W comme Waldek

Dans la rue, là où on construit des appartements et où on travaille tous les jours du matin tôt au soir très tard, même le dimanche, il y a deux ou trois voitures immatriculées en Pologne.

Dans la maison de feu Casque d’Or, l’entrepreneur qui l’a rachetée pour la retaper et la louer, emploie un collègue polonais pour les travaux de peinture.

Une autre camionnette – belge celle-là mais avec inscriptions bilingues, néerlandais-polonais – offre des services de plafonnage.

Tout ça rappelle des souvenirs à l’Adrienne, quand Monsieur Mari prenait l’apéritif devant la série télévisée Thuis, juste avant le JT, et où en 2001 apparaissait pour la première fois un Polonais.

Un plombier 😉

Mais le rôle était tenu par un acteur flamand qui devait parler une sorte de sabir néerlandais aux intonations slaves, comme on peut l’entendre dans l’extrait ci-dessus.

W comme Walrus

Chère Albertine, mon cher amour, j’ai peur de manquer d’argent, d’abord parce que comme tu le sais mon art ne paie pas, mon travail sur Ruskin m’a coûté plus qu’il ne m’a rapporté, je suis le bouc émissaire de cet incompétent de Gaston Gallimard qui ne me fait signer que des contrats masochistes et prétend ne pas s’y retrouver dans mes paperoles – et je ne parle même pas de mes articulets d’une page dans le Figaro ou pour la Nouvelle Revue Française, qui ne me valent que la compassion hautaine du Faubourg Saint-Germain – et d’autre part mon asthme me coûte fort cher, presque autant que mes sorties en automobile avec Agostinelli et mes bains de mer à Combourg ou Balbec, ce qui est d’autant plus absurde que je préfère de loin rester dans ma chambre et me faire soigner par Céleste Albaret et son fameux bœuf mode, avec de temps en temps une petite sortie sur les Champs-Élysées où je ne manque jamais de rencontrer Charlus en route vers une maison de passe, ou quelqu’un du clan Verdurin pour m’entretenir de musique, de peintres italiens à la mode, de politique, de Dreyfus ou de philosophie, avec plus de snobisme que les domestiques de la famille de Guermantes – ce qui n’est pas peu dire, comme tu le sais – ou voir Georges Clemenceau s’essayer à la bicyclette, alors qu’il a trente ans de plus que moi, et je ne peux que regretter la cruauté du sort qui me donne un corps aussi peu fait pour les hardiesses sportives, les sensations fortes ou les prouesses que demandent la galanterie, les plaisirs et l’ivresse du libertinage, ce corps me donne au contraire des éternels sentiments de culpabilité, des ennuis avec les demoiselles du téléphone quand j’ai besoin de l’aide de la médecine, sans compter les drames du coucher, que je vis chaque nuit depuis l’enfance, depuis mon petit lit de Combray chez ma tante Léonie, dont les seules réminiscences positives sont celles de l’heure du goûter et de la petite madeleine, ce qui – ô ironie ! – va tout de même m’offrir la matière, le travail de mémoire, les noms de lieux et de personnages d’une œuvre à laquelle je réfléchis actuellement, dans le train qui m’emmène à Venise, pour me remettre de cet affreux duel sur le pré derrière l’église, et des mensonges colportés à mon égard – m’accuser d’exhibitionnisme, moi qui n’ôte même pas mes vêtements pour dormir ou pour prendre un bain ! – c’est en de pareilles occasions que je me dis qu’il vaut mieux pour ma mère de n’être plus de ce monde, quel mal lui feraient ces phrases inspirées par la jalousie et ses tristes lois humaines, à Paris peut-être plus encore qu’ailleurs, selon mon impression… mais voilà que je te parle un langage qu’on n’utilise d’ordinaire pas avec les jeunes filles et je me promets de ne plus t’entretenir que de fleurs, de rendez-vous au Ritz et de ce petit voyage pour aller admirer le Vermeer de Delft – vision de rêve qu’il faut observer en vrai et pas en photographie…

Remets mon bonjour à notre ami Charles Swann et dis-lui que ma prochaine publication est en route, dans laquelle j’espère faire mieux que mon Jean Santeuil ou Contre Sainte-Beuve, mieux que mes maîtres Flaubert et Dostoïevski, mille baisers de ton Marcel, futur prix Goncourt.

***

Les 100 mots de Proust, consigne de Joe Krapov, mille mercis à lui 🙂

Voici une liste de cent mots qui se rapportent à Marcel Proust. Il vous est demandé d’en inclure un certain nombre dans un texte dont les verbes seront à l’imparfait ou au présent et où les phrases auront une longueur certaine

AEV 2021-02 Consigne 100 mots de Proust

Albertine – Amour – Argent – Art – Asthme – Automobile – Bains de mer – Baiser – Beauté féminine – Bicyclette – Bouc émissaire – Bœuf mode – Cabourg-Balbec – Céleste Albaret – Chambre – Champs-Élysées – Charlus – Clan – Clemenceau (Georges) – Combray – Compassion – Contrat masochiste – Corps – Cruauté – Culpabilité – Demoiselles du téléphone – Domestiques – Dostoïevski (Fiodor) – Drame du coucher – Dreyfus (affaire) – Duel – Église – Enfance – Exhibitionnisme – Faire catleya – Faubourg Saint-Germain – Féminité – Fétichisme – Figaro (Le) – Flaubert – Fleurs – Francité – Galanterie – Goûter – Guermantes (les) – Guerre de 1914-1918 – Hardiesse – Homme-femme – Homosexualité – Impression – Impressionnisme – Incorporation – Instruments d’optique – Ivresse – Ironie – Jalousie – Je – Jean Santeuil – Jeunes filles – Langage – Léonie (tante) – Libertinage – Lieux – Lois humaines – Madeleine (Petite) – Maison de passe – Mal – Médecine – Mémoire – Mensonge – Mère – Métaphore – Moyen Âge – Musique – Noms – Nourritures – Nouvelle revue française – Nuit – Odorat – Paperoles – Paris – Pastiches – Peintres italiens – Personnages – Philosophie – Photographie – Phrase – Plaisir – Plaisirs et les Jours (Les) – Politique – Prix Goncourt – Publication – Réminiscence – Rêve – Ritz (hôtel) – Rivière (Jacques) – Ruskin (John) – Sainte-Beuve – Saphisme – Sensation – Sexualité – Signes obscurs – Snobisme – « Suave mari magno » – Swann (Charles) – Temps – Train – Venise – Verdurin (les) – Vermeer de Delft – Vision – Voyeurisme

J’en ai employé environ quatre-vingts, spéciale dédicace à Maître Walrus, qui adore se moquer du petit Marcel 🙂

En juin 2013 j’avais publié déjà deux petits extraits de cet ouvrage, N comme nourritures et I comme ivresse.

W comme WHY?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est c99f6-2684016627.jpg

Pourquoi, mais pourquoi nos hébergeurs de blogs veulent-ils à tout prix nous offrir du « changement », comme de vulgaires politiciens?

Pourquoi ces nouveaux looks, ces nouvelles fonctionnalités et autre brol dont on n’a nul besoin, qu’on n’a pas demandés et dont on s’est toujours fort bien passé?

« Davantage d’outils et d’options », argumentent-ils.

Ce « nouvel éditeur » a suscité l’enthousiasme des happy few qui ont pu le tester en primeur, ajoutent-ils.

Bref, tout ça pour vous dire que programmer un billet prend trois fois plus de temps qu’avant et est trois fois moins ‘fun‘.

Même si WP prétend le contraire 😉

***

photo prise à la gare de Péruwelz et qui a déjà servi à illustrer un autre billet 🙂

W comme wombat

Par un de ces mystères du wwilfing, ce n’est que tout récemment que l’Adrienne a découvert ce scoop vieux de deux ans.

Fin 2018, Patricia Yang et son équipe de chercheurs ont enfin trouvé la réponse à cette grave question:

Pourquoi les wombats font caca en cubes (article canadien) – Pourquoi le caca carré des wombats intéresse autant la mécanique des fluides (article français) – Pourquoi les wombats font des cacas carrés ( Libération et Journal des enfants) – Le mystère des crottes cubiques enfin résolu (Futura sciences) – Le secret des crottes en cubes du wombat (Le Figaro)

Etc. etc.

Il est incompréhensible d’être passée à côté d’une telle avalanche, et pourtant…

Bref, le mal est réparé et si vous aussi étiez passés à côté de cette grande découverte scientifique, vous avez ci-dessus de quoi vous informer 🙂

W comme wagon de train

Lidewij met 2 treinbegeleiders

Des entretiens à cœur ouvert avec des gens passionnés par leur métier, voilà ce qu’on voit et entend dans ce reportage réalisé sur le trajet qui va d’Ostende à Eupen, une ligne qui traverse donc tout le pays et est une de celles à plus forte affluence… neuf cents passagers en temps normal, à peine trente la première semaine de la phase 1 du déconfinement.

Pendant tout un mois, entre le moment où les entreprises ont pu reprendre le travail in situ et celui où les cafés et restaurants ont rouvert, la journaliste a pris ce même train dans les deux sens, avec chaque fois la même jeune conductrice, les mêmes contrôleurs, le même agent de la sécurité…

Trains quasiment vides au début, donc – avec juste quelques personnes des rares secteurs fonctionnant encore, in casu des infirmières – et qui se remplissent un peu au fil des semaines.

Chaque rencontre est un petit document humain, car comme le disent les contrôleurs dans ce reportage, le masque et les autres mesures mettent de la distance entre les gens et eux – sans compter une certaine peur, en plus, parfois – mais en même temps on ressent qu’il y a un réel besoin de communiquer, de se raconter, de s’épancher même.

Le vieux monsieur qui a mis son masque à l’envers (« ah! c’est pour ça qu’il me glisse tout le temps du nez! »), la dame à déambulateur (qu’elle appelle avec humour sa mercedes décapotable – elle y a d’ailleurs accroché le fameux emblème) qui peut enfin retourner à son appartement à la mer, les amoureux qui ont été séparés deux mois à cause du confinement (« ça fait sept mois qu’on est ensemble, moins deux, donc en fait ça ne fait que cinq »), la jeune étudiante qui va à son examen (mais qui n’a « pas eu le temps d’étudier »), le réfugié guinéen qui rêve de l’Angleterre (où personne, croit-il, ne vit dans la rue comme lui)…

Het leven zoals het is, dit-on chez nous, la vie comme elle est.

***

source de la photo et article ici.

 

W comme Welles

Ne regardez pas le résumé de la vidéo ci-dessus, si vous n’avez pas encore vu le film 🙂

***

Il arrive parfois, que « sur cette télé où il n’y a jamais rien de beau », on passe un vrai bijou.

En plein après-midi.

Comme ce « Citizen Kane », d’Orson Welles, que l’Adrienne a vu quand elle était toute jeunette, un soir chez ses grands-parents. Mais ça l’avait tout de même assez impressionnée pour qu’elle se souvienne très bien du film, de certaines images, de certains passages, de certaines citations.

Et de la chute.

Alors évidemment, en le revoyant ces jours-ci, elle a pu se concentrer sur le reste: la structure, les prises de vue, des tas de détails.

C’est fascinant.

***

Pour ceux que ça intéresse:

W comme William

devoir de Lakevio du Goût_36.jpg

La dernière fois que j’ai rencontré William, c’était à la réception de nouvel an.

Il était comme d’habitude fort entouré, fort recherché, et Marina ne pouvait détacher ses yeux de lui.

Marina, en janvier, avait le ventre encore tout plat mais elle gardait la main dessus et tenait bien en évidence son jus d’orange dans l’autre, comme pour clamer à la face du monde qu’elle était enceinte.

Il est vrai que William ne passe pas inaperçu dans ce genre de réunion, comme partout ailleurs, en fait. On ne peut que le remarquer. D’abord par sa haute taille, ensuite par son look. Ça a toujours été comme ça.

Ce soir-là par exemple, il avait des lunettes noires. Or, si on connaît William, on sait que ce n’est pas pour cacher un œil amoché. A mon avis, ça lui a surtout permis d’observer les autres tout en faisant semblant d’écouter ce qu’on lui raconte.

Je suis passé plusieurs fois avec mon plateau pour lui proposer un verre de champagne, qu’il a chaque fois refusé d’un geste hautain. Je suppose qu’il avait vu l’étiquette des bouteilles.

En tout cas, ce qui m’a bien fait rigoler, c’est de voir chez lui ce même début de calvitie dont il se moquait tant chez moi, quand j’ai commencé à perdre mes cheveux, sur les deux côtés du front.

Ce n’est que justice! me suis-je dit.

Et puis, c’est bien normal, finalement, puisque nous sommes frères.

***

Tableau et consignes de ce 36e devoir de Lakevio du Goût – merci Monsieur Le Goût!:

La soirée est agréable.
Trois hommes et une femme semblent passionnés par leur conversation.
Sur quoi peut-elle bien porter ?
Racontez donc cette conversation et les répliques qu’elle vous a inspirées.

W comme wafel

food lunch meal sugar

Dans la grande famille du grand-père maternel, celle où grand-mère Adrienne est entrée par son mariage – elle qui était fille unique – il n’y avait qu’une seule bonne recette de gaufres, détenue par une seule personne: la Mater Familias, Marie-Angélie.

Seules deux de ses belles-filles ont réussi à devenir les dépositaires de la fameuse recette – et vous imaginez avec quelles papilles critiques leurs gaufres étaient goûtées et évaluées à l’échelle de celles de la Mamma, jamais égalées, évidemment, toujours approchant, toujours manquant ce petit je ne sais quoi…

Gaufre, en néerlandais wafel, dans le dialecte de grand-mère Adrienne, woefo.

Mais quand elle disait « kgoe a ne woefo geiven! » (« je vais te donner une gaufre », c’est-à-dire une baffe) il fallait se tenir à carreaux.

Même si elle ne mettait jamais sa menace à exécution – elle était bonne comme le bon pain – le menacé savait qu’il ne devait pas lui courir sur le haricot, que la coupe était pleine.

74b0a-2077047833

Inspiré par la consigne de Joe Krapov – un grand merci! – Recette (24 mars 2020)
Que faire quand on est confiné chez soi, avec interdiction de sortir faire du sport, pour continuer à rester en forme ? Deux solutions : soit jeûner, soit bien manger !
Vous avez certainement par-devers vous une recette (de cuisine, de santé, de zénitude, etc.). Partagez-la avec nous et surtout dites-nous de qui vous la tenez et quels sont les souvenirs qui y sont attachés.
Plus quelques expressions « culinaires » 🙂 

Photo de famille de l’Adrienne et photo de gaufres d’Anastasia Zhenina sur Pexels.com

 

W comme wangiri

lakévio117

La police municipale a son compte fb où les gentils flics de la ville annoncent avec humour l’endroit exact où ils installeront leur caméra cachée:

Chers habitants de X, si vous passez par la rue Machin le jeudi 27 février, veillez à être bien coiffés pour la photo et n’oubliez pas que la vitesse y est limitée à 30 km/h.

A côté de ces annonces-là, il y celles pour les chiens perdus ou les clés de voiture trouvées, ainsi que divers conseils relatifs à la sécurité. Le thème est à la mode 😉

C’est ainsi que l’Adrienne a appris un nouveau mot, wangirifraude, une forme de fraude téléphonique (qui est bien expliquée ici mais que vous connaissez sûrement, le mot est neuf, pas la chose)

Vous avez raté un appel, le numéro vous est inconnu mais vous rappelez quand même et ça vous coûte cher. Surtout si vous n’avez pas remarqué le préfixe étranger qui vous relie à la Guinée et si on réussit à vous tenir la jambe un looooonnnng moment.

Bref, le mot est japonais ワンぎり et signifierait quelque chose comme ‘couper le contact après une seule sonnerie’.

Une chose est sûre, ce genre d’arnaque ne risque pas d’arriver avec l’Adrienne, plus téléphonophobique tu meurs 🙂

***

la photo ci-dessus a illustré un devoir de Lakévio

pour écouter la bonne prononciation de wangiri, c’est ici.

W comme what if…

devoir de lakevio du gout_24.jpg

Dans le film de Jaco Van Dormael, Le tout nouveau testament, les gens apprennent la date exacte de leur mort et un compte à rebours commence pour chacun d’entre eux.

Certains prétendent ne rien vouloir changer à leur vie, d’autres décident de faire ce qui leur faisait envie depuis longtemps. Voyager. Tuer quelqu’un. 

Sur ce tableau de Gustave Caillebotte, Jeune homme à la fenêtre, on voit son frère René. Il est représenté de dos, les mains dans les poches, debout et solidement campé sur les jambes légèrement écartées, en contre-jour devant la fenêtre de l’appartement familial.

Il fait beau, il y a une lumière printanière sur le boulevard et par la fenêtre ouverte il regarde vaguement dans la rue où il n’y a aucune circulation et à peine quelques passants.

On est en 1876, René a 25 ans, Gustave trois de plus. René mourra inopinément quelques mois plus tard.

Qu’aurait-il aimé faire encore, pour le peu de temps qu’il lui restait, s’il l’avait su?

***

Caillebotte nous donne le 24e devoir de Lakevio du Goût (merci à lui!)

Mais que regarde, qu’attend –ou non- cet homme à la fenêtre. Je sais qu’il regarde par la fenêtre d’un appartement que je reconnais près de la gare Saint Lazare. Attend-il ou regarde-t-il simplement cette femme qui s’éloigne du côté à l’ombre de cette rue ensoleillée ? Si vous avez une idée de ce qui occupe ses pensées, dites-le lundi.

Ci-dessous, sur un autre tableau de la même année 1876, autour de la table familiale dans le même appartement au numéro 77 de la rue de Miromesnil, la mère du peintre, en deuil de son mari, servie par le maître d’hôtel, et René déjà en train de manger.
Impatient de vivre.
L’assiette de Gustave est vide et son couteau encore posé sur le porte-couteau en cristal.

G. Caillebotte - Le déjeuner.jpg

source de l’illustration wikimedia commons

  René CAILLEBOTTE sur généanet

  • Né le 27 janvier 1851 (lundi) – Paris 5ème
  • Décédé le 1er novembre 1876 (mercredi) – Paris, à l’âge de 25 ans

 Parents

  • Martial CAILLEBOTTE 1799-1874
  • Céleste DAUFRESNE 1819-1878

 Frères et sœurs

  • H Gustave CAILLEBOTTE 1848-1894
  • H Martial CAILLEBOTTE 1853-1910

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de Martial CAILLEBOTTE 1799-1874
  • avec Adèle Zoé BOISSIERE 1810-1836
    • F Léonie CAILLEBOTTE 1830-1836
    • H Alfred CAILLEBOTTE 1834-1896
  • avec Eugénie Joséphine Le MASQUERIER 1813-1844
    • H Max CAILLEBOTTE 1844-1844