Stupeur et tremblements

Vendredi dernier, Madame avait invité Berthe chez elle pour lui demander conseil à propos des enfants qu’elle aide.

Berthe a l’expertise de presque quarante ans de carrière comme institutrice maternelle et elle a élevé deux fils.

Mais ce qui la préoccupe le plus aujourd’hui, c’est le problème d’être une fille – elle a deux petits-enfants, un garçon et une fille: dans le contexte actuel d’hypersexualisation – surtout des filles, et ce dès leur plus jeune âge – elle constate partout, dans tous les domaines, les diverses pressions exercées sur les filles, principalement au travers des médias « sociaux ».

Et ça l’inquiète beaucoup.

Coup de hasard (ou pas ;-)) à peine Berthe est-elle sortie de chez Madame que celle-ci découvre le tableau pour le 150e devoir de Monsieur le Goût.

Une belle visiteuse a déposé chapeau et manteau sur un fauteuil et a ouvert sa robe, qu’elle a laissé tomber jusqu’à mi-cuisse – défiant toutes les lois de la gravité – pour se montrer nue dans une pose lascive.

Devant un miroir: sans doute n’en a-t-elle pas chez elle et voulait-elle vérifier son épilation.

Tout ça est tout à fait normal, n’est-ce pas, qui n’a jamais fait ce coup-là en visite chez des gens, et en prévision – parce que c’était clairement prémédité – elle ne s’est encombrée d’aucun de ces nombreux dessous que les femmes portaient à l’époque. Pas même de bas 😉

Puis tout à coup Madame se souvient que le fils aîné de Berthe, quand il était son élève et que la classe avait été priée de choisir une œuvre d’art pour en parler au cours de FLE, avait montré l’Origine du monde.

Stupeur et tremblements

Laissons là pour une fois toutes les causes de stupeur et tremblements fournies par l’actualité et revenons à la généalogie.

En 1619, quand Nicolas Aerts et son épouse font baptiser leur fils, le curé qui note les noms est soit dur de la feuille, soit fort distrait, il inscrit le nom Orts.
Ou Ots, ce n’est pas vraiment clair.

Quand le fils à son tour fait baptiser un enfant mâle, le curé, aussi gâteux ou aussi taquin que son prédécesseur – on est toujours dans la même paroisse bruxelloise – note le nom de famille Lot.
Ou Lots.
On n’est plus à un détail près.

En 1676, même paroisse, même lignée, cette fois la descendance est inscrite sous le nom de ‘De Lo’.

Au début du 18e siècle, De Lo est devenu Dulot.

Puis Dello.

Bref, voilà des gens qui ont changé de nom à chaque génération 😉

***

Par bonheur pour l’Adrienne, le fil qui fait remonter la petite Ivonne – vingt-trois ans sur la photo et enceinte de son second enfant à l’été 1927 – à ses lointains ancêtres bruxellois est moins tortueux: juste parfois un H en trop ou un s en moins 😉

Stupeur et tremblements

C’est un article de l’Américain Douglas Rushkoff qui a paru en septembre dernier, quelques jours avant la sortie de son livre, et malgré le-temps-qui-passe l’Adrienne n’arrive pas à sortir de sa stupeur.
Et de ses tremblements.

Même si, bien sûr, on le sait et on ne s’en étonne pas, que les super-riches tentent l’impossible pour se protéger d’une éventuelle apocalypse, de quelque origine qu’elle soit, climatique, atomique, sociétale ou causée par un virus.

Ce n’est pas nouveau.
Mais tout de même, des choses ont changé depuis les bunkers de la guerre froide.
En pire, évidemment 😉

Vous aussi, sans doute, lirez avec une stupeur croissante le questionnement de ces cinq multimillionnaires qui ont invité l’auteur pour qu’il les aide avec quelques questions du genre: quand je serai dans mon bunker, comment faire pour que les hommes armés enrôlés pour me défendre ne se retournent pas contre moi?

Et où serai-je le plus en sûreté, en Alaska ou en Nouvelle-Zélande?

Alors quand on leur propose une autre forme de solution, bien meilleure pour la planète et pour ses habitants, plus sûre pour eux aussi et qui leur coûtera bien moins cher, ils ne sont pas intéressés.

Non, créer des « fermes modèles » qui prévoiraient de la nourriture pour le plus grand nombre, en autarcie, ça ne les intéresse pas.
Alors qu’on pourrait en mettre partout sur la planète et diminuer du même coup un certain nombre de risques qu’ils veulent fuir dans leur bunker…

Ils préfèrent s’isoler.

Avec leur milice, leur piscine et leur bowling.

Stupeur et tremblements

C’est avec stupéfaction que l’Adrienne lit le titre de l’article: Les bébés ont déjà de la suie dans leurs poumons et leur cerveau avant leur naissance.

Pour ceux qui lisent le néerlandais, Nog voor de geboorte hebben baby’s al roet in longen en hersenen.

Combien d’études, combien de preuves faudra-t-il encore avant de passer à l’action pour la santé de cette planète et de ses habitants?

Stupeur et tremblements

Il s’attendait à cette question, dit-il, et pourtant il donne la réponse la plus stupide, la plus condescendante, la plus déconnectée de la réalité possible.

C’était le 5 septembre dernier, son joueur vedette à ses côtés était écroulé de rire à l’idée de prendre un char à voile au lieu d’un jet privé.

Sans doute ne sait-il pas que la distance dont il s’agit peut se faire en moins de deux heures en TGV.

L’Adrienne en a été dégoûtée, tellement dégoûtée qu’elle ne voulait même pas en parler.

Puis que lit-elle?

Que deux semaines plus tard, ce même club, qui pourtant prétendait trouver très grave ce trait d' »humour raté », reprend un avion pour parcourir la distance Paris-Lyon.

Le TGV? c’est pour les ploucs.

Le bus de l’équipe? Il roule aussi, mais à vide, il ne sert qu’à conduire les joueurs de l’avion à l’hôtel. Ou du stade à l’avion.

Bref.

Prochaine grosse rigolade planétaire, d’où la caricature de Kroll prise de sa page fb, la coupe du monde au Qatar.

Stupeur et tremblements

Mardi dernier, en allant voir d’où venaient les visiteurs du blog, l’Adrienne est tombée sur une adresse IP « cachée » portant le nom de CIA triad security.

– Mince! s’est-elle dit, j’aurai sûrement dit trop de mal de l’armée américaine, avec mes traductions de Dimitri Verhulst!

Mais vérification faite, il s’agit d’une firme (?) qui s’occupe de sécurité en ligne. Ou un truc du genre, pas pris le temps d’approfondir la question, sauf que l’adresse IP « cachée » menait à Berlin 😉

Bref.

Puis le même jour elle a lu ceci: grâce à des stylos connectés, on peut s’assurer que l’élève travaille et on peut télécharger ce qu’il écrit, le corriger, le lui renvoyer.

Pas de répit, ni pour l’élève, ni pour le prof.

C’est aussi une forme de surveillance, qui s’ajoute encore à cette autre possibilité: le casque permettant de mesurer l’activité cérébrale de l’enfant et donc de détecter l’instant où il serait distrait…

Vous comprendrez donc que Madame est de plus en plus heureuse d’avoir l’âge qu’elle a!

Sinon, si vous voulez vraiment vous faire encore plus peur, il y a aussi ceci. Ou ceci. Ou…

Non rassurez-vous, on s’arrête 😉

***

La photo d’illustration a été prise il y a quelques années dans une librairie islandaise, où Gaston s’appelle Viggo.
Si on suit le modèle chinois, bientôt plus aucun enfant ne saura ce qu’est une cocotte en papier 😉

***

Et pendant tout le temps de la rédaction de ce billet, un type qui avait garé sa belle et précieuse voiture-boîte-à-sardines juste en face, a cherché désespérément comment désactiver l’alarme.
Ouvert ses deux portières.
Ouvert le coffre.
Passé des coups de fil…
Comme quoi, il y a encore moyen de rigoler, malgré tout 🙂

Stupeur et tremblements

Il y a quelques années, l’Adrienne a vu un reportage sur les femmes des Émirats arabes et une des choses qui l’ont frappée, c’était le manque crucial de vitamine D chez la plupart d’entre elles, sinon toutes, alors qu’elles vivent dans un pays qui ne manque pas de soleil.

Mais voilà, celles que montrait le reportage passent de leur intérieur climatisé à la voiture climatisée au shopping mall climatisé et sont si bien enveloppées de tissus que le soleil n’atteint jamais leur peau.

– C’est tout de même incroyable! s’était exclamée l’Adrienne.

Puis ces jours derniers elle y a repensé: elle fuit le soleil, cache sa peau d’ultra-blanche, reste à l’intérieur dès que le thermomètre grimpe…

Ce n’est évidemment pas comme ça qu’elle va atteindre le bon niveau de vitamine D!

Et elle n’a même pas eu la présence d’esprit d’investir dans une chambre hôtel climatisée 😉

***

Mais que lit-elle ce matin?

En plus d’être énergivores, les systèmes de climatisation réchauffent davantage la planète qu’ils ne refroidissent nos intérieurs.

Allons, on remballe ses envies de fraîcheur factice, on va vers l’automne 😉

Stupeur et tremblements

– Visiter des jardins anglais, dit l’homme aux trois hectares, c’est tellement déprimant!

Assise devant lui, l’Adrienne ne peut manquer d’entendre la suite.

– Vous rentrez chez vous et vous vous dites: je vais changer tout ça! Vous enlevez, vous rajoutez, mais vous n’obtenez jamais la même chose.

Jusque-là, à la limite, on peut le comprendre. Il y a des gens qui ne peuvent admirer sans vouloir posséder.
Mais attendez la suite:

– Pour mon jardin, j’avais fait appel à un grand nom, vous le connaissez peut-être? Jacques Wirtz.
Alors il m’avait tout planté, tout, tout, et moi je lui dis: mais pourquoi des petites plantes comme ça?

On sentait encore l’irritation dans sa voix!

– Il m’a répondu que c’était mieux de planter des petites plantes et que ça allait s’étoffer, c’était l’affaire de deux trois ans et dans cinq ans ce serait magnifique.
Mais moi je ne voulais pas attendre cinq ans pour avoir un beau jardin!
Alors on est allé en Angleterre, on a visité des jardins, et au retour j’ai vu mes petites plantes, et bien, j’ai tout fait enlever pour planter des plus grandes…

***

Photo prise à Glyndebourne le 17 juin dernier

Stupeur et tremblements

A la lecture quotidienne des titres de l’actualité, on ne manque pas de sujets de stupeur ni de tremblements.

Ainsi par exemple on ne sait que penser de ce couple, en Inde, qui a intenté un procès à son fils et lui demande une forte somme de dédommagement parce qu’au bout de cinq ou six ans de mariage, le fils et son épouse n’ont toujours pas d’enfant.

Ou cette « anecdote » d’une touriste hollandaise qui filme la chute fatale de son compagnon: ils voulaient impressionner grâce à un plongeon d’une falaise.

Ou que le préfet de Haute-Savoie a autorisé aux chasseurs d’abattre 170 bouquetins, une espèce pourtant protégée.

Chaque fois on se dit que l’homme est tout de même une espèce qui aime se créer ses propres problèmes alors qu’il est déjà bien assez difficile de « supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère » sans avoir à y rajouter par des comportements imbéciles.

Et le jour-même Madame en reçoit confirmation quand Nabila lui annonce qu’elle ne pourra pas venir: on a détecté un cancer chez sa maman il y a peu et la famille compte sur elle pour l’assister.

Il y a des gens, dit meilleure-amie-depuis-la-maternelle, sur qui le malheur s’acharne.

Madame va finir par le croire.

***

la phrase de la photo « Alles van waarde is weerloos« , ‘tout ce qui a de la valeur, est sans défense‘, est extraite d’un poème de Lucebert.

Stupeur et tremblements

Ils ont dû se dire: les gens ne mangent pas sainement, trop de sel, trop de sucre, toutes les campagnes de prévention ne servent apparemment à rien… changeons de tactique!

Et ils ont inventé des cuillers, des baguettes – ou même des bols – qui envoient un petit coup d’électricité sur les papilles.

Effet garanti (paraît-il): ce qu’on mange à ce moment-là prend plus de goût.
Par exemple, ça semble bien salé, alors qu’il y a moitié moins de sel.

C’est expliqué ici.

On peut voir que ces recherches datent de 2018-2019 mais aujourd’hui elles auraient dépassé le stade expérimental.

Des Japonais ont conçu des baguettes « électriques » ayant cet effet de donner l’impression d’un goût plus salé.

Vous voulez connaître le fabricant? Il est ici! C’est aussi la source de l’image ci-dessus, avec le jeune homme testant les « Taste-Adjusting Chopsticks« .

L’Adrienne se demande comment les chercheurs feront pour le « défi sucre » vu que les sucreries et autres donuts se mangent le plus souvent sans bol ni couverts…