Stupeur et tremblements

Ce n’est que tout récemment que l’Adrienne a reçu le choc de cette info: à l’époque où elle était petite fille, on opérait les bébés et les jeunes enfants sans anesthésie.

Oui, rétrospectivement elle en a éprouvé un réel choc.

Il lui a même fallu quelques jours pour s’en remettre 😉

Après avoir vérifié l’info, bien sûr, qui semble être une chose connue et révélée au grand public depuis plusieurs années, comme en attestent ce reportage sur Arte et cet article de Sciences et avenir. Ainsi que beaucoup d’autres.

Depuis, l’Adrienne a bien réfléchi.

Et elle croit mieux comprendre ce que voulait dire le chirurgien, quand juste avant de lui taillader le ventre, alors qu’elle n’était âgée que de trois semaines, il s’est tourné vers sa mère et lui a déclaré: « J’aimerais mieux couper dans votre ventre à vous! »

Stupeur et tremblements

brown and white bear plush toy

Si on vous demande, à votre avis, cette info est-elle vraie ou est-ce un canular: « Le ministère chinois de la santé recommande de traiter les malades du covid-19 à l’aide de bile d’ours et de poudre de corne de chèvre« , vous allez sans doute penser comme l’Adrienne que ce ne peut être qu’un canular.

Ou en tout cas vous allez espérer que c’en est un.
Ou un poisson d’avril, même si on est le 2.

Puis vous lisez l’article et vous constatez qu’il n’y a pas de limites à vos sources de stupeur et de tremblements.

Toute l’info ici.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Stupeur et tremblements

devoir de Lakevio du Goût_31.jpg

Jeudi dernier, en revenant de chez le marchand de légumes, l’Adrienne a pu admirer un tableau de rue que jusqu’à ce jour elle n’avait pu observer que dans le sud de l’Italie.

Une femme était à sa fenêtre ouverte, au premier étage de sa maison, et faisait la causette avec un homme sur le trottoir.
Ne manquait que le panier attaché à une corde pour descendre le porte-monnaie et remonter quelques courses, à la mode napolitaine.

Nous sommes donc – au moment de la rédaction de ce billet – dans une sorte de confinement un brin moins strict qu’en France (on ne doit pas rédiger et signer notre propre Ausweis) mais beaucoup plus strict que chez nos voisins du nord, qui préfèrent une autre tactique, celle de l' »immunité collective ».

D’où la place de ce billet dans la rubrique stupeur et tremblements, vu que l’immunité collective ne peut être atteinte qu’à condition d’infecter plus de 60% de la population.

Avec les « dommages collatéraux » qu’on imagine pour les hôpitaux, les soignants… et le chiffre des décès.

Sans compter que les spécialistes ne sont même pas sûrs que cette immunité s’installe.

Bref, ça ressemble à l’histoire de l’apprenti sorcier.
Version cynique.
Vu que ceux qui ont décidé de cette stratégie feront certainement tout ce qu’il faut pour mettre leurs bien-aimés à l’abri.
En confinement.

Voir un article (parmi beaucoup d’autres) sur cette controverse ici.

***

Merci à Monsieur Le Goût pour ce 31e devoir de Lakevio du Goût.

Elle est comme nous. Elle est à sa fenêtre. Que souhaite-t-elle ? Que pense-t-elle ? Comme nous est-elle confinée, prisonnière, recluse ? Dites lundi ce que vous pensez à partir de cette toile de Salvador Dali.

Stupeur et tremblements

« Les particules fines nous rendent plus bêtes », Fijn stof maakt ons dommer, titrait le journal de mercredi dernier, suite à des études prouvant leur impact sur les prestations du cerveau.

Des chercheurs des universités de Maastricht et de Bonn ont mesuré leur effet sur des joueurs d’échecs:

Voor elke bijkomende 10 microgram per kub steeg het aantal zware fouten met bijna 10 procent. Onder tijdsdruk was de impact van fijn stof nog ­nefaster. CO2 en temperatuur hadden geen effect op de foutenlast.

Pour chaque augmentation de 10 microgrammes de particules fines par mètre cube, le taux de fautes graves augmentait de près de 10 pour cent. Sous la pression du temps, cet impact était encore plus néfaste. Le taux de CO2 ou la température n’avaient aucun effet.

Les mêmes influences ont été notées dans d’autres études, comme les erreurs de l’arbitre (étude réalisée aux USA) ou les résultats des examens de fin d’études secondaires (étude réalisée en Israël). Un chercheur de l’université de Hasselt/KULouvain était déjà arrivé aux mêmes conclusions en 2016 avec des enfants de l’école primaire.

La plus mauvaise nouvelle est que si les effets sont réversibles sur le court terme, ils deviennent un véritable problème si on y est exposés de manière plus continue, réduisant par exemple les capacités cognitives des enfants.

Voilà qui devrait nous motiver à attaquer le problème, qui ne concerne donc pas seulement les affections pulmonaires ou les maladies cardio-vasculaires, mais aussi notre cerveau.   

***

article et source de l’image ici (copyright Rhonald Blommestijn) – un autre article ici.

Stupeur et tremblements

Panhard,_Lavassor_et_Mayade_en_1892

La plus grande cause de stupeur et tremblements n’est pas qu’on s’inquiète que la recherche scientifique – principalement dans le domaine médical – soit de moins en moins indépendante. Et que poussée par ses sources de financement, elle arrive à des conclusions contraires au bien-être, à l’éthique ou à la vérité.

La plus grande cause de stupeur et tremblements n’est pas qu’on apprenne le même jour que la ministre de la santé publique envisage de fermer 17 maternités belges, sous prétexte qu’en dessous de 557 accouchements par an, ce n’est pas rentable. 

Non.

Le pire, c’est qu’on ne s’en étonne même plus.

***

photo d’illustration en référence à un des arguments pour garder ou fermer une maternité: la femme enceinte doit pouvoir accéder à une maternité en une demi-heure de voiture. On n’envisage pas que certaines ne disposent pas de ce moyen de transport. On ne parle pas des embouteillages, des heures de pointe, des travaux et des déviations. On préfère prétendre qu’il s’agit de la sécurité et du bien-être des bébés.

Stupeur et tremblements

Saudische mannen en vrouwen kunnen voortaan door dezelfde deur restaurant binnenkomen

Il est de ces titres dans le journal qui vous flanquent à terre de saisissement: « Saudische mannen en vrouwen kunnen voortaan door dezelfde deur restaurant binnenkomen. » Les Saoudiens, hommes et femmes, peuvent désormais entrer au restaurant par la même porte.

Il y avait donc des portes séparées selon le sexe? se demande cette naïve d’Adrienne.

Ben oui.

Et qu’on ne se réjouisse pas trop vite: dans les bâtiments officiels – école, hôpitaux… – la ségrégation n’est pas encore abolie.

De toute façon, l’Adrienne aurait dû savoir: ce même jour elle avait une fois de plus signé une pétition d’Amnesty International pour ce genre de « délit »: 

Waleed Abu al Khair est un éminent défenseur des droits humains et avocat saoudien. Il est l’avocat du blogueur saoudien Raif Badawi. Le 6 juillet 2014, Waleed Abu al Khair a été condamné par le Tribunal pénal spécial à une peine de 15 ans de prison assortie d’une interdiction de voyager subséquente de 15 ans. Il a été jugé coupable d’avoir « désobéi au souverain et cherché à lui ôter sa légitimité », « insulté le pouvoir judiciaire et remis en cause l’intégrité des juges », « créé une organisation non autorisée », « nui à la réputation de l’État en communiquant avec des organisations internationales » et « rédigé, enregistré et envoyé des informations troublant l’ordre public ». Cette condamnation est une punition pour ses activités pacifiques de défense des droits humains.

Waleed Abu al Khair subit des actes de torture physique et psychologique en détention. Lors de son arrestation, il a été placé à l’isolement et privé de sommeil en étant constamment exposé à une lumière vive. Le 26 novembre 2019, il a été à nouveau placé à l’isolement à la prison de Dabhan à Djedda, et il est maintenant détenu au secret, sans aucun contact possible avec son avocat et ses proches, ce qui l’expose à un risque accru de torture et mauvais traitements. Il observe une grève de la faim depuis le 29 novembre pour protester contre les mauvais traitements qui lui sont infligés.

Pour ceux que ça intéresse, la suite ici.

Source de l’article et de la photo ici.

Stupeur et tremblements

black bazar

C’est suite au racisme dans le foot – sur les gradins principalement – que l’Adrienne a appris un nouveau mot concernant ce sport: Schwalbe.

Explication.

Début septembre, Romelu Lukaku, le footballeur belge de l’Inter Milan est victime de hurlements racistes au moment où il doit tirer un penalty contre Cagliari. 

Les supporters de Cagliari n’ont pas été condamnés pour ces faits. Pas assez graves, selon les juges. Rien que de très normal. Par contre, ils ont dû payer 5000 euro d’amende pour avoir jeté des bouteilles en plastique en direction des officiels. Ce qui est donc beaucoup plus grave.

Etape suivante: les supporters du club de Lukaku, Inter Milan, ont écrit une ‘lettre ouverte’ pour lui dire que des cris de jungle et autres imitations de singes ne sont pas du tout du racisme. Au contraire, il devrait plutôt y voir un compliment, puisqu’ils le font dans le but de le déstabiliser, pour lui faire rater son penalty.  

Après, un commentateur de la télé italienne y est allé de sa petite blague, qu’il faut sans doute aussi prendre comme un compliment, « Si vous allez en un contre un contre Lukaku, vous êtes mort. Il vous envoie au sol. Vous ne vous en sortirez qu’en lui lançant 10 bananes, sinon, c’est impossible ». Pas du tout raciste, c’est clair.

Enfin, on arrive à la touche (provisoirement) finale. De la part du président du comité olympique italien: « ancora più grave dei cori razzisti è la simulazione di un fallo da parte di un giocatore milionario » Plus grave encore que les chants racistes, dit ce grand homme, c’est qu’un joueur millionnaire se laisse tomber pour obtenir un penalty.

Schwalbe. Ce qui veut dire: se laisser tomber pour obtenir un penalty.