K comme krapoverie

Tout était en l’air au château de M**l*ns*rt. Dupont et Dupond, le capitaine et Tintin, allaient et venaient, montaient et descendaient l’escalier, couraient dans les corridors, heurtaient, Nestor, dérangeaient le professeur Tournesol, cherchaient Milou. Bianca Castafiore et Irma soupiraient devant toute cette agitation, qu’elles ne partageaient pas, habituées qu’elles étaient aux séances d’habillage, de maquillage et à l’effervescence des plateaux de cinéma; elles étaient assises dans un salon qui donnait sur le chemin d’arrivée et pouvaient voir que chevaux, calèches et figurants étaient déjà en place.

De minute en minute, Tintin ou un de ses amis passait la tête à la porte et demandait :

« Eh bien ! toujours pas de nouvelles de Milou ?

– Rien de ce côté, répondait le Rossignol milanais sans même regarder.

Elle était plongée dans un magazine, assez satisfaite de la façon dont le journaliste avait repris ses mots sur l’art et le travail: mon travail, c’est de l’art, lui avait-elle dit, et la rédaction avait choisi de mettre cette petite phrase en gros titre, accompagné d’une photo de son meilleur profil.

Oui, elle était satisfaite.

Finalement, le seul à n’avoir pas été à la hauteur, c’était son violoncelliste.

Mais elle en avait l’habitude.

***

écrit d’après la consignes de Joe Krapov, Problèmes.
Merci à lui!

Les fans de la Comtesse auront reconnu l’incipit des Vacances, le livre préféré de l’Adrienne quand elle avait onze ans 🙂

K comme krapoverie

Albert ce matin-là avait le teint verdâtre.
Mal dormi.
Mal réveillé.
Et en retard pour le boulot.

Il hâtait le pas tout en sachant que ça ne servirait à rien: impossible de rattraper le temps perdu.

A moins…

L’envie lui vint de prendre un de ces vélos.
Avec ça, il se faufilerait parmi le trafic, les travaux, les encombrements et arriverait, avec un peu de chance, pile-poil à l’heure.

Ne lui avait-on pas piqué un vélo, il y a bien longtemps, quand il était étudiant?
Alors?
Il avait bien droit à une petite revanche, non?
Surtout en ce cas de force majeure!

Tout en marchant le plus vite qu’il pouvait, il observait la rangée de vélos.
Trop petit.
Trop mauvais état.
Trop bien cadenassé.
Trop fille…

Bah! se résigna-t-il, tant pis.

Illustrant ainsi, en un seul début de matinée, deux fables de la Fontaine 🙂

***

texte écrit d’après cette consigne de Joe Krapov – merci à lui – proposant des aquarelles de John Salminen.

K comme krapoverie

– Ah ! Pourrais-je oublier ma campagne ? La poésie des gouttes de pluie en arc-en-ciel par-dessus les arbres ? Le charme de la lune dans la nuit de novembre ?
Oublier l’amour des oiseaux et même l’amour des vaches, des veaux, des taureaux ?
Les beaux instants vécus là-bas sont de vieux amis sur la route de la vie : jamais le rêve et la joie ne s‘achèvent.

– C’est beau tout ça, fit Charles, mais apporte les côtelettes d’agneau et la poule au pot, moi la gentille petite vache, je la mâche !

***

écrit suivant les consignes de Joe Krapov – merci à lui (j’ai utilisé les 83 mots en gras et aucun autre):

20 – À – à – à – à – à – abrogées – Ah – Ah – Ah – Ah – amis – amis – amis – amour- Antoine – Apollinaire – ApportearbresArc-en-ciel – atmosphère – au – au – aussi – aux – aux – avait – avait – avait – avait – avait – avait – avait – avait – avait – avait – avec – Avec – barrières – beau – beau – beau – beau – beau – beau – beaux – beaux – bon – bougies – brune – ça – ça – ça – campagne – caniveaux – carreaux – casse – ce – ce – ce – ce – ce – cela – Ces – c’est – c’est – c’est – c’est – c’est – c’est – c’est – c’est – c’est – C’est – c’est – chambre – Charlescharme – châteaux – chaud – chaud – ciel – cinéma – comprendre – coteaux – coteaux – côtelettes – Cros – croûte – d’agneaudans – dans – dans – dans – d’assaut – de -de – de – de – de – de – de – déjà – des – des – des – des – des – des – des – Des – des – des – des – des – Des – Des – des – des – Des – d’extase – Dieu – D’importants – douane – doute – du – du – du – dure – en – encore – est – est – et – et – et – Et – Et – Et – et – et – Et – être – faite – fini – fit – fou – fraises – Fut – gendarmes – gentillegouttes – gravés – gros – haut – héros – Il – Il – Il – Il – Il – Il – Il – Il – Il – Il – instants – J’ai – jamais – jamais – jamais – J’aperçois – j’avais – Je – je – je – je – Je – J’étais – joie – jour-là – jour-là – jour-là – la – la – la – la – la – la – la – la – là-bas – l’aise – l’ami – l’amour – l’amour – l’auto – l’auto – le – le – le – les – les – les – logis – l’on – l’on – Louis – lune – lune – ma – ma – ma – ma – ma – mâche – Mais – Mais – Mais – marbres – me – même – merci – moi – moi – moi – Moi – montagne – mots – ne – ne – ne – novembrenuit – oiseaux – oiseaux – orages – Où – Où – oublier – oublier – oui-da – Par-dessus – Par-dessus – Par-dessus – parfois – Parfois – pas – passait – petite – peut-être – phrase – phrases – pleuraient – pluie – pluie – poésie – pompe – pompe – pompes – pot – poule – pourrai – pourrais – Poursuivant – prenait – pressé – projette – Quand – Quand – que – Que – que – que – qui – Qui – qui – qui – qui – qui – Qui – qui – qui – qu’un – rêve – rigolos – Rimbaud – route – route – route – s’achèvent – saint – service – soir – sont – Sortant – soudain – suis – Sur – Sur – Sur – taureaux – tête – Thérèse – Thérèse – t’invite – toit – toit – tombeaux – ton – tout – Tout – train – travers – trop – un – Un – un – Une – une – une – Une – une – une – Une – Une – Une – vachevaches – vas-tu – veauxvécus – venez – venir – vie – vient – vieux – vieux – vin – vin – voiture – voiture – vrai – XIII – y – y – y – y – y – y – y – y – y – y –

K comme krapoverie

L’ami Charles se prend pour César : veni, vidi, vici !

Quel que soit le jeu que vous acceptez de jouer avec lui, il gagnera et vous perdrez.

Ses petits chevaux courront un étrange galop.
Il bloquera vos dames.
Au scrabble il vous fera accepter son ‘Sioule’ tandis qu’il refusera votre ‘Ay’.

Si le jeu vous est inconnu, il aura par hasard égaré le papier où sont expliquées les règles mais il se fera un plaisir de vous les réciter à sa façon, les arrangeant au fur et à mesure des nécessités de sa victoire.

Vous aurez beau vous défendre bec et ongles : il s’en tirera toujours vainqueur.

L’ami Charles se prend pour César.

Or, on sait comment ça s’est terminé 😉

***

écrit suivant les consignes de Joe Krapov avec 9 des mots au choix: Galop – Stage – Vital – Tan – Sioule – Dinde – Boy – Rameuter – Fiole – Réciter – Noix – Fadée – Skis – Jeunet – Vampée – Ami – Nazes – Pulsée – ÉgaréBecOrAy – Gâteuse – Bloque – Ho – Fines
et deux des personnages d’un jeu de cartes traditionnel (rois, dames et valets) :Alexandre, David, César, Charles, Pallas, Argine, Rachel, Judith, Lahire, Lancelot, Hogier, Hector.
Vous écrirez un texte qui parle de jeu(x) dans lequel vous utiliserez au moins cinq mots de la partie de scrabble et au moins deux des prénoms de la liste.
N.B.: Les mots de la partie de scrabble doivent apparaître tels que sortis dans la partie : on n’ajoute pas de s, on laisse les verbes à l’infinitif, les marques de féminin et de pluriel, etc.

K comme krapoverie

Mains dans les poches et sourcils froncés, Augustin les regardait:

– Cette affaire ne sent pas bon. Moi, j’aurais un oncle en Amérique? Qui aurait fait fortune dans le tabac à pipes et les cigares? Non, j’y crois pas!

Jugnot et Jugneau souriaient béatement sous leur moustache:

– Je vous assure! dit l’un.
– Je vous assure aussi! dit l’autre.
– C’est votre bonne étoile, sans aucun doute! ajouta l’un.
– C’est sans aucun doute votre bonne étoile! refit son écho.
– Et pourquoi cette mystérieuse parenté serait restée secrète jusqu’à aujourd’hui? Non, j’y crois pas.

Il alla faire un tour dans le parc pour réfléchir à l’aise.
– Ces deux-là me cassent les oreilles avec cette histoire… Pourquoi mes parents auraient-ils tenu secret qu’ils avaient un frère? Une tante au Congo, oui, mais un frère en Amérique? Non, j’y crois pas.

Pendant ce temps-là, Jugnot et Jugneau complotaient:

– Tu crois que ça va marcher pour l’embarquer dans cette affaire?
– Mais bien sûr! Un type qui croit qu’on a marché sur la lune!

***

écrit selon les consignes de Joe Krapov (merci Mister Krapov!) à l’aide des réalisations de l’artiste Ludo D. Rodriguez et de mots à piocher au choix parmi:

Affaire  – Amérique – Autocar – Bijoux – Boule de cristal – Casser les oreilles  – Cigares  – Congo – Crabe  – Étoile  – Île – Licorne – Lotus – Mystérieuse – Objectif – On a marché sur la Lune – Pharaon – Sceptre  – Secret  – Temple – Tibet – Trésor  – Vol 714.

K comme krapoverie

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Une foule d’anonymes avait protesté sur les réseaux sociaux, menaçant de descendre dans les rues, même sous haute surveillance.

Pour éviter ce bras de fer, l’échevin des festivités était monté au créneau.

C’est clair, a-t-il affirmé, que le bourgmestre devra revoir sa copie. Cependant, comme vous le savez, un couac n’est pas permis. Du coup, dans l’entourage de l’échevinat, on s’est penchés sur la question. Faut-il avoir peur ou est-ce du grand n’importe quoi? Non! Ces festivités sont inscrites dans notre ADN et nous prenons votre grogne très au sérieux!

J’hallucine! a réagi l’un.
Que du bonheur! a fait l’autre.

Alors, entre improbable et incontournable, il fallait trouver le juste milieu.

Non, le carnaval n’aurait pas lieu, mais le char avec le roi et la reine des fous ferait le tour de la ville.

***

Merci à Joe Krapov pour sa consigne des mots en toc et formules en tic 🙂

Je n’ai utilisé que la première moitié des mots proposés – ils sont mis en gras – et évité soigneusement de nommer ce mal qui répand la terreur, comme il était demandé. Gardons le reste sous le coude pour une prochaine fois:

Une foule d’anonymesSous haute surveillanceBras de ferMonter au créneauC’est clairComme vous le savezRevoir sa copieUn couac – Décalé – Au chevet – Du coupDans l’entourage – Fameux – Faut-il avoir peur – C’est frais – ADNDu grand n’importe quoiGrogneJ’hallucineQue du bonheurImprobableIncontournableJuste – Jeune femme – J’ai envie de rebondir – A la maison – Reprendre la main – Perdre la vie – Le dernier des grands – C’est énorme – Ou pas – Ne bougez pas – Vous êtes en train de me dire – Plutôt – Le Quotidien – Revisiter – J’ai le sentiment – Et en même temps – Surréaliste – J’ai envie de vous demander – En effet – Tout à fait – C’est pas faux – Très attendu – Merci infiniment – On vient de l’apprendre – J’adore – Vrai – Voilà – Jeune loup – Cocher toutes les cases.

K comme Kerstpiemels

‘Kerstpiemels’ Oudenburg zijn plots wereldnieuws
Oudenburg

Cette année ils avaient voulu faire quelque chose de spécial, de neuf.
De différent.
De festif.

Les temps sont durs, n’est-ce pas.

Alors les employés communaux de la petite ville d’Oudenburg (Flandre occidentale) ont eu l’idée d’installer ces lumignons en forme de bougies géantes.

Hélas, vous, moi, tout le monde et chacun y a vu ce qu’on appelle depuis leur installation en novembre des ‘kerstpiemels‘, des zizis de Noël.

Le bourgmestre assume entièrement la chose – les images ont fait le tour du monde, d’abord dans la presse anglo-saxonne – et réplique avec humour: « Nous ajouterons les boules plus tard. »

K comme krapoverie

La célèbre Sophie dévoile ici celui qui a été sa source d’inspiration pour le personnage du général Dourakine: il s’agit de son oncle préféré, le général Krapovine.

Dépêchez-vous de commander le livre qui vous dira tout sur une des plus belles figures de son œuvre romanesque!

Une petite mise en bouche?

On arriva à Gjatsk à sept heures. L’auberge était mauvaise : des canapés étroits et durs en guise de lits, deux chambres pour cinq voyageurs, un dîner médiocre, des chandelles pour tout éclairage. Le général allait et venait, les mains derrière lui ; il soufflait, il lançait des regards terribles. Personne ne lui parlait, de crainte d’amener une explosion de colère; mais, pour le distraire, on causait entre nous.

« Le général ne sera pas bien sur ce canapé, mon ami ; si nous en attachions deux ensemble pour en faire un lit ? »

Le général se retourna d’un air furieux. Je m’empressai de dire :

« Quelle folie, ma chère ! le général, ancien militaire, est habitué à des couchers bien autrement durs et mauvais. Crois-tu qu’à Sébastopol il ait eu toujours un lit à sa disposition ? La terre pour lit, un manteau pour couverture ! Et même parfois la neige pour matelas, le ciel pour couverture ! Le général est de force et d’âge à supporter bien d’autres privations. »

Le général était redevenu radieux et souriant.

« C’est ça, mon ami ! Bien répondu. Ces pauvres femmes n’ont pas idée de la vie militaire. »

Sophie de Ségurine, Le général Krapovine, éd. Fotofunia, 2020, p.12 (incipit).

***

sur une idée de Joe Krapov, que je remercie:

Pendant ce confinement d’un mois, il vous est possible d’écrire un roman, un essai, un livre de recettes de cuisine, de beauté ou de santé.
Simplement votre éditeur a besoin :
Du titre du livre (pas trop long, SVP) ;
Du pseudonyme sous lequel vous allez le publier (c’est obligatoire, tout le monde doit sortir masqué ces temps-ci) ;
De l’illustration de couverture ;
Du texte de la quatrième de couverture.
Si en plus de cela vous pouvez lui envoyer le début du livre il sera le plus heureux des hommes !

K à profusion

Si jamais vous étiez en manque de K pour votre abécédaire, ouvrez le livre de Fiston Mwanza Mujilla à n’importe quelle page.

Les rivières s’y appellent Kwango, les villes Kiala, Kolwezi, Kinshasa, Kisangani, Kikvit, Kananga, les provinces Kasaï, Katanga, la prison Kasapa, l’hôtel Karavia, l’avenue Kimbangu, la chaussée de Kasenga, le quartier Kamalondo, le lac Kipopo, le petit séminaire Kabwe, la base militaire Kamina, les enfants soldats « kadogo », ‘petit bout de chou‘, le poste frontière zambien Kasumbaleza, l’instrument de musique kora, le musicien Kouyaté, les personnages fictifs Kalombo, Kabuya, Kavungu, Kasongo.

Et comme un des protagonistes est un écrivain autrichien, il va au café Kaiserfeld et aime Kleist, Keats et Kosovel.

CKFD!

K comme Kaavan

Free Kaavan the Elephant - Home | Facebook

Né en 1985, Kaavan a passé quasiment toute sa vie en captivité, dont une vingtaine enchaîné.

Ces cinq dernières années, l’opinion publique s’est émue de son triste sort et mobilisée pour qu’il puisse quitter ce zoo d’Islamabad et vivre dans un lieu plus adapté à ses besoins.

Cela devrait enfin avoir lieu…

***

L’Adrienne aime les éléphants depuis qu’elle a neuf ans et qu’une copine de classe a fait un exposé sur cet animal merveilleux.