D comme dépenser

Rupin? Rupin! se dit l’Adrienne en découvrant le mot imposé par Walrus pour le Défi du Samedi. Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir inventer avec un mot pareil? Ça ne fait pas du tout partie de mon vocabulaire et je ne vois pas dans quel contexte je pourrais le placer… 

Vendredi midi, quelques heures avant l’échéance, c’est toujours le vide dans sa tête. Elle a bien tenté quelques pistes – à commencer par celle d’Arsène Lupin/Rupin, vite abandonnée – et quelques rimes en -pain/-pin, mais rien de bien valable ne lui est venu.

– Je crois que je vais abandonner, dit-elle à Walrus.

Et au moment même où elle le lui écrit, elle sait que l’abandon n’est pas son genre 😉

Finalement l’idée lui est venue des publicités pour la loterie Euro millions. Voilà de nombreuses années que sur les chaînes flamandes on brode sur le même thème, avec le même acteur et sa tête de benêt ahuri, qui répond chaque fois à la même question: « Is mijn leven veranderd nadat ik Euromillions gewonnen heb? » (1) de la même façon: « Goh! eigenlijk niet! » (2)

Mais tout le clip contredit chaque fois cette affirmation, comme dans la vidéo ci-dessus où il explique que, tout comme ‘avant’, il participe encore à des brocantes pour faire de la place chez lui.

Ou comme dans la pub ci-dessous, où il raconte que ‘comme avant’, il va au foot avec son père et que sa mère lui fait ses tartines quand il part en excursion.

‘Word schandalig rijk’, dit le slogan, ‘Deviens scandaleusement riche’.

Pour l’Adrienne, le mystère de la loterie reste entier: que peut-on bien faire de 190 millions d’euro, la cagnotte de cette semaine? 

***

(1) Est-ce que ma vie a changé depuis que j’ai gagné à Euro millions?

(2) Bin non en fait!

M comme Monsieur Météo

DSCI7639

Le week-end dernier, Belle-Maman d’Ostende aurait encore eu raison: il a fait un temps magnifique à la côte belge (1), alors que les météorologies nationale et webinesques ne parlaient que de pluie pour tout le pays.

– Les nuages de pluie, disait belle-maman, le vent de la mer les souffle jusqu’à Bruges. C’est là-bas qu’il pleut. Pas à Ostende. (2)

***

(1) comme le montre cette photo prise dimanche dans le kiosque à musique, dans le parc Léopold.

(2) où on aime tant les Brugeois qu’on dit « zie je van Brugge? zet je vanachter » (tu es de Bruges? va t’asseoir dans le fond)armand pien 1

Nous qui étions de « l’intérieur du pays » (3), nous avions plutôt l’impression contraire. Nous soupçonnions Armand Pien (4) d’avoir des accointances avec le secteur Horeca côtier chaque fois qu’il annonçait qu’il ferait beau à la mer.

Luigeniere! (Menteur!) criait mon grand-père, que ça n’empêchait pas d’écouter chaque jour fidèlement le bulletin météo d’Armand Pien et d’exiger un silence religieux pour ne pas en perdre une miette. 

***

(3) pour Belle-Maman, il y avait deux sortes de gens: ceux de la côte (van de kust) et ceux de l’intérieur du pays (van het binnenland), qui ne savent pas ce que c’est du poisson frais ni ce que c’est du vent.

(4) notre Monsieur Météo de la télévision flamande de 1953 à 1990, voir la photo ci-dessus en noir et blanc. Célèbre en Flandre pour y avoir introduit le mot ‘straalstroom‘, (jet-stream en bon franglais) et pour ses bulletins météo toujours présentés avec humour et pédagogie.

armand pien 2

V comme vive la philo

philo

Si vous vous demandez pourquoi l’Adrienne passe son temps à se renseigner sur des « héros » inconnus d’elle, comme Wonder Woman ou Buffy Summers, ou pourquoi elle a enregistré et regardé The devil wears Prada, qui passait justement sur une chaîne flamande ces jours-ci… la réponse est dans l’illustration ci-dessus.

En quarante petits chapitres, l’auteur se propose de nous faire découvrir le lien entre quarante héros / héroïnes divers et une pensée philosophique.

Tous ces héros viennent de la littérature populaire – comme Bridget Jones, de la BD – comme Tintin, du cinéma – comme Tony Montana, des séries télévisées – comme Monica Geller (Friends) et des dessins animés – comme Elsa et Anna.

Du côté des philosophes, on ne trouve que les grands classiques, Aristote, Socrate, Camus, Nietzsche… et pour chacun d’eux un seul aspect de leur œuvre ou de leur pensée, une seule phrase, le plus souvent, par exemple pour Leibniz, à propos de Wonder Woman, il s’agit de la petite citation « la justice est la charité du sage. » (p.55)

Sont également classés parmi les philosophes, l’anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Strauss, pour la notion d’ethnocentrisme dans Pocahontas, et Machiavel, pour les principes du machiavélisme chez Claire Underwood (House of Cards).

Mais ne vous inquiétez pas: tout ça est si court, si digeste et si succinct que vous resterez sur votre faim.

Ou que comme l’Adrienne vous regretterez qu’y manque un de vos héros favoris, comme Gaston Lagaffe, Prunelle et monsieur de Mesmaeker 🙂 

info et source de l’illustration ici – lire trois extraits ici.

E comme ectoplasme

Bien sûr, quand vous avez vu ce titre, vous avez pensé au bougre d’ectoplasme du Capitaine Haddock.

C’est normal, c’est aussi la première chose à laquelle l’Adrienne a pensé en voyant cette consigne de Walrus au Défi du samedi.

Mais le soir, en cherchant dans le programme télé s’il y avait quelque chose d’intéressant, elle est tombée sur ceci:

Chasseur de fantômes«Silent Jill», l’animatrice et youtubeuse, se rend en région Liégeoise en compagnie d’un chasseur de fantômes. Ensemble, ils explorent un sanatorium abandonné dans l’espoir d’assister à des phénomènes paranormaux.

Rien que ça.

En 2018.

On pourrait croire que les gens sont tous allés à l’école.

Qu’ils ont reçu un minimum de cours de sciences.

Qu’on leur a un peu ouvert l’esprit critique.

Mais au lieu de l’esprit critique, c’est esprit es-tu là

Bougres d’ectoplasmes!

ectoplasme

ectoplasme: émanation visible du corps du médium (Petit Robert, p.539)

Merci à Walrus et au Défi du samedi, où j’ai pris l’illustration.

T comme tueuse télévision

J’ai eu un livre en mains chez Filigranes et j’ai failli l’acheter… mais j’en avais déjà pour plus de 50 € et il faut tout de même s’arrêter quelque part. Il s’intitule TV lobotomie et l’auteur en est Michel Desmurget, docteur en neurosciences et directeur de recherche à l’INSERM. En sous-titre, cette phrase prometteuse: La vérité scientifique sur les effets de la télévision. Le livre a paru aux éditions Max Milo. Voici la quatrième de couverture:

Sophie, 2 ans, regarde la télé 1 heure par jour.
Cela double ses chances de présenter des troubles attentionnels en grandissant. Lubin, 3 ans, regarde la télé 2 heures par jour. Cela triple ses chances d’être en surpoids. Kevin, 4 ans, regarde des programmes jeunesse violents comme DragonBall Z. Cela quadruple ses chances de présenter des troubles du comportement quand il sera à l’école primaire. Silvia, 7 ans, regarde la télé 1 heure par jour. Cela augmente de plus d’un tiers ses chances de devenir une adulte sans diplôme.
Lina, 15 ans, regarde des séries comme Desperate Housewives. Cela triple ses chances de connaître une grossesse précoce non désirée. Entre 40 et 60 ans, Yves a regardé la télé 1 heure par jour. Cela augmente d’un tiers ses chances de développer la maladie d’Alzheimer. Henri, 60 ans, regarde la télé 4 heures par jour. René, son jumeau, se contente de la moitié. Henri a 2 fois plus de chances de mourir d’un infarctus que René.
Chaque mois, les revues scientifiques internationales publient des dizaines de résultats de ce genre. Pour les spécialistes, dont fait partie l’auteur, il n’y a plus de doute : la télévision est un fléau. Elle exerce une influence profondément négative sur le développement intellectuel, les résultats scolaires, le langage, l’attention, l’imagination, la créativité, la violence, le sommeil, le tabagisme, l’alcoolisme, la sexualité, l’image du corps, le comportement alimentaire, l’obésité et l’espérance de vie.
Ces faits sont niés avec un aplomb fascinant par l’industrie audiovisuelle et son armée d’experts complaisants. La stratégie n’est pas nouvelle : les cigarettiers l’avaient utilisée, en leur temps, pour contester le caractère cancérigène du tabac…

Sur cette page, une vidéo de France info avec interview de l’auteur: http://www.babelio.com/livres/Desmurget-TV-LOBOTOMIE-La-verite-scientifique-sur-les-effe/235488

Tiens, je vais montrer ça à mes élèves de Terminale comme exercice d’écoute… je me demande ce qu’ils en penseront Clin d'œil

N comme no no Letta

Les langues étrangères, j’ai toujours trouvé ça fascinant. Quand nous étions enfants, mon frère et moi ne rations jamais le concours Eurovision de la chanson, que nous regardions en famille, chez mes grands-parents. A cette époque, il y avait encore des pays qui osaient chanter dans leur langue nationale… et ça ne les empêchait pas de gagner 😉

Gigliola Cinquetti, par exemple. On ne l’a pas vue l’année de sa victoire (1964) parce qu’on était trop petits, mais sa chanson gagnante a été un tube à la radio au début des années 70 et nous chantions à pleins poumons avec elle « No no Letta », pensant que Gigliola se défendait contre une prénommée Letta qui lui disputait son « amore romantico ».

Gigliola Cinquetti – Non ho l’età
http://www.youtube.com/watch?v=PtbW7zYmYfM

Avec les chansons que mon frère apprenait chez les scouts, ce n’était guère plus brillant! C’était du français pourtant, mais il semble que mon frère ne le savait pas: les grands braillaient et lui, le petit, apprenait « sur le tas » sans comprendre 😉 Je ne vous dirai pas ce que nous faisions de ceci, par exemple:

C’est un fameux trois mâts fin comme un oiseau,
Hissez haut Santiano,
Dix-huit noeuds quatre cents tonneaux,
Je suis fier d’y être matelot.

Tiens bon la vague et tiens bon le vent,
Hissez haut Santiano,
Si dieu veut toujours droit devant,
Nous irons jusqu’à San Francisco.

J’ai mis en gras les deux seuls vers que nous prononcions correctement. Le reste était chanté « en espagnol »

Hugues Aufray – Santiano (1961)
http://video.yandex.ru/users/france-chanson/view/67/

 

K comme Kubrick

Je parle à ma télé

Non pas comme Marcel Michon, le père du protagoniste génialissime du livre de Cauvin, E=MC², mon amour, qui apostrophe le speaker et s’énerve de ne pas recevoir de réponse…

cauvin

Non, ma télé et moi, ces derniers jours, nous conversons par écran interposé. Dès que je l’allume, au lieu de me brancher sur le programme que j’ai choisi, elle me pose des questions du genre: « Voulez-vous reconfigurer les chaînes? » (ou quelque chose dans ce goût-là) et je lui réponds en sélectionnant parmi les réponses qu’elle me propose.

Mais ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’en réalité je n’ai pas du tout le choix de la réponse. Et que je n’ai pas le droit à l’erreur. Une fausse manipulation des boutons de la télécommande, et qui sait ce qui arrivera?

Tout ça nous rapproche vertigineusement de 2001, a Space Odyssey

Kubrick nous aura prévenus,

et moi aussi Clin d'oeil

2001