais c’est en Afrique du Sud. Une école primaire où on pratique l’enseignement de la musique à l’aide d’instruments locaux comme le marimba, qui de fait est un xylophone africain.

Ce qui n’empêche pas de jouer de la musique en provenance de partout dans le monde, comme le prouvent ces petites filles avec un joyeux Vivaldi.

Ce sont de beaux projets éducatifs (par la musique) dans divers townships autour de Johannesburg, et celui de la vidéo porte bien son nom, Goede Hoop, Bonne Espérance, comme le cap de nos leçons de géographie en 4e primaire 😉

« The only reason why I play the marimba is because music lifts me up » dit une petite fille d’un autre township: la musique me réconforte, me remonte le moral, me tire vers le haut…

Beaucoup de traductions possibles pour « lift up » mais vous avez compris l’idée 🙂

***

pour ceux que ça intéresse, tout sur les Marimba Hubs ici.

V comme voyage, voyage!

Quand l’Adrienne lit la presse mercredi matin, elle en avale presque son café de travers: voilà que précisément le jour où elle a décidé de se rendre à Bruxelles, pour assister à la présentation de la nouvelle saison à la Monnaie, le président des USA l’a devancée 😉

En lisant quel énorme imbroglio de mesures diverses une telle visite inclut, elle se dit qu’il y aurait matière à trois billets de Stupeur et tremblements, à commencer par ce qui concerne notre précieuse et irremplaçable petite planète: ce monsieur ne vient pas avec un seul Air Force One, mais deux, sous prétexte de brouiller les pistes.

Et puis il y a encore par exemple ceci:

« President Biden zal zich tijdens zijn verblijf verplaatsen in een grote colonne van een vijftigtal voertuigen die speciaal voor dit bezoek worden overgevlogen. Biden zelf bevindt zich in de Cadillac One, beter bekend als ‘The Beast’. Deze gepantserde limousine is bestand tegen raketten, chemische aanvallen en vuurwapens, en heeft een granaatwerper aan boord. Ook hiervan bestaat een identieke kopie om mogelijke aanslagplegers te slim af te zijn. » (source De Standaard)

Le Président fera ses déplacements dans une colonne d’une cinquantaine de véhicules rapportés spécialement par avion pour cette occasion. Lui-même se trouvera dans la Cadillac One, qu’on appelle ‘The Beast‘. Cette limousine blindée peut résister à des attaques de missiles ainsi que chimiques ou d’armes à feu et a un lance-grenades à son bord. Cette limousine a aussi sa copie conforme pour déjouer les tentatives d’attentat. (traduction de l’Adrienne)

Alstemblieft, comme on dit à Bruxelles 😉

***

Pour ceux que la chose intéresse, même si ça date du précédent:

Vous voulez savoir ce qui fait bien rigoler l’Adrienne?
Que ce précieux véhicule a fait le voyage pour très peu servir: dans les déplacements en centre ville, monsieur B devra se contenter d’une SUV: The Beast ne réussit pas à passer sur les dos d’âne 🙂

Alstemblieft!

V comme vive le vélo

Il paraît que la Belgique en général et la Flandre en particulier est une région de fous du vélo.
Comme si la folie ordinaire ne suffisait pas.
Mais soit.

On sait déjà que l’Adrienne a été bien inspirée en choisissant une adresse pour sa vie en ville: aussi longtemps qu’il n’y a pas de contournement – on en parle depuis avant sa naissance – aussi longtemps, donc, toute la circulation nord-sud et même est-ouest passe devant sa porte.
Et vice versa.

Comme il ne faudrait pas trop s’habituer au calme relatif des samedis et des dimanches: toutes les courses cyclistes y passent aussi.

Le calendrier de la saison 2022 vient d’être fièrement annoncé par la ville: les festivités commencent demain, olé olé, vive le vélo!

V comme Villejean

Image

« Fontaine, je ne boirai pas de ton eau »
dit l’oiseau qui faisait son nid, petit à petit.
Et l’homme qui mesurait les nuages
profita d’une éclaircie
pour descendre de son échelle
et rentrer au musée.

« J’aurais mieux fait de choisir un autre métier » bougonnait-il. C’est vrai qu’il aurait pu
cultiver des fraisiers
partir à l’étranger
se faire chercheur d’épaves
ou planteur de forêts.

Mais il était amoureux d’une étoile
et sa latte était le seul itinéraire
vers le cosmos vivant.

***

Merci à Joe Krapov et à l’atelier de Villejean de partager les consignes avec ceux qui habitent loin 🙂

Pour chacun des mots, écrivez une phrase d’allure poétique dans laquelle ce mot est obligatoirement utilisé. N’ayez aucun souci de continuité. 

fontaineéclaircieétrangeramoureux
oiseaumuséeépaveitinéraire
nuagesfraisiersforêtvivant

***

Illustration: sculpture qui orne le toit du SMAK à Gand, Jan Fabre, De man die de wolken meet/l’homme qui mesure les nuages

V comme vivre ici

Le vent passe en les branches mortes
Comme ma pensée en les livres,
Et je suis là, sans voix, sans rien,
Et ma chambre s’emplit de ma fenêtre ouverte.

En promenades, en repos, en regards
Pour de l’ombre ou de la lumière
Ma vie s’en va, avec celle des autres.

Le soir vient, sans voix, sans rien.
Je reste là, me cherchant un désir, un plaisir ;
Et, vain, je n’ai qu’à m’étonner d’avoir eu à subir
Ma douleur, comme un peu de soleil dans l’eau froide.

Paul Éluard, Premiers Poèmes, 1913-1918

***

photo prise à Ostende le soir du 17 décembre

V comme venin

Sur sa page fb, la police de la ville annonçait fièrement la bonne nouvelle: un gigantesque sapin de Noël, offert comme chaque année par des particuliers dont le jardin est devenu trop petit pour l’arbre, avait été transporté jusqu’à la grand-place pour y être installé en vue des fêtes.

Les braves flics avaient intitulé leur billet avec photos du transport – le sapin est aussi large que les avenues par lesquelles il devait passer – « le petit bonheur du jour » (het gelukje van de dag) mais c’était compter sans les utilisateurs de ce genre d’endroit qu’est fb: les commentateurs rivalisaient tellement en négativité que ça en devenait (presque) comique.

Petit florilège:

Quoi? déjà le sapin? alors que la Saint-Nicolas n’est pas encore passée?
Mais où sont les écolos?
Tu sais bien que les écolos s’occupent juste d’emm… les motards qui veulent rouler dans les bois!
C’est honteux d’abattre un si bel arbre!
Ah bravo, et le CO²?
Pourquoi un grand comme ça? un petit, c’est mieux!

On comprend que certains décident de désactiver les commentaires 🙂

V comme vivre ici

., Getty Images

On dirait que la Flandre a vraiment découvert la Wallonie ces derniers mois, non seulement comme lieu de campement scout ou de descente de la Lesse en kayak avec toute la classe, comme ça se fait depuis des décennies, mais comme véritable destination touristique.

Ainsi le magazine Knack propose de visiter quelques villes wallonnes moins connues en Flandre – ou mal connues, puisqu’on sait de Rochefort et de Chimay que de bonnes bières y sont produites, mais qu’en sait-on pour le reste?

Bref, vous pouvez lire et voir ici les beautés de Chimay, Nivelles, Huy, Rochefort, Marche-en-Famenne…

Car comme dit l’intro de l’article, « Tussen al het natuurschoon in Wallonië liggen heel wat boeiende steden verscholen. Iedere stad heeft zijn eigen identiteit, zijn schatten, zijn charmes, zijn curiosa, maar één ding hebben ze met elkaar gemeen: je wordt er met open armen ontvangen. »

Ce qui donne en traduction: « Parmi toutes les beautés naturelles de la Wallonie se cachent de nombreuses villes intéressantes. Chacune a son identité, ses trésors, son charme, ses curiosités, mais toutes ont une chose en commun: on y est reçu à bras ouverts. »

Cette dernière chose étant devenue une expression idiomatique à ne plus du tout prendre au sens littéral 😉

V comme vie

L’Adrienne paiera-t-elle sa folle témérité en reprenant une vie « normale » 😉

Elle retourne au restaurant avec des amis, les reçoit chez elle sans masque, reçoit des câlins de petit Léon.

En septembre, la chorale reprendra le jeudi soir, le yoga le lundi matin, les cours du soir ‘en présentiel’.

Elle ira au théâtre et au concert.

Par contre, le voyage en Grèce, qui devait avoir lieu en octobre, est annulé.
Remis à 2022, sine die.

***

Alles komt goed, ‘tout va s’arranger’, affichait cette ancienne élève au début de la pandémie.
Et non, elle n’est pas brocanteuse, elle fait de la pâtisserie 😉