20 miracles de la nature (3 bis)

DSCI7149

Bien sûr, il y a ce petit miracle annuel des premiers chants d’oiseaux, des premières fleurs, des bulbeuses qui sortent de terre ou des bourgeons qui grossissent.

Mais dans ce qui était – il y a quatre ans – le potager de l’Adrienne, des légumes continuent de germer et de pousser sans qu’une main humaine ne s’en soit occupée.

Il a suffi de laisser monter en graines quelques oignons, plants de mâche ou de roquette, et ils reviennent fidèlement pendant les trois années suivantes. 

Ce qui n’empêche pas vos voisins de croire que vous avez un jardin « de mauvaises herbes » 😉

 

Publicités

F comme feed the viking

Pour la couleur locale, rien de tel que les marchés et les magasins d’alimentation. C’est là que l’Adrienne a découvert les chips de mouton séché et salé.

Avant que ses protéines puissent vous fournir des biceps de viking (voir la pub ci-dessus), sa mastication vous renforce assurément les muscles maxillaires 🙂

Toute l’info ici!

20 miracles de la nature (20)

18-11-01 (2)

Quand des champignons géants se sont mis à pousser dans le parc, des gens sont venus de partout pour les admirer.

Et tout naturellement, sous les larges chapeaux rouges à pois blancs, des conteurs et des conteuses se sont installés pour faire rêver les enfants.

Et si le miracle était dans cette foule joyeuse qui a eu le bonheur de naître dans un des meilleurs endroits de la planète?

Cette photo prise à Ostende le premier novembre termine le cycle des 20 miracles de la nature 🙂

M comme météo

lakévio116

Ce n’est pas parce qu’on est promeneuse de chien qu’on doit manquer de style. Aussi, chaque fois qu’elle sort Blacky, Sally veille à sa propre toilette, y compris les gants et la pochette assortie.

Blacky étant lui-même un chien très Upper East Side, il a toujours la laisse et le collier dans les tons choisis par Sally, comme aujourd’hui ce vert émeraude.

Une chance, se dit Sally en passant devant l’hôtel The Mark, que ma patronne soit une dame qui a du goût, aussi bien pour ses vêtements et accessoires que pour son chien.

Car ses lectures et ses séances au cinéma la portent à croire qu’à force de se promener dans les beaux quartiers, vêtue avec élégance et accompagnée d’un chien sortant de chez le coiffeur, elle finira par rencontrer ‘la bonne personne’. Un homme qui aura la trentaine, du goût et un appartement avec vue sur Central Park.

Quelle surprise, ce lundi d’octobre, de se trouver presque nez à nez avec sa patronne! Sally en est toute saisie! Par bonheur, Blacky fixait une congénère et était pressé de poursuivre la promenade. Sa patronne est passée sans les remarquer: la pluie opportune, l’homme et le taxi requéraient toute son attention.

Mais quelle frayeur, quelle horreur et la fin de tous ses espoirs si sa patronne l’avait vue porter son imperméable rose, sa pochette émeraude, ses gants assortis et même ses escarpins!

Jamais plus Sally ne retrouverait un aussi bon job, si elle avait le malheur de le perdre. Non seulement sa patronne et elle ont du bon goût et la même taille mais aussi la même pointure.

***

photo et consignes chez Lakévio qui demandait de ne pas écrire d’histoire de mari, maîtresse ou amant, ce que je n’avais de toute façon pas l’intention de faire 🙂

J comme je (dé)bloque

367b5-2586804506

Comme le petit Prince sur la planète, il faut faire régulièrement la toilette de son blog. Chez WordPress, ça s’appelle les « commentaires indésirables ».

Alors parfois, comme le petit Prince devant la naissance d’une nouvelle brindille, on ne sait pas encore si ce sera une rose ou un baobab.  

« My family members every time say that I am killing my time here at net, but I know I am getting experience daily by reading such nice content. »

Bloquer ou débloquer?

Il me semble que sous ce parfum de rose se cache un baobab 🙂

G comme gadjo et gonze

bricabook157.jpg

© Marion Pluss

Le jeu des 7 différences

Il s’appelle Bernard mais il veut qu’on l’appelle Johnny.
Il aime le
bourbon, le tabac de Virginie et la vieille veste en jean sur laquelle il a cousu lui-même toute sa collection de badges.
Il laisse trois millimètres de barbe sur le bas des joues et la pointe du menton.
Il s’adresse à ses compères à grands coups d’accolades viriles et de
Yo man !

Il s’appelle Johnny mais il veut qu’on l’appelle Carlos.
Il aime les bagues, les cigarettes blondes et ses vêtements de cuir noir.
Il noue ses cheveux en une longue queue et a une belle barbe sombre et frisée.
Il a baptisé sa bécane ‘Mustang’ en hommage aux Indiens d’Amérique.

Et pourtant à les voir on croirait qu’ils sont pareils Langue tirée

 ***

merci à Leiloona

pour son Bricabook 157

http://www.bricabook.fr/2015/03/une-photo-quelques-mots-157e-atelier-decriture-en-ligne/